En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 3 min 40 sec
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 44 min 13 sec
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Politique
VGE

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 16 heures 15 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 16 heures 50 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 17 heures 46 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 30 min 14 sec
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 52 min 10 sec
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 1 heure 55 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 2 heures 26 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 3 heures 1 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 16 heures 34 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 17 heures 17 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 18 heures 49 min
© Reuters
Mario Draghi, le président de la BCE.
© Reuters
Mario Draghi, le président de la BCE.
Complot anti européen

L’accord secret entre Mario Draghi et Jean-Claude Juncker pour relancer la croissance en Europe

Publié le 08 novembre 2014
Les deux hommes les plus puissants en Europe, Mario Draghi et Jean-Claude Junker, ont fait l’objet cette semaine d’une campagne de déstabilisation. A croire que leurs projets communs de restaurer les équilibres européens gène beaucoup d’intérêts partisans et nationaux. Si c’est le cas, cela veut dire que leur projet est incontournable.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux hommes les plus puissants en Europe, Mario Draghi et Jean-Claude Junker, ont fait l’objet cette semaine d’une campagne de déstabilisation. A croire que leurs projets communs de restaurer les équilibres européens gène beaucoup d’intérêts partisans et nationaux. Si c’est le cas, cela veut dire que leur projet est incontournable.

Le président de la banque centrale européenne a cette semaine confirmé le cap qu'il avait fixé : faire grossir le bilan de la BCE à la taille qu'il avait en 2012… Concrètement cela signifie qu'il pourrait injecter jusqu’à 1000 milliards d’euros en liquidités dans les économies de la zone euro en rachetant massivement des dettes souveraines et privées. C’est ce qui s’appelle en langage politiquement correcte des interventions non conventionnelles.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 

Vulgairement, on peut dire aussi qu’il pourrait brancher prudemment la planche à billets... Prudemment parce que les traités sont très pudiques sur ces procédés. Le fait nouveau cette semaine, c’est qu'il a confirmé son ambition de lutter contre la déflation si jamais elle s’installait durablement dans l’économie et résultait d’un mouvement qui aille au-delà de la baisse très spectaculaire du prix du pétrole, principal responsable de l'effet précité. 

Le fait nouveau est qu'il a aussi dévoilé un secret des délibérations du conseil des gouverneurs de banques centrales de la zone euro, en précisant que sa politique avait été accepté à l’unanimité. Il a donc voulu faire taire les rumeurs savamment distillées selon lesquelles il était l’objet d’une cabale lui reprochant ses tentations trop laxistes. Difficile de dire si Mario Draghi est menacé comme se sont plu à le dire les observateurs anglo-saxons, soulignant un désaccord profond avec l’Allemagne. Ce que l’on peut dire avec certitude, c’est trois choses :

  • D’abord, les Américains et les milieux financiers anglo-saxons ont tout intérêt à affaiblir la zone euro et le président de la BCE. Plus la zone euro sera faible, mieux ce sera pour Wall Street qui récupère ainsi l'activite perdue en Europe.
     
  • Ensuite, il est évident que l’Allemagne est excessivement vigilante sur le respect du traité monétaire européen. C’est dans sa culture ; beaucoup en Allemagne ont intérêt a dénoncer Mario Draghi dès qu'il a des velléités de soutien monétaire, mais jamais la chancelière ou le gouverneur allemand n’ont fait de remarques désobligeantes.
     
  • Enfin, tout le monde sait en Europe que Mario Draghi a une ambition qui pourrait l’amener parfois à franchir la ligne jaune. Quelques-uns se souviennent qu’il y a trois ans, le 6 novembre 2011, lors de son arrivée officielle à la succession de Jean-Claude Trichet, à Francfort, Mario Draghi avait fait sensation en répondant à Mme Merkel qui lui rappelait les principes qui régissent la BCE :
     

« Merci, Mme la Chancelière, j’ai bien compris que la BCE était indépendante du pouvoir politique, de tous les pouvoirs politiques, y compris du pouvoir politique allemand. » Mme Merkel a souri.

Moralité, Mario Draghi annonçait qu’il ferait ce qu’il devait faire, et personne ne s’en est offusqué. Il a fait beaucoup pour restaurer la confiance dans la zone euro, et aujourd hui il se moque des sarcasmes de Reuter ou du Wall Street journal, et annonce qu’il fera ce qu'’il faut pour restaurer la confiance dans l'activité en injectant des liquidités. Même si c'est complique juridiquement.

Le plus intéressant c’est que Jean-Claude Junker, président de la Commission adoubé par le Parlement européen, ce qui lui a donné plus de légitimité qu'à son prédécesseur, a lui aussi rué dans les brancards cette semaine en critiquant les gouvernements pour leur indécision, leur laxisme, leur lâcheté... Tout le monde en a pris pour son grade. L’Anglais David Cameron qui ne veut pas payer sa contribution, le Français François Hollande qui ne sait pas gérer son budget  et l’Allemande Angela Merkel qui pourrait un peu booster son économie, ce qu'elle va faire en libérant 10 milliards d'euros d’investissement.

Le problème de Jean-Claude Junker, c’est qu'au même moment, il rappelle que son objectif a la tête de la Commission est de pouvoir initier un plan d’investissement global de 300 milliards d'euros pour relancer ou soutenir la croissance.

Le hic, c’est que ses services ne sont pas capables d’expliquer dans quel pays et sur quel projet on pourrait cristalliser ces investissements. Plus grave, il n’en a pas le financement... Tous les chefs d’Etat et de gouvernement sont évidemment prêts à accueillir les projets et les fonds mais peu veulent payer... Par ailleurs, ce projet arrive au moment où l'on apprend que le Luxembourg, pays dont il fut Premier ministre, s’était organisé pour offrir un parfais fiscal aux grandes multinationales américaines. Cela fait désordre et n’arrange pas ses affaires. Difficile de donner des leçons à l’Europe toute entière quand on n’a pas été exemplaire soi-même...

Cette pollution est dommageable parce que le plan coordonné qui semblait s’être dessiné entre la BCE et la Commission, entre un Jean-Claude Junker qui revendiquait 300 milliards d'euros d’investissement et un Mario Draghi qui se disait prêt à augmenter les liquidités, ce plan-là, a beaucoup de cohérence.

C’est Georges Soros, le financier américain qui a vendu la mèche lors de son passage à Paris, jeudi dernier. Cet Américain qui a toujours défendu l’idée d’une zone euro plus unie et plus forte expliquait que les européens était incorrigibles parce qu'incapables de s’entendre politiquement ; or c’est pourtant ce qui manque à l’Europe... Comme d'autres financiers, Georges Sorgos expliquait qu'il espérait que le banquier central et le président de la commission pourraient pousser les gouvernements à travailler ensemble. Le vieux rêve de Jacques Delors.

C’est sans doute la proximité d’un tel deal qui fait que les deux acteurs sont aujourd'hui victimes de campagnes de déstabilisation. Il faut croire que l’Union européenne gène quand même beaucoup d’intérêts et de pouvoirs locaux.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 08/11/2014 - 10:37
Mario Draghi + J.C. Junker
Votre titre est peut induire en erreur. Si complot européen, il y a, il n'est certainement pas de leur fait. Bien au contraire, une bonne entente entre la Commission et la BCE ets la condition d'une bonne politique de relance en Europe.
Et J.C. Junker a parfaitement raison de rappeler que les accords dits de "fiscal ruling" sont parfaitement légaux et entérinés par tous les règlements et traités internationaux. La vraie question est: d'où viennent ces attaques infondées?