En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© NASA
Le France vue de nuit.
Révélateur
Vues du ciel la nuit, les grandes villes mondiales ne se ressemblent pas et ça en dit long
Publié le 09 janvier 2015
Si le lien entre le développement économique d'une grande ville et son éclairage est indéniable, les scientifiques évoquent aussi des "différences dans la culture de l'éclairage" d'une capitale à l'autre.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le lien entre le développement économique d'une grande ville et son éclairage est indéniable, les scientifiques évoquent aussi des "différences dans la culture de l'éclairage" d'une capitale à l'autre.

D'après des scientifiques, la pollution lumineuse affecte aussi bien la faune terrestre que nos habitudes de sommeil, à des niveaux différents selon les régions du globe. Les auteurs d'un article récemment publié dans la revue "Remote Sensing" ont exploité un nouveau système d'imagerie spatiale pour étudier les variations de l'éclairage nocturne dans plusieurs villes aux Etats-Unis et en Europe.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont analysé des clichés réalisés par le satellite Suomi NPP de la NASA et par la station spatiale internationale.

Si le lien entre le développement économique d'une grande ville et son éclairage est indéniable, les chercheurs évoquent aussi de "probables différences dans la culture de l'éclairage" d'une capitale à l'autre.

Les chercheurs affirment que l'étude de l'éclairage nocturne permet d'en apprendre beaucoup sur une ville, son histoire, et sa culture. Le développement technologique, l'activité culturelle, la signalisation routière, et même la disposition des rues sont autant de facteurs clés pour étudier efficacement l'éclairage d'une ville. 

De manière générale, les capitales d'Europe de l'ouest sont bien plus éclairées que les grandes villes d'Europe centrale, où la densité de population y est pourtant souvent plus importante. Deux villes font figure d'exception. La capitale polonaise, Varsovie, est étrangement lumineuse, alors qu'Amsterdam semble bien sombre en comparaison de ses voisins.

A l'échelle mondiale, les scientifiques ont par exemple été surpris de constater qu'aux Etats-Unis, l'éclairage est beaucoup plus important que dans des villes allemandes de la même superficie. Si l'Allemagne et les Etats-Unis  connaissent des niveaux de développement économique comparables, les villes américaines semblent en effet beaucoup plus lumineuses que les villes allemandes de superficies similaires. 

A Berlin, les chercheurs ont découvert plusieurs différences d'éclairage qui rappellent l'héritage de la guerre froide entre l'est et l'ouest. L'est de la ville est dominé par une lumière de teinte orangée, générée par de vieillissantes ampoules à sodium à basse pression. L'ouest de la ville dégage en revanche une lumière blanche issue des nouvelles ampoules LED. L'est de la ville semble émettre plus de lumière que la partie ouest, pourtant plus développée. Ce contraste lumineux entre l'est et l'ouest a aussi été constaté de manière plus large à travers l'Allemagne.

D'après les auteurs de l'étude, ces variations lumineuses peuvent également s'expliquer par les habitudes des riverains. A Berlin, il est par exemple conseillé d'utiliser un éclairage extérieur "seulement si nécessaire" depuis une étude réalisée entre 2006 et 2008, selon laquelle le niveau d'éclairage des rues Berlinoises n'avait pas d'incidence significative sur la sécurité des habitants.

Dans l'hexagone, l'éclairage des bureaux, magasins et monuments a été restreint depuis le 1er juillet 2013 pour lutter contre le gâchis d'électricité. Si la capitale n'est que partiellement concernée par cette mesure, dans les grandes villes, l'éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels et des vitrines doit désormais s'éteindre à une heure du matin et ne pas être rallumé avant sept heures.

Le ministère de l'écologie avait alors prévu de réduire la consommation électrique de près de 2 térawatt-heures par an sur l'ensemble du territoire grâce à cette mesure, ce qui représente la consommation annuelle en électricité de 750 000 ménages. Des dérogations prévoient toutefois d'épargner certaines zones lors des périodes de fêtes et dans les zones à forte affluence touristique, notamment à Paris dans le quartier de la butte Montmartre et aux Champs-Elysées.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires