En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 11 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 12 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 8 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 41 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 30 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 14 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 50 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 32 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 30 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 18 min
© Reuters
L’arbre Sivens cache la forêt des projets lancés par les collectivités locales au mépris de toute logique économique.
© Reuters
L’arbre Sivens cache la forêt des projets lancés par les collectivités locales au mépris de toute logique économique.
Fond de cale

L’arbre Sivens qui cache la forêt des projets lancés par les collectivités locales au mépris de toute logique économique

Publié le 05 novembre 2014
Après une année de lutte obstinée des associations et deux mois de violence dans la forêt de Sivens, Ségolène Royal suggère la création d'un "comité de l'usage de l'eau, une démarche démocratique pour que les gens se réapproprient leur territoire". Un projet parmi tant d'autres qui, pour des raisons principalement économiques et de gestion, est voué à disparaître. Et la baisse des fonds européens alloués via le FEDER pour le développement local n'aide en rien.
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après une année de lutte obstinée des associations et deux mois de violence dans la forêt de Sivens, Ségolène Royal suggère la création d'un "comité de l'usage de l'eau, une démarche démocratique pour que les gens se réapproprient leur territoire". Un projet parmi tant d'autres qui, pour des raisons principalement économiques et de gestion, est voué à disparaître. Et la baisse des fonds européens alloués via le FEDER pour le développement local n'aide en rien.

Atlantico : Le barrage Sivens, presque enterré, a été pointé du doigt notamment à cause de son coût prohibitif. Il est un projet parmi tant d'autres qui est abandonné pour des raisons économiques. Pouvez-nous nous citer d'autres exemples de projets visant la réaménagement du territoire qui ont été abandonnés et en expliquer synthétiquement les raisons ?

Jean-Luc Boeuf : Le barrage de Sivens est emblématique parce qu'il contient les ingrédients d'une contestation de terrain relayée et amplifiée par le niveau national jusqu'a ce que cela devienne une question d'ordre public. À partir du moment ou il y a mort d'homme, le projet change de nature.

Ce projet de barrage n'est pas sans rappeler le projet d'un aéroport dans l'Ouest de la France sauf que, dans cet exemple, il n'y a pas eu de décès. En remontant dans le passé, on pourrait citer l'aménagement du Larzac dans les années 1970 ou le projet de centrale nucléaire de Plogoff au début des années 1980.

Plus près de nous, il est quasiment certain que de nombreux projets de lignes ferroviaires à grande vitesse risquent de ne jamais voir le jour, non par contestation mais par absence de financement ! À plus de 25 millions d'euros le kilomètre, il est certain que les financeurs potentiels ne se bousculent plus...

Ces différents projets sont-ils abandonnés parce qu'ils sont construits en dehors de toute réalité budgétaire, financière, socioéconomique, environnementale ? 

La raison principale est que la donne budgétaire a changé, aussi bien pour l'Etat que pour les collectivités locales, et notamment les conditions d'investissement des projets. À une France corsetée par l'Etat durant les trente Glorieuses, en termes d'initiatives publiques, ont succédé les très riches heures de la France décentralisée, ou tout a pu sembler facile : les collectivités locales (régions, départements et communes) se sont mises à investir à tout va puisque l'accès à l'emprunt était facile. En effet, les banques elles mêmes avaient intérêt à financer "long" en se refinançant elles mêmes à court terme. C'est ce que les économistes appellent l'économie d'endettement. Dans ces conditions, les collectivités sont devenues le premier investisseur civil public, réalisant même jusqu'a près de 80% de l'investissement public civil.

Dans son 2ème rapport sur les finances publiques locales publié le 14 octobre, la Cour des comptes cherche à comprendre pourquoi « la situation des collectivités s’est dégradée en 2013 ». Ces projets de réaménagement du territoire en sont-ils la cause ? Ne surestime-t-on pas le rapport investissement / bénéfices ?

La Cour des comptes utilise un raisonnement digne des Lettres persanes de Montesquieu, en faisant semblant de s'interroger sur la dégradation des comptes publics locaux... L

a dégradation de la situation financière des collectivités locales a une cause très simple : les dépenses publiques locales sont devenues plus dynamiques que leurs recettes. Ces dernières sont composées de trois éléments que sont les dotations, la fiscalité et l'emprunt. Or depuis la crise financière de 2008, l'Etat a repris en main la fiscalité locale ; les dotations non seulement n'augmentent  plus mais diminuent ; l'accès à l'emprunt s'est quant à lui raréfié.

Dans ces conditions, les collectivités doivent faire face à des recettes qui augmentent chaque année (charges de personnel notamment) avec des recettes moindres. Ceci a pour conséquence de dégrader l'autofinancement et, au final, d'augmenter le cours à l'emprunt.

Comment peut-on expliquer que des collectivités locales qui ont réussi à financer un projet, soient dans l'incapacité de répondre aux dépenses de fonctionnement qui en découlent ?

Lorsqu'une collectivité locale décidé de réaliser un projet, son raisonnement se décompose en deux parties : tout d'abord, il s'agit de financer l'équipement proprement dit (une piscine par exemple ou pour utiliser un terme plus moderne un bassin ludique polyvalent). Ensuite, il s'agit de faire fonctionner le dit équipement.

Pendant des décennies, le raisonnement qui a prévalu était le suivant : "moi, collectivité locale, je me débrouille pour rechercher des financeurs pour mon équipement et je me charge sur mon budget des dépenses de fonctionnement de ce même équipement." Et dans l'ensemble du territoire, les élus de toutes les strates des collectivités acceptaient ce raisonnement, sachant qu'ils allaient eux mêmes en bénéficier un jour ou l'autre. Dans ces conditions, le maître d'ouvrage d'un équipement pouvait ne financer que 20% du coût du coût de l'équipement et qu'il "faisait son affaire" du financement des coûts de fonctionnement. Ce raisonnement ne marche plus aujourd'hui car les collectivités sont sous tension pour leurs dépenses de fonctionnement et qu'ils ne peuvent plus se permettre de financer les dépenses courantes générées par un nouvel équipement.

Comment peut-on expliquer une explosion des coûts sur certains projets d'aménagement durant leur réalisation alors qu'ils sont adoptés sur la base d'un budget initialement stable, et qu'ils sont adoptés par des élus locaux après concertation et enquêtes publiques ?

L'explosion des coûts a plusieurs causes. Tout d'abord, elles peuvent être liées à la durée de sortie du projet. Dit autrement, si un projet est estimé pour la première fois en 1983 et que sa réalisation intervient en 2011, les coûts d'arrivée n'auront plus rien à voir ! C'est par exemple le cas de la ligne ferroviaire à grande vitesse Rhin-Rhône, dont les premières esquisses remontent au début des années 1980.

L'honnêteté intellectuelle conduit donc à se référer au coût du projet tel qu'il figure dans les dossiers d'enquête publique. Ensuite, figurent les modifications de programme en cours de chantier. Enfin sont à prendre en compte ce que l'on appelle les aléas de chantier (amiante, fouilles plus onéreuses que prévues, présence d'espèces protégées...

Quel rôle joue l'Europe dans la réalisation des projets locaux ? A-t-elle un simple avis consultatif ou possède-t-elle les moyens d'arrêter la réalisation d'un projet qu'elle jugerait trop coûteux ? 

L'Europe, après avoir été beaucoup sollicitée, est aujourd'hui fort décriée... En effet, les politiques dites du FEDER (fonds européens de développement régional) ont été mises en place pour les États ayant rejoint en dernier l'Union européennes dans les années 1980 (Grèce, Espagne, Portugal). Dans les États membres depuis plus longtemps, ces politiques ont permis de combler des "retards de développement". La France a été pendant longtemps un bénéficiaire net de ces politiques, tant et si bien que les générations de "fonds structurels européens"se sont succédé dans les années 1990 et 2000. Tant et si bien qu'ont fleuri sur les routes les panneaux "avec le concours de l'Union européenne". Depuis plus de dix ans, ces financement ont fondu comme neige au soleil, devant les élargissements successifs de l'Union européenne et devant les difficultés budgétaires de l'Europe. L'Europe, quand elle finance des projets, a un rôle de décision et de contrôle ex post.

Les projets tels que le barrage de Sivens et Notre-dames-des-Landes sont soumis à des problématiques politiques et économiques. Cela démontre-t-il l'incapacité de la France à prendre des décisions ? Ces contestations révèlent-elle un manque de consultation, de concertation, de débats participatifs sur ces grands projets ?

La difficulté aujourd'hui est celle de la prise de décision et - surtout - de l'acceptation de ladite décision publique. On ne prend plus une décision comme au sortir de la guerre (alors que l'Etat était tout puissant) ou comme dans les années 1980 (à l'heure de la décentralisation triomphante). Est à l'œuvre désormais le quarteron de la décentralisation.

Le quarteron est composé de l'usager, du contribuable, de l'électeur et du citoyen. Le quarteron, c'est chacun d'entre nous en fonction de la journée et de ses intérêts. Pour ce qui est de la concertation et de consultation, il convient de rappeler que, depuis 1976 et 1983, les procédures ont été considérablement renforcées, dans un sens de plus grande concertation. Mais il est vrai que, parfois, ces procédures peuvent apparaître etre confisquées par certains groupes de pression...

Propos recueillis par Sarah Pinard

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Karg se
- 05/11/2014 - 13:07
Risible
En quoi un urbaniste y connait quoique ce soit en développement des territoires ruraux? Encore un article écrit par un parisien qui ne supporte pas qu'un peu d’impôt retombe à la cambrousse.