En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Précarité alimentaire
Pauvreté et dons alimentaires : un besoin urgent de pragmatisme
Publié le 27 décembre 2014
Après 7 années de vaches maigres, l'augmentation de la pauvreté nous rappelle que la prospérité n'est pas un acquis. Faute d'argent, les besoins vitaux sont rognés, et certains ménages peinent à remplir le frigo. Un triste constat qui doit nous rappeler combien il est important d'assouplir les normes sanitaires concernant les dons d'aliments périmés.
Muriel Boulmier est déléguée de l’UDI chargée du 3ème âge, et Adjointe au Maire d’Agen en charge de la politique sociale et de l’accessibilité. Elle est également l'auteure de deux rapports de missions ministérielles sur l’adaptation de la société...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Muriel Boulmier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Muriel Boulmier est déléguée de l’UDI chargée du 3ème âge, et Adjointe au Maire d’Agen en charge de la politique sociale et de l’accessibilité. Elle est également l'auteure de deux rapports de missions ministérielles sur l’adaptation de la société...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après 7 années de vaches maigres, l'augmentation de la pauvreté nous rappelle que la prospérité n'est pas un acquis. Faute d'argent, les besoins vitaux sont rognés, et certains ménages peinent à remplir le frigo. Un triste constat qui doit nous rappeler combien il est important d'assouplir les normes sanitaires concernant les dons d'aliments périmés.

Chaque jour, nous côtoyons un certain nombre de personnes dont le visage nous est familier et dont nous savons que le sort n’est pas celui qu’ils auraient souhaité.

Les sept ans de crise que nous vivons nous rappellent que la prospérité n’est pas un droit acquis comme ont pu le penser à tort les boomers d’après guerre et leurs enfants, qui ont grandi au cœur de la société de consommation. Les médias, les visages croisés chaque jour, autant d’éléments qui nous obligent à ouvrir les yeux : aujourd’hui, tout le monde n’a pas à manger !

Ces sept années de vaches maigres nous obligent à moderniser ou réformer, au choix, et nous contraignent à renoncer aux modèles rigides de l’après-guerre pour nous ouvrir à de nouvelles solidarités sous peine d’affronter les conséquences d’une rupture sociale forte.

Nous déplorons sincèrement la pauvreté ? Nous regrettons le gaspillage ? Certes ! Mais, nous demeurons derrière le paravent protecteur des normes sanitaires qui figent tellement les règles que l’émotion en devient hypocrite.

C’est à juste titre que nous nous désolons des 20 kg de nourriture jetés par chaque Français chaque année, auxquels s’ajoutent la masse d’invendus des commerces javellisés par obligation, alors même que plusieurs millions de nos compatriotes subissent une précarité alimentaire. Ce besoin de solidarité alimentaire s’exprime donc avec force. Aussi, je veux saluer la proposition de loi déposée par des Députés UMP et Centristes en septembre dernier visant à astreindre les grandes surfaces à proposer leurs invendus alimentaires à des associations caritatives. C’est un premier pas dans la bonne direction, emprunt de pragmatisme et de bienveillance. Mais allons jusqu’au bout…

Il est urgent et indispensable de modifier  les dates limites de consommation et par là même celles des dons alimentaires. Aujourd’hui, il est interdit à un commerçant de donner un yaourt pasteurisé le lendemain de la date limite de consommation ! Il est interdit à une association de le distribuer à une famille !! Ineptie… car chacun d’entre nous consomme ces mêmes produits laitiers, restés au frais, quelques jours après la date fatidique (DLC) sans conséquence fâcheuse. Il en va de même pour le fromage à pâte cuite ou autres aliments pasteurisés ou protégés par des conservateurs inoffensifs.

Je plaide donc pour que soit instaurée une période courte de clémence après la DLC destinée aux seuls dons  pour les produits les moins exposés indispensables à l’équilibre nutritionnel. Cette période doit être définie par une autorité sanitaire sur la base des travaux existants et en partenariat avec l’industrie agro-alimentaire. Toute association reconnue d’intérêt général pourrait alors les recevoir et les distribuer.

Lutter efficacement contre la précarité alimentaire, c’est faire preuve de pragmatisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 28/12/2014 - 08:27
Résultat du fameux modèle social à la francaise
Et si l'on se rendait enfin compte que nos centaines de milliards distribués sans contrôle " fabriquait " des nouveaux pauvres, pourquoi travailler quand on gagne plus d'argent en restant à la maison? De plus plus aucuns impôts, taxes, et frais médicaux. De plus c'est un merveilleux aspirateur pour l'immigration. Alors on pourrait au moins se poser des questions....
myc11
- 27/12/2014 - 18:28
C'est vrai que la consommation de produits fraichement périmés
n'entraine pas de problèmes comme cela nous arrive de le constater à titre individuel. Mais le problème se pose sur le plan collectif. Une allergie d'une personne, une circonstance malheureuse (j'étais intoxiquée par un produit non périmé, comme quoi!) pose tout de suite des problèmes de santé publique. C'est pas gagné comme on dit. J'ai vu des gens attendre la fin d'une journée pour se servir dans la poubelle d'un magasin bio, de produits qui étaient plutôt soldés parce que moins frais à la vue. ça ne pose pas de problèmes au manager tant que les gens ne portent pas plainte.