En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 11 heures 42 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 21 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 13 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 12 heures 5 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 15 heures 22 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 13 heures
Plus de doutes, BioWare est de retour au sommet de sa forme.
Plus de doutes, BioWare est de retour au sommet de sa forme.
Atlantico games

Dragon Age Inquisition, le jeu de l'année ?

Publié le 28 novembre 2014
Plus de doutes, BioWare est de retour au sommet de sa forme. Après un deuxième opus médiocre, la saga Dragon Age, tel le phoenix, renaît de ses cendres plus brillante que jamais. Un prétendant très sérieux au titre de jeu de l'année...
Greg Jacomet, 24 ans, est éditeur du magazine Parisian Gentleman, éditorialiste pour le magazine "The Rake" et un expert aujourd’hui très réputé en matière de parfumerie, notamment masculine.  Il est également un grand spécialiste du monde des jeux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Greg Jacomet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Greg Jacomet, 24 ans, est éditeur du magazine Parisian Gentleman, éditorialiste pour le magazine "The Rake" et un expert aujourd’hui très réputé en matière de parfumerie, notamment masculine.  Il est également un grand spécialiste du monde des jeux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus de doutes, BioWare est de retour au sommet de sa forme. Après un deuxième opus médiocre, la saga Dragon Age, tel le phoenix, renaît de ses cendres plus brillante que jamais. Un prétendant très sérieux au titre de jeu de l'année...

L'arrivée d'un nouveau jeu de chez BioWare est toujours un évènement pour l'amateur de jeux de rôles, du genre à marquer d'une pierre blanche sur son calendrier des mois à l'avance. Le studio Canadien est bien connu et fort aimé des joueurs pour ses nombreuses séries à succès, de Baldur's Gate à Mass Effect, en passant par Neverwinter Nights et Dragon Age.

Dragon Age : Inquisition est le troisième opus de la saga Dragon Age, inaugurée fin 2009 par l'excellent Dragon Age : Origins. Après le sévère échec critique essuyé par Dragon Age II en 2011, dire que ce troisième volet était attendu au tournant relève de l'euphémisme, surtout l'on tient compte des nombreuses annonces faites durant la longue campagne de promotion du jeu, promettant un produit final à l'ambition démesurée.

Dragon Age : Inquisition, comme ses prédécesseurs, est un jeu de rôle à l'occidentale, vu à la troisième personne et incluant une certaine dimension tactique lors des affrontements. Le joueur y dirige un personnage qu'il aura crée de toutes pièces par le biais d'un éditeur de personnage extrêmement complet, ainsi que plusieurs compagnons, chacun doté d'une personnalité lui étant  propre.

Le scénario principal (car il y en a de nombreux secondaires) relate l'épopée de l'Inquisition, une organisation religieuse fondée par la Divine et ses conseillères, dans le but trouver un moyen de refermer la brèche qui est apparue dans le ciel vers l'”Immatériel”, la source des rêves, des esprits et de la magie. Cette brèche est en outre dotée de la fâcheuse tendance à cracher des démons sur Thedas, le monde de Dragon Age...

Vous incarnez l'unique rescapé(e) d'une mystérieuse explosion ayant causé la mort de nombreux responsables religieux et politiques lors du sommet pour la paix entre les mages (supposés responsables de l'apparition de la brèche) et les templiers (l'ordre religieux censé protéger la populace des mages et de leurs pouvoirs), supervisé par la Chanterie, l'église de la prophétesse Andrasté.

Prétendument préservé de l'explosion par Andrasté elle-même, votre personnage se retrouve rapidement (et bien malgré lui) catapulté à la tête de l'Inquisition, soulevé par une populace de croyants voyant en votre personnage un héraut de la prophétesse, ayant le pouvoir de refermer la brèche.

Ajoutons à ce postulat de départ un nombre d'histoires parallèle hallucinant, et l'on se retrouve avec une épopée d'envergure homérique, teintée de politique et d'histoires héroïque et tragiques. Un véritable scénario à tiroir qu'il est tout simplement impossible d'explorer dans son intégralité en une seule partie - ce qui devrait déjà vous prendre entre 60 et 80 heures de jeu, voir plus si vous êtes, comme votre serviteur, un véritable escargot.

Le fil conducteur du scénario, l'inquisition et son développement dans la situation politique complexe de Thedas, sait se faire discret quand il le faut, permettant au joueur d'explorer l'univers fascinant de Dragon Age à sa guise et à son rythme ; le jeu offre au joueur une grande liberté de choix et d'action, et les nombreuses zones à explorer ont de quoi tenir le plus passionné des joueurs occupé pendant quelques semaines à plein temps.

Ainsi, il est toujours possible de se retirer des affaires politiques de Thedas le temps d'une promenade champêtre, à la recherche d'herbes pour se confectionner quelques potions ou cataplasmes du meilleur effet, de cuir et de métal pour se forger une nouvelle arme ou une nouvelle armure, ou encore pour aider un pauvre fermier à retrouver ses bêtes égarées. A moins que l'envie vous prenne d'allez tuer un dragon, de temps en temps.

Les quêtes et activités secondaires sont pléthoriques ; et si toutes ne sont pas d'un intérêt égal, elles ont suffisamment à offrir pour qui souhaite se détourner de la splendide complexité du scénario principal, le temps de reprendre son souffle.

Le système de combat a, quant à lui, été simplifié par rapport au premier opus de la série, rendant les affrontements moins obscurs pour les non initiés, et plus dynamiques également. Vos personnages disposent de nombreux sorts et de nombreuses techniques, certaines offensives d'autres défensives, qu'il vous faudra utiliser de manière judicieuse pour l'emporter.

Pour vous permettre de choisir votre plan d'action en combat, il est possible de mettre le jeu en pause à tout moment. Vous pouvez diriger vos compagnons, si vous le désirez, ou laisser l'IA s'en charger – c'est au choix, et les deux manières de jouer sont viables en fonction du niveau de difficulté choisi.

Les vétérans et ceux cherchant un challenge relevé ont la possibilité d'augmenter le niveau de difficulté et d'utiliser la vue dite "tactique", pour retrouver un gameplay similaire à celui de DA:O, plus tactique, plus lent, et plus complexe à maîtriser (en partie à cause d'une caméra "tactique" peu adaptée à l'interface PC...), mais toutefois fort gratifiant.

Hors des combats, la roue de dialogue, une spécialité BioWare introduite pour la première fois dans le légendaire Mass Effect, est bien entendu de la partie, et permet au joueur de sélectionner les lignes de dialogues de son personnage lors des conversations, et d'orienter la discussion dans la direction qu'il désire en fonction des choix proposés.

Dire que les dialogues sont important dans un jeu BioWare serait un autre euphémisme ; l'on passe autant de temps à dialoguer dans Dragon Age : Inquisition, que l'on en passe à se battre et à explorer. Une telle emphase sur l'écriture et le dialogue présente toujours un certain risque, si le scénario n'est pas à la hauteur.

Mais BioWare est un studio à part – sans équivalent quand il s'agit de créer un jeu immersif, aux personnages attachants et au scénario travaillé. Là où de trop nombreux développeurs bâclent l'écriture de leurs jeux, BioWare salarie une équipe complète d'écrivains professionnels, dévouée à l'élaboration d'univers riches et cohérents.

Ainsi, l'on s'attache aux membres de l'Inquisition, à mesure que l'on découvre leurs motivations, leurs craintes, leurs envies, leurs doutes, leurs passé. Il est même possible de débuter une romance avec un personnage, une part intégrale de l'expérience BioWare, qui n'a jamais manqué de faire se raidir plus d'un média conservateur de par le monde.

BioWare étant une vraie lueur égalitariste dans une industrie du jeu vidéo parfois si tristement sexiste, le casting est varié ; il y a à boire et à manger, et ce, pour tout le monde, quel que soit le sexe ou l'orientation sexuelle.

Résumer en quelques lignes le contenu démesuré de Dragon Age : Inquisition, reviendrait à tenter de résumer l'intégralité des Voyages Extraordinaires en quelques paragraphes. Car s'il fallait encore le préciser, DA:I tient toutes ses promesses.

Les fans seront aux anges, et la possibilité de recréer les évènements des deux premiers Dragon Age via le "Dragon Age Keep", un site internet officiel, pour les importer et les faire influer sur le monde de Dragon Age : Inquisition, est la cerise sur le gâteau.

Les nouveaux venus, soyez cependant averti : vous allez pénétrer de plain-pied dans un monde qui ne vous laissera certainement pas indemne...

Absolument essentiel.

On aime :

-Le scénario, complexe et passionnant

-Le casting des personnages, riche et varié

-Le contenu, absolument gigantesque

-Les graphismes, superbes et bourrés de personnalité

-Le système de combat à la carte

-La musique, superbe

On aime moins :

-L'interface PC, maladroite et peu adaptée

-Le mode multi-joueur, très anecdotique

-Dites adieu à votre temps libre

Titre : Dragon Age : Inquisition

Développeur : BioWare

Plate-forme : PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox One, Windows

Prix : Environ 60€

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires