En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Brexit : en Grande-Bretagne, tout va donc changer pour que rien ne bouge

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

07.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

il y a 34 min 43 sec
décryptage > Politique
Répartie

Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Déclaration d’intérêt

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Politique
Triomphe électoral

Libéral, conservateur, insensible à la "raison des élites" : la recette Johnson pratiquée par la droite française… à son exact inverse

il y a 3 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?
il y a 3 heures 34 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 14 heures 48 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 22 heures 31 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 23 heures 14 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 23 heures 51 min
décryptage > Education
Négociations

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Europe
Le retour de l'ennemi héréditaire

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Vraie mère de toutes les réformes

Cette réforme monétaire sans laquelle aucune réforme d’ampleur ne pourra vraiment être réussie en France

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Europe
Atlantico Business

Brexit : en Grande-Bretagne, tout va donc changer pour que rien ne bouge

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 30 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 17 heures 43 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 22 heures 54 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 23 heures 38 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 1 jour 12 min
© Reuters
Le futur compte pénibilité est à lui seul un emblème des différents maux qui affaiblissent la France.
© Reuters
Le futur compte pénibilité est à lui seul un emblème des différents maux qui affaiblissent la France.
Fausse solution

Le compte pénibilité : meilleur ennemi de la classe ouvrière

Publié le 20 novembre 2014
Le futur compte pénibilité est à lui seul un emblème des différents maux qui affaiblissent la France jusqu’à la mettre au bord de gouffre.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le futur compte pénibilité est à lui seul un emblème des différents maux qui affaiblissent la France jusqu’à la mettre au bord de gouffre.

A la base, un vrai sujet: l’exposition au risque professionnel

Comme souvent dans les mauvaises solutions, on trouve toujours à leur fondement une vraie problématique. Celle de l’exposition des salariés aux risques professionnels et aux tâches pénibles en est une. A titre personnel, si je me souviens du métier de mon père ou des membres de ma famille (qui sont majoritairement ouvriers du bâtiment), je suis assez bien placé pour savoir qu’un homme qui a porté des charges lourdes été comme hiver pendant plusieurs dizaines d’années ne se trouve pas dans le même état, à soixante ans, qu’un cadre qui a passé trente ou quarante ans dans des bureaux, avec une assistante pour lui faire son café et ses photocopies. Qu’il soit tenu compte de ces différences ne paraît pas choquant.

Une fois que ce credo est posé, les problèmes, malheureusement, commencent. Ils tiennent tout entier à la notion même de pénibilité. A partir de quel moment juge-t-on qu’un travail est objectivement pénible ou pas? On se rappelle ici que le travail trouve son étymologie dans le "tripalium", objet de rétention inventé par les Romains, qui ressemblait à ceci:

Le travail est bien une allégorie de cet instrument qui servait à immobiliser un condamné. Le travail tel qu’il est encore largement conçu, c’est une immobilisation du travailleur (le plus souvent salarié) dans un lieu donné. Je ne vais pas ici épiloguer sur l’histoire de la rétention par le travail qui traverse le monde occidental depuis l’invention du servage. Je voudrais juste souligner que, par nature, le travail contient tous les éléments de la pénibilité et que, d’une certaine façon, tout travail est pénible.

Objectiver la pénibilité, c’est pénible

La définition de la pénibilité est, en soi, le résumé du sujet: qu’est-ce qu’un travail pénible? Intuitivement, chacun sent bien que s’ouvre ici une inquiétante boîte de Pandore. Le sentiment de la pénibilité est par nature très mouvant.

Dans la simple immédiateté, chacun a bien trouvé un jour qu’il était pénible d’aller travailler. Cette remarque n’est pas une simple boutade: un travail jugé non pénible il y a vingt ans, je veux dire en période de "sur-effectif", devient très pénible si les cadences accélèrent et que les effectifs diminuent quand la charge de travail augmente.

Objectiver la pénibilité dans ces conditions relève donc du leurre, et suppose d’entrer dans un examen de chaque poste de travail au cas par cas. C’est bien tout l’enjeu de la réforme adoptée par la gauche: déterminer des critères d’analyse de chaque poste de travail pour juger, un jour de la pénibilité d’une carrière et calculer des droits à retraite strictement proportionnels aux risques encourus par le travailleur.

Cette objectivation implique par nature une comptabilité insupportable pour tous les employeurs. Elle suppose non seulement une multitude d’analyses à l’embauche dans une période où mieux vaudrait encourager à recruter plutôt qu’à multiplier les obstacles. Mais elle exige aussi que cette analyse soit poursuivie tout au long de la carrière, avec des effets difficiles à mesurer. Depuis l’abolition du livret ouvrier, on n’avait pas tenté une telle recension du travail en France.

Objectiver la pénibilité, c’est aussi s’y résigner

J’ai jusqu’ici pointé du doigt cette manie française de recourir à la bureaucratie pour résoudre les problèmes. Je voudrais aller plus loin en soutenant que l’invention du compte pénibilité n’est pas seulement une maladresse bureaucratique, elle est une protection délibérée accordée aux employeurs peu soucieux de leurs salariés, et qui n’ont aucun scrupule à les faire travailler dans de mauvaises conditions.

Les pays du Nord de l’Europe ont en effet systématiquement fait le choix d’obliger les employeurs à prévenir la pénibilité pour éviter une exposition trop longue des salariés à des travaux qui dégradent leur santé. Les politiques de ressources humaines y sont extrêmement contraignantes, afin de protéger les travailleurs contre les risques professionnels.

De façon assez curieuse, la majorité française de gauche (peut-être compte-t-elle trop peu d’élus ouvriers…), encouragée par la CFDT, a fait un choix inverse: au lieu de prévenir la pénibilité, elle s’y résigne en organisant sa comptabilisation méthodique. C’est assez curieux de dire à un salarié: "Tu vas travailler dans des produits chimiques toxiques, on va suivre ta carrière pour que tu puisses profiter un peu de ta retraite". Humainement, il est beaucoup plus cohérent de s’organiser pour éviter que ce salarié ne soit pas trop exposé à des produits toxiques, notamment en limitant dans le temps son exposition à ces produits.

Au lieu d’imposer à tous les employeurs de France une paperasserie interminable, pourquoi ne pas avoir réduit le temps quotidien ou hebdomadaire de travail pour les postes pénibles? Pourquoi ne pas avoir renforcé le droit à la formation des salariés qui tiennent ces postes? Pourquoi ne pas imposer des surcotisations pour ces salariés? Pourquoi ne pas leur interdire de tenir des postes pénibles pendant plus de dix ans?

Indemniser la pénibilité, c’est la favoriser

Je voudrais aller encore plus loin dans le raisonnement, et accuser la majorité qui a fait passer cette mesure de complicité avec tous ceux qui exposent délibérément leurs salariés à des tâches pénibles.

En effet, le bon sens, qui passe par la responsabilité – on parle tant de responsabilité sociale des entreprises!- consisterait à pénaliser les employeurs en leur faisant payer le surcoût qu’ils infligent à la société, souvent sans malice d’ailleurs, parce qu’ils offrent des emplois dangereux ou pénibles. Si un salarié voit sa santé dégradée (donc consomme plus de médicaments, de journées à l’hôpital, etc) à cause du métier qu’il exerce, il paraît assez normal que cet employeur qui va dégager une plus-value grâce à cette dégradation apporte des compensations à cet état de fait.

La mécanique choisie par le législateur français est tout l’inverse: elle récompense "en creux" les employeurs concernés en les dispensant de prendre en charge les externalités négatives de leur activité, et elle mutualise sur l’ensemble des employeurs les coûts occasionnés par quelques-uns. Dans la pratique, ma petite start-up va devoir payer pour les travaux pénibles qui enrichissent quelques entreprises.

Pour quelle raison facilite-t-on ainsi la tâche de quelques-uns en soumettant tous les autres, qui n’en peuvent mais, à un sorte d’impôt révolutionnaire?

Faut-il se mettre en grève contre le compte pénibilité ?

Reste maintenant la question du mouvement lancé par la CGPME, rejoint par le MEDEF et l’UPA, destiné à protester contre le compte pénibilité (et d’autres sujets) qui doit avoir lieu début décembre. Faut-il le rejoindre ou pas?

D’un côté, je comprends bien l’exaspération de ceux qui n’en peuvent plus de subir de nouvelles réglementations alors que le pouvoir en place n’a que simplification et aides aux entreprises à la bouche. Les travaux administratifs absorbent déjà un temps colossal dans la vie d’un chef de petite ou de très petite entreprise. Une couche nouvelle d’emmerdements au moment où le marché s’effondre et que la recherche du client est plus compliquée que jamais ne peut qu’être vécue comme une malédiction.

D’un autre côté, j’ai un peu de mal avec les mouvements patronaux qui appellent à manifester. Leurs responsables savaient pertinemment que la question de la pénibilité était un objectif majeur de la CFDT, principal appui du pouvoir. Ils savaient aussi que la loi Fillon leur enjoignait de mettre en place un dispositif intelligent (et sans intervention de l’Etat !) depuis 2003… Je me souviens de réunions au MEDEF où les représentants des employeurs se vantaient de tout faire pour torpiller l’idée et le dispositif.

Un patronat responsable n’aurait pas agi de la sorte. Il aurait prévenu le coup, car il avait largement le temps de le faire, et il aurait copié sur ses voisins, allemands par exemple, pour neutraliser les appétits du législateur. Mais on a préféré renâcler, jouer la politique du pire, et tirer sur la corde du "jamais content" jusqu’au bout.

La pénibilité, c’est aussi en cela une illustration du mal-governo français. Si l’exécutif est coupable d’adopter des mesures contraires à la défense des salariés tout en prétextant l’inverse, le patronat ne brille guère par son engouement à les éviter. Au fond, ce sont ces postures du XXè siècle qui empêche la France de passer sereinement le cap du siècle nouveau.

Et pendant ce temps, les entreprises de croissance vont devoir subir une nouvelle contrainte pour préserver des entreprises vieillissantes qui ne veulent pas appliquer le principe du "pollueur = payeur". Dommage!

Ce billet a initialement été publié sur le blog d'Eric Verhaeghe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Brexit : en Grande-Bretagne, tout va donc changer pour que rien ne bouge

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

07.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Picquigny
- 20/11/2014 - 18:35
La pénibilité est un combat du 20e siècle
La pénibilité, telle qu’elle est définie dans la loi, est appréciée principalement au regard des conditions de travail qui prévalaient au 20e siècle dans l’industrie. Cependant, la part de l’industrie à considérablement diminué et l’industrie lourde a notamment pratiquement disparue. Nul doute qu’on puisse s’émouvoir de l’usure professionnelle d’un mineur de fond retraité mais il n’existe aujourd’hui plus de mineurs de fonds en activité en France.

Deux informations récentes doivent inciter cependant à la réflexion : l’augmentation des suicides dans la police et la difficulté de recruter des enseignants pour la Seine Saint-Denis. Pour autant, à l’exception du travail de nuit pour les policiers, ces professions ne sont pas concernées par les 10 facteurs de pénibilité qui ont été retenus. On en déduira que ces métiers ne sont pas pénibles et qu’il n’existe donc pas de raison à la souffrance de ces salariés.