En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 28 min 32 sec
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 1 heure 55 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 2 heures 46 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 5 heures 12 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 8 heures 56 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 9 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 52 min 52 sec
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 5 heures 20 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 8 heures 32 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 9 heures 10 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 9 heures 24 min
Mauvaise pioche

Comment Barack Obama joue avec le feu en négociant le soutien de l'Iran contre l’Etat islamique

Publié le 14 novembre 2014
Obama a secrètement envoyé une lettre à Ali Khamenei, guide suprême de la révolution islamique d'Iran, afin de s'accorder sur une entente dans la lutte contre l'Etat islamique d'Irak et du Levant.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Obama a secrètement envoyé une lettre à Ali Khamenei, guide suprême de la révolution islamique d'Iran, afin de s'accorder sur une entente dans la lutte contre l'Etat islamique d'Irak et du Levant.

Atlantico : Récemment, un article du Wall Street journal a révélé qu'Obama avait secrètement envoyé une lettre à Ali Khamenei, guide suprême de la révolution islamique d'Iran, afin de s'accorder sur une entente dans la lutte contre l'Etat islamique d'Irak et du Levant. Dans quelle mesure est-ce que les intérêts des deux pays se rejoignent-ils ? Et en quoi est-ce que les États-Unis ne peut pas s'appuyer sur son allié local historique, l'Arabie saoudite ?

Alain Rodier : La situation est éminemment complexe au Proche-Orient du fait de la divergence -et parfois la convergence- des intérêts de chacun ajouté au fait que Washington a eu, dans le passé, une politique étrangère remplies de contradictions (certes, les Américains sont loin d'être les seuls dans ce domaine) : invasion de l'Irak en 2003 sous de faux prétextes mais pour abattre Saddam Hussein ; 2011 évacuation du pays alors que le "travail n'est pas fait" (par opposition à ce que déclarait le président Bush : "job is done"); soutien politique à l'insurrection syrienne sans lui apporter l'aide matérielle dont elle a besoin ; 2013 décision de frappes aériennes des forces de Bachar el-Assad annulées au dernier moment, etc. Ces retournements et changements d'alliances (voir le cas égyptien) laissent perplexe tout observateur tant soit peu averti.

En Irak, Washington, qui ne voulait plus y revenir pour remplir la promesse du président Obama de retirer les boys des théâtres extérieurs, ont été obligés d'intervenir quand l'Etat Islamique d'Irak et du Levant (Daesh) a égorgé deux otages américains. L'offensive de ce mouvement radical sunnite qui avait été menée depuis décembre 2013 pour prendre la province d'al-Anbar, ne les avait pas fait bouger d'un pouce. Les massacres de centaines de prisonniers et de civils irakiens non plus. Il a alors fallu gérer au plus pressé : contenir l'avancée de Daesh vers le Kurdistan irakien et Bagdad. Et c'est là que c'est posé le problème de qui défendrait immédiatement la capitale, les régions chiites du sud-est et le Kurdistan puisque l'armée - elle-même - avait cessé d'exister en tant qu'entité opérationnelle !

Les Iraniens se sont présentés en "sauveurs", encadrant et approvisionnant les milices chiites qui, sous les injonctions de leurs mollahs, sont montées au front pour faire face à l'offensive de Daesh et de ses alliés des tribus sunnites qui avaient été humiliées par le pouvoir chiite en place à Baghdad. Sur le terrain, le major général Qassem Suleimani, le tout puissant chef de la force Al-Qods des pasdaran (le "Service Action" iranien), est venu en personne coordonner les opérations. Il a amené avec lui des pasdaran et des miliciens Basidji, des avions der la composante aérienne des pasdaran, et a établi un état-major à Bagdad. Il est fort possible que les officiers des pasdaran aient croisé les premiers conseillers américains qui débarquaient en Irak, certes avec un certain retard. Bien avant les Occidentaux, les pasdaran ont aussi apporté aux Kurdes irakiens une aide significative. En fait, Téhéran s'est retrouvé en pointe dans la manœuvre destinée à bloquer les avancées de Daesh. Les Américains n'avaient alors plus le choix : il fallait s'entendre avec Téhéran pour coordonner un minimum les opérations afin d'éviter des erreurs tragiques. Au passage, il est à noter que certaines milices chiites n'ont pas fait dans la dentelle. C'est le problème des guerre civiles: il n'y a aucune loi pour les encadrer et pour tenter de limiter au maximum les horreurs. Certains décideurs civils et leurs puissants inspirateurs "intellectuels" devraient s'en rappeler : la guerre est une horreur, la guerre civile est une abomination. 

Dans ce cas de figure, l'Arabie saoudite n'avait aucun rôle à jouer en dehors du fait de reprendre rapidement ses billes qui s'étaient "égarées" du côté des rebelles islamiques radicaux qui commençaient aussi à représenter une menace pour la famille royale.   

En quoi la proximité religieuse entre les iraniens d'une part, et le gouvernement irakien d'inspiration chiite de l'autre, permet-il d'avoir une meilleure lecture des ressorts de ce conflit ? Pour quelles raisons l'Iran voudrait-il lutter contre l'EIIL ?

Si une chose est claire dans ce qui se déroule aujourd'hui au Proche-Orient, c'est que ce n'est pas une guerre des civilisations (Orient/Occident), mais entre chiites et sunnites.

Les chiites, beaucoup moins nombreux, ont un avantage : ils sont globalement "unis" avec le fameux "croissant chiite" allant de Téhéran en passant par Bagdad, Damas, le Liban (via le Hezbollah) et le Nord du Yémen (via les tribus Al-Houti). Il faut rappeler que les chiites sont considérés comme des "apostat" (des traitres) à l'islam par les sunnites en général, et Daesh tout particulièrement. Aucune négociation n'est possible, c'est la haine qui motive les dirigeants -et souvent les peuples dans ce cas précis-. A noter que si la haine sunnites-chiites est un fait acquis, cela est différent dans l'autre sens, Téhéran n'ayant rien trouvé à redire à s'allier les services du Hamas, du Jihad Islamique Palestinien et d'une petite partie d'Al-Qaida qui s'est réfugié sur son sol après l'invasion de l'Afghanistan à la fin 2001 par les Américains.  

Il n'y a pas la même cohérence du côté des sunnites qui sont éclatés entre l'Arabie saoudite et les Emirats du Golfe persique (Bahreïn posant un gros "souci" en raison de sa majorité chiite), les Frères musulmans réfugiés en Turquie et dans la clandestinité depuis qu'ils ont dû quitter l’Égypte et le Qatar (qui lui même a tenté de jouer en solo mais qui s'est fait taper sur les doigts par les Saoudiens et le maréchal président Sissi), Al-Qaida "canal historique" qui tente de reprendre de l'influence vis-à-vis de son ex-branche dissidente Daesh (tout en tentant de négocier une paix des braves pour se retourner tous moyens réunis contre ses ennemis juifs, occidentaux, iraniens et la famille Saoud).

Dans le domaine de la cohérence, celle-ci semble désormais absente chez les Occidentaux en Syrie, mais c'est une autre histoire qui mérite d'être développée ultérieurement.

Un accord sur le développement du nucléaire irakien est-il vraiment l'exigence de négociation pour les iraniens, alors que ceux-ci se sont récemment débarrassés d'uranium militaire, en le donnant à la Russie ? En quoi cette alliance pourrait-elle se retourner contre les Etats Unis ?

Les négociations du groupe 5+1 (membres du conseil de sécurité plus l'Allemagne) avec l'Iran ont la date butoir du 24 novembre. Les Israéliens sont très dubitatifs sur les intentions de Téhéran dans le domaine du nucléaire. Réalistes, ils continuent à mettre en place - sans publicité excessive mais en le faisant tout de même savoir- une force de dissuasion crédible avec trois composantes : missiles sol-sol, missiles air-sol et sous-marins dotés de missiles de croisière (avec un objectif d'en avoir au moins deux présents en permanence à la mer); toutes ses armes pouvant, bien évidement être équipée de têtes nucléaires.
 

Toutes le gesticulations techniques lancées par Téhéran ne parviennent pas à cacher la volonté de ses dirigeants - et pas seulement des mollahs - de posséder, au minimum, la capacité à fabriquer l'arme nucléaire dans de brefs délais. Le problème réside que les dirigeants iraniens n'ont pas renoncé à leur volonté de "rayer Israël de la carte". Leur grand allié (pour ne pas dire "créature") Hezbollah libanais, n'est jamais revenu sur son engagement à détruire l'Etat Hébreu. La dissuasion, cela marche entre dirigeants "raisonnables" mais, si un mystique parvient à avoir le pouvoir déclencher l'apocalypse, cela devient très problématique.

Selon un sondage, la communauté juive américaine serait très majoritairement favorable à un accord sur le nucléaire iranien en échange de leur engagement contre l'EIIL. Comment l'expliquer ? Quelle carte géopolitique est-elle en train de se dessiner ?

J'entretiens les plus vives méfiances vis-à-vis des sondages car l'opinion est versatile, et surtout, très mal informée des problématiques internationales (dans la mesure où elle s'y intéresse). On ne gouverne pas avec des sondages. Je ne me suis pas penché sur la vie politique intérieure US, mais il me semble que les Républicains de retour aux affaires sont plus sensibles aux thèses du gouvernement israélien qu'à celui des différents lobbies américains.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires