En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 10 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 12 heures 52 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 17 heures 26 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 10 heures 49 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 16 heures 14 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 16 heures 35 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 17 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 17 heures 26 min
© Reuters
La richesse mondiale a progressé de 124%.
© Reuters
La richesse mondiale a progressé de 124%.
Vision biaisée

Le patrimoine des 1% les plus riches de la planète égal à celui des 99% autres : pourquoi la présentation d’Oxfam ne permet pas de comprendre ce qui se passe vraiment sur le front des inégalités

Publié le 20 janvier 2015
Si les inégalités n'ont pas diminué au cours des 15 dernières années, la richesse mondiale a quant à elle progressé de 124%, permettant une forte baisse de l'extrême pauvreté.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les inégalités n'ont pas diminué au cours des 15 dernières années, la richesse mondiale a quant à elle progressé de 124%, permettant une forte baisse de l'extrême pauvreté.
  • Les 1% les plus riches détiennent 50% des richesses : OXFAM enfonce les portes ouvertes car la situation était encore pire en l’an 2000.
  • Si les inégalités n’ont pas diminué depuis 15 ans, la richesse mondiale a progressé de 124% et a permis de réduire fortement le nombre de personnes en situation d’extrême pauvreté.
  • Les inégalités ont surtout progressé en Inde et en Chine
  • Mais contrairement aux anticipations, les sociétés les plus avancées ne sont pas parvenues à réduire leurs inégalités.

 

"Insatiable richesse : toujours plus à ceux qui ont déjà tout".

C’est par ce titre aguicheur que l’ONG OXFAM nous présentait son dernier rapport, dont l’objet, soyons clair, est simplement de faire le buzz avant le prochain forum économique mondial de Davos. Forum qui s’ouvrira ce mercredi 21 janvier. Pour OXFAM, interpeler les dirigeants du monde entier sur la problématique des inégalités méritait bien quelques abus, notamment sur la façon d’employer le matériel statistique. Apparemment, aussi longtemps que la "bonne cause" est servie, peu importe les moyens mis en œuvre. Reste que la complexité du réel pourrait mériter un autre traitement.

Selon le rapport en question, 50% de la richesse mondiale sera rapidement (dès 2016) détenue par les 1% les plus riches de la planète. Ce qui serait une nouveauté. Mais en extrapolant la tendance qui se dessine depuis 2009, l’ONG ne fait que ressortir une réalité bien connue. Car le chiffre correspondant à l’année 2014 est, en réalité, moins défavorable qu’il ne l’était déjà en l’an 2000 :

Part de richesse mondiale détenue par les 1% les plus riches. Source. Credit  Suisse.

Cliquez sur les graphiques pour les agrandir

Rien de nouveau donc. Simplement une annonce choc. En insistant lourdement sur le creusement des inégalités au cours des dernières années, et en ne mentionnant que cette période comprise entre 2009 et 2014, on se prive pourtant de voir qu’entre les années 2000 et 2009, la part de richesse détenue par les 1% les plus riches était en baisse et même largement en baisse. Il ne s’agit donc pas d’une fatalité.

Le "punchline" de OXFAM vise ainsi à affirmer que la situation est en cours de détérioration. Les pauvres sont plus pauvres et les riches sont plus riches. Pourtant, selon les chiffres délivrés par la même étude et produits par le Credit Suisse, le niveau de richesse mondiale se situait à 117 trillions de dollars en 2000 contre 263 trillions en 2014. C’est-à-dire une progression de 124% sur la période considérée. Il est donc possible de s’agacer de la trop faible baisse des inégalités mondiales, mais il est difficile de contester la forte réduction de la pauvreté. Car ce sont près de 700 millions de personnes qui sont sorties d’une situation d’extrême pauvreté au cours des 15 dernières années. Et ce, malgré la hausse des inégalités.

Richesse totale 2000-2014. Par régions. Source Credit Suisse

Et ce n’est pas tout. Car toujours selon les mêmes données, cette tendance inégalitaire à la hausse au cours des 15 dernières années n’est pas le fait des pays "occidentaux" mais plutôt celui de deux pays ; l’Inde et la Chine. C’est-à-dire précisément les deux pays qui ont le plus réduit leur taux de pauvreté.

Il suffit de comparer les trajectoires des inégalités chinoises et européennes pour s’en rendre compte. D’un côté, en Europe, la part dévolue aux 1% les plus riches est passée de 31.7% en 2000 à 27.7% en 2008, puis cette part s‘est redressée à la faveur de la crise à un niveau de 31.1% en 2014. Le résultat est donc nul. Au contraire, la situation chinoise est celle d’une constante progression des inégalités. La part des 1% passant de 19% en 2000 à 37.2% en 2014. Encore une fois, l’important n’est pas tant de comparer un pourcentage de partage de richesse, mais surtout de considérer quelle est la richesse qui a été créé. Car c’est elle qui va être le déterminant principal de la réduction de la pauvreté, qui a est sans précédent en Chine au courant de cette période.

En utilisant le classement OXFAM, toujours selon les chiffres du Credit Suisse, les zones les plus inégalitaires en 2014 sont l’INDE ; ou 49% de la richesse est détenue par les 1% les plus riches, puis l’Afrique avec 46.1%, l’Amérique Latine avec 40.5%, l’Amérique du Nord avec 37.5%, la Chine et ses 37.2%, et enfin, l’Europe avec 31.1%.

Le fait est que la complexité du phénomène inégalitaire ne peut donc se résumer à ce type de traitement "choc". A moins de ne viser qu’une ambition marketing. Les problématiques des pays développés sont différentes de celles des pays émergents. Entre promotion de la redistribution et promotion de la croissance, les différentes zones économiques sont tout simplement soumises à des difficultés contradictoires.

Si l’Europe voit son niveau d’inégalités se dégrader depuis l’entrée en crise, c’est surtout par faute de croissance et non par manque de système de redistribution. A l’inverse, la situation des pays émergents correspond à un stade de développement rapide, lorsqu’une croissance forte produit conjointement une hausse des inégalités mais également une forte baisse du niveau de pauvreté.

Une situation qui correspond à la première phase de la célèbre courbe de Kuznets (de l’économiste Simon Kuznets), qui indique que les premières phases de développement économique d’un pays peuvent s’accompagnent d’une forte hausse des inégalités (mais également d’une forte réduction de la pauvreté). Ici, rien de nouveau. La situation des pays émergents y fait écho.

Mais le défi qui attend le forum économique de Davos correspond à la suite de la courbe. Car selon Kuznets, le stade supérieur du développement économique devait s’accompagner d’une réduction des inégalités. Comme l’économiste le disait lui-même dès 1955, cette hypothèse repose sur 95% de spéculation et sur 5% de preuves empiriques. L’enjeu est aujourd’hui de comprendre pourquoi, et comment, les inégalités continuent de se creuser au sein même des sociétés les plus développées. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TortugaP
- 21/01/2015 - 04:25
suite ... 3/3
L’ ensemble composé a un moment donne des 1% les plus riches investit, crée des emplois, des logements, des biens, des services, consommes et payent des impôts (75% des impôts en France sont payés par les 10% les plus riches dont on parle avec ces 1% mondiaux … pour des personnes dont le sport préféré est de ne pas payer d’impôts, ils sont plutôt mauvais a ce jeux … ) Il est logique qu ils récoltent le fruit de ces investissements, risqués … Quant au ruissèlement, même en l’oubliant, ces investissements créent de la richesse, des emplois, dont la moitié est capte par les 99%

TortugaP
- 21/01/2015 - 04:20
suite ... 2/3
Cracher sur les 1% en les assimilant a des parasites et laisser croire aux 99% qu’il est légitime de réclamer leur dû sur cette fortune est immoral, immonde même.
De même que faire croire que l’ école doit tous nous transformer en Chirurgiens, ingénieurs ou avocats … nous sommes tous égaux mais nous ne sommes pas tous pareils et réussir demande du talent (inégalitairement distribué …), des efforts (nous ne sommes pas tous prêts à faire les mêmes … ) … et de la chance, c’est vrai, encore faut-il créer l' opportunité et la saisir, ce qui signifie rarement choisir la sécurité et la facilité. La chance dans la vie en général ce n est pas comme le loto ou aucun effort n’est nécessaire ...
De plus, ces 1% ne sont pas en permanence les mêmes … il suffit de faire partie des 10% les plus aisés en France pour être dans les 1% mondiaux les plus riches, et près de 50% de la population française fera a un moment parti de ces 10% les plus riches …
TortugaP
- 21/01/2015 - 04:18
Oh Vilfredo pardonne leur … ils ne reflechissent pas ...
Belle redécouverte de la loi de Pareto (80/20, Power law … )
Même si je suppose qu’ il est de bonne guerre pour OXFAM (qui au passage fait un travail remarquable sur le terrain) de présenter les choses comme si elles étaient choquantes ou anormales en soi, il est important de garder un esprit critique et ne pas prendre cet angélisme pour ce qu’ il n’est pas, et il est tout sauf moral ou éthique. Il est bon de ne pas oublier que la démagogie fait le lit du populisme et que ce comportement est au mieux contre-productif au pire un encouragement à l’echec et attise un sentiment de haine envers une population méritante.
Les 1% ne sont pas des exploiteurs, des parasites ou des héritiers oisifs et inutiles. Cette image on ne peut plus fausse héritée de la révolution et vieille de plusieurs siècles ne s’applique plus aujourd’hui, elle est évidement complètement dépassée. Qu on m’explique en quoi Decaux, Google ou Publicis exploitent des armées d’esclaves. Et en quoi je suis un exploiteur du peuple en détenant des actions de ces groupes …