En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Bonnes feuilles

Les années 30 sont de retour en France : la finance ennemie

Publié le 06 décembre 2014
Les haines et les peurs de notre temps ont un parfum de redite, celui des années 30, cette décennie tragique qui mena le monde à l'abîme. Économique, sociale, identitaire ou politique, les crises s'additionnent depuis le krach de 2008, comme au temps de la Grande Dépression de 1929. Mais qu'en est-il au fond ? Extrait de "Les années 30 sont de retour", de Claude Askolovitch, Pascal Blanchard, Renaud Dély et Yvan Gastaut, publié chez Flammarion (1/2).
Claude Askolovitch est journaliste à iTélé.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Blanchard est historien, chercheur au Laboratoire communication et politique (CNRS), spécialiste de la colonisation et de l'immigration.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Dély est journaliste au Nouvel Observateur.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yvan Gastaut enseigne à l'unviversité de Nice.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Askolovitch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Askolovitch est journaliste à iTélé.
Voir la bio
Pascal Blanchard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Blanchard est historien, chercheur au Laboratoire communication et politique (CNRS), spécialiste de la colonisation et de l'immigration.
Voir la bio
Renaud Dély
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Dély est journaliste au Nouvel Observateur.
Voir la bio
Yvan Gastaut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yvan Gastaut enseigne à l'unviversité de Nice.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les haines et les peurs de notre temps ont un parfum de redite, celui des années 30, cette décennie tragique qui mena le monde à l'abîme. Économique, sociale, identitaire ou politique, les crises s'additionnent depuis le krach de 2008, comme au temps de la Grande Dépression de 1929. Mais qu'en est-il au fond ? Extrait de "Les années 30 sont de retour", de Claude Askolovitch, Pascal Blanchard, Renaud Dély et Yvan Gastaut, publié chez Flammarion (1/2).

Il faut revenir à la grande césure des années 80, celles du métissage organisé des gauches et du capitalisme. Dans un premier temps, 1981 semblait une redite de 1936, la force des institutions de la Ve République en plus. Beaucoup de choses se paient, quand François Mitterrand s’installe en son palais. La gauche va retirer du pouvoir aux patrons – les lois Auroux – pour en donner aux syndicats. Elle porte la main sur l’équilibre des choses, en appliquant son programme de nationalisations.

La Banque de Paris et des Pays-Bas (devenue Paribas), celle qui, par Horace Finaly, avait soutenu Léon Blum, est à nouveau au coeur d’un scandale. Son patron, Pierre Moussa, pourtant un ancien inspecteur des Finances, refuse l’emprise de l’État. Il entreprend de vider la nationalisation de sa substance, et de transférer ses actifs étrangers. Pris la main dans le sac, il subit un procès en défaut de patriotisme et devient l’incarnation des patrons qui trahissent la Nation. La guerre a repris ?

Le patronat de l’après-guerre, sitôt apurée la honte du vichysme et le traumatisme de la Libération (épuration, nationalisations, calvaires humains des familles Berliet et Renault), s’était employé au « plus jamais ça » – « ça » étant le Front populaire. Dans les années 70, le CNPF a mis toutes ses forces – financières notamment – pour contrer le Programme commun de la gauche, signé en 1972, que le président du CNPF François Ceyrac qualifie alors « d’étatisme généralisé » et voit comme l’annonce d’un « bouleversement irréversible de toutes les structures de la société 1 ». En 1977, François Mitterrand dénonce le « milliard de nouveaux francs » engagé par le patronat contre la gauche. Quatre ans plus tard, en 1981, il l’emporte face à Valéry Giscard d’Estaing.

La baisse du temps de travail sans baisse de salaire charge les comptes des entreprises et indigne tout autant la base que les nationalisations à 100 % des banques et des grands groupes. C’est pourtant l’accommodement qui l’emporte. Au congrès de Valence, à l’automne 1981, le numéro 2 du PS, Jean Poperen, croit revivre les sabotages du Front populaire et dénonce « la campagne d’affolement » du patronat. En réalité, le patronat n’affole plus grand monde et – vite – choisit de séduire. En décembre, Yvon Gattaz est élu à la tête du CNPF. Ce patron éthique, fondateur d’une entreprise de taille moyenne, passionné de créations d’entreprise, a une mission historique : éviter précisément la radicalisation du patronat, qui travaille aussi bien la base des PME que certains dirigeants de la grande entreprise, et prendre langue avec le nouveau pouvoir. Il développe des liens avec François Mitterrand, auquel le lient l’imprégnation chrétienne et l’apaisement provincial.

François Mitterrand, homme de tant de vies, sait entendre le camp d’en face. Un autre homme s’en va voir le Président socialiste : le vrai maître du patronat de l’époque, Ambroise Roux, patron de la Compagnie générale d’électricité. Le 16 avril 1982, le Premier ministre Pierre Mauroy s’est engagé, dans une réunion de travail avec le CNPF : il ne baisse plus la durée du temps de travail et allège les charges patronales. En septembre, François Mitterrand, à son tour, évoque les charges dont il faut libérer les entreprises. Le 14 décembre, Yvon Gattaz réunit vingt-cinq mille patrons au Parc des expositions de Villepinte, pour des « états généraux des entreprises » qui sont aussi bien une démonstration de force qu’une main tendue au pouvoir. Le Nouvel Observateur, quelques jours plus tard, parle d’« armistice ». Yvon Gattaz propose un pacte, des mesures pour les entreprises en échange des embauches. « Un contrat Nation-entreprise, pourquoi pas ? » répond Jacques Delors, ministre de l’Économie et des Finances.

Quelle belle concorde aux années 80 naissantes, qui efface le souvenir de la guerre engagée dans les années 30 quand les deux cents familles égorgeaient les « Rouges », et réciproquement.

Trois décennies plus tard, le nouveau patron des patrons Pierre Gattaz, fils d’Yvon, à la tête du Medef, arborant un pin’s au revers de sa veste qui promet un million d’emplois en échange d’une baisse des charges propose au pouvoir socialiste un « pacte de confiance ». Il se voit repris au mot par François Hollande, qui instaure alors un « pacte de responsabilité », actant les termes de l’échange : baisse des charges en échange de « contreparties » en termes d’emploi et de relations sociales. Cette fois, il n’y a même pas eu de guerre avant l’armistice – quelques escarmouches, pour la forme, jouées avec application par chacun des intervenants.

Dans sa campagne présidentielle, François Hollande avait proclamé que la finance était son ennemie, et inventé une tranche d’imposition à 75 % pour les très hauts revenus, choquant en cela les plus sociaux-libéraux de ses partisans. Le Nouvel Observateur rapporte cette confidence du chef de l’État : « C’est incroyable. Je pensais que tous ces dirigeants venaient pour discuter compétitivité, croissance, stratégie industrielle. Mais non ! Tous ne m’ont parlé que d’une seule chose : les 75 %. » Mots contre mots. L’opinion enregistre ? Se dit-elle que la gauche est de retour et que les riches ne pensent qu’à eux-mêmes ?

En réalité, ceci n’est qu’une distraction. Les choses sérieuses arrivent aussitôt. Dès l’été 2012, François Hollande reçoit à déjeuner cette AFEP fondée jadis par Ambroise Roux, désormais présidée par Pierre Pringuet, PDG de Pernod-Ricard, un ancien conseiller de Michel Rocard ; on parle de l’entente obligée entre le gouvernement et les entreprises ; dans la foulée, il envoie son Premier ministre Jean-Marc Ayrault discourir à l’université d’été du Medef ; il lance le rapport Gallois, et instaure le crédit impôt-compétitivité ; il reprend à son compte l’argument patronal sur la baisse vitale des charges ; il choisit la politique de l’offre et, de ce mot, veut forger une identité, qu’il baptise sociale-démocrate – le mot est faux mais les observateurs s’en emparent, et commentent un tournant qui n’existe pas. François Hollande est dans une continuité.

Extrait de "Les années 30 sont de retour", de Claude Askolovitch, Pascal Blanchard, Renaud Dély et Yvan Gastaut, publié chez Flammarion, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/12/2014 - 11:50
Mais la France a un nouveau Socialisme qui dit la même chose et
qui même prévoit encore plus d’État et que seul l’État pourra sauvé la France. Si les Français ne voient pas que le langage du FN qui tient le même flambeau, le même langage de Mitterrand avec le résultat que nous avons maintenant et bien la France à vouloir écouter les illusionnistes et bien périra. Bon nous serons toutefois rachetées par les Capitalistes Chinois qui mettront les deux Socialismes (Gauche et FN MLP) aux pas. Vive la Chine!
Benvoyons
- 06/12/2014 - 11:49
Le Socialisme
résultat Socialiste avec le début après guerre 1945. Prise en main de la gauche sur la Fonction Publique dont (Ecoles,Culture,Médias,Syndicats etc..), Avec en plus les élites Fonctionnaires élus (55 à 60% des élus chez les députés, sénateurs,Régions, etc...) sont des Fonctionnaires. Il suffit de voir l'achat de voix pour les élections régionales en Île-de-France de la part des Socialistes. Nos Élites d’État Socialistes pour être réélu et bien viennent de décider plus d'impôt sur les Sociétés pour 250 millions € et 250 millions € sur les contribuables de la région. Mais bien évidemment en décalé car cela se verra sur les prochaines feuilles d'impôts donc après les élections. Cette illusion de nos ENA Fonctionnaires que cela soit la ponction sur les sociétés et sur le contribuable et bien en fait c'est le contribuable qui paye bien la totalité. Dans le prix des produits et dans les impôts. Les effets néfastes (chômage etc...)ne seront ressentis que plus tard et les mêmes diront c'est la faute des Patrons, de l'Europe, de Merkel,de la Mondialisation etc.. Mais la faute ne revient qu'à ces c.....ds , ces F... de P..... qui eux auront comme Hollande une retraite cumulé à 37500€.
Texas
- 06/12/2014 - 11:03
Bonnes Feuilles ?
En matière de bonnes feuilles , il est permis de douter avant même une lecture . Car si il est question d' impartialité pour relater l' Histoire , le conseil est de passer son chemin . On imagine aisèment le contenu , celui de la Bobosphère ( Dély , Askolovitch ) , provenant de propagandistes patentés qui auront été les meilleurs contributeurs de ce qu' ils dénoncent aujourd'hui .