En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 30 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 44 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 16 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 5 heures 53 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 8 min 15 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 20 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 3 heures 58 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 42 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 4 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 46 min
© Reuters
Le Conseil supérieur des programmes a récemment préconisé la suppression des notes et des moyennes.
© Reuters
Le Conseil supérieur des programmes a récemment préconisé la suppression des notes et des moyennes.
Contre-exemple

Vers une suppression des notes à l'école : 10 ans après l’avoir fait, les Suisses, eux, le regrettent

Publié le 11 décembre 2014
Le Conseil supérieur des programmes a récemment préconisé la suppression des notes et des moyennes, qui selon lui s'apparentent à des calculs artificiels. Dans les années 2000 pourtant, la Suisse, après une dizaine d'années de suppression des notes à l'école, avait rétro-pédalé sur la question en les rétablissant.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil supérieur des programmes a récemment préconisé la suppression des notes et des moyennes, qui selon lui s'apparentent à des calculs artificiels. Dans les années 2000 pourtant, la Suisse, après une dizaine d'années de suppression des notes à l'école, avait rétro-pédalé sur la question en les rétablissant.

Atlantico : Que peut nous enseigner cette expérience suisse sur les limites d'un enseignement sans l'évaluation des enfants par les notes ?

Pierre Duriot : Il faut, pour répondre à la question des notes, se pencher sur les dispositions affectives de nos jeunes élèves modernes, ceux-là même qui peinent à quitter leurs téléphones portables, qui échangent du matin au soir des dizaines de textos, ou bavardent de manière labile, qui peinent en fait à se passer du lien et de la relation, à exister seul et en autonomie. Or l'apprentissage nécessite un fonctionnement sur l'intellect, une capacité à l'autonomie, à se passer du lien affectif. Mais il n'est pas effectif chez tous les élèves, même pas forcément chez la majorité. Le fonctionnement affectif prime, la question de l'amour et du lien est omniprésente et la relation se résume souvent à un j'aime/j'aime pas purement pulsionnel. La relation au travail, aux profs peut parfois tourner au lien, quand l'élève tente de casser la distance d'avec son enseignant, en étant "ami Facebook". Quand le prof tutoie, pour les plus grands élèves, ne maintient pas cette barrière asymétrique et générationnelle que nécessite la transmission des savoirs.

Cet ensemble de dispositions aboutit au fait que ce qui devrait être la simple évaluation d'un travail à un instant T sur une copie, est ressenti comme une atteinte à la personne, un déclassement, un désamour, quand la note ne flatte pas l'ego. Et l'élève est effectivement dans l'angoisse de l'évaluation : l'incapacité à l'autonomie est bien sûr une fragilité. Quand le jeune est dans cette disposition devenue fréquente, aucune note, aucune forme d'évaluation n'est vraiment possible. Il faut bien dire qu'une dictée est bourrée de fautes quand elle est bourrée de fautes, même si cela ne fait pas plaisir. La recherche d'un autre système de notation s'apparente plus souvent à une tentative d'évitement du déplaisir qu'à l'évaluation sereine d'un travail.

Nous avons des cas très concrets dans l'histoire récente, qui corroborent la description faite des dispositions des candidats, les mêmes que les lycéens. Ce papier rose du permis de conduire, jadis délivré par l'inspecteur dès la fin du parcours est depuis quelques années envoyé par courrier. Les manifestations de déplaisir en cas d'échec se traduisaient de plus en plus fréquemment par des agressions des inspecteurs du permis. On a alors différé la manifestation du déplaisir pour la reporter non plus sur le fonctionnaire, mais sur l'entourage du recalé à la réception de la mauvaise nouvelle.

L'école ne peut procéder de la même manière avec ses notes et un système de notation, quel qu'il soit, sera mal perçu tant que l'échec au devoir sera vécu comme un échec intime de la personne. La solution facile consiste à créer une forme d'illusion en surnotant ou en ne notant pas, ce qui se pratique d'ailleurs régulièrement de manière totalement démagogique.

Avec les préconisations actuelles, on est bien dans la tentative d'évitement du conflit que peut générer la mauvaise note, non seulement avec l'élève, mais également avec ses parents. La limite de la suppression de ces notes est la perte de repère. Quand on passe de 0 à 20 à un code à trois couleurs, le rouge correspond-t-il à 02/20 ou à 09/20 ? Le vert est-il synonyme de 19/20 ou de 14/20 ? Les élèves ne sont pas fous, savent bien qui est le meilleur d'entre eux et la perte de l'étalonnage signifie autant l'illusion des derniers sur la réelle valeur de leur travail, que le découragement des meilleurs par leur inclusion dans une masse "verte", satisfaisante.

Ce n'est donc pas le système 00/20 qui est en cause, mais la manière dont les élèves le vivent et leurs parents avec. Le système d'évaluation doit ou devrait permettre de cibler les points forts et les points faibles, afin de permettre à l'élève et au professeur de prendre en charge les items échoués pour les faire remonter. C'est là le vrai sens de l'évaluation. Si l'on reprend l'exemple de la dictée, l'évaluation notée peut aussi et doit, par exemple, mettre en exergue une faiblesse sur le participe passé et induire un travail sur cette thématique particulière... sauf si l'élève refuse de s'entendre signifier son échec sur le participe passé, ou si le professeur n'entame pas le travail de remédiation nécessaire.

On peut retourner un système de notation dans tous les sens, une faute restera une faute et vouloir en atténuer la perception en changeant de thermomètre débouche fréquemment sur l'illusion.

Le rétablissement des notes en Suisse a été notamment souhaité par les parents et les enseignants. En quoi les notes sont-elles importantes pour ces derniers ?

Tout cela est très paradoxal chez les parents, donc chez les électeurs. Quoiqu'ils en disent, ils tiennent aux notes, surtout quand elles sont bonnes. Ne nous voilons pas la face, ce ne sont pas les notes qui dérangent, ce sont les mauvaises notes. La note sur 20 est un repère initiatique, symbolique, qui parle aux parents qui les ont eux-mêmes vécues dans un temps ancien qui était forcément le bon temps. Le prof a ses barèmes et la note lui permet plus d'objectivité, également, pour lui aussi, moins d'affects.

Le système de notation ne doit pas être changé mais utilisé, être suivi d'un travail de remédiation, d'exercices de stimulation, d'une vraie pédagogie, non pas de la réussite, mais du traitement de l'erreur en vue de son dépassement. Cela est long, difficile, nécessite une vraie connaissance des rouages de l'apprentissage, un retour à la pédagogie, à l'effort, à la compréhension. Pour cela il faut se sortir des sentiments liés à la note, sortir du dogme de la sacro-sainte "pédagogie de la réussite" ou "mise en situation de réussite" qui crée de l'illusion et nivelle vers le bas. A-t-on déjà vu une personne sensée, même douée, tout réussir du premier coup et apprendre un métier ou un sport sans jamais le moindre échec ? La progression résulte toujours du traitement rationnel d'une erreur reconnue et acceptée comme non-dramatique. Mais quand cette erreur n'est pas traitée, pas suivie d'effet, laissée en seule digestion à l'élève et à ses parents, l'erreur devient l'élève lui-même avec les dégâts que l'on connaît sur une motivation parfois bien fragile.

Le système de notation actuel dénigre-t-il vraiment l'évaluation des compétences comme précisé par le Conseil supérieur des programmes ?

Pas du tout ! Aucun professeur digne de ce nom n'assène une bonne ou une mauvaise note sans explication personnalisée à l'élève. Il peut peut-être exister de moins bons, voire de mauvais professeurs, mais gageons qu'ils ne sont pas légion. Un élève recevant une mauvaise note ne peut ignorer quelles en sont les causes : son manque de travail, son absentéisme, son attitude en cours ou la manière d'organiser ses tâches... la plupart des profs sont très explicites sur l'ensemble de ces items et ne prennent pas plaisir, ni à mettre des mauvaises notes, ni à plomber le moral de leurs élèves. Encore une fois, il faut sortir des affects, entrer dans l'échange, accepter de s'être trompé, avoir le courage et l'envie d'y remédier.

Quelles sont les autres expériences qui pourraient nous permettre d'avoir une meilleure approche sur la question ?

Les expériences ont été nombreuses et pour certaines très concluantes, à savoir, le travail en petits groupes, des techniques d'enseignement spécialisées, la remédiation cognitive, les approches et la pédagogie différenciées, l'étalement du programme sur une année supplémentaire, un travail psychoaffectif préalable pour replacer l'enfant dans une posture compatible avec le travail, les expérimentations du type "La main à la pâte", les stages intensifs délocalisés... Les formes de remédiation sont connues, mais elles coûtent cher et nécessitent des personnels bien formés. Pour autant l'évolution des savoirs nécessaires au fonctionnement de la société, l'évolution également de la posture des élèves et la fin du cautionnement mutuel entre les parents et les profs ont objectivement changé à la fois les conditions de travail et une révision, en premier lieu, de la formation des enseignants s'impose. La voie choisie est celle d'un recrutement des professeurs des écoles à un niveau plus élevé, alors même que c'est une formation pédagogique pratique qui est nécessaire. Chez les professeurs du secondaire, la formation est également courte, quand on n'envoie pas directement des vacataires sans aucune formation au devant de publics d'élèves très difficiles. Quand certains collègues peinent à établir des conditions d'enseignement, voire craignent pour leur sécurité, dans les cas les plus extrêmes, la question de la notation devient secondaire. Il y a peut-être plus urgent à traiter en matière de politique éducative.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 26/12/2014 - 19:37
Notes
S'il y a un domaine où on peut supprimer la note c'est bien pour une dictée. Zéro faute, tout le monde comprend que c'est bien, 25 fautes...il y a une sacrée marge de progression. Pareil en mathématique.
Enfin avec les couleurs ce sera comme en voiture: vert ça passe , orange c'est limite, rouge arrêt absolu...
bjorn borg
- 12/12/2014 - 04:08
Education
Le but des socialos est de faire le nivellement par le bas. Tout le monde serra à égalité, tous des ignorants. Voilà le but dont est chargé la toute nouvelle sinistre de l'éducation nationale. Les socialistes veulent toujours plus de pauvres, trop cons pour se rebiffer contre leur pouvoir. Tous des zombies.
vangog
- 12/12/2014 - 00:08
Rose: bien... rouge: très bien...vert: très très bien...
bleu: mauvais...bleu marine: très mauvais...bleu-blanc-rouge: viré!
J'ai trouvé quel était la justification des nouvelles couleurs de la reéducation Nationale (sic) à la mode socialo...de quoi nous faire perdre quatre ou cinq places au prochain classement PISA, mais le plus important est de créer de bons petits socialistes...comme en 36!