En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Tableau noir
"Éducation nationale : la crise est due à des décennies de destruction de toute forme d’autorité"
Publié le 28 septembre 2011
Les enseignants du public et du privé ont fait grève commune ce mardi. L'occasion pour l'ancien ministre de l'Éducation nationale Jack Lang de dénoncer la "sauvagerie" de l'État à leur égard. Mais n'est-il pas lui-même responsables de leurs difficultés actuelles ?
Natacha Polony est directrice de la rédaction de Marianne et essayiste. Elle a publié Ce pays qu’on abat. Chroniques 2009-2014 (Plon) et Changer la vie (éditions de L'Observatoire, 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Natacha Polony
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Natacha Polony est directrice de la rédaction de Marianne et essayiste. Elle a publié Ce pays qu’on abat. Chroniques 2009-2014 (Plon) et Changer la vie (éditions de L'Observatoire, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les enseignants du public et du privé ont fait grève commune ce mardi. L'occasion pour l'ancien ministre de l'Éducation nationale Jack Lang de dénoncer la "sauvagerie" de l'État à leur égard. Mais n'est-il pas lui-même responsables de leurs difficultés actuelles ?

Atlantico : Pour la première fois depuis les années 1980, les enseignants du public et du privé ont fait grève commune ce mardi. A cette occasion, l’ancien ministre socialiste de l’Éducation nationale Jack Lang a dénoncé une « sauvagerie » et une « violence » de l’État à l’égard des enseignants. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Natacha Polony : Cela m’inspire que Jack Lang est l'un de ceux qui a le plus abimé l’école ces dernières années. Quand il était ministre de l’Éducation nationale, les réformes qui ont été faites, notamment sur les programmes scolaires, étaient catastrophiques. Ces réformes ont détruit la qualité du métier d’enseignant en introduisant absolument toutes les pédagogies modernistes et constructivistes, centrées sur l’enfant, qui empêchaient les professeurs de transmettre réellement les savoirs. L’état de l’école aujourd’hui est donc largement dû à la politique menée par Jack Lang.

 

Le même Jack Lang soutient la proposition de François Hollande de recréer 60 000 à 70 000 postes dans l’Éducation nationale. L'école souffre-t-elle essentiellement d'un manque de professeurs ?

Ce n’est évidemment pas un problème uniquement quantitatif. C’est pour cela que je soulignais le fait que les réformes, depuis trente ans, ont détruit l’école et que les résultats catastrophiques des élèves français dans les comparaisons internationales ne sont pas dus à la politique actuelle du gouvernement car il y a toujours « un effet retard ».

François Hollande dit qu’il va recréer des postes, mais je doute qu’il puisse le faire. En période de crise, avec une dette absolument abyssale, l’honnêteté voudrait que l’on ne fasse pas ce genre de promesses.

Quand bien même il voudrait réellement le faire, cela ne permettra pas de retrouver le nombre d’enseignants qui existait avant 2007 pour une raison simple : cette année, 1000 postes au CAPES ont été laissés vacants. Il n’y a tout simplement pas assez de candidats. Pour qu’un jury de CAPES, sachant le manque de professeurs aujourd’hui, décide de ne pas pourvoir des postes, c’est vraiment qu’il a estimé que les candidats n’avaient pas le niveau.

 

Comment explique-t-on alors ce manque de candidats à la profession d’enseignant ?

Le métier a été détruit depuis trente ans. Les différentes réformes ont fait qu’il est devenu impossible d’enseigner dans les classes. Les professeurs se sentent démunis, dévalorisés. Quand un enfant n’a pas appris, dès la maternelle, à se comporter comme un élève, cela nécessite un gros travail pédagogique. Quand ce travail n’a pas été fait en amont, arrivé au collège, cela devient intenable. Les enfants qui ont mal appris à lire sont en souffrance. Vous imaginez passer huit heures par jour assis sur une chaise, à ne pas comprendre ce que l’on fait là parce que l’on n’a pas eu les bases. C’est d’une violence terrible, beaucoup d’enfants ne le supportent pas, et c’est tout à fait normal.

Si l’on regarde les systèmes qui fonctionnent le mieux (les systèmes asiatiques), les professeurs y sont beaucoup plus valorisés. D’abord ils sont mieux payés et ensuite, l’ensemble de la société est faite de telle sorte que l’on estime que l’autorité d’un professeur ne se remet pas en cause. On est très loin de cela aujourd’hui en France. On a vécu des décennies de destruction de toutes formes d’autorité, on ne doit pas s’étonner ensuite que des jeunes gens ne veulent plus assumer ce métier bancal où on leur demande d’exercer leur autorité tout en le leur interdisant. Une société doit savoir ce qu’elle veut.

 

Le rapport Pochard, lancé en 2007 par Nicolas Sarkozy, envisage une augmentation des obligations hebdomadaires de service de 18 à 22 heures pour les titulaires d'un CAPES. Que pensez-vous de cette mesure ?

Je crois que cela dépend totalement de l’endroit. Le métier n’est pas le même dans un endroit ou l’établissement scolaire va être plus calme et un endroit où cela sera plus difficile. Le métier n’est pas le même quand on vit sa première année ou quand l’on a quinze ans d’expérience.

Graduer les obligations horaires pourrait être une bonne idée. Par exemple, je pense que le plus douloureux pour les jeunes professeurs qui entament leur première année, c’est le fait que l’on ait retiré les aménagements horaires qu’ils avaient auparavant. Autrefois les stagiaires qui débutaient dans le métier n’avaient que six heures par semaine, ce qui leur permettait de respirer un peu, de prendre leurs marques. Il faudrait pouvoir moduler en fonction des circonstances.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
03.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
07.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ODE
- 30/09/2011 - 22:51
ce qu'on fait en plus des 6h/semaine
@Robert M.: la 1e année après le CAPES évidemment on ne travaille pas "que" 6h. On est professeur de sa matière ds une "vraie" classe 6h/semaine, oui. Le tps de préparation et de correction multiplie environ par 2 le tps de travail d'un prof (un peu plus la 1e année). Mais le reste du temps on est formé! (à mon époque: IUFM et IFP) On travaille dc bien tte la semaine, + mémoire professionnel.
ferdibarda
- 30/09/2011 - 11:09
@Robert Marchenoir : bien plus que 29h
Il faut réaliser que les stagiaires doivent préparer toutes leurs séances en partant de zéro. Donc oui, cela prend beaucoup de temps, auquel il faut ajouter les heures de formation.
Pour exemple, une amie qui a 15h de cours par semaine à assurer, travaillait pour ça 60h par semaine.
Croyez-vous vraiment que si la situation était si enviable, on ne trouverait pas assez de candidats ?
Léonidas
- 29/09/2011 - 21:51
@ Robert Marchenoir : soyons justes
Ah, on voit bien que vous n'avez jamais préparé de cours ni corrigé de copies. Bon.., 6 h. par semaine, c'est bien peu, mais Mme Polony ne le demande pas, elle constate que ça a existé. De fait, le problème n'est pas là : c'est un temps suffisant de formation à leur métier qui manque aux enseignants et non un temps d'acclimatation. Un enseignant débutant bien formé peut assurer un service plein.