En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 17 min 25 sec
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 heure 25 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 3 heures 5 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 5 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 6 heures 39 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 23 heures 51 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 41 min 15 sec
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 heure 43 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 3 heures 38 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 6 heures 3 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 23 heures 57 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pourquoi la lutte contre le terrorisme califal passe par la remise en cause des fondements mêmes de l’islam sunnite et pas seulement pas la désignation de "bons" ou de "mauvais" musulmans

Publié le 30 novembre 2014
Les auteurs de cet essai démontrent que le chaos syrien est devenu l'épicentre d'un conflit désormais globalisé qui oppose à la fois les musulmans sunnites aux chiites, et le nationalisme à une utopie califale aux ambitions planétaires. Extrait de "Le chaos syrien", de Randa kassis et Alexandre del Valle, publié chez Dhow éditions (2/2).
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Randa Kassis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthropologue et opposante syrienne, Randa Kassis est fondatrice du Mouvement de la société pluraliste et ancienne membre du Conseil national syrien.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les auteurs de cet essai démontrent que le chaos syrien est devenu l'épicentre d'un conflit désormais globalisé qui oppose à la fois les musulmans sunnites aux chiites, et le nationalisme à une utopie califale aux ambitions planétaires. Extrait de "Le chaos syrien", de Randa kassis et Alexandre del Valle, publié chez Dhow éditions (2/2).

Pour revenir à la problématique de l’islamisme radical et à son antithèse qu’est le nationalisme arabe militariste, il est temps de sortir du dilemme stérile et manichéen qui ne laisserait le choix, à l’instar de l’Algérie ou de l’Egypte, qu’entre « la peste du nationalisme éradicateur ou le choléra de l’islamisme jihadiste ». C’était d’ailleurs là l’objectif majeur des premiers révolutionnaires arabes actifs sur les réseaux sociaux et avides de liberté, de justice, de laïcité et de démocratie… avant que les adeptes du totalitarisme vert ne leur volent leurs révolutions.

Nous pensons toutefois que l’Hiver islamiste, qui a succédé au Printemps arabe, n’a pas vocation à durer éternellement. Il n’est pas une fatalité ou un fléau irréversible. Premièrement, parce que l’histoire s’accélère et parce que « le pire n’est jamais certain » ; deuxièmement, parce que la folie totalitaire des islamistes (tant jihadistes salafistes que Frères musulmans élus démocratiquement en Egypte, au Maroc ou en Tunisie) a déjà contribué à « vacciner » nombre d’Arabes qui finiront, selon nous, par sortir tôt ou tard de leur hibernation obscurantiste et de leur passivité face au « fascisme théocratique » dont ils sont les premières victimes. Après avoir essayé ou subi la solution islamique, les masses arabo- musulmanes prendront conscience en effet que l’islam politique n’est pas forcément plus vertueux et bénéfique que la dictature nationaliste ou les valeurs occidentales honnies…

Comme nous l’avons montré tout au long de cet ouvrage, la situation qui prédomine actuellement dans les pays arabo-musulmans – et a fortiori en Syrie – est, certes, à bien des égards, inquiétante, tant du point de vue de l’avancée démocratique – inexistante dans la plupart des pays, excepté la Tunisie et dans une moindre mesure le Maroc – que de celui de la sécurité et de la paix. Dans nombre de pays en effet (Libye, Syrie, Yémen, Irak, Somalie, Mali, Jordanie, pays du Golfe, etc.), les islamistes les plus fanatiques remplissent le vide étatique. Ils promettent de renverser les pouvoirs taghout en place. Et depuis ledit « Printemps arabe », le « terrorisme califal » ne s’est jamais aussi bien porté. Nombre d’experts envisagent les scénarios les plus pessimistes, y compris celui d’une remise en cause des frontières du Moyen-Orient et de l’équilibre instauré depuis la chute de l’Empire ottoman qui donna naissance à nombre d’Etats de la région conformément au partage des accords de Sykes-Picot (voir chapitre I). Il est vrai que le monde arabo-musulman est toujours prisonnier de sa « tentation obscurantiste » et que la solution islamique n’a pas encore été essayée dans suffisamment de pays pour que les peuples s’en éloignent massivement à mesure que l’épreuve des faits augmente son discrédit.

Une nouvelle génération d’intellectuels anti-obscurantistes et laïques

Mais des signes avant-coureurs qui ne trompent pas donnent des raisons d’espérer pour le futur. Les blogs arabes, très fréquentés par la génération des révolutionnaires à l’origine du Printemps arabe, les prises de position d’intellectuels, d’artistes, de journalistes et même de politiques laissent entrevoir depuis des mois une réelle lueur d’espoir, tant la parole, même athée, laïque, progressiste, libérale ou réformiste ne cesse de se libérer en réaction à la barbarie islamiste. La geste monstrueuse des fanatiques de Da’ech ne doit pas conforter d’après nous les seuls scénarios catastrophistes, car les jihadistes, trancheurs de gorge, qui diffusent dans le cadre de leur stratégie de la sidération leurs actes atroces, révoltent encore plus de musulmans qu’ils n’en fascinent. Certes, ils parviennent à susciter encore bien trop de ralliements. Mais la barbarie verte commise au nom de la conception totalitaire des salafistes et de leur interprétation du Coran et de la charià a déjà commencé à provoquer dans nombre de pays arabes et musulmans et au sein de l’intelligentsia arabe éclairée non seulement des réprobations et des indignations – souvent stériles, car non suivies de solutions de fond –, mais aussi tout un courant de réflexion critique « islamiquement incorrect », ce qui est bien plus encourageant et profond.

Cette nouvelle école de pensée critique, qui n’est pas seulement incarnée par des laïcistes ou des athées militants, mais aussi par des croyants réformistes décidés à « rouvrir les portes de l’ijtihad » de l’islam sunnite – hélas sclérosé et bloqué depuis le xe siècle –, ne se contente plus comme avant d’interpeller les extrémistes violents en les accusant d’être l’« inverse de l’islam » ou de « mauvais musulmans ». Elle n’est plus seulement incantatoire et formelle. Elle ose désormais pointer du doigt et critiquer les fondements mêmes de l’islam sunnite-orthodoxe sclérosé, dont toute une scolastique classique justifiant théologiquement la violence et l’infériorité des « infidèles » sert (hélas encore aujourd’hui) de source de légitimation aux égorgeurs qui ont prêté allégeance au califat d’Abou Bakr al-Baghdadi, aux diverses franchises rivales d’Al-Qaida, au Hamas ou à d’autres mouvances jihadistes (Boko Haram, Chebab, etc.).

A l’évidence, l’islamisme jihadiste n’a pas surgi de nulle part. Il ne vient ni du bouddhisme, ni du judaïsme, ni de l’hindouisme, ni du christianisme. Il vient de l’islam sunnite et plus précisément d’un courant qui est hélas dominant et officiel dans les pays sunnites du Golfe. Il n’a jamais été dénoncé dans ses fondements théologiques et sources canoniques par ceux qui contrôlent les lieux saints (haramaïn) de l’islam, à commencer par cet étrange pays producteur de fanatisme qu’est l’Arabie saoudite. Il est par conséquent non pas une simple « réaction » à l’injustice des « satans » Israël ou Etats-Unis, mais une « maladie qui gangrène le corps même de l’islam » (Soheib Bencheikh) depuis des siècles déjà, bien avant la création même des Etats-Unis et d’Israël, et avant la colonisation. Il ne vient donc pas « de l’extérieur », mais de l’intérieur de la Oumma, hélas peu habituée à se remettre en question et trop souvent prompte à « jeter le bébé du progressisme avec le bain de l’anticolonialisme revanchard ».

Il est également évident qu’il ne sera pas détruit dans ses fondements théologiques au moyen de bombardements aériens qui tuent tant de civils innocents, quant à eux pris en otages comme en boucliers humains par ceux qui « préfèrent la mort à la vie ». D’après les nouveaux penseurs du réformisme sunnite, seules une « désacralisation » (Abou Zeit, Soheib et Ghaleb Bencheikh, etc.) et une remise en cause de certains fondements théologiques de l’islam sunnite (notamment hanbalite, hélas au pouvoir en Arabie saoudite) pourront permettre de vaincre les trancheurs de gorges jihadistes qui s’appuient (qu’on le veuille ou non) en partie sur des textes canoniques légaux jamais réformés et malheureusement toujours enseignés dans les mosquées des grands pays musulmans adeptes de l’orthodoxie sunnite.

Il ne faut jamais perdre de vue le fait que ceux-là mêmes qui feignent de combattre les terroristes islamistes aux côtés des Occidentaux, notamment le Qatar, le Koweït, les Emirats, ou l’Arabie saoudite, appliquent officiellement et distillent chez eux puis dans le monde entier une doxa islamique d’inspiration hanbalite-wahhabite-salafiste – référence des jihadistes –, qui n’est pas une hérésie, mais un courant officiel du sunnisme reconnu par les trois autres écoles sunnites, shaféisme, hanafisme et malikisme (voir glossaire)…

Extrait de "Le chaos syrien", de Randa kassis et Alexandre del Valle, publié chez Dhow éditions, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires