En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
Les inégalités vont en s’accroissant et leurs effets sont négatifs sur la croissance.
Confusion des effets

La croissance minée par l’aggravation des inégalités ? Ce que dit vraiment le rapport de l’OCDE quand on prend la peine de le lire jusqu’au bout

Publié le 12 décembre 2014
Selon une étude publiée par l’OCDE, l’accroissement des inégalités serait une source du ralentissement de la croissance. Mais la dynamique ne s’arrête pas là, car faible croissance et inégalités sont deux phénomènes qui se sont auto-alimentés au cours des 30 dernières années au sein des pays de l’OCDE.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude publiée par l’OCDE, l’accroissement des inégalités serait une source du ralentissement de la croissance. Mais la dynamique ne s’arrête pas là, car faible croissance et inégalités sont deux phénomènes qui se sont auto-alimentés au cours des 30 dernières années au sein des pays de l’OCDE.

Federico Cingano, économiste détaché auprès de l’OCDE, publiait ce 9 décembre une étude intitulée : "Tendances des inégalités de revenus et leur impact sur la croissance économique".  Le titre est suffisamment clair pour connaître les conclusions de l’auteur, les inégalités vont en s’accroissant et leurs effets sont négatifs sur la croissance.

Comme le démontre le graphique ci-dessous, les inégalités (mesurées ici par le coefficient de Gini) se sont effectivement accrues dans la plupart des pays représentés au cours des trente dernières années. A l’exception notable de la France qui a maintenu, durant ces trois décennies, un niveau d’inégalités légèrement inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE.

Cliquez pour agrandir

Selon l’auteur, la progression des inégalités a eu pour effet de ralentir la croissance des pays concernés. Et ce dans des proportions considérables :

C’est ainsi que la Nouvelle Zélande perd 16 points de croissance, la Suède 7, ou encore l’Allemagne qui en perd 6. L’auteur estime ainsi que la cause de ces contreperformances est l’impact des inégalités sur l’activité économique. Et plus précisément, sur les répercussions que les inégalités peuvent produire sur le niveau d’éducation :

"Selon de nouveaux éléments mis en évidence dans ce rapport, les inégalités agissent principalement sur la croissance en limitant les possibilités d’instruction des enfants issus de milieux socioéconomiques modestes, ainsi que la mobilité sociale et le développement des compétences. Les résultats scolaires des personnes dont les parents ont un faible niveau d’instruction se dégradent à mesure que les inégalités de revenu sont plus prononcées. À titre de comparaison, ce n’est pratiquement pas le cas, voire pas du tout, lorsque le niveau d’instruction parental est moyen ou élevé."

La démonstration est sans ambiguïté, une distorsion inégalitaire dans la distribution des revenus engendre une perte de capital humain. Ce manque de formation des personnes les moins favorisées est une perte, pour eux, mais également pour le potentiel du pays. Et ces inégalités peuvent dès lors être considérées comme une cause du ralentissement de la croissance.

La boucle est bouclée. Car l’auteur ne s’arrête pas à ce constat, trop simpliste, d’une faible croissance engendrée par ce seul sujet en vogue que sont les "inégalités" .Comme l’indiquait l’économiste américain Jared Bernstein en 2012 (ex-chef économiste du vice-président américain Joe Biden) :

"Je considère que la question des inégalités qui réduiraient la croissance est ouverte (…) mais il devrait être évident que, dans notre traitement des inégalités, une forte croissance est une condition nécessaire, sinon suffisante, pour améliorer les conditions de vie de la population au sens large".

Ce qui est évoqué ici par Jared Bernstein est la nécessaire question de la causalité. Si Federico Cingano évoque avec raison l’impact des inégalités sur la croissance, il n’en reste pas moins que la principale cause des inégalités est la faible croissance elle-même. Car les deux situations s’alimentent négativement.

Alors que la faible croissance génère une perte par rapport au potentiel du pays, c’est-à-dire le chômage, la pauvreté, l’exclusion, une faible mobilité, et la perte d’opportunités, ce sont l’ensemble de ces facteurs qui agissent, à leur tour, comme un frein sur la croissance potentielle du pays considéré.

Il devient dès lors fondamental de se préoccuper, avant tout, d‘une politique de croissance. Puis de s’adresser à la résolution des inégalités. A l’éducation. Une vision qui est parfaitement soutenue par l’auteur :

"Ces résultats ont des implications importantes pour les décideurs préoccupés par une croissance lente et la montée des inégalités. D'une part, ils soulignent l'importance d'évaluer soigneusement les conséquences potentielles des politiques favorables à la croissance sur les inégalités : en se concentrant exclusivement sur la croissance et en supposant que ses bénéfices seront automatiquement répercutés sur les différents segments de la population, on  peut compromettre la croissance à long terme dans la mesure. D'autre part, ils indiquent que les politiques qui aident à limiter ou - idéalement – à inverser la hausse à long terme des inégalités ne doivent pas seulement rendre les sociétés moins injuste, mais aussi plus riches. En particulier, la présente analyse met en évidence l'importance de deux piliers d'une stratégie politique pour s’attaquer à la montée des inégalités et la promotion de l'égalité des chances."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Pourquoi le sectarisme flambe

06.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

07.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Christophe Bugeau
- 11/12/2014 - 16:00
Les inégalités cassent la croissance !


On s’en doutait, l’OCDE l’a confirmé, les inégalités et la croissance ne font pas bon ménage dans les pays développés. Ce qui est assez logique, plus vous êtes riche et plus le pourcentage du revenu que vous épargnez est important. Et dans ce cas, cela va à l’encontre de la consommation et donc de la croissance et de l’emploi ! Nous entrons alors dans un cercle vicieux.

La suite : http://www.christophebugeau.fr
Ganesha
- 10/12/2014 - 20:28
Revenu Universel
Je suis convaincu que désormais le chômage, dans un pays développé comme la France, ne se résoudra que par une forme de ''Revenu Universel'', strictement limité aux nationaux. Mais je comprends que cela constitue une ''Révolution'' tellement gigantesque qu'il faut du temps pour que cette idée progresse dans les esprits : présentée en référendum ou en programme électoral, cela ne passerait certainement pas encore : pourtant, il y a urgence !
vangog
- 10/12/2014 - 18:53
La plus grande inégalité française, c'est le chômage!
Et en matière d'augmentation de la pire des inégalités, les socialos sont les rois!