En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 8 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 12 heures 8 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 13 heures 3 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 13 heures 48 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 17 heures 2 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 8 heures 29 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 12 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 13 heures 24 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 14 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 18 heures 15 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 20 heures 8 min
Mauvaise pioche

Comment Barack Obama joue avec le feu en négociant le soutien de l'Iran contre l’Etat islamique

Publié le 14 novembre 2014
Obama a secrètement envoyé une lettre à Ali Khamenei, guide suprême de la révolution islamique d'Iran, afin de s'accorder sur une entente dans la lutte contre l'Etat islamique d'Irak et du Levant.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Obama a secrètement envoyé une lettre à Ali Khamenei, guide suprême de la révolution islamique d'Iran, afin de s'accorder sur une entente dans la lutte contre l'Etat islamique d'Irak et du Levant.

Atlantico : Récemment, un article du Wall Street journal a révélé qu'Obama avait secrètement envoyé une lettre à Ali Khamenei, guide suprême de la révolution islamique d'Iran, afin de s'accorder sur une entente dans la lutte contre l'Etat islamique d'Irak et du Levant. Dans quelle mesure est-ce que les intérêts des deux pays se rejoignent-ils ? Et en quoi est-ce que les États-Unis ne peut pas s'appuyer sur son allié local historique, l'Arabie saoudite ?

Alain Rodier : La situation est éminemment complexe au Proche-Orient du fait de la divergence -et parfois la convergence- des intérêts de chacun ajouté au fait que Washington a eu, dans le passé, une politique étrangère remplies de contradictions (certes, les Américains sont loin d'être les seuls dans ce domaine) : invasion de l'Irak en 2003 sous de faux prétextes mais pour abattre Saddam Hussein ; 2011 évacuation du pays alors que le "travail n'est pas fait" (par opposition à ce que déclarait le président Bush : "job is done"); soutien politique à l'insurrection syrienne sans lui apporter l'aide matérielle dont elle a besoin ; 2013 décision de frappes aériennes des forces de Bachar el-Assad annulées au dernier moment, etc. Ces retournements et changements d'alliances (voir le cas égyptien) laissent perplexe tout observateur tant soit peu averti.

En Irak, Washington, qui ne voulait plus y revenir pour remplir la promesse du président Obama de retirer les boys des théâtres extérieurs, ont été obligés d'intervenir quand l'Etat Islamique d'Irak et du Levant (Daesh) a égorgé deux otages américains. L'offensive de ce mouvement radical sunnite qui avait été menée depuis décembre 2013 pour prendre la province d'al-Anbar, ne les avait pas fait bouger d'un pouce. Les massacres de centaines de prisonniers et de civils irakiens non plus. Il a alors fallu gérer au plus pressé : contenir l'avancée de Daesh vers le Kurdistan irakien et Bagdad. Et c'est là que c'est posé le problème de qui défendrait immédiatement la capitale, les régions chiites du sud-est et le Kurdistan puisque l'armée - elle-même - avait cessé d'exister en tant qu'entité opérationnelle !

Les Iraniens se sont présentés en "sauveurs", encadrant et approvisionnant les milices chiites qui, sous les injonctions de leurs mollahs, sont montées au front pour faire face à l'offensive de Daesh et de ses alliés des tribus sunnites qui avaient été humiliées par le pouvoir chiite en place à Baghdad. Sur le terrain, le major général Qassem Suleimani, le tout puissant chef de la force Al-Qods des pasdaran (le "Service Action" iranien), est venu en personne coordonner les opérations. Il a amené avec lui des pasdaran et des miliciens Basidji, des avions der la composante aérienne des pasdaran, et a établi un état-major à Bagdad. Il est fort possible que les officiers des pasdaran aient croisé les premiers conseillers américains qui débarquaient en Irak, certes avec un certain retard. Bien avant les Occidentaux, les pasdaran ont aussi apporté aux Kurdes irakiens une aide significative. En fait, Téhéran s'est retrouvé en pointe dans la manœuvre destinée à bloquer les avancées de Daesh. Les Américains n'avaient alors plus le choix : il fallait s'entendre avec Téhéran pour coordonner un minimum les opérations afin d'éviter des erreurs tragiques. Au passage, il est à noter que certaines milices chiites n'ont pas fait dans la dentelle. C'est le problème des guerre civiles: il n'y a aucune loi pour les encadrer et pour tenter de limiter au maximum les horreurs. Certains décideurs civils et leurs puissants inspirateurs "intellectuels" devraient s'en rappeler : la guerre est une horreur, la guerre civile est une abomination. 

Dans ce cas de figure, l'Arabie saoudite n'avait aucun rôle à jouer en dehors du fait de reprendre rapidement ses billes qui s'étaient "égarées" du côté des rebelles islamiques radicaux qui commençaient aussi à représenter une menace pour la famille royale.   

En quoi la proximité religieuse entre les iraniens d'une part, et le gouvernement irakien d'inspiration chiite de l'autre, permet-il d'avoir une meilleure lecture des ressorts de ce conflit ? Pour quelles raisons l'Iran voudrait-il lutter contre l'EIIL ?

Si une chose est claire dans ce qui se déroule aujourd'hui au Proche-Orient, c'est que ce n'est pas une guerre des civilisations (Orient/Occident), mais entre chiites et sunnites.

Les chiites, beaucoup moins nombreux, ont un avantage : ils sont globalement "unis" avec le fameux "croissant chiite" allant de Téhéran en passant par Bagdad, Damas, le Liban (via le Hezbollah) et le Nord du Yémen (via les tribus Al-Houti). Il faut rappeler que les chiites sont considérés comme des "apostat" (des traitres) à l'islam par les sunnites en général, et Daesh tout particulièrement. Aucune négociation n'est possible, c'est la haine qui motive les dirigeants -et souvent les peuples dans ce cas précis-. A noter que si la haine sunnites-chiites est un fait acquis, cela est différent dans l'autre sens, Téhéran n'ayant rien trouvé à redire à s'allier les services du Hamas, du Jihad Islamique Palestinien et d'une petite partie d'Al-Qaida qui s'est réfugié sur son sol après l'invasion de l'Afghanistan à la fin 2001 par les Américains.  

Il n'y a pas la même cohérence du côté des sunnites qui sont éclatés entre l'Arabie saoudite et les Emirats du Golfe persique (Bahreïn posant un gros "souci" en raison de sa majorité chiite), les Frères musulmans réfugiés en Turquie et dans la clandestinité depuis qu'ils ont dû quitter l’Égypte et le Qatar (qui lui même a tenté de jouer en solo mais qui s'est fait taper sur les doigts par les Saoudiens et le maréchal président Sissi), Al-Qaida "canal historique" qui tente de reprendre de l'influence vis-à-vis de son ex-branche dissidente Daesh (tout en tentant de négocier une paix des braves pour se retourner tous moyens réunis contre ses ennemis juifs, occidentaux, iraniens et la famille Saoud).

Dans le domaine de la cohérence, celle-ci semble désormais absente chez les Occidentaux en Syrie, mais c'est une autre histoire qui mérite d'être développée ultérieurement.

Un accord sur le développement du nucléaire irakien est-il vraiment l'exigence de négociation pour les iraniens, alors que ceux-ci se sont récemment débarrassés d'uranium militaire, en le donnant à la Russie ? En quoi cette alliance pourrait-elle se retourner contre les Etats Unis ?

Les négociations du groupe 5+1 (membres du conseil de sécurité plus l'Allemagne) avec l'Iran ont la date butoir du 24 novembre. Les Israéliens sont très dubitatifs sur les intentions de Téhéran dans le domaine du nucléaire. Réalistes, ils continuent à mettre en place - sans publicité excessive mais en le faisant tout de même savoir- une force de dissuasion crédible avec trois composantes : missiles sol-sol, missiles air-sol et sous-marins dotés de missiles de croisière (avec un objectif d'en avoir au moins deux présents en permanence à la mer); toutes ses armes pouvant, bien évidement être équipée de têtes nucléaires.
 

Toutes le gesticulations techniques lancées par Téhéran ne parviennent pas à cacher la volonté de ses dirigeants - et pas seulement des mollahs - de posséder, au minimum, la capacité à fabriquer l'arme nucléaire dans de brefs délais. Le problème réside que les dirigeants iraniens n'ont pas renoncé à leur volonté de "rayer Israël de la carte". Leur grand allié (pour ne pas dire "créature") Hezbollah libanais, n'est jamais revenu sur son engagement à détruire l'Etat Hébreu. La dissuasion, cela marche entre dirigeants "raisonnables" mais, si un mystique parvient à avoir le pouvoir déclencher l'apocalypse, cela devient très problématique.

Selon un sondage, la communauté juive américaine serait très majoritairement favorable à un accord sur le nucléaire iranien en échange de leur engagement contre l'EIIL. Comment l'expliquer ? Quelle carte géopolitique est-elle en train de se dessiner ?

J'entretiens les plus vives méfiances vis-à-vis des sondages car l'opinion est versatile, et surtout, très mal informée des problématiques internationales (dans la mesure où elle s'y intéresse). On ne gouverne pas avec des sondages. Je ne me suis pas penché sur la vie politique intérieure US, mais il me semble que les Républicains de retour aux affaires sont plus sensibles aux thèses du gouvernement israélien qu'à celui des différents lobbies américains.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires