En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Difficile de sortir de la pauvreté
A la dure

Pourquoi ça coûte cher d’être pauvre

Publié le 19 décembre 2014
Sujet sensible dans nos société modernes, la pauvreté fait polémique. Ainsi un article du Journal "Le monde" rappelant que le taux de pauvreté à Saint-Etienne s'élève à 22%, a fait rugir plus d'un élu local. Pourtant la réalité est bien là, et ne cesse de se renforcer, selon un mécanisme mis en avant par plusieurs publications en France et aux Etats-Unis.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bert Luyts est délégué national adjoint de ATD Quart Monde.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Bert Luyts
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bert Luyts est délégué national adjoint de ATD Quart Monde.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sujet sensible dans nos société modernes, la pauvreté fait polémique. Ainsi un article du Journal "Le monde" rappelant que le taux de pauvreté à Saint-Etienne s'élève à 22%, a fait rugir plus d'un élu local. Pourtant la réalité est bien là, et ne cesse de se renforcer, selon un mécanisme mis en avant par plusieurs publications en France et aux Etats-Unis.

Atlantico : Plusieurs ouvrages parus récemment aux Etats-Unis comme Hand to Mouth : living on bootstrap in America de Linda Tirado que l'on pourrait traduire par "Vivre au jour le jour aux Etats-Unis" mais aussi Nickel and Dimed: On (Not) Getting By in America de Barbara Ehrenreich "Pour trois francs six sous, ou comment (ne pas) s'en sortir en Amérique" relatent les difficultés à sortir de la pauvreté. Quelles peuvent être les réactions en chaîne qui découlent des situations de pauvreté ? Dans quelle mesure peut-on dire qu'il est coûteux d'être pauvre, que la vie est "plus chère" ?

Bert Luyts : La pauvreté entraîne bien évidemment des difficultés dans plusieurs aspects de la vie. Le travail, le logement et la santé sont des aspects qui interagissent et peuvent mener à des situations inextricables.

Par exemple, pour obtenir un logement dans de nombreuses régions de France il est nécessaire d'être en Contrat à durée indéterminé (CDI) et un salaire équivalent à trois fois le loyer. Cela ferme déjà la porte à beaucoup de personnes et les délais d'obtention d'un logement social sont extrêmement longs. En France, il est possible de faire valoir le droit au logement opposable mais c'est une démarche qui peut là aussi durer des années. Entre-temps, il est donc possible d'avoir recours à des hébergements d'urgence ou encore des hébergements en hôtel, ce qui coûte d'autant plus cher aux personnes concernées mais aussi à la société.

Par ailleurs selon un sondage du Credoc, les personnes en situation de pauvreté subissent une double peine dans la mesure où elles subissent également des discriminations. Ce regard négatif les décourage d'autant plus dans leurs demandes d'aides ce qui entraîne un repli sur soi. L'Observatoire du non recours au droit et services souligne que 35% des personnes qui seraient éligibles au RSA socle n'y pas accès, entre autres parce qu'elles y renoncent. Certaines entament des démarches mais qui  n'aboutissent pas. Dans le détail, une demande de RSA comporte 6 pages, sans compter les nombreux justificatifs. Et tout cela il faut l'actualiser tous les trois mois.  

Nicolas Goetzmann : L’exemple le plus évident de cette démonstration est le logement. Le prix du mètre carré diminue progressivement en fonction de la taille totale d’un appartement. Plus le logement est petit, plus il sera cher au mètre carré. Il existe donc une prime à payer pour les plus pauvres. Et cette réalité se vérifie pour de nombreux biens ou services, comme Martin Hirsh avait pu le démontrer dans son livre en 2013  "Cela devient cher d’être pauvre". Relativement, la vie est plus chère pour les plus bas revenus.

Mais cela n’est pas tout. Parce qu’un ménage à bas revenus va avoir une structure de consommation différente de celle du ménage moyen. Par exemple, l’alimentation va peser plus lourd dans le poids du panier total. Ce qui signifie que si les prix de l’alimentation augmentent plus rapidement que le reste, ce sont les plus pauvres qui vont le ressentir le plus franchement. Entre 1998 et 2013, l’indice général des prix est passé de 100 à 127 alors que sa sous-section "alimentation" est passée de 100 à 132.5. Il ne s’agit donc pas que d’une impression.

Dans quelle mesure peut-on estimer qu'au-delà d'un certain niveau de pauvreté il devient difficile de s'en sortir ?

Bert Luyts : Le seuil de pauvreté est atteint lorsqu'il est considéré à moins de 60% du revenu médian. Si l'on se situe juste en dessous, cela ne signifie pas forcément que vous êtes en grande difficulté. Au cours des dernières années, le taux de pauvreté à 60% du revenu médian ne se dégrade pas beaucoup, il est à environ 14,1%, en revanche le taux de pauvreté à 40% du revenu médian augmente. Cela signifie que la pauvreté devient plus profonde. Il n'y a pas forcément plus de personne en situation de pauvreté, mais ceux qui s'y trouvent voient leur situation se détériorer encore plus.

Nicolas Goetzmann : Le chômage de longue durée a fortement augmenté au cours de ces dernières années, de 127% entre 2008 et 2014 pour les catégories A, B et C pour être précis. Et ce sont 2.2 millions de personnes qui sont aujourd’hui au chômage depuis plus d’un an. Et le chômage est la principale cause d’entrée dans la pauvreté, pour 37%. Ici, il existe un lien entre la persistance de la pauvreté et la progressive perte de chances de retrouver un emploi. Plus on est au chômage longtemps, moins on devient "employable". C’est ici que la "double peine" intervient : la fin de droit pour les revenus, et une incapacité presque "structurelle" de retrouver un emploi. Parce que lorsque le chômage atteint 10% de la population active, la concurrence est sévère et les entreprises privilégient logiquement les personnes qui sont au chômage depuis peu de temps. Plus le chômage persiste, plus on perd ses compétences.

L'organisation et la rémunération des emplois à bas revenus peuvent-elles aggraver la situation ?

Bert Luyts : Il y a beaucoup d'emplois qui sont peu payés et pénibles, comme le nettoyage avec un rythme de travail élevé, des efforts physiques, des produits toxiques et agressifs. Dans le service à la personne, malgré la souffrance à laquelle les travailleurs sont confrontés, cela nécessite beaucoup de bienveillance. Dans l'industrie, il s'agit de travailler dans le bruit et la poussière. Il s'agit souvent de temps partiels, rémunérés au smic, ce qui permet difficilement de construire des projets. Par ailleurs, de plus en plus de ces emplois s'effectuent dans la solitude. On est dans un milieu de travail avec peu de collègues ou avec des collègues que l'on croise durant un court laps de temps en raison de la multiplication des contrats de courte durée, des missions par-ci, par-là, la sous-traitance, de plus en plus d'isolement, une atomisation de la société...

Le stress et la fatigue de ces emplois obligent également à multiplier les activités. Tout cela demande beaucoup d'efforts, à tel point que les personnes n'ont plus l'énergie pour faire autre chose. Je pense qu'il est important de souligner que le regard et la méfiance de la société pèsent beaucoup.

Nicolas Goetzmann : Le chômage frappe plus de 20% des personnes les moins qualifiées. C’est donc sur ces emplois les moins qualifiés que la concurrence est la plus rude et que les conditions de travail se compliquent. Contrats de courte durée, temps de travail modulable, salaires qui stagnent, pour un tout qui ne permet pas de construire une réelle stabilité. C’est ainsi que pauvreté et précarité se rejoignent.

La pauvreté frappe près de 15% des personnes les moins qualifiées ayant un emploi. Déjà en 2007, 23% d’entre eux avaient un contrat court, contre 14% pour l’ensemble des salariés. De la même façon une personne non qualifiée sur 3 est à temps partiel.

Et naturellement ces situations de précarité aggravent également la situation en termes d’accès à un logement, pour contracter un prêt, ou pour épargner.

D'un point de vue économique est-il encore plus difficile de sortir de la pauvreté que cela n'était le cas auparavant ?

Nicolas Goetzmann : D’un point de vue économique, le meilleur moyen de faire baisser le taux de pauvreté, c’est d’abord la croissance. En France, le taux de pauvreté "dur" à 50% du niveau de vie médian a presque été divisé par deux depuis le début des années 70, passant de 12% à un taux de 6.6% en 2004. Puis, la crise a fait ses effets et le taux est remonté à 8%.

L’incapacité du pays à retrouver un taux de croissance conforme à son potentiel rend toute sortie de la pauvreté plus difficile qu’auparavant. Sans croissance, ce sont les opportunités qui s’envolent. De plus, l’envolée du  niveau de chômage met les personnes les moins qualifiées dans une situation de forte concurrence, ce qui provoque une sorte "d'impossibilité" de voir progresser les salaires des moins qualifiés.

La lourde aggravation du chômage de longue durée aura également des conséquences à long terme. Car ici, la croissance ne suffira plus. Ce sont des processus de formation et de soutien à la réintégration dans le marché de l’emploi qui seront nécessaires afin de permettre à ces personnes de sortir des statistiques de la pauvreté.

Existe il des seuils à partir desquels la pauvreté se perpétue d'une génération à l'autre ?  

Nicolas Goetzmann : Une étude menée par le Brookings Institute en 2013 avait démontré que 42% des enfants des personnes du quintile de revenu le plus faible restaient dans ce même quintile. Il s’agissait alors du plus gros niveau de "reproduction sociale", mais juste devant celui du premier quintile. Car quand les parents ont un niveau de revenu figurant dans le premier quintile, 39% des enfants vont perpétrer "la tradition" en restant dans cette même catégorie de revenus. L’étude arrivait à une conclusion : la mobilité sociale existe, mais elle est très faible aux extrémités du spectre des revenus. Ce qui permet bien d’avancer l’idée qu’il existe un seuil de reproduction de la pauvreté d’une génération à une autre.

Mais il ne faut pas non plus extrapoler la situation en imaginant qu’il s’agit de la règle. En 2006, L’INSEE publiait une étude consacrée à la persistance dans la pauvreté. Au cours des 4 années étudiées, 12% des ménages avaient connu au moins une année de pauvreté, et 3% des ménages étaient "pauvres" durant ces 4 années. La composante "transitoire" de la pauvreté reste donc importante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

La guerre des changes aura lieu

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 15/12/2014 - 10:24
Ce qui est amusant avec l'Algérie c'est qu'elle a le même mal
que la France avec un État qui domine tout . http://www.slate.fr/story/86493/algerie-modele-economie
Maintenant si l'Algérie faisait l'effort d'investir dans le domaine privé et donnait donc plus de liberté et bien les jeunes ne viendraient pas en France et resteraient dans la nouvelle dynamique de leur pays. Je dirais même que des Algériens Français repartiraient en Algérie.
La France a le même mal puisque nos jeunes partent en UK, USA, Allemagne, Australie,Chine, Inde etc etc pour pouvoir réussir leur vie.
Ganesha
- 14/12/2014 - 16:55
Baby-Boom ! Papy-Crash !
Cher Anguerrand, faites donc une recherche internet (en commençant par Wikipédia) sur la géographie et la couverture des besoins alimentaires dans les deux pays que j'ai cité. Oui,avant l'indépendance, ils étaient peut-être autosuffisants, mais le problème, c'est que depuis lors, l'un a triplé sa population, l'autre l'a quadruplé ! Joli''Baby-Boom'' Il y a peut-être désormais un mouvement de décélération de la natalité, mais il faudra une ou deux générations pour résorber le surplus. C'est simplement le même problème que chez nous avec l'actuel ''Papy-Crash'' en Allemagne et dans le reste de l'Europe, mais en beaucoup plus grave, et avec beaucoup moins de ressources. Bonne lecture !
Anguerrand
- 14/12/2014 - 16:30
À ganesha
Désolé de vous contrarier, mais le nord du Maghreb est extrêmement fertile. Le Maroc exporte vers l'Europe ( 3 eme ) ressource du pays, l'Algérie avant l'indépendance était excédentaire ( agrumes, blé, fruits, etc) pourquoi est elle devenue importatrice après l'indépendance? Le nord de la Tunisie est également autosuffisant. L'Algérie pourrait à elle seule suffire à l'ensemble à faire vivre l'Afrique. Il est vrai que certains immigrés voteront FN car ce parti a un programme social de gauche, et ils veulent profiter de toutes les largesses de la France, ceux qui votent sont français et ont la même CI que nous! C'est aussi pour cela que je le méfie maintenant d'un parti ( le FN ) qui a tourné casaque au profit d'un programme de gauche, qui ne parlent pas d'économies de l'état et veut rétablir la retraite à 60 ans ou revenir à une monnaie de singe, le franc. Les " cretins" ne sont peut-être ceux que vous croyez,vous qui êtes affidés à un parti " démocratique "qui vote à 100%,120% aurait été suspect pour sa dirigeante, sachant qu'il y a au moins 2 grands courants au sein du parti. L'un à droite ( Marion) l'autre a gauche ( MLP ). Ça ne vous inquiète pas ? Pas un peu de totalitarisme