En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 1 min 20 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 17 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 1 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 4 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 5 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 56 min 37 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 9 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 51 min
© Reuters
La guerre des changes n’est pas une si mauvaise nouvelle que ça.
© Reuters
La guerre des changes n’est pas une si mauvaise nouvelle que ça.
Qui ne tente rien n'a rien

Pourquoi la guerre des changes n’est pas une si mauvaise nouvelle que ça

Publié le 04 décembre 2014
Guerre des changes, euro fort, dévaluation, manipulation monétaire... les discours économiques se perdent à l’infini dans des thématiques martiales. Pourtant, la thèse d’une bataille mondiale entre banques centrales se confronte à une réalité inverse. La relance monétaire n’est pas un outil au service des exportations mais un outil au service de la demande intérieure.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guerre des changes, euro fort, dévaluation, manipulation monétaire... les discours économiques se perdent à l’infini dans des thématiques martiales. Pourtant, la thèse d’une bataille mondiale entre banques centrales se confronte à une réalité inverse. La relance monétaire n’est pas un outil au service des exportations mais un outil au service de la demande intérieure.

Lorsqu’en 2008, le monde entier entre en crise, les inquiétudes relatives à la naissance d’une nouvelle guerre des changes ont rapidement prospéré. Il n’aura suffi que de quelques mois pour que les peurs manifestées se matérialisent à travers les différentes actions menées par la Réserve fédérale américaine, la Banque Populaire de Chine, la Banque du Japon, ou la Banque d’Angleterre. Les Banques centrales du monde entier, Europe exceptée, se livreraient depuis lors à une insupportable guerre des changes, en pratiquant des actions de débauche monétaire aussi néfastes que contraire aux bonnes mœurs économiques.

Plus récemment, le Premier Ministre Manuel Valls indiquait, dans une lettre adressée au Président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker : "La stratégie économique européenne doit continuer de reposer" (entre autres) (…) sur "une politique monétaire et de change qui conjure le risque d’inflation durablement faible et évite qu’un niveau trop élevé de l’euro ne pèse sur notre compétitivité". Pour le Premier ministre, l’Europe se doit de participer à cette guerre dont le seul enjeu serait celui de la compétitivité.

Pourtant, cette notion de guerre des monnaies, basée sur ce concept toujours flou de compétitivité, semble oublier un fait majeur : l’économie mondiale n’est pas un jeu à somme nul. Parce que l’action d’une banque centrale ne consiste pas à "faire baisser sa monnaie" dans le seul but de venir chaparder les parts de marché de tel ou tel concurrent international.

Car il s’agit bien là de l’idée défendue dans cette notion de guerre des changes. Les pays concernés ne seraient que de vulgaires concurrents se disputant un marché, et la baisse relative de leur monnaie aurait pour seul objectif de venir tailler des croupières aux exportations des voisins. Avec une telle vision, évidemment, la notion de guerre des changes apparait logiquement comme une pratique franchement déplacée si ce n’est parfaitement agressive.

C’est également cette logique qui pousse continuellement les dirigeants à dénoncer un euro fort par ci, un dollar faible par là, ou la "dévaluation" du yen par ailleurs. Ici encore, l’idée véhiculée est que les banques centrales sont des outils permettant à chaque pays d’exporter la crise chez le copain.

Le problème est que cette vision ne correspond pas à la réalité. Il s’agit même d’une vision inversée du processus monétaire, dont la finalité n’est pas de venir "piquer" la part  du voisin mais au contraire, de renforcer son propre marché intérieur. En effet, une opération de relance monétaire a pour objectif principal de modifier les anticipations de croissance et d’inflation à l’intérieur même du pays concernée. En "créant" de la monnaie, la Banque centrale va tout simplement provoquer un ajustement positif de ces prévisions de croissance et d’inflation, c’est-à-dire de la demande.

Le résultat est que la demande intérieure se redresse, permettant le retour de l’activité et la baisse du chômage. Et ce redressement de la demande intérieure va avoir pour effet, non pas de favoriser les exportations, comme pourraient le croire les idéologues de la guerre des changes, mais de provoquer une hausse de la consommation, de l’investissement mais également des importations (car si la demande intérieure progresse, celle-ci profite également aux biens et services importés). Voilà pourquoi une relance monétaire s’accompagne le plus souvent d’une balance commerciale déficitaire. Et non l’inverse.

Le résultat est qu’un pays A, dont les biens et services sont importés dans un pays B qui relance, ne fait que profiter de la situation. De plus, si chaque pays procède de la sorte, c’est l’ensemble de l’économie mondiale qui va bénéficier d’une augmentation globale de la demande. Si chacun fait l’effort de réparer son économie, c’est bien l’ensemble qui en profite. Et dans le monde actuel, s’il existe un continent qui refuse de comprendre cette logique, c’est encore l’Europe. Une Europe qui croit encore qu’une "guerre des changes" lui est défavorable alors même que sa seule source de croissance et de pouvoir exporter dans les pays les plus dynamiques. C’est-à-dire ceux qui relancent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 05/12/2014 - 01:41
Exact Goetzmann!
Mais étonnant que plusieurs centaines de millions d'Européens restent englués dans leurs vieilles certitudes moralisantes et angéliques. Un reliquat du Christianisme, sans doute?...
Lorsque tous les grands pays, excepté l'UE, font de la création monétaire ou de la manipulation des taux de changes, cela reste discret, car la pudique Europe refuse de voir ce qui se cache derrière ces offensives économiques. Mais lorsque l'UE aura ouvert les yeux glauques de Draghi, grâce aux partis euro-sceptiques, et se mettra, elle-aussi, à faire du QE, alors nous assisterons à une vraie guerre froide économique mondiale...avec QE en forme de rétorsion, grosses manipulations des taux de change par la Chine et affaiblissement des petits pays. L'avantage monétaire sera acquis à celui qui dégainera son QE le plus vite...bang-bang!
bjorn borg
- 04/12/2014 - 15:59
Croissance?
Dans ce cas, si toutes les banques centrales émettaient de la monnaie (fausse ?), ce serait la croissance partout dans le monde. N'est-ce point trop idyllique cette hypothèse? La création monétaire ne fait-elle pas baisser le prix des actifs? L'Europe a-t-elle le droit de créer des €?