En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 1 heure 52 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 3 heures 28 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 10 heures 54 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 20 heures 18 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 21 heures 34 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 23 heures 45 sec
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 2 heures 38 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 4 heures 54 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 8 heures 21 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 11 heures 19 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 20 heures 52 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 22 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Effets secondaires

La maladie française de la réforme ratée : comment 30 ans de politiques mal inspirées ont abîmé la France

Publié le 02 janvier 2015
Alors que le gouvernement s’enorgueillit d'engager le pays dans la réforme, il convient de s'interroger sur le sens réel de ces dernières. Réforme territoriale, suppression du département, regroupement de la police et de la gendarmerie... Autant de dispositifs qui s'attaquent chaque fois à de faux problèmes, quitte à en créer de nouveaux.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le gouvernement s’enorgueillit d'engager le pays dans la réforme, il convient de s'interroger sur le sens réel de ces dernières. Réforme territoriale, suppression du département, regroupement de la police et de la gendarmerie... Autant de dispositifs qui s'attaquent chaque fois à de faux problèmes, quitte à en créer de nouveaux.

Au temps du communisme triomphant, les soviétologues disaient qu’à la différence d'un régime politique classique, les idéologues réformaient, généralement pour le détruire, ce qui allait bien et ne touchaient pas à ce qui allait mal. C'est même à cela qu'on les reconnaissait !

L'exemple le plus notoire est la fin de la NEP (nouvelle politique économique) décrétée en 1929 par Staline. De 1921 à 1929, la nouvelle Union soviétique s’était, par un certain retour au libéralisme économique, relevée des terribles destructions entraînées tant par la guerre avec l'Allemagne que par la guerre civile de 1917-1920. A partir de 1929, Staline, au travers de la collectivisation intégrale cassa tout : les plus productifs des paysans furent massacrés, leurs biens spoliés, les ingénieurs  et les chefs d'entreprise envoyés au goulag etc.

L'armée, elle aussi s'était reconstituée au cours des années trente. En 1936, Le même Staline entreprit les grandes purges qui entrainèrent la liquidation non seulement d'une grande partie du parti mais  de l'état-major des armées,  cela à la veille de la guerre de 1940.

La Chine   fit encore pire   : en 1956  (Grand bond en avant), puis en 1966 (Révolution culturelle), Mao-tsé Toung prit un   tournant de la  radicalisation idéologique particulièrement destructeur, non seulement en vies humaines (des dizaines de millions chaque fois) mais du tissu économique renaissant.

En même temps, les problèmes rémanents du régime : bureaucratie, faiblesse des industries de consommation, incapacité de l'agriculture à nourrir le pays  etc.  Restaient, tant en URSS qu'en Chine, en suspens. Et pour cause.

Le régime  communiste ne vivait que de ce  qui avait été produit  en dehors de l'idéologie : ingénieurs mus par le goût de leur travail, lopins individuels des paysans, marchés kolkhoziens, réseaux de solidarité parfois religieux, petites entreprises en marge du système, artisanat. Dès que ces anomalies prospéraient trop, les idéologues du partis se jetaient sur elles pour, au motif de les réformer, les détruire, jusqu'a ce que, avouant qu'on ne pourrait de passer d'elles, il faille   leur laisser à nouveau la  bride sur le cou. 

Sans doute les logiques subtiles qui nous gouvernement aujourd'hui  ne  sont-elles pas de même nature que l'idéologie communiste (on aurait pu en dire autant de l'idéologie nazie). Mais  de plus en plus il apparait que quand une grande  réforme  est mise en œuvre, il y a probabilité qu'elle ne vise  à résoudre aucun problème mais à  appliquer des schémas abstraits, alors que les vrais problèmes, eux,  ne sont pas traités.

Des Réformes presque toujours malfaisantes

C'est dire  à quel point la France d'aujourd'hui qui voit s'abattre sur elle une avalanche de réformes  dont la plupart , n'en doutons pas,  poseront pus de problèmes quelles ne vont en résoudre, est en dépit des apparences un pays qui marche bien. L'exemple le plus criant est celui de la réforme territoriale.

L'idée de regrouper les régions  parce qu'elles ne seraient pas, dit-on, de taille "européenne", ne correspond à aucune nécessité.

Elle part d'idées fausses : nos régions sont de la même taille que dans les autres pays d'Europe : entre 2,5 et 3 millions d'habitant. Si la moyenne est plus élevée en Allemagne cause de trois gros länder (Bavière, Rhénanie Westphalie, Bade-Wurtemberg) 8 sur 15 länder, très inégaux entre eux sont au-dessous de la moyenne française  comme  20 états des Etats Unis sur 50.

L'idée qu'il y ait une taille optimum de ces régions devrait être démentie par l'efficacité incontestable des cantons suisses.

Cette réforme ne mettra que du désordre : du découpage rationnel de 1964, fondé la plupart du  temps sur les identités régionales historiques, on passera à un découpage artificiel  où  "une chatte ne reconnaîtra pas ses petits". Déraciner, affaiblir les identités,  tel sera l'effet, tel est peut-être le but de cette réforme.

Comme toutes les réformes,  celle là aura un coût de transition considérable : il faudra à la fois fermer le conseil régional d'Auvergne et agrandir celui de Rhône-Alpes, fermer celui  de Metz. Et comme toutes les opérations de fusion concertation opérées dans les sphères publiques, celle-ci alourdira les frais généraux.

Regrouper à tout prix, au nom de l'idée fallacieuse qu'on fait ainsi des économies, tel avait été déjà le principe de la superposition au réseau communal de communautés de communes ou d'agglomération, à partir de la loi Joxe de 1992. Un système parfaitement artificiel alors que toutes les fonctions des nouvelles communautés  étaient déjà remplies à moindre coût par les structures de type syndical qui s'étaient constituées auparavant, alors que personne ne se plaignait du système précédent, alors qu'il était, malgré le chiffre emblématique de 36 800 communes le moins coûteux qui soit, alors qu'il  a fallu recruter 200 000 fonctionnaires de plus pour faire marcher le nouveau système. Pas de problème, une solution quand même, et une immense complication à la clef  : voilà la méthode actuelle de réformer !  

Même propagande absurde aujourd'hui contre le département qu'il faudrait supprimer pour lutter  contre le "millefeuille français", millefeuille imaginaire : nous n'avons pas plus de niveaux administratifs locaux que les autres pays, sauf les communautés que l'on vient d’évoquer,  et alors que des entités  du genre du département existent chez tous nos partenaires, sous des noms différents : kreis, province, comté.  Gageons que là aussi, cette réforme que, dans le public, personne ne demande et qui ne serivira à rien, mettra un immense désordre.

Le processus des reformes inutiles ou destructrices n'a pas attendu le quinquennat actuel pour se manifester.

Quinquennat ? Là aussi il s'agissait de réformer, de moderniser alors que presque tout le monde aujourd'hui réalise les inconvénients qu'il présente  vis à vis de l'antique septennat.

On parle depuis 25 ans de réforme de l’Etat (un Etat qui marchait bien et avait été tenu pour un modèle dans une grand partie du monde pendant deux siècles) . Mais l'acte décisif  en  a  été la loi organique du 1er août 2000, dite LOLF qui s'est inspirée d'un principe aussi simpliste que fallacieux: il faut gérer l'Etat comme le secteur privé. Détruire les corps de fonctionnaires, se fonder, pour qu'ils soient efficaces, sur le incitations financières et non sur leur goût de bien faire, instaurer une compétitivité en partie double, multiplier les indicateurs d'activité plus artificiels les uns que les autres et surtout regrouper, regrouper les services  au motif de faire des économies alors qu'il suffisait de réduire le personnel service par service, en allégeant le procédures sans bouleverser sans cesse les organigrammes. Le résultat: une immense démobilisation de l'administration française. L’exemple de la  police et de la gendarmerie que l'on veut à tout prix regrouper, au mépris de leurs traditions propres, et alors qu'il ne s'était jamais posé le moindre problème de coordination entre elles, est à cet égard emblématique.

On pourrait sortir de la sphère admistrative stricte. La superposition des ARS (agences régionales de santé) aux hôpitaux, des PRES (pôle de recherche et d'enseignement supérieur) aux universités, solution à des problèmes de gestion qui ne se posaient pas, ont abouti à une strate bureaucratique de plus.

Chaque année sur des motifs plus ou moins justifiés, une couche de réglementation supplémentaire  est imposée aux entreprises.

Les réformes de l'éducation nationale (par exemple celle des rythmes scolaires) qui visent à imiter un modèle allemand dont tous les Allemands savent qu'il marche mal nous font aggraver chaque année le désastre. La cible sournoise de beaucoup de projets en cours est le système des grandes écoles, précisément ce qui marche très bien. Et que, pour cette raison on veut détruire.

Ainsi la société prétendue libérale est inspirée, sinon par  une idéologie constituée, au moins par une série de schémas simplistes et répétitifs, généralement destructeurs : fusionner, se rapprocher du modèle privé, se rapprocher de modèles étrangers imaginaires dont on ne s'est même pas donné la peine de vérifier l'efficacité sur place, et surtout, quelque part, la volonté de déshumaniser. Pour cela, elle  multiple les réformes qui toutes - à l'exception certaines réformes contraintes comme celles des retraites - ont  l’l'effet  de multiplier les  problèmes  là même où il n'y en avait pas.

Il serait facile de montrer que tous les travers de la société française actuelle  ne résultent pas d'une évolution spontanée mais viennent de réformes mal conçues effectuées au cours des trente dernières années.

Nous avions un Etat exemplaire, une des meilleures  écoles  du monde, une administration territoriale particulièrement humaine parce que près du terrain et peu coûteuse grâce à l'esprit d'économie des maires et conseillers généraux à la mode d'autrefois, et  grâce à eux, le meilleur réseau routier secondaire qui  soit, nous avions un ministère des finances particulièrement  efficace, un contrôle des comptes publics sas faille grâce à la séparation des ordonnateurs  et des comptables.

Tout cela nous l'avons consciencieusement déconstruit  en faisant au fil des ans des réformes dont rien ne démontrait  la nécessité et que personne ne demandait.

Nous nous portons fort de  démontrer que si on n'avait fait aucune réforme en France de puis 25 ans, le déficit des finances publiques serait moitié moindre.

Aujourd'hui on veut faire un "big bang territorial",  c'est la meilleure preuve, selon le  modèle soviétique que nous avons évoqué au début de cet article que notre administration  territoriale est excellente. Ses effectifs sont il est vrai excessifs, mais depuis quand le son-ils ?  Depuis qu'on a commencé à la réformer, notamment au travers des intercommunalités !  

Beaucoup d'autres réformes ont été entreprises par le présent gouvernement: Là aussi  ne cherchez pas : la France va mieux qu'on  croit puisque plusieurs  domaines  attirent la hargne des nouveaux idéologues. Ainsi la distribution des médicaments set à la fois permanente et sous contrôle grâce à un réseau de pharmacies couvrant tout le territoire. On veut le bousculer. Pourquoi ? Il coûterait trop cher : qu'on nous dise alors les économies escomptées. On ne nous le dit pas. La vraie raison  de ce prurit de réformes est que le système marche trop  bien !

Et qu'en est-il de l'avenir ?    Alors là  nous vient l’idée que tout va vraiment très bien chez nous puisque Nicolas Sarkozy, nouveau président de l'UMP, envisage de revenir en nous disant qu'il va "tout changer" ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 29/12/2014 - 10:37
Oui oui avant c'était mieux ! mais bon il ne faut pas gratter
pour voir! Mais comme maintenant nous avons les mêmes Fonctionnaires avec tous les pouvoirs de la Présidence aux assemblées comme avant depuis 1981 et bien vous aurez les mêmes conneries. Et cerise sur le gâteau et bien en votant FN MLP et bien c'est encore plus d'Etat et de Fonctionnaires pour vous diriger et vous dire comment pensée (comme avant) mais avec les mêmes Poncifs (sans les Fonctionnaires et bien vous les Français vous ne pouvez survivre) alors que finalement c'est l'inverse bien évidemment!!!
Benvoyons
- 29/12/2014 - 10:28
Pour les connaisseurs les 2 systèmes de télécommunication
était Rubis et Acropole.
Benvoyons
- 29/12/2014 - 10:20
Mr Hureaux fait de l'humour! En effet 2 services de l'Etat la
Police et la Gendarmerie avant que l'ensemble soit regroupé pour son fonctionnement et bien n'avaient pas trouvé mieux que de commander deux systèmes de communication avec lesquels ils ne pouvaient communiquer entre eux. C'est d'une intelligence rare de nos anciens Fonctionnaires s'occupant de la Sécurité de la France. Donc le coût était beaucoup plus cher qu'avec un achat d'un même système (même pour la maintenance) et donc aussi l’impossibilité de transmettre une demande de suivie d'un tueur quand cela sortait de leur sphère respective. Maintenant suivant Mr Hureaux l'humoriste et bien 15780 communes d'Allemagne regroupant 81 millions d'habitants coûtent plus cher que 36000 communes Française avec 65 millions d'habitants. Franchement il prend les gens pour des C... et même ses confrères de la Cours des Comptes ( alors que la Cours des Comptes est le même contenu que des Fonctionnaires) Il ne faut pas oublier tout de même que l’État Français est géré par des Fonctionnaires et animé par ( 55 à 60% des députés,sénateurs,Régions,communes etc.) par des Fonctionnaires élus. Ce qui n'est pas le cas de l'Allemagne, de l'UK,l'Autriche,Pologne, etc.ou un fonctionnaire ne peut être un élu