En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 42 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 8 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 12 heures 3 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 32 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 35 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 7 heures 12 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 32 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 15 heures 1 min
Aggiornamento

L'islam politique est-il en train de se convertir à la démocratie ?

Publié le 04 octobre 2011
Dix ans après le 11 septembre, le "printemps arabe" semble avoir favorisé le développement de la démocratie dans le monde arabe. Pour autant, la récente mention de la charia comme base de la future constitution libyenne a troublé une partie des Occidentaux. Peut-on aujourd'hui parler de musulmans-démocrates comme on parle de chrétiens-démocrates ?
Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.Il dirige le Programme méditerranéen à l'Institut universitaire européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme. Son dernier livre, Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Roy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.Il dirige le Programme méditerranéen à l'Institut universitaire européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme. Son dernier livre, Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dix ans après le 11 septembre, le "printemps arabe" semble avoir favorisé le développement de la démocratie dans le monde arabe. Pour autant, la récente mention de la charia comme base de la future constitution libyenne a troublé une partie des Occidentaux. Peut-on aujourd'hui parler de musulmans-démocrates comme on parle de chrétiens-démocrates ?

Atlantico : De la Tunisie à l'Égypte, en passant plus récemment par la Libye, le "printemps arabe" semble avoir favorisé le développement de la démocratie dans les pays de cette région du monde. Peut-on aujourd'hui prétendre qu'une "démocratie musulmane" est en train de se développer ?

Olivier Roy : Il n’existe pas de "démocratie musulmane", il y a des démocraties dans des sociétés musulmanes. C'est-à-dire qu'il n’y a pas de spécificité musulmane de la démocratie. En Turquie, par exemple, la société est musulmane et il y a une démocratie. Le parti au pouvoir aujourd’hui se réclame de valeurs religieuses, comme le ferait un parti chrétien démocrate en Europe occidentale. Il était d’ailleurs précédé par des partis de centre droit et de centre gauche qui eux ne se réclamaient pas de la religion.

La question importante est celle de l’acceptation de la démocratie par les partis religieux. Nous assistons aujourd'hui à une sorte de démocratisation de partis islamistes, qui se réclamaient jusqu’à récemment d’un État islamique et qui maintenant commence à penser le concept d’État islamique dans un contexte démocratique.

La pratique politique explique ce revirement. Les mouvements islamistes sont des mouvements qui datent des années 1960-70. Il y a toute une génération d’hommes politiques qui arrive à la conclusion que cela ne fonctionne pas. Cette situation peut se comparer à la pratique de certains partis communistes d’Europe occidentale : certains se sont disloqués, comme le Parti communiste italien, d’autres sont rentrés dans la démocratisation en marche arrière, comme le Parti communiste français. Il existe donc différentes tendances.

Nous nous trouvons actuellement dans un processus de restructuration des partis islamistes. Mais à l’intérieur même du monde arabe, des cas extrêmement différents cohabitent. Les Tunisiens ont fait une croix sur le concept d’État islamique : l'ancien Premier ministre tunisien Mohamed Ghannouchi a ainsi clairement affirmé que la charia n’était pas au programme du parti. Les frères musulmans égyptiens, dont le leadership tient toujours, ont gardé l’espoir d’installer un parti islamique à la tête du pays. Les Jordaniens eux sont rentrés dans une demande de démocratie parlementaire, comme les Marocains.

 

Qu'en est-il de la Libye ? Le Président du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil, a déclaré que la principale source de la future constitution libyenne serait la charia. Celle-ci peut-elle faire bon ménage avec la démocratie ? 

Mais qu'appelle-t-on la charia ? En Égypte, théoriquement, la charia est inscrite dans la constitution mais cela se traduit au final par rien de concret. Au Pakistan, la charia n’est pas négociable. La charia ne définit pas un système politique mais un système de normes juridiques. La question importante est celle du rôle du parlement. Qu’est-ce que la constitution définirait comme n’étant pas négociable par le parlement ? Qui décide de ce qu’est la charia ?

La charia n’est pas un code écrit noir sur blanc, c’est un processus d’interprétation. Si le Parlement décide, on peut considérer cela comme démocratique. Si c’est une espèce d’organe extérieur qui s’arroge le pouvoir de décider ce qui relève de la charia, comme en Iran, c’est bien-sûr très loin de nos principes démocratiques.

 

Comment expliquer que le monde arabe ait plus de mal a se démocratiser que les pays asiatiques musulmans ?

Les pays arabes ont une tradition d’État autoritaire, de régime à homme fort. Ils ont toujours voulu un leader fort, un uide. Dans les années 1960-70 s’est mise en place une culture politique autoritaire (Nasser, Boumediene, le Roi Hassan II, Saddam Hussein etc..). Tous ces pays étaient des régimes autoritaires avec un leader charismatique. On assiste aujourd’hui à la remise en cause de cette culture politique autoritaire. Je pense qu’elle s’est essoufflée grâce au passage des héritiers. Mohamed VI n’est pas Hassan II, Moubarak n’est pas Nasser, Bachar el-Assad n’est pas Hafez el-Assad.

Le renouvellement biologique des grands dictateurs des années 1960-70 a entrainé un affaiblissement de ces régimes, une plus grande corruption. Ces régimes qui étaient des régimes étatiques, à économie dirigée, ont réalisé presque tous une transition vers la privatisation dans les années 980, au profit des élites. Les classes populaires se sont appauvries et l’on a assisté à l’avènement d’une nouvelle génération de jeunes qui ne sont plus du tout dans ces idéologies "totalisantes" et ne sont plus dans un modèle patriarcale.

 

Le 11 Septembre 2001 peut-il avoir été l'élément déclencheur de cette tendance ?

Le 11 septembre a été un évènement occidental. Son impact sur le monde arabe est indirect. Al Qaïda n’a jamais été au centre de la vie politique du monde arabe. Les mouvements démocratiques et réformistes n’ont pas attendu le 11 septembre pour apparaitre. Des débats internes aux islamistes ont pris place dans les années 1990. Ghanouchi dans ces années-là prônait déjà la démocratie et l’utilisation de la société civile.

La réflexion a été, selon moi, déclenchée par ce qui s’est passé en Iran. La transformation de la dictature islamique en « simple dictature » et l’apparition d’un milieu réformiste au sein même des gens qui avaient fait la révolution ont clairement eu un impact dans tous les milieux islamistes du monde arabe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gminterroge
- 05/10/2011 - 21:04
Incantatoire
L'incantation remplace le raisonnement. L'auteur a sans doute quelquechose à nous vendre, sans doute un nouveau catéchisme dont il viens de pondre les pitoyables concepts
Alex de M.
- 05/10/2011 - 08:56
@Shelton : Vous confondez
Vous confondez Islam minoritaire et islam démocratique.

Croyez vous réellement que l'islamisation de la société correspond seulement aux 15 % revendiqués ?

Existe-t-il un seul pays ou l'islam est majoritaire et ou les droits des chrétiens soient égaux ?
Existe-t-il un seul pays ou l'islam représente un part significative et ou la société soit en paix ?
quesako
- 04/10/2011 - 21:12
Réveillez vous : l'islam en France (>15%) est démocratique
On croit en lisant les mails que vous parlez d'un monde lointain. Mais l'islam est de + en + présent en France avec ses > 15 % de la population qui augmente plus vite que les autres populations.
C'est l'islam dans la démocratie : la charia nous expliquent les politiques n'a aucune valeur en France