En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 2 heures 16 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 3 heures 22 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 5 heures 53 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 6 heures 15 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 7 heures 26 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 10 heures 49 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 2 heures 36 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 6 heures 3 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 9 heures 12 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 11 heures 2 min
L’énarchie dégouline d’un amour immodéré et dogmatique pour l’Allemagne et l’euro.
L’énarchie dégouline d’un amour immodéré et dogmatique pour l’Allemagne et l’euro.
Aveuglement économique

L’Allemagne, l’euro et l’énarchie

Publié le 12 novembre 2014
Depuis la chute du mur de Berlin, l’élite française, et singulièrement l’énarchie, ont dégouliné et dégoulinent encore d’un amour immodéré et dogmatique pour l’Allemagne et l’euro.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la chute du mur de Berlin, l’élite française, et singulièrement l’énarchie, ont dégouliné et dégoulinent encore d’un amour immodéré et dogmatique pour l’Allemagne et l’euro.

Cette nouvelle trahison des clercs nous mène à la catastrophe. Non seulement l’aveuglement économique dominant conduit à des choix économiques absurdes, qui sont autant de dangers pour l’équilibre continental, mais la fascination pour l’Allemagne entraîne un affaiblissement constant de la France.

L’énarchie et l’Allemagne: fascination et aveuglement

 

Que l’énarchie soit prussophile n’est guère étonnant. L’ENA fut créée en 1945 pour reconstruire une élite technocratique qui avait fait défaut avant et pendant la guerre. L’objet de l’ENA était donc étroitement lié à l’édification d’un nouvel ordre social et continental où l’Allemagne devait être un allié. Cette alliance était facilitée par la division de l’Allemagne en un bloc de l’ouest, libéral, et un bloc de l’est, communiste.

Il est assez cocasse de comparer, au passage, la carte de l’Allemagne de l’ouest adulée par l’énarchie:

Allemagne fédérale

Et la carte de la confédération du Rhin bâtie par Napoléon:

Confédération du Rhin

Peu d’énarques, entre 1945 et 1991, avaient à l’esprit cette ressemblance entre l’Allemagne avec qui ils pactisaient et l’Allemagne inventée par l’empereur. Pourtant…

Le problème de l’énarchie est d’avoir figé sa compréhension du monde en 1945, et de n’avoir pu la réformer après la chute du Mur. La technocratie n’a pas compris le phénomène de la réunification: elle n’a pas analysé les risques inhérents à un bouleversement du rapport de force interne à l’Europe, ni la signification historique particulière de la sommation dans un même espace politique de la Prusse et de la Rhénanie.

De là, les aberrations sur le rapport de l’Allemagne à son passé non pas nazi mais impérial. L’élite française, dans son dogmatisme courtisan, a systématiquement ostracisé toute tentative de prise de conscience face à ce reconstruction méthodique du Reich qui nous a fait la guerre par trois fois.

L’énarchie n’a pas compris le fait germanique

 

Il faut ici faire le procès de la culture énarchique, qui est pauvre en connaissances historiques, est essentiellement juridique et contemporaine, et méconnaît systématiquement ce qui lui est étranger.

Pour l’énarque moyen, l’Allemagne est une entité qui rassemble les peuples de langue germanique comme la France est une entité qui rassemble les peuples de langue française. Peu d’énarques connaissent le fait germanique au-delà de cette idée vague, et rares sont ceux qui ont dépassé l’ignorance scolaire de ce qu’est l’Allemagne et son histoire.

Combien savent que le Saint Empire romain germanique, qui fonde ce que pourrait être une unité allemande, n’a jamais englobé Berlin ni la Prusse? Combien savent que ce qu’on appelle l’Allemagne aujourd’hui est une fiction qui n’a pas cent cinquante ans, et dont la réalité politique fut proclamée à… Versailles en 1870? Combien savent que l’unité allemande, dérivée de la confédération du Rhin, s’est toujours constituée par la guerre contre la France?

Il faudrait ici entamer un grand révisionnisme contemporain pour redire qu’une Allemagne fédérale entre Rhin et Danube nous convenait très bien, comme pouvait nous convenir la Confédération du Rhin, mais qu’un espace politique assemblant la Prusse, la Rhénanie et la Bavière constitue un danger immédiat dont nous nous repentirons tôt ou tard…

La réunification allemande est un artifice politique, on ne le dira jamais assez. Elle ne correspond à aucune aspiration populaire. Il suffit aujourd’hui d’interroger un Bavarois sur le mode de vie en vigueur à Berlin pour comprendre que les rivalités entre Paris et Marseille ne sont que des broutilles face aux gouffres qui séparent les Allemands. En réalité, l’unité allemande n’existe que dans la confrontation aux autres: pour se sentir unis, les Allemands ont besoin de fomenter un conflit avec l’étranger.

L’euro, ferment de tous les conflits à venir

 

Cette mécanique belliqueuse s’est enclenchée dès l’invention de l’euro.

Le principe d’une construction politique à partir d’une monnaie unique résultant d’une union douanière est au coeur de la logique prussienne. C’est en effet par le Zollverein (l’union douanière) puis l’invention du Mark que la Prusse a pu « absorber » les états germanophones au XIXè siècle. D’une certaine façon, le traité de Maastricht a constitué une nouvelle étape dans cette politique d’expansion prussienne, puisqu’il a étendu à l’ensemble du continent une recette appliquée dans l’espace germanique un siècle plutôt.

Ignorante de ces petites subtilités, l’élite française s’est engouffrée sans retenue dans l’idéologie pangermaniste dont l’euro était le véhicule. Le traité de Maastricht, qui donnait une traduction politique à cette vision pangermaniste, fondée sur une monnaie forte et une faible inflation, a fait en France l’objet d’une admiration religieuse, pour ne pas dire d’un fanatisme absolu, alors qu’il semait les germes de notre désintégration.

L’Allemagne s’est en effet servi de l’euro pour assécher la concurrence industrielle de ses voisins, en imposant une compétitivité hors prix, comme on dit, et en réorganisant un ordre international du travail autour de l’espace politique qu’elle a choisi. Sans le dire, l’Allemagne d’après 1989 a reconstitué son Lebensraum en élargissant systématiquement le continent à l’est, au-delà du raisonnable, pour retrouver tous les territoires dépendants du Reich. En le disant, l’Allemagne a imposé une appréciation systématique de l’euro qui lui permettait de baisser sa facture énergétique et de pénaliser les exportations hors zone de ses voisins.

Voici d’ailleurs la courte histoire de la parité euro-dollar:

Parité euro-dollar

On le voit: alors qu’en 2002, à sa naissance, l’euro valait moins de 1 dollar, il s’est apprécié jusqu’à 1,6 dollar (soit un renchérissement de nos produits à l’exportation d’environ 70%…) en 2008, au plus fort de la grande crise. Depuis 2008, il flotte entre 1,2 et 1,5 dollar, ce qui est une folie économique qui explique largement la faible croissance sur le continent.

Les conséquences de cette appréciation excessive de l’euro pour la France sont bien connues: désindustrialisation accélérée, taux d’intérêt élevés qui étouffent la reprise économique, politique monétaire restrictive qui complique l’accès au crédit. Bref: l’Allemagne mène une discrète guerre économique contre ses voisins, pour ensuite se plaindre de devoir intervenir en leur faveur.

L’Allemagne est un géant de ducasse

 

L’Allemagne est la principale économie européenne, mais elle repose sur une imposture qui explique qu’elle n’ait aucune vision pour l’Europe. Ce géant ressemble à ces immenses marionnettes que l’on promène dans les ducasses, avec un visage grotesque: patauds et sans âme, ils sont condamnés à suivre le mouvement que leur impriment les hommes qui les portent.

Dans le cas de l’Allemagne, cette infirmité est un cataclysme.

L’Allemagne est aujourd’hui prisonnière de ses choix immédiats: son système de retraite par capitalisation généralisé depuis les réformes Harz oblige le gouvernement allemand à limiter la baisse des taux, sans quoi les banques allemandes sont obligées de se mettre en danger pour rémunérer les épargnants qui sont entrés dans ce système. Pour éviter l’érosion du pouvoir d’achat lié aux rentes servies par le système de retraite, l’Allemagne redouble d’effort pour juguler toute inflation… au point que la déflation est aujourd’hui aux portes du continent.

Ces stratégies immédiates peuvent se comprendre. Simplement elles entravent toute reprise économique durable en Europe, pour une raison qui peut se résumer ainsi: l’Allemagne a besoin d’un argent cher pour se rémunérer, et l’argent cher tue une économie mondiale qui a besoin de souplesse.

Cette pression exercée par l’Allemagne sur l’ensemble de l’économie mondiale est un important facteur de perturbation politique. Les tensions qui apparaissent tous azimuts depuis plusieurs mois, par exemple en Russie, en sont un signe majeur.

La trahison des élites françaises

 

Depuis près de vingt ans, les élites françaises imposent une sorte d’angélisme continental. Il faut dire du bien de l’Allemagne, il faut prétendre, sous peine d’excommunication, que les Allemands forment un gentil peuple, naïf, détaché de toute forme d’égoïsme ou de racisme (notamment hostile au sud de l’Europe dont la France), que l’euro est la voie de la prospérité et que la construction communautaire nous apporte tant de bonheur.

 

Cette pensée unique prussophile qui a longtemps interdit d’ouvrir le moindre débat sur l’Europe, sur l’euro fort, sur les visées allemandes dans la construction communautaire, nous a amené là où l’on sait: la France s’enlise peu à peu dans une récession qui ne dit pas son nom, et elle perd les unes après les autres les positions qu’elle avait conquises depuis plusieurs siècles. Inaudible sur le dossier ukrainien, elle renonce aujourd’hui à vendre ses navires à son allié historique russe. Absente des débats sur l’élargissement, méprisée lorsqu’elle s’exprime sur les dossiers budgétaires, oubliée dans les grands arbitrages internationaux, la France a même laissé la médiation sur Gaza à l’Italie.

Cet affaiblissement international du pays n’est pas une fatalité. Il est la conséquence directe d’un dogme imposé par la terreur depuis près de trente ans, selon lequel l’Allemagne est notre amie désintéressée et que nous ne pouvons rien faire ni contre elle ni sans elle.

Et pendant ce temps, l’Allemagne reconstruit Berlin comme la capitale d’un Reich continental.

On ne dira jamais assez la lourde responsabilité, l’écrasante responsabilité que les élites françaises portent dans cette surbordination collective.

Cet article a déjà été publié sur le blog d'Eric Verhaeghe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 12/11/2014 - 16:38
Cette obsession anti-germanique est pathétique
Brennec a raison.
J'ajoute qu'il est grotesque d'incriminer l'euro comme un espèce de complot germanique visant à ruiner les voisins. On pourrait très bien faire nos choux gras de l'euro si on était un peu plus industrieux et si on mettait mieux en musique nos avantages concurrentiels.
La faute originelle de l'enarchie n'est pas sa prétendue inculture historique vis à vis de l'Allemagne, mais bel et bien son incapacité à concevoir un modèle administratif et de gouvernement pour la France plongée dans une concurrence mondiale.
brennec
- 12/11/2014 - 14:01
Pas d'accord.
Dire que l'allemagne a sciemment profité de l'euro est a mon avis une contre vérité, l'euro a été voulu et mis en place par ceux qui craignaient un dérive vers l'est de l'allemagne. Bien entendu ça n'empêcehe pas que l'euro nous porte tort, mais la responsabilité en incombe a mitterand et ses suiveurs. L'allemagne se contente de faire une bonne politique... allemande. La france a accumulé les mauvaises politiques alors bien sur la comparaison fait mal. L'euro a surement une responsabilité dans la défaite économique de la france, mais pourquoi ne pas parler de la fiscalité, de la règlementation et surtout du mépris souverain qu'éprouvent et les gouvernants et la population envers ceux qui créent des richessses et gagnent de l'argent (quand il ne s'agit pas de politiciens). La défaite de 40 est a imputer a notre état major qui est tombé dans la ruse de guerre allemande et a envoyé toutes ses troupes dans le nord, la défaite économique n'est due a aucun piège tendu par les allemands, tous sont dus aux français eux même. Ceci étant dit aucune défaite n'est définitive. Quant a agiter la marionette d'une nouvelle guerre allemande en europe ce n'est pas crédible.
Benvoyons
- 12/11/2014 - 10:41
Ce qui m'amuse c'est que vous n'avez fait aucun écrit sur la
place publique à ce moment là pourtant vous aviez l'Age de vous indigniez! La France se meurt de son élites consanguines et des conflits d'intérêts pas de l'Allemagne. ======D'ailleurs je vous signale qu'avec le DM et sans encore l'Allemagne de l'Est et la France avec le Franc et bien l'Allemagne malgré une différence de 35% entre le DM et le Franc et bien vendait des composants pour l'électronique 40à 60% moins cher que les produits Français. Tout cela à cause de l'organisation de la France Politique et de sa vie économique (consanguine). Marchés captifs, combines entre ENA. La France était sous un dogme d'organisation Socilaite Marxiste dont l'ENA était la pierre angulaire. Il ne faut pas chercher la paille dans l’œil du voisin alors que c'est la poutre dans l’œil de la France qui l'a fait vaciller.