En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 4 min 10 sec
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 1 heure 15 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 1 heure 59 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 3 heures 53 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 3 heures 57 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 1 heure 1 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 3 heures 52 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 3 heures 52 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 3 heures 57 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 20 heures 19 min
© Reuters
Face au poids démographique et à la diversité de l'islam en France, les autorités vont devoir s'adapter.
© Reuters
Face au poids démographique et à la diversité de l'islam en France, les autorités vont devoir s'adapter.
Souplesse

Pourquoi il n'y a pas d'autre choix que de s'adapter à l'islam à moins de vouloir demander aux musulmans de partir (et jusqu'où le faire sans se renier)

Publié le 16 janvier 2015
Il va sans dire que l'islam doit se conformer aux principes républicains et laïcs. Cependant ces derniers ne constituent pas des réponses à eux-seuls. C'est ainsi que les pouvoirs publics sont de temps à autre amenés à faire preuve de pragmatisme, notamment lorsqu'il s'agit de financer des lieux de prière.
Ghaleb Bencheikh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghaleb Bencheikh préside la Conférence mondiale des religions pour la paix. 
Voir la bio
Philippe d'Iribarne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il va sans dire que l'islam doit se conformer aux principes républicains et laïcs. Cependant ces derniers ne constituent pas des réponses à eux-seuls. C'est ainsi que les pouvoirs publics sont de temps à autre amenés à faire preuve de pragmatisme, notamment lorsqu'il s'agit de financer des lieux de prière.

Atlantico : Que serait un islam de France "réussi", selon vous ?

Ghaleb Bencheikh : Je ne suis pas sûr qu’il faille accoler des épithètes au mot islam, car ce qu’il faut qualifier, ce sont les déviants, et non les "modérés". Mais piégés que nous sommes par le vocabulaire, nous n’y échappons pas. Des formules telles qu’ "islam de beauté, d’intelligence et de spiritualité" sont préférables. Si je demeure musulman en dépit de tout, ce n’est pas par dogmatisme, mais parce que l’islam a porté une civilisation brillante, impériale, à l’architecture palatiale et humaniste. Une civilisation de la connaissance. Ce qu’écrit Eric Zemmour, sur le tiers du Coran qui serait un appel à la violence, relève du mensonge éhonté. Des passages belligènes existent, certes, mais pas en aussi grande quantité et ils nous posent problème. Nous devons les circonscrire dans le temps et dans l’espace et déclarer leurs incidences sociales et éthiques plus que caduques, mais les décréter dévitalisées et inapplicables.

Lire également : L’islam face à la modernité : les raisons théologiques et historiques pour comprendre pourquoi les musulmans ont tant de mal à faire évoluer leur religion

Un islam de France "réussi", ce serait donc un islam banalisé, harmonisé, savant, qui ne serait pas ethnicisé. Ce serait un islam "caméléonesque" avec les institutions républicaines, un islam dont les adeptes ne se prévalent pas de leur vision du monde pour l’imposer à leurs concitoyens.

Lire également : Charlie Hebdo : qui est l’ennemi ? Ce qu’il faut comprendre de l’islam pour sortir de la grande confusion intellectuelle ambiante

Philippe d’Iribarne : Il existe deux manières de concevoir ce qu’on appelle l’islam de France.

  • Comme dans le judaïsme, il peut s’agir d’un conseil qui représente l’ensemble des tendances de l’islam. Un conseil qui n’aurait pas seulement un rôle d’organisation, mais aussi de référent théologique, ce qui existe dans l’islam chiite, mais pas dans l’islam sunnite.
  • Autrement, il pourrait s’agir d’un islam qui ne représenterait pas la totalité de des musulmans de France, mais qui serait tout de même un islam en France, en ce sens qu’il se trouverait en bonne harmonie avec les conceptions et les valeurs de la République.

Il me semble que la seconde option est plus réalisable, notamment lorsque l’on écoute des imams comme ceux de Bordeaux ou de Drancy. Une grande partie des musulmans semble vouloir aller dans cette direction, mais il faut bien garder en tête qu’il ne s’agirait que d’une partie seulement. Le reste me paraît utopique.

Lire également : Islam : pourquoi la laïcité nous empêche parfois de comprendre la signification de pratiques religieuses comme le Ramadan

Aujourd’hui cependant, l’Etat et une partie de la population musulmane de France ne s’entendent pas sur un certain nombre principes, notamment le port du voile ou la séparation du religieux et du temporel. Jusqu’où l’Etat peut-il aller dans le sens d’un compromis, afin que ces musulmans acceptent de s’inscrire dans un cadre républicain ?

Ghaleb Bencheikh : L’Etat doit faire preuve d’autorité. En 1989, deux jeunes filles à peine nubiles s’étaient présentées voilées au collège de Creil. Les responsables musulmans n’ont rien fait pour les en dissuader. A supposer qu’il faille en arriver à s’enchaîner aux références scripturaires coraniques – chose qu’il ne faut surtout pas faire- on se rendrait compte que c’est l’acquisition du savoir qui prime, et non le fait de se couvrir la tête.

Du côté de l’Etat, rien n’a été fait. La République a cédé dans un premier temps puis  a légiféré  au bout de quinze ans de tergiversations. D’un côté comme de l’autre il y a eu désengagement, et de régression en régression on en est arrivé à la burqa. C’est pourquoi je dis que les valeurs de la République ne se négocient pas. Faisons en sorte par les divers moyens qui sont à notre portée que l’intelligence et le bon sens finissent par l’emporter.

Philippe d’Iribarne : Pour les salafistes, les musulmans modernistes sont des apostats. A l’inverse, les modernistes considèrent les salafistes les plus virulents comme des barbares. Face à cette réalité, l’Etat français ne peut pas grand-chose.

Autant un gouvernement peut louer des terrains, accorder des permis de construire dans l’idée de savoir qui sera l’imam, ce qu’il dira, et s’il respectera l’idée républicaine, autant il n’a pas intérêt à imiter ce qu’ont fait les pays nordiques : réputés ouverts au multiculturalisme, ce sont eux qui, proportionnellement, ont fourni le plus de candidats au djihad. Mais croire que l’on peut "acheter" des salafistes en échange de concessions, cela me semble totalement illusoire.

Quels efforts de la part de l’Etat  sont acceptables, lesquels ne le sont pas ? L’aide à la construction de mosquées est-elle ce qu’on peut appeler un compromis ?

Ghaleb Bencheikh : C’est un compromis, en ce sens que les pouvoirs publics pourraient répondre qu’en l’absence de lieux de culte, les musulmans n’ont qu’à prier chez eux. Certains pourraient leur dire également qu’au lieu de rassembler des fonds pour construire une énième mosquée, ils pourraient en faire de même pour une école, puisque l’acquisition du savoir prime sur le culte. Mais s’il est important aux yeux d’une communauté d’avoir sa mosquée, il n’y a pas de mal à ce que la collectivité finance un centre culturel attenant à un lieu de prière. Un maire de bonne volonté préfèrera toujours que les prières se tiennent dans un lieu propre et transparent plutôt que dans la rue ou dans une cave.

Le problème ne vient-il pas en partie du fait que les pouvoir public n’ont jamais assumé cette main tendue envers la communauté musulmane, réalisée notamment au travers de constructions de mosquées déguisées en subventions à des associations ?

Ghaleb Bencheikh : La transparence serait une manière de montrer que le politique et le religieux peuvent travailler en bonne intelligence. En ne cherchant pas à dissimuler cette aide, les pouvoir publics montreraient ainsi qu’ils ne se courbent pas devant l’ "islamisation" de la France, mais qu’ils cherchent à régler un problème. Lorsque les choses sont nommées, verbalisées, les concitoyens sont rassurés. Dans une situation de crise et de chaos, il faut s’interroger sur les manquements : voyez la Marche pour l’égalité et contre le racisme. Ce mouvement n’avait rien de religieux, il n’aspirait qu’à un peu plus de liberté, d’égalité et de fraternité, dans une logique républicaine et tout ce qu’il y a de plus laïc. Cela n’a rien donné, aucun des leaders – ou presque - n’est arrivé en politique. Dès lors, rien d’étonnant à ce que la génération qui a suivi donne aujourd’hui des monstres tels que ceux que nous avons vu à l’œuvre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 18/01/2015 - 13:55
@Pierre29000 de tout cœur (breton) avec vous!
Si vous décidez une manifestation PEGIDA contre cette mosquée contre-nature, j'y serai! Même si ne devions être seulement deux...
Pierre29000
- 14/01/2015 - 17:09
Lutter contre l'islamisation
Dans ma petite ville de Bretagne ils vont construire une mosquee, il y a des magasins halal, et je ne suis pas d'accord. Ca me derange de voir ma Bretagne s'islamiser doucement. Je voudrais bien manifester pacifiquement, comme pegida. Ou bien voter localement sur oui/non a la construction d'une mosquee. Mais ca n'est pas possible. Si rien ne change, les citoyens devront sans doute agir sans intermediation.
essentimo
- 14/01/2015 - 12:58
réaction
par le Maire de Rotterdam, musulman. A lire !