En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
Les écarts de rémunération entre hommes et femmes en Europe sont encore importants, selon le dernier rapport mondial de l'Organisation internationale du travail sur les salaires.
Voeux pieux

Ecarts de rémunérations hommes-femmes : ces facteurs d’explication que les statistiques internationales oublient de prendre en compte

Publié le 08 décembre 2014
Le dernier rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) révèle un déséquilibre salarial entre hommes et femmes sur un échantillon de 38 pays. La France ne fait pas exception, les hommes y gagnent 16 % de plus. Et la discrimination entre les sexes n'est de loin pas la seule explication.
Cecilia García-Peñalosa est directrice de recherche Cnrs à l’Ecole d’Economie d’Aix-Marseille (AMSE) et membre du Conseil d’Analyse Economique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cecilia García-Peñalosa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cecilia García-Peñalosa est directrice de recherche Cnrs à l’Ecole d’Economie d’Aix-Marseille (AMSE) et membre du Conseil d’Analyse Economique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) révèle un déséquilibre salarial entre hommes et femmes sur un échantillon de 38 pays. La France ne fait pas exception, les hommes y gagnent 16 % de plus. Et la discrimination entre les sexes n'est de loin pas la seule explication.

Atlantico : Les écarts de rémunération entre hommes et femmes en Europe sont encore importants, selon le dernier rapport mondial de l'Organisation internationale du travail sur les salaires (voir ici). En France, à temps plein les hommes gagnent 16% de plus que les femmes, selon les chiffres 2013 de l'Observatoire des inégalités (voir ici). Quels sont les facteurs qui expliquent qu'à niveau de qualification équivalent, hommes et femmes ne gagnent pas autant en moyenne ?

Cecilia García-Peñalosa : Deux facteurs expliquent cet écart. D’un côté, les femmes travaillent moins que les hommes, que ce soit à cause des arrêts de travail ou parce qu’elles ont un nombre d’heures de travail inférieur. En 2012, le taux d’activité des femmes était de 67% contre 76% pour les hommes, et parmi les actives, 27% des femmes travaillaient à temps partiel contre 6% des hommes. Ces différences impliquent moins d’heures payées, mais aussi une pénalité due au fait que les postes à temps partiel ont un salaire horaire inferieur[1]. D’un autre côté, hommes et femmes travaillent dans des secteurs et postes différents. Les femmes sont surreprésentées dans des secteurs offrant des horaires souples et peu d’incertitude dans les progressions de carrière (services à la personne, secteur public, etc.) et qui se caractérisent par des rémunérations plus faibles que celles qu’on trouve ailleurs. Outre la ségrégation des femmes dans certains métiers, il existe une ségrégation verticale qui les confine en bas de l’échelle des carrières. Les hommes et les femmes ont des rythmes de promotion très différents qui contribuent à l’écart salarial et qui expliquent pourquoi il est bien plus important en fin qu’en début de carrière

L'OIT rappelle qu'une part de l'écart de rémunération entre hommes et femmes reste "inexpliquée" (9%, selon l'Observatoire des inégalités). Que faut-il entendre par là ? Cette part est-elle attribuable uniquement à la permanence de considérations sexistes plus ou moins avouées, ou d'autres pistes sont-elles envisageables ?

Comme nous venons de voir, l’écart de rémunération entre hommes et femmes est en grande partie dû aux différences entre les deux groupes en termes d’éducation, durée du travail, expérience et type d’emploi (catégorie CSP, fonction, secteur d’activité). La partie de l’écart qui ne peut pas être attribuée à des différences dans ces caractéristiques est appelée "inexpliquée". Une interprétation possible de la composante « inexpliquée » est la présence d’une discrimination à l’encontre des femmes, définie comme le fait de payer des salaires différents à deux individus avec les mêmes capacités et poste mais de sexes différents. Une telle interprétation n’est pas toujours légitime car les séries statistiques disponibles à niveau national ne mesurent pas toutes les caractéristiques productives des individus. Ainsi, la composante « inexpliquée » peut résulter du fait que nous n’observons pas toutes les caractéristiques du poste de travail. Pour un pays comme la France, une fois qu’on utilise des données suffisamment précises, la partie inexpliquée de l’écart salariale est presque inexistante, mais elle peut rester importante ailleurs, notamment pour les économies émergentes et en développement.

Compte tenu de ces réalités, des aspirations propres à chaque sexe mais aussi à chaque individu, et aussi de la nature des différentes activités professionnelles (pour certaines activités les personnes sont interchangeables, mais pour d'autres il est nécessaire d'établir des contacts réguliers avec les clients, et donc de ne jamais se mettre trop longtemps en retrait de ladite activité), aussi louable l'intention de l'OIT de réparer cette injustice sociale soit-elle, est-il illusoire de penser qu'elle pourra un jour être entièrement résorbée ?

Nous sommes face au dernier chapitre de la convergence entre hommes et femmes, et celui-ci est le plus difficile[2]. Si les préférences des hommes et des femmes sont intrinsèques, et si les exigences des différents métiers proviennent simplement des contraints technologiques, alors il n’est pas envisageable de faire disparaitre l’écart de salaire entre les hommes et les femmes. Mais, est-ce que ces préférences et ces technologies peuvent changer ?

Les différences importantes qui existent entre pays  suggèrent qu’on ne peut s’en tenir à l’explication purement technologique pour les exigences professionnelles. En Suède, par exemple, les travailleurs à temps partiel subissent peu de pénalité salariale et ont une autonomie dans le travail bien plus élevée qu’ailleurs. En Allemagne les avocats travaillent moins d’heures qu’aux Etats-Unis ; il n’est pas surprenant d’observer que le métier est bien plus féminisé outre-Rhin que de l’autre côté de l’Atlantique. En ce qui concerne les différences sexuées dans les préférences, elles peuvent avoir une origine évolutionniste mais résulter aussi de constructions sociales. De plus en plus d’études montrent que les interactions sociales jouent un rôle crucial pour renforcer les stéréotypes et qu’une partie importante des préférences et attitudes professionnelles des femmes résultent de ces interactions. Par conséquent, pour les pays à haut revenu, les politiques préconisées par l’OIT pour augmenter l’égalité au sein des ménages sont fondamentales, mais il est aussi nécessaire d’entamer une réflexion sur les normes sociales dans le monde du travail si nous souhaitons atteindre un jour l’égalité professionnelle.

Selon le rapport de l'OIT, si le désavantage salarial "inexpliqué" était supprimé, l'écart de salaires serait inversé dans près de la moitié des 38 pays concernés par l'étude : autrement dit, les femmes gagneraient plus. Comment l'expliquer, et cela reste-t-il purement théorique ?

Dans la course vers l’égalité professionnelle il y a un aspect dans lequel les femmes ont devancé les hommes : l’éducation. D’après les données de l’OCDE, en 2011, la proportion de Françaises en âge de travailler avec un diplôme d’éducation supérieur était 3 points de pourcentage plus élevée que celle des Français, l’écart étant de 8 points pour les individus âgés entre 25 et 35 ans. Cet avantage éducatif est encore plus important ailleurs : 15 points en Suède et 10 points en Espagne ou en Italie. Il implique que si les femmes faisaient les mêmes choix professionnels que les hommes, leur niveau de rémunération serait supérieur. Il ne s’agit pas d’une simple hypothèse théorique ; les jeunes femmes suédoises, avec 15 points d’écart éducatif par rapport aux hommes, pourront dans quelques années être un exemple d’un écart inversé.

Propos recueillis par Gilles Boutin



[1] Voir Antoine Bozio, Brigitte Dormont et Cecilia García-Peñalosa (2014) « Réduire les inégalités de revenus entre femmes et hommes, » note du Conseil d’Analyse Economique no 17.

[2] Voir Claudia Goldin (2014), « A Grand Gender Convergence: Its Last Chapter », American Economic Review, 104(4):1-30 et Dominique Meurs (2014) “Hommes/Femmes: Une impossible égalité professionnelle?” éditions rue d’Ulm, CEPREMAP.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

07.

Nicole Belloubet estime que l’incarcération de Patrick Balkany n’a rien "d’exceptionnel"

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 08/12/2014 - 22:21
Ca fait 30 ans,
Que je travaille avec des femmes dans plusieurs entreprises et jamais il n y a eut un salaire pour homme et un autre pour femme.a qualification égale ,poste égal et ancienneté égale, le salaire est le même. C' est le temps de travail qui n'a est pas le même qui fait la différence. Donc si l' on écoute les féministes il faudrait augmenter le salaire des femmes qui sont a 25 heures pour qu'elles gagnent autant que ceux qui sont a 35 heures.
C'est ça le socialisme
Anouman
- 08/12/2014 - 19:23
Egalité
"Pour un pays comme la France, une fois qu’on utilise des données suffisamment précises, la partie inexpliquée de l’écart salariale est presque inexistante"
Même avec une faute à "salariale", il semblerait alors que certains s'agitent en vain chez nous.

bjorn borg
- 08/12/2014 - 13:48
@kiki08
Voilà une bonne idée, tuez donc ce con de facteur! Si non, je suis d'accord pour que l'on augmente le salaire des femmes de 20 % Avec la loi inepte sur la parité ce sera tout bénéfice pour l'Etat socialiste.