En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 12 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 53 min 2 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 2 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 37 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 3 heures 9 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 37 min 36 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 36 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 2 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 51 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 3 heures 15 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 4 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 52 min
© Reuters
Le Prix de la Femme d'Influence sera remis lundi 8 décembre à l'Hôtel du Louvre.
© Reuters
Le Prix de la Femme d'Influence sera remis lundi 8 décembre à l'Hôtel du Louvre.
Résiste !

Génération femmes d’influence ou le combat contre le sentiment d’imposture des carrière women

Publié le 06 décembre 2014
Le Prix de la Femme d'Influence sera remis lundi 8 décembre à l'Hôtel du Louvre. La politique et l'économie seront représentées, mais pas seulement. Un événement dont Atlantico est partenaire.
Patricia Chapelotte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patricia Chapelotte est l'ancienne conseillère en communication de Dominique Perben, ministre de la Justice, garde des Sceaux. Elle dirige Albera Conseil, une agence de communication, stratégie, influence et lobbying. Spécialiste de la gestion de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Prix de la Femme d'Influence sera remis lundi 8 décembre à l'Hôtel du Louvre. La politique et l'économie seront représentées, mais pas seulement. Un événement dont Atlantico est partenaire.

Atlantico : Vous avez souhaité créer le Prix de la Femme d'Influence pour lutter contre le sentiment d'imposture que ressentent beaucoup de femmes et qui les font hésiter à se projeter dans des postes à responsabilité : d'où vient ce sentiment selon vous ? 

Patricia Chapelotte : J’ai créé ce prix avec pour objectif de mettre dans la lumière des femmes dont le parcours mérite une attention particulière. Nous voulons à travers ce prix valoriser des femmes qui incarnent des valeurs telles que l’audace, la créative, la conviction, la bienveillance et la responsabilité. Pour nous, il est important de faire découvrir des femmes qui sont les talents de demain, que l’on ne voit pas suffisamment dans les médias et qui peuvent devenir des modèles à suivre, qui permettront peut-être à certaines femmes d’oser, de créer des entreprises ou de prendre des postes sans avoir le sentiment de pas être à la hauteur. En effet, il existe chez les femmes ce sentiment d’imposture. Les femmes sont souvent leur propre frein pour percer le plafond de verre. Jean-Luc Petithuguenin, président de Paprec, raconte par exemple que certaines femmes refusent des promotions de peur de ne pas y arriver, de pas être à la hauteur. Des parcours de femmes comme celles que nous allons mettre à l’honneur peuvent inspirer et créer des vocations.

Les femmes sont-elles elles-mêmes le plus grand frein à leur progression du fait de leurs "états d'âme" ? Oo sont-elles victimes d'une éducation toujours sexiste malgré 50 ans de combat féministe ? 

Effectivement les femmes sont souvent le premier obstacle à leur progression. Il y  a encore des habitudes très ancrées dans notre société. Les femmes ont toujours une forme de culpabilité entre l’équilibre de leur vie personnelle et leurs enfants et des postes à hautes responsabilités qui sont extrêmement prenants. Je pense qu’aujourd’hui le mode d’éducation des filles doit évoluer. J’espère que la nouvelle génération sera plus armée pour lutter contre ces stéréotypes.  Malheureusement aujourd’hui, les disparités de salaires entre les hommes et les femmes persistent et c’est aussi un élément qui n’encourage pas les femmes à s’impliquer davantage dans leur vie professionnelle. Les femmes gagnent moins d’argent que les hommes à des postes équivalents, ce n’est pas normal ! Et quand il y a un choix de carrière à faire, c’est souvent pour cette raison là, que la carrière de l’homme est privilégiée. Ce qui est très frappant, c’est que le phénomène semble durer. J’ai croisé un couple de jeunes de 25 ans et encore aujourd’hui le garçon vit très mal que sa petite amie gagne plus que lui. C’est malheureusement une réaction encore tres ancrée. Il faut aussi revoir les principes d’éducation des garçons !

La femme de pouvoir n'est-elle pas contrainte d'être un tueur comme les autres ? Y-a-t-il vraiment une "manière d'être" féminine de réussir une carrière à responsabilité ? 

Dès lors qu’on arrive à des postes à responsabilités, il est clair que les hommes comme les femmes, doivent se battre pour réussir. Plus on gravit des échelons, plus la lutte et la concurrence sont fortes. D’ailleurs, nous avons lu dans la presse que  la décision de nommer Isabelle Kocher à la tête de GDF Suez n’a pas plu à certains hommes de l'entreprise, et que cela lui a valu quelques bâtons dans les roues.

Je pense qu’il y a une forme d’exercice du pouvoir au féminin. Comme nous le démontre le sondage Ifop que nous avons réalisé pour le lancement du Prix de la Femme d’Influence, les hommes jugent majoritairement qu’un meilleur accès des femmes à des postes de responsabilités aurait des conséquences positives dans quatre domaines testés, par exemple respectivement 58% et 57% pour le réalisme et le courage.

N'est-il pas paradoxal de revendiquer une spécificité féminine dans l'exercice du pouvoir à une époque où les études de genre et le débat politique soutiennent plutôt la vision que un homme et une femme, c'est la même chose ? Les femmes veulent-elles tout et son contraire ou assumez-vous une vision un peu réac' ?  

Je ne pense pas avoir une vision réac sur la place de la femme dans la société. J’assume le fait de dire qu’il y a des différences intrinsèques entre les hommes et les femmes, et les études anthropologiques le montrent. Historiquement, les hommes ont appris à défendre un territoire, à conquérir de nouvelles terres, à faire la guerre. Les femmes quant à elles restaient au foyer, étaient des protectrices de la famille, bienveillantes auprès de leurs enfants. Et ce phénomène se ressent encore aujourd’hui, notamment à travers les comportements de chacun. Par exemple en entretien d’embauche, les hommes sont davantage sensibles aux signes extérieurs de pouvoir (combien de personnes sous ses ordres ? le titre exact de sa carte de visite ? sa voiture de fonction ?). Les femmes sont davantage tournées vers la mission de l’entreprise, le projet , ses objectifs. Elles n’ont pas les mêmes interrogations, les mêmes exigences. Les signes extérieurs de pouvoir sont vécus différemment chez les hommes et chez les femmes. Les hommes y accordent beaucoup plus d’importance étant souvent dans une optique de démonstration de force. Vous allez me trouver extrêmement caricaturale, mais par expérience, et après avoir entendu plusieurs témoignages, je ne suis pas si éloignée de la réalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires