En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Delarue/Lescure: ça ne tourne plus rond entre ces anciens collègues

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 2 heures 4 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 2 heures 37 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 7 heures 36 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 2 heures 23 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 3 heures 24 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 4 heures 34 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 5 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 8 heures 22 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 19 heures 17 min
Rigueur au menu

Alerte à la hausse des taux d'intérêt !

Publié le 29 septembre 2011
Le projet de loi de finances pour 2012 a été présenté ce mercredi en Conseil des ministres. Avec une dette publique de 87% et une augmentation du taux des prélèvements obligatoires, les Français vont devoir se serrer la ceinture...
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi de finances pour 2012 a été présenté ce mercredi en Conseil des ministres. Avec une dette publique de 87% et une augmentation du taux des prélèvements obligatoires, les Français vont devoir se serrer la ceinture...

Atlantico : Le projet de loi de finances pour 2012 a été présenté ce mercredi en Conseil des ministres. Dans quel contexte est mise en œuvre la rigueur en France ?

 

Jean-Marc Daniel : Tout d’abord, l’annonce faite de baisser le déficit correspond à remplir les critères du pacte de stabilité et de croissance en 2013. L’objectif affiché est finalement celui du retour à une normalité.

 

Pour cela, deux possibilités s’offrent au gouvernement : baisser les dépenses ou augmenter les impôts. Or si le gouvernement affiche une certaine rigueur sur les dépenses, avec la poursuite de réduction des effectifs, avec l’évolution des dépenses de fonctionnement qui sont stabilisées, il prône également la rigueur fiscale. Même si on la baptise rabotage de niches fiscales, et qu’on essaie volontiers de contourner l’expression, le fait est que le taux de prélèvements obligatoires va augmenter.

 

Enfin, la rigueur affichée de l’économie française est dans une situation particulière. La réflexion se porte sur une baisse de la dépense publique, mais la condition sine qua non pour y parvenir réside dans l’engagement d’une réflexion sur les missions de l’État. Ce qui ne rentre pas dans le cadre du budget actuel, qui est le budget d’un quinquennat, et donc forcément soumis aux aléas politiques.

 


Le gouvernement nous parle d’assainir la dette publique, de réduire le déficit budgétaire, mais n’est-il pas avant tout question de rembourser les intérêts ?

 

De toutes les façons, le remboursement de la dette publique ne figure jamais dans les budgets, puisque celui-ci se résume uniquement au versement des intérêts. La construction des finances publique est liée à des compromis historiques nés au XIXe siècle.

 

Il est considéré que la dette publique ne doit pas être remboursée. Un agent économique public n’est obligé de rembourser sa dette qu’au moment où il est reconnu comme étant en défaut de paiement. Or normalement, un État ne fait jamais défaut de paiement, même si les Allemands considèrent que cette idée idiote, ne serait-ce que pour prendre l’exemple grec.

 

La structure de la réflexion économique est issue de l’organisation mise en place par les Britanniques en Europe au XIXe siècle, qui suppose que les États ne font jamais défaut. Pour les Anglais, la pire des choses qui pouvait arriver, c’était qu’un État fasse défaut, parce que cela déstabilise et fait exploser le système économique et financier. Même s’il on a du mal à le percevoir, ils sont toujours dans le vrai.

 

Dans le budget de l’État, il n’y a donc pas d’amortissement de la dette, mais uniquement le versement des intérêts. Ce qu’il y a d’intéressant, c’est que ce reversement d’intérêt est relativement peu important, car les taux d’intérêt sont relativement bas. Une des menaces qui pointe sur le budget français est une hausse d’intérêt, dans les proportions de celles qu’ont connues l’Espagne et l’Italie. Cela entraînerait des difficultés supplémentaires. Des questions se posent : les hypothèses économiques largement surévaluées de l’Etat, et pointées par l’OCDE et le FMI, vont-elles trouver réponses ? De ce côté, le gouvernement semble prendre le chemin d’une normalisation.

Deuxième chose, la question du budget de l’Etat et de ses différentes composantes. Par exemple, pour le budget de la sécurité sociale, le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) reste en cours de négociation et d’arbitrage. D’autres arbitrages douloureux ont aussi été reportés dans le temps.

 

 

Sachant que la dette n’est pas amortie mais simplement les intérêts de celle-ci, est-il réellement nécessaire de s’en prendre à l’épargne des Français par une hausse des prélèvements obligatoires ?

 

Si l’on veut reconstituer les marges de manœuvres de l’État, il faudrait plutôt s’en prendre aux dépenses qu’aux recettes. Ce dont souffre l’économie française, ce n’est pas d’un trop plein d’épargne, mais d’un trop plein de consommation. C’est à dire que l’économie souffre d’avoir trop de consommation par rapport à sa capacité d’investissement.

 

S’il on doit frapper par le biais des recettes, soit augmenter les impôts, et si l'on veut reconstituer la croissance à moyen terme de l’économie française, il va falloir augmenter les impôts sur la consommation. Soit le débat sur la TVA sociale, et celui - plus anecdotique - de porter la CSG sur les retraites autour de la CSG sur les revenus d’activité. Le véritable bon outil si les impôts doivent augmenter, c’est plutôt l’impôt sur la consommation ou l’impôt sur le revenu, c’est à dire la TVA ou la CSG.

 

 

Était-il réellement nécessaire de s’en prendre également au portefeuille des Français, en taxant les biens de consommation courante dits « nocifs », comme le soda ou le tabac ?

 

Sodas, cigarettes, il s’agit d’un impôt moral. Mais dans ce cas, il faudrait également frapper sur l’alcool, et les autres produits addictifs qui coûtent chers à la sécurité sociale. Reste qu’il faut prendre garde aux discours de communication difficiles à suivre dans les intentions. Dire à la fois qu’on augmente l’impôt sur le soda pour lutter contre l’obésité, et chercher à rassurer en affirmant que ça n’augmentera que d’1 centime le prix du coca, c’est tenir un discours contradictoire. Sur l’alcool c’est pareil : le tabac est taxé, mais on ignore volontairement l’alcool, du fait de son secteur industriel puissant.

 

 

Pour certains, une vision de plus long terme doit se substituer aux « petites mesures » pour résoudre le déficit budgétaire et la dette publique, et ce sans demander aux Français de se serrer la ceinture. Pareille vision est-elle concevable ?

 

Dire qu’il ne faut pas demander aux Français de se serrer la ceinture, je suis à la fois d’accord et pas d’accord. C’est évident que les plans d’austérité brutaux sont absurdes, puisqu’ils ne relancent ni la croissance ni la compétitivité, et aggravent même les problèmes. L’exemple grec est frappant.

Cela n’a de sens que dans un pays qui aurait un déficit extérieur, soit un problème de déficit commercial. Or, la France est confrontée à un problème de finances publiques, donc la seule bonne réponse, c’est la croissance. Et le poids de l’austérité, telle qu’elle est menée, casse la croissance.

 

Il faut se donner du temps, mais ne pas se bercer d’illusions. Pour relancer la croissance, il faut rééquilibrer le partage consommation et investissement, et assurer des transferts de pouvoir d’achat des ménages vers les entreprises. Il faut faire ce que fait Cameron a fait : baisser l’impôt sur les sociétés, et compenser par une augmentation de la TVA pour repartir vers la croissance et la compétitivité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Delarue/Lescure: ça ne tourne plus rond entre ces anciens collègues

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rue102361
- 29/09/2011 - 12:20
blague drole
Le premier poste de dépense de la France en 2012 et le remboursement de la dette, pas n'importe comment puis ce que celle ci se fera par le remboursement des seules intérêts des 38 dernières années donc sans rembourser la dette elle même, la logique voudrai que l'on tape de la même manière sur le train de vie de l'état que eux l'ont fait sur l'éducation. On ne peux plus tourner en rond.
brennec
- 29/09/2011 - 09:50
ça va tanguer!
Faire ce que Cameron a fait demande des hommes politiques equipés de quelques notions économiques, en plus d'avoir du courage. Ce n'est pas gagné, on peut prévoir quelque peu de tangage lors du prochain quinquennat, vu que la politique du chien crevé sera la notre et que en cas de tempête ce n'est pas celle qui assure la stabilité.