En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Kerviel bis
Affaire UBS : "Il ne faut pas croire que les traders sont fous" !
Publié le 16 septembre 2011
Quand un trader travaillant pour la banque suisse UBS perd deux milliards de dollars en quelques heures... Retour sur le pourquoi de ces pertes astronomiques.
Franck Margain est vice-Président du Parti Chrétien Démocrate et conseiller régional UMP en Ile-de-France.Après des études en finances, il est devenu cadre dans une grande banque internationale. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck Margain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck Margain est vice-Président du Parti Chrétien Démocrate et conseiller régional UMP en Ile-de-France.Après des études en finances, il est devenu cadre dans une grande banque internationale. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand un trader travaillant pour la banque suisse UBS perd deux milliards de dollars en quelques heures... Retour sur le pourquoi de ces pertes astronomiques.

Atlantico : Que s’est-il passé exactement pour qu'un trader travaillant pour UBS fasse perdre 2 milliards de dollars à sa banque en seulement quelques heures ? 

Franck Margain : Il y a deux versions. Selon la version officielle que publie la banque : c’est une affaire de très grosse transaction qui a été mal opérée. La baisse terrible des marchés, leur volatilité, n’a pas permis de boucler la transaction comme le trader aurait dû le faire, ce qui a entrainé des pertes gigantesques (2 milliards de dollars).

L’autre version qui sortira peut-être d’ici quelques jours, c’est que le trader aurait en fait été dépassé lui-même par les montants des limites qu’on lui a accordées. Il aurait donc essayé, comme dans l’affaire Kerviel, de camoufler sa position. Et comme les systèmes de contrôle sont beaucoup plus fiables et opérants aujourd’hui que dans le passé, cela a été découvert plus rapidement. Ce qui n’a pas empêché de perdre 2 milliards. Cette deuxième version est, pour nous professionnels, tout à fait possible, voire probable.

Les grandes banques - et UBS fait partie des 10 premières banques du monde - réalisent de très grosses transactions. Ce qui s'est passé pour UBS peut se rapprocher en fait d'un accident atomique. Tous les modèles de contrôle sont en place, mais vous ne pouvez pas empêcher un déraillement dû à une intervention humaine. Comme on a une volatilité des marchés excessivement forte, que les cours de la bourse peuvent fluctuer de 15% en une journée, il existe toujours une possibilité qu’on ne repère pas tout de suite l’impasse d’une grosse transaction. C’est précis, contrôlé, on fait très attention, mais vous n’empêcherez jamais l’accident. Et l’accident se retrouve facilement dans une période de grande volatilité. Souvenez-vous : l’affaire Kerviel s’est produite à un moment où les marchés étaient le plus secoués par la crise économique. Il y a forcément un lien entre ces montants de perte colossaux et la volatilité extrême d’une crise financière. J'entends par le terme "volatilité" la rapidité avec laquelle les cours fluctuent. En gros, les cours de la bourse agissent comme un yoyo qui irait très vite, avec une très longue ficelle.

 

Comment expliquer qu'un tel événement puisse justement se produire après le précédent de l'affaire Kerviel ?

Malgré des systèmes de contrôle très efficaces, vous ne pouvez pas empêcher tous les accidents. Cette erreur devrait se reproduire un jour dans une autre banque, dans 2 ou 5 ans. Il faut bien comprendre que c’est la très grosse fluctuation des marchés qui amène de très grosses opérations à mal se terminer, ou à être camouflées parce que le trader a été pris de cours.

Ce sont des métiers de très gros flux, qui exigent une rapidité extrême avec l’intelligence adéquate pour gérer le risque. Soit les marchés ont empêché de boucler en bonne et due forme cette position, soit c’est le trader qui a dépassé les munitions qu’on lui avait donné. Dans les deux cas le résultat est le même ! Mais comprenez bien que cela ne correspond pas à un enrichissement personnel du trader.

 

p>

Quelle est la responsabilité personnelle du trader ?

Une banque au quotidien va échanger plusieurs dizaines de milliards par jour. Un trader manipule plusieurs milliards par jour, dans les grosses banques. Il ne faut pas croire que les traders sont fous ! C’est la mondialisation qui a amené les banques à se trouver dans une situation de très grosses transactions.

La banque UBS avait emprunté à l’Etat suisse, qui l’avait sauvée. Elle avait promis de faire une restructuration de ses activités de manière à ne plus être une banque en position difficile. Or aujourd’hui cela remet en cause le modèle UBS, c’est-à-dire qu’aujourd’hui les Suisses disent : « Il n’est plus question d’avoir un modèle de banques d’investissement». Et que met-on dans ce type de banques ? Il existe deux types de banques d’investissements : celle qui est au service de ses clients et qui ne spécule pas, et celle qui en profite pour spéculer. Je pense que le bon système c’est celui qui est au service des clients.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bobocleaner
- 16/09/2011 - 23:34
bof ...;
il aperdu le fric des actionnaires de UBS donc 3 Milliards .. .OK

nos députés depuis 1 ans nous ont mis dedans de 60 Milliards.

On est plus nombreux. OK . Mais je peu choisir de pas étre actionnaire de UBS alors que pour pas payer les connéries de mes députés je dois émigrer et aprés un exit fiscal .....

Moralité le déuté est plus dangereu que le trader !!!!
Stef42
- 16/09/2011 - 21:30
Mais d'où sort cette version ?
Dès le communiqué initial jeudi avant l'ouverture du marché UBS a communiqué autour de transactions non autorisées. Il n'a jamais été question de trade mal executé, encore moins de pertes en quelques heures lors d'une 'baisse terrible'.
Mais d'où cette version peut-elle sortir ?
Gilles
- 16/09/2011 - 20:03
Fusion en vue
Tôt ou tard l'UBS et le Credit Suisse fusionneront. Déjà l'UBS est née d'une fusion entre l'ancienne UBS (Zurich) et la SBS (Bâle).