En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

07.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 9 heures 3 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 10 heures 1 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 12 heures 43 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 14 heures 8 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 16 heures 2 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 17 heures 18 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 18 heures 16 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 20 heures 3 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 21 heures 11 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 9 heures 39 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 12 heures 21 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 13 heures 11 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 15 heures 19 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 16 heures 27 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 17 heures 50 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 18 heures 58 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 21 heures 43 min
© commons
Désormais les migrants européens qui ne cherchent pas de travail dans leur nouveau pays ne peuvent profiter des prestations sociales de ce dernier.
© commons
Désormais les migrants européens qui ne cherchent pas de travail dans leur nouveau pays ne peuvent profiter des prestations sociales de ce dernier.
Swing à Luxembourg

Et la Cour de justice européenne sanctionna le tourisme social : ce discret mais fort message politique à l’attention des eurosceptiques

Publié le 13 novembre 2014
Par une décision du 11 novembre 2014, la Cour de justice de l'Union européenne est venue rappeler qu'un citoyen européen qui migre vers un autre État membre sans travail, et qui n’en cherche pas, ne peut se prévaloir du droit à bénéficier de prestations sociales dans ce pays.
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Par une décision du 11 novembre 2014, la Cour de justice de l'Union européenne est venue rappeler qu'un citoyen européen qui migre vers un autre État membre sans travail, et qui n’en cherche pas, ne peut se prévaloir du droit à bénéficier de prestations sociales dans ce pays.

Atlantico : Selon une décision de la CJUE du mardi 11 novembre 2014, les pays membres de l'Union européenne ne sont pas tenus de verser des prestations sociales à des immigrants sans travail. Autrement dit, un citoyen européen qui migre vers un autre Etat membre sans travail, et qui n’en cherche pas, ne peut pas bénéficier des dites prestations. En rappelant ce principe, la CJUE altère-t-elle le principe de libre circulation des personnes qui prévaut au sein de l’espace Schengen ?

Gérard-François Dumont : Cette décision de la Cour de justice de l'Union européenne ne modifie nullement les règles de la libre circulation dont bénéficient, au sein de l’Union européenne (UE), les citoyens européens, c’est-à-dire les personnes ayant la nationalité d’un pays de l’UE[1]. Mais elle est importante : c’est la première fois qu’une décision de justice de l’Union européenne se fonde sur le fait que la libre circulation des citoyens européens[2] n’équivaut pas à un droit d’installation inconditionnel dans un autre pays de l’UE. Cette décision applique les textes de l’UE qui considèrent que ce droit de libre circulation s’exerce selon des règles, celles de la directive du 29 avril 2004, qui doivent être respectées.

La libre circulation signifie que les pays de l’UE n’ont pas le droit d’exiger un visa d’entrée pour les citoyens de l’UE, tout citoyen européen pouvant demeurer pour une durée de trois mois dans un autre pays de l’UE même s’il n’y dispose ni d’un permis de travail, ni d’une carte de résidence. Au-delà de 3 mois, un citoyen européen qui veut résider dans un autre pays de l’UE doit impérativement justifier de ressources suffisantes. Dans le cas contraire, il doit retourner dans le pays européen dont il est originaire et le pays d’accueil peut prendre des mesures dites "d’éloignement" pour l’obliger à y retourner. La citoyenneté européenne n’équivaut donc pas à une carte de séjour illimitée dans tous les pays membres, conformément à la directive précitée.

La réglementation européenne déjà existante avait beau aller dans ce sens, en quoi cette décision est-elle inédite ? 

Cette décision est inédite, car c’est la première fois qu’une décision de justice applique la réglementation européenne, et finalement condamne ce que l’on peut appeler le "tourisme social", c’est-à-dire le fait de s’installer dans un autre pays de l’Union européenne essentiellement pour y bénéficier d’une protection sociale meilleure que dans son pays européen d’origine. Si on laissait faire le tourisme social, il en résulterait par exemple que des centaines de milliers, voire des millions de ressortissants des autres pays de l’UE européens auraient intérêt à s’installer en France uniquement pour y bénéficier par exemple de la couverture maladie universelle spécifique à notre pays.

Concrètement, comment cette décision sera-t-elle mise en œuvre et quelles pourront être les conséquences qui en découlent ? 

Cette décision ne change pas la mise en œuvre de la législation actuelle. Mais elle envoie un message fort aux pays de l’UE. Elle atteste que ces pays ne doivent pas hésiter à s’appuyer sur la législation existante d’une part pour refuser de verser des avantages sociaux à des personnes qui ne les méritent pas, c’est-à-dire à des Européens sans ressources suffisantes, d’autre part pour éloigner des personnes qui sont installées dans le pays au-delà de trois mois sans disposer des ressources suffisantes. Toutefois, cela ne vaut, du fait de la directive, que pour les personnes au-delà de trois mois et présente depuis moins de 5 ans.  En effet, pour les citoyens européens dont le séjour dans un autre pays de l’UE compte une durée ininterrompue de 5 ans, le droit de séjour devient permanent avec tous les avantages sociaux attachés à ce séjour.

Finalement, cette décision de Cour de justice de l'Union européenne renforce le droit de libre circulation : en montrant qu’il a des limites, elle minore les arguments de ceux qui s’inquiètent de l’importance de ce droit et voudraient en conséquence le remettre en cause bien qu’il soit à la base de l’Union européenne, puisque formulé dans son principe dès le traité de Rome de 1957[3].

David Cameron, qui fait face dans son pays à la pression grandissante des eurosceptiques du parti UKIP, a salué cette décision. Quels liens faites-vous entre la montée de l'euroscepticisme et cette décision ?

Gérard-François Dumont : Les juges, même s’ils ont pour mission de ne se référer qu’aux réglementations de l’UE, soit les traités européens, les règlements, qui équivalent à des lois, et les directives, ne vivent pas en vase clos. Ils ne peuvent interpréter les textes en méconnaissent l’évolution des sentiments des gouvernements, des parlementaires européens ou des opinions publiques. Ceci a été mis en évidence, par exemple, par la Cour européenne des droits de l'homme, aussi appelée Cour de Strasbourg, autre organe juridictionnel supranational chargé de prendre des jugements en fonction de la Convention européenne des droits de l'homme dans le cadre du Conseil de l’Europe. En novembre 2009, cette Cour avait, par un jugement, sommé l’Italie de remiser les crucifix des écoles transalpines, au nom de l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme de 1950, jugeant la présence pluriséculaire dans les classes de la croix chrétienne "contraire au droit des parents d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions" et "au droit des enfants à la liberté de religion". Or cette décision avait soulevé un tollé dans toute l’Italie.

Selon un sondage réalisé à l'époque, 84% des Italiens se disaient favorables au maintien des crucifix sur les murs des écoles. En outre, dans le cadre de la procédure d’appel devant la grande chambre de la Cour de Strasbourg, dix pays, dont la Russie, étaient intervenus pour soutenir l'Italie. Appuyé par les partis politiques italiens de droite comme de gauche, le gouvernement italien avait argué que la présence des croix catholiques dans les écoles relevait d'une "tradition" nationale et symbolisait "les principes et valeurs qui fondent la démocratie occidentale". Dans ce contexte, en mars 2011, la Cour de Strasbourg a révisé en appel sa première décision, sans renoncer à ses arguments de première instance, mais en se référant implicitement au principe de subsidiarité. La Cour de Strasbourg a admis que les Etats puissent jouir "d'une marge d'appréciation" lorsqu'il s'agit de concilier leur mission dans le domaine de l'éducation. Les écoles italiennes ont donc été autorisées à garder leurs crucifix dans les classes.

Concernant la décision de la CJUE du 11 novembre 2014, elle est fondée juridiquement, mais il ne fait pas de doute qu’elle ne méconnait pas le contexte politique.

Quelle est l’importance du "tourisme social" en Europe et plus particulièrement en France, et son impact sur les économies nationales ?

Gérard-François Dumont : Le "tourisme social" en Europe est très difficile à mesurer. Il est sans doute plus important de la part des étrangers non-européens que chez des citoyens européens. Par exemple, en France, il est clair que la Guyane ou Mayotte sont particulièrement touchées par le "tourisme social", ou à tout le moins le "tourisme sanitaire". Si l’on ne peut guère chiffrer le tourisme social pour les Européens, le tourisme sanitaire est plus aisé à évaluer pour les étrangers non-Européens, à travers les créances que la Sécurité sociale française possède sur les pays étrangers non européens, qui s’élèvent à plus d’un milliard d’euros.

Propos recueillis par Gilles Boutin


[1] En réalité, ce droit s’exerce au-delà des pays de l’UE, compte tenu de la géographie de l’espace Schengen différente de celle de l’UE ; cf. Cagiano de Azevedo, Raimondo, Dumont, Gérard-François, "Les migrations internationales face aux nouvelles frontières de l’Europe", Population & Avenir, n° 709, septembre-octobre 2012.

[2] Rappelons que ce droit ne vaut dans tous les pays pour les Bulgares et les Roumains que depuis le 1er janvier 2014, soit 7 ans après l’entrée de ces pays dans l’UE.

[3] Dumont, Gérard-François, Verluise, Pierre, Géopolitique de l’Europe, Paris, Armand Colin - Sedes, 2014.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

07.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 14/11/2014 - 12:52
@Haddock36 Systèmes de santé
Si, ils le peuvent mais pas aux frais de la SS française.
Il y a des accords entre les systèmes de santé de pays différents. Pour ma part, frontalier avec l'Espagne, mon centre de SS m'envoie, sur demande, une carte spéciale du modèle de la carte verte justifiant aux espagnols qu'elle me couvre si jamais, pour une raison ou une autre, (maladie, accident) je devais me retrouver dans un hôpital de ce pays non octant les dispositions d'une assurance garantissant mon rapatriement vers un hôpital français.
Supposons que, pour une raison ou une autre, le coin vous plait, vous décidiez d'habiter une partie de l'année dans un autre pays sans y travailler. Vous restez couvert par la SS française.
Ou il vaut mieux se renseigner, c'est si vous travaillez et donc qu'on vous propose de cotiser au système de santé et de retraite du pays où vous vous trouvez. Là c'est à étudier de près.
vangog
- 13/11/2014 - 23:36
Et c'est la cour de justice européenne qui tranche?...
Ou sont les élus? Bayonnés par les technocrates et les juges, comme dans les très vieilles dictatures socialistes? Quel est ce pouvoir archaïque de l'interprétation de la loi qui nous rappelle celui des religieux et des prétendus "lettrés". Ce n'est pas aux juges de faire la loi, ni de l'interpréter, mais aux citoyens. Leur représentativité dans cette UE mortifère est quasi-nulle et voilà pourquoi les juges avides de pouvoir s'engouffrent dans la brèche! Mais qu'ils retrouvent donc le rôle modeste qui doit être le leur: être au service des citoyens européens et non l'inverse!
Haddock36
- 13/11/2014 - 19:20
Ahurissant!
Si j'ai bien compris un britannique ou un allemand ne peuvent plus se faire soigner en France, alors qu'ils sont citoyens européens mais un ghanéen peut venir s'installer ici et bénéficier de tous les avantages sociaux sans jamais travailler. Il serait peut-être temps de prendre nos fusils et nos fourches et d'aller faire à Bruxelles ce que nos ancêtres ont fait à la Bastille.