En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 13 heures 15 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 42 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 15 heures 11 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 16 heures 22 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 36 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 20 heures 50 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 29 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 39 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 15 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 17 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 23 heures 4 min
© REUTERS/Regis Duvignau
Xavier Quérat-Hément a révolutionné le service dans les bureaux de Poste.
© REUTERS/Regis Duvignau
Xavier Quérat-Hément a révolutionné le service dans les bureaux de Poste.
Le client est roi

La France en déficit d’esprit de service : tout ce qu’il y a à gagner en changeant de culture

Publié le 15 décembre 2014
L'homme qui a révolutionné le service dans les bureaux de Poste a bien l'intention de faire de même pour toutes les entreprises françaises. Entretien avec Xavier Quérat-Hément, initiateur du projet "Esprit de Service France".
Xavier Quérat-Hément est directeur qualité du Groupe La Poste. Lire son blog : L'esprit de service.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Quérat-Hément
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Quérat-Hément est directeur qualité du Groupe La Poste. Lire son blog : L'esprit de service.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'homme qui a révolutionné le service dans les bureaux de Poste a bien l'intention de faire de même pour toutes les entreprises françaises. Entretien avec Xavier Quérat-Hément, initiateur du projet "Esprit de Service France".

Atlantico : Vous avez lancé l'association "Esprit de Service France" mercredi 10 décembre, groupement d'entreprises mis en place sous l'égide de La Poste dont le but est de promouvoir l'expérience client dans notre pays. Quelle a été la genèse de ce projet ?

Xavier Quérat-Hément : Je suis le directeur qualité du groupe La Poste, c'est donc très logiquement que je travaille depuis plusieurs années sur la satisfaction du client, la relation client multicanale, bref tout ce qui concerne l'accompagnement du client dans ses moments de relation avec le groupe. Nous avons identifié beaucoup d'éléments négatifs qui altéraient les relations clients, en particulier les files d'attente dans les bureaux de poste. J'ai donc développé le grand projet "La Poste contre toute attente" pour optimiser l'espace d'attente, avec des employés souriants, dans une posture de conseil plutôt que d'automate. Cette mission m'a occupé pendant quatre ans, puis assez vite je me suis rendu compte qu'il fallait travailler sur les attitudes, la manière de rendre ce service. C'est de là qu'est parti le projet "Esprit de Service", visant à renforcer la relation managériale et la coopération.

Beaucoup d'entreprises se sont montrées intéressées par la façon dont nous avons transformé les bureaux de poste. C'est pourquoi en 2013 nous avons commencé à développer un club composé  de quelques entreprises de service, pour que chacune d'entre elles apporte son expérience, et ainsi pousser de grandes organisations à s'adapter  au monde tel qu'il est aujourd'hui, c’est-à-dire un monde de services, d'usages, de numérique, en mouvement permanent. Nous réfléchissons donc aux meilleurs moyens d'assouplir des organisations trop verticales, trop figées.

C'est en parlant de ces sujets avec l'association Afnor, la direction générale des entreprises et d'autres organismes que nous nous sommes rendu compte que le service était la clé : tout est service, aujourd'hui ; ce n'est plus tant l'objet que l'on achète, que le service qui y donne accès. Lorsque l'on achète une voiture, il y a tout ce que l'on trouve autour : les vendeurs, l'essai, les services, etc. Nous avons donc réfléchi ensemble sur cette question : comment faire évoluer des équipes routinières pour les amener à ce nouveau fonctionnement ?

Au fil des rencontres, nous avons pu nous rendre compte que tout le monde était intéressé par notre démarche, même les entreprises les plus inattendues. L'institut Paul Bocuse, notamment, bien que spécialiste du service à la française, voulait sortir de son monde de l'hôtellerie.

De manière plus générale, le monde entier nous reproche notre manque de sens du service. Chacun, touriste comme résident, s'est déjà senti mal accueilli. Pourquoi croyez-vous que la société de transport Uber rencontre un tel succès ? C'est grâce à la qualité de son service.

Ce sujet est important, mas pas suffisamment travaillé par les entreprises. Et lorsque c'est le cas, elles le font indépendamment les unes des autres. L'association compte dans ses rangs Air France, Aéroports de Paris, des groupes de télécommunications, peut-être bientôt la SNCF… Ensemble, ces acteurs de l'économie pourraient améliorer cette expériences du service à la française, afin que cette dernière ne soit plus seulement l'apanage du secteur du luxe.

Notre démarche est d'autant plus importante que l'on entend un discours économique consistant à dire que la France n'est pas compétitive à cause des charges, or nous pensons que nous pouvons tout à fait nous améliorer sur la compétitivité hors prix, celle qui a fait que pendant longtemps les gens acceptaient de payer plus cher leur voiture allemande.

Avec "Esprit de service", nous nous faisons l'écho de cette nécessité. Notre contribution ne peut qu'être bénéfique, à l'approche de grands événements comme l'Euro 2016, ou éventuellement l'exposition universelle de 2025.

L'association est-elle totalement indépendante du groupe La Poste ?

La Poste n'est que l'un des membres fondateurs, l'association est indépendante. Si j'ai voulu mener ce projet parallèle, c'est pour sortir de l'univers de La Poste, et donner à la dynamique insufflée au sein du groupe une dimension nationale.

Pourquoi la culture du service n'est-elle pas si développée en France ? D'où vient le problème ?

En France, nous avons souvent une conception négative du fait d'être "au service". C'est notre petit reste révolutionnaire, nous avons joué à fond la carte de l'égalité, nous avons écrit le mot sur tous les frontispices, si bien que nous avons désormais énormément de mal à être "au service" de quelqu'un. D'autres pays, qui ne sont pas passés par les mêmes événements historiques, ont beaucoup moins de mal avec cette idée.

D'autre part, ce qui a fait de la France la puissance économique qu'elle est, ce sont les technologies, l'industrie… le service est relégué au rang de petit boulot. Et c'est là que le bât blesse, car nous avons énormément d'activités de services : hôtellerie, restauration, banques, assurances… Sur le marché, nous sommes très forts, mais nous ne sommes pas perçus comme les leaders mondiaux en termes de services. Le ministère du "redressement productif" prouve que le politique en est resté à une approche qui ne correspond plus aux nouvelles réalités. J'espère que bientôt il se rendra compte que la qualité des services est essentielle à ce "redressement".

Prenons l'exemple d'Axa : ce que lui demandent les grandes entreprises, ce sont des services. Mais des services que l'Inde est en capacité de leur apporter. Ce qui s'est passé avec les plateformes téléphoniques pourrait se reproduire, mais en comptabilité, en services informatiques, etc.

Le personnel des entreprises et des institutions participantes adhère-t-il toujours facilement à l'idée de révolutionner l'organisation du service ?

Naturellement, les salariés peuvent être portés à penser que cela va empirer les choses. L'enjeu, c'est de leur faire voir où et pourquoi ils ont tout intérêt à changer leurs habitudes. A La Poste, les incivilités à l'égard des employés étaient nombreuses, ce qui générait beaucoup de souffrances. Quel autre choix pour eux que d'encaisser ? Ils étaient cantonnés à des opérations répétitives qui sont aujourd'hui confiées à des automates, ils peuvent désormais se consacrer à des tâches plus variées et plus intéressantes. Cela change tout, et les clients l'ont bien vu.

Avec un tel exemple, nous pensons pouvoir gagner la confiance des personnes dans d'autres lieux, qui sauront que nous leur faisons quitter une situation peut-être ennuyeuse, répétitive, pour les porter vers un véritable rôle de conseil. Les premiers à l'avoir fait doivent faire savoir aux autres la manière dont la transition s'est faite chez eux, et le bénéfice que les salariés et l'entreprise en ont retiré. C'est exactement ce qui s'est passé au sein même de La Poste : de 40 bureaux au départ, nous sommes arrivés à 2 000 lieux totalement transformés.

Quelles sont les prochaines étapes pour "Esprit de service" ?

Début 2015 nous allons mettre en ligne un site mettant en avant les bonnes expériences en France. Nous allons mettre également en place le référentiel "Esprit de service", pour que les entreprises puissent s'auto tester. Le projet est mené en collaboration avec l'Afnor, gage de sérieux. Progressivement, nous convaincrons de plus en plus de personnes et d'entreprises pour qu'elles participent au mouvement. Nous espérons réaliser quelques coups d'éclat, identifier des endroits où les services sont particulièrement défaillants, et améliorer la situation, de telle sorte que cela soit vu par un maximum de personnes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires