En direct
Best of
Best Of
En direct
Back to the USSR
Union eurasiatique : quand Poutine exploite la crise européenne
Publié le 07 octobre 2011
Vladimir Poutine a appelé à créer une "Union eurasiatique" avec les anciennes républiques soviétiques qui deviendrait "l'un des pôles du monde contemporain". Il se défend toutefois de vouloir ressusciter l'URSS. Nouvelle "guerre froide", commerciale cette fois, en vue avec l'Europe ?
Thomas Gomart est directeur du développement stratégique et  directeur du centre Russie/NEI de l'Ifri. Il publie avec A. Dellecker: Russian Energy Security and Foreign Policy (2011). Il est docteur en histoire des relations internationales (Paris I...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Gomart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Gomart est directeur du développement stratégique et  directeur du centre Russie/NEI de l'Ifri. Il publie avec A. Dellecker: Russian Energy Security and Foreign Policy (2011). Il est docteur en histoire des relations internationales (Paris I...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vladimir Poutine a appelé à créer une "Union eurasiatique" avec les anciennes républiques soviétiques qui deviendrait "l'un des pôles du monde contemporain". Il se défend toutefois de vouloir ressusciter l'URSS. Nouvelle "guerre froide", commerciale cette fois, en vue avec l'Europe ?

Atlantico : Le projet d’une « Union Eurasiatique » est un projet de longue date, cher à Vladimir Poutine lorsqu’il était encore Président. En quoi consiste-t-il ?

Thomas Gomart : Effectivement, il ne s’agit pas d’une idée neuve… Vladimir Poutine, alors qu’il occupait les plus hautes fonctions de son pays, avait essayé de créer une union mettant en scène un espace économique commun entre la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, et l’Ukraine dont la plausible participation était plus fantasmée qu’espérée.  

Mais Vladimir Poutine ne s’arrêtait pas là, puisque l’idée était véritablement d’amorcer un processus d’intégration régionale, qui permettrait à la Russie d’organiser sa politique de voisinage.

Pareil projet ne dissimule-t-il pas la volonté de ramener dans le giron russe les ex pays satellites de l’Union Soviétique ?

Si vous fixez comme point de référence l’URSS, n’oublions pas qu’à sa chute, c’est précisément l’inverse qui s’est produit. Entre 1991 et 1999, Moscou a facilité l’indépendance des ex satellites soviétiques, car la Russie n’avait pas les moyens de les retenir. Et la Communauté des Etats indépendants (CEI) fut le cadre intermédiaire spécialement inventé pour gérer ce divorce à l’amiable. 

Ce n’est qu’avec l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 1999, et son élection en 2000, que la Russie a renoué avec la volonté de retrouver de l’influence dans l’espace post soviétique.

Sous l’effet de plusieurs facteurs, cette volonté a été en partie couronnée de succès. Premièrement, il y a eu le développement économique exponentiel de la Russie depuis les années 2000, alimenté par la tension sur les prix énergétiques. 
Ensuite, la volonté de regagner de l’influence en politique étrangère et donc la reconquête de l’espace international perdu.

Le dessein du Président Poutine n’était donc pas de renouer avec le cadre géopolitique de l’URSS pour concurrencer l’UE qui intégrait alors les anciens pays du bloc communiste et les anciennes républiques soviétiques baltes?

Vladimir Poutine, alors Président, n’était pas dans l’optique de contrebalancer le poids de l’UE, dans la mesure où la situation intérieure de l’Europe était bien meilleure qu’aujourd’hui. A l’époque, elle préparait l’élargissement de 2004. 

Le dessein de Vladimir Poutine n’était donc pas de concurrencer l’UE par le biais d’une nouvelle URSS. Qui plus est, la Russie n’en avait pas les moyens. En revanche, le Président Poutine souhaitait ardemment que la Russie s’inscrive dans une dynamique post impériale, de sorte qu’elle puisse peser sur la communauté internationale, et ses « anciennes colonies ». Une situation finalement comparable à celle de la France post coloniale dans les années 60.

Ce qui a le plus changé depuis le projet russe de 2003, c’est le contexte géopolitique.  L’Europe est en plein désarroi identitaire, compte tenu de l’état de difficulté très grand que traversent les pays membres de l’UE. Un désarroi qui pourrait profiter à la Russie, en particulier sur la question ukrainienne.

Enfin, et bien qu’il y ait un rapport asymétrique entre l’UE et l’union douanière russe, l’importance réside dans le message que la Russie souhaite transmettre à l’Europe : elle n’est pas détentrice en chef de l’idée d’Europe, il y a différents formats possible… C’est un discours de plus en plus construit politiquement, qui pourrait faire naître une forme de compétition.

Où en est l’« Union douanière » entre la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan prévue pour début 2012 ?

Elle est entrée en vigueur depuis le premier juillet 2011 (elle fonctionne sur le plan douanier), mais ne sera consacrée que début 2012. Cette union risque d’être opérante assez vite, et la question de la participation ou non de l’Ukraine devrait se poser à brève échéance.

L’Ukraine se heurte régulièrement à son partenaire commercial russe concernant son approvisionnement énergétique, et ne se cache pas de ses aspirations européennes. Pourrait-elle cependant faire le choix de la Russie ?

C’est un pays clé en ce qui concerne l’éventuelle organisation post impériale russe. L’Ukraine n’est d’ailleurs ni ancrée à l’UE ni à la Russie, elle entretient des liens substantiels avec chacun d’eux, mais hésite.

Il est toutefois peu probable que l’Ukraine rejoigne cette union, car ce serait effectivement un renoncement à ses aspirations européennes.

Ensuite, ce serait une erreur en termes commercial et géopolitique, sachant que l’Europe pèse davantage avec son marché intérieur que la Russie. Mais c’est également un pays à genoux sur le plan économique, qui se refinance auprès du FMI et de la Russie, et qui depuis 2010 a resserré les liens de manière significative avec le partenaire russe. Un accord prévoit d’ailleurs l’acceptation de la présence militaire russe sur le sol ukrainien contre un prix préférentiel du gaz. Et l’économie ukrainienne, très énergivore, ne pourrait pas supporter un alignement sur les prix du marché européen. 

Sa dépendance énergétique vis à vis de la Russie sème le doute…

Les élections présidentielles russes approchent (2012), quelles sont les chances de Vladimir Poutine de pouvoir poursuivre son projet d’union en tant que Président russe ?

L’alternance n’appartient pas à la culture politique russe, les présidents sont désignés, voire s’auto-désignent dans le cas de Poutine, et cette désignation est consacrée par le suffrage universel.

Autant dire que Vladimir Poutine est d’ores et déjà réélu pour mars 2012.

Et Dimitri Medvedev ?

Il se verrait bien Premier ministre, et il y a aura probablement des tensions concernant l’attribution de ce poste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
texarkana
- 08/10/2011 - 11:31
Ce n'est qu'une déclaration...
...qui ne sera probablement pas suivie d'effet puisque Poutine et Medvedev ne sont même pas capables de réactiver la CEI qui n'est plus que l'ombre d'elle même ou d'effectuer la réunification avec la Biélorussie. Mais assez pour provoquer des frayeurs chez nos chers "kremlinologues"...
Septentrionale
- 07/10/2011 - 15:10
ces nouveaux partisans des privilèges:la fonction publique-.2
les nouveaux pôles de géostratégies politiques dans les affaires du monde vont mettre cette Europe face à ses tares
va-telle savoir se débarrasser à temps de ses défectuosités dues à des pouvoirs publiques qui jouent sur des privilèges,lui pourrissant un bon fonctionnement
ou l'Europe va-t-elle se retrouver à genou à cause de cette fonction publique faisant tomber chaque pays trop étatisé
Septentrionale
- 07/10/2011 - 14:47
ces nouveaux partisans des privilèges:la fonction publique
l'Europe s'est perdue dans une une nouvelle fonction publique européenne technocratique
cette crise va-t-elle (enfin) nous débarrasser de l'imposture de toute fonction publique
faut-il que la Grèce (avec sa fonction publique qui ne veut pas lâcher ses privilèges en osant avec indécence encore faire grève) tombe pour faire imploser l'Europe afin de faire exploser les privilèges de ces nantis à vie