En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

06.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

07.

Philippe Juvin: "Si la France s’en sort aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux Français, pas à l’État"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 42 min 48 sec
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 2 heures 18 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 3 heures 35 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 14 heures 13 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 18 heures 25 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 19 heures 2 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 20 heures 58 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 53 min 54 sec
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 2 heures 27 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 4 heures 4 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 14 heures 28 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 18 heures 39 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 20 heures 7 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 21 heures 36 min
Bonnes feuilles

Le retour des années 30 ? Ce terreau culturel et intellectuel français qui favorise l’installation politique d’un "postfascisme"

Publié le 08 novembre 2014
Sur fond de brouillages intellectuels à gauche, une rebellitude d’apparence est en train d’infecter insidieusement la critique sociale. Philippe Corcuff propose la première approche globale des pièges idéologiques qui sont en train de se refermer sur nous. Extrait de "Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard", publié chez Textuel (1/2).
Philippe Corcuff est maître de conférences de science politique à l’IEP de Lyon. Co-fondateur de l’Université Populaire de Lyon et de l’Université Critique et Citoyenne de Nîmes, c’est un militant altermondialiste engagé à gauche qui tient un blog sur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Corcuff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Corcuff est maître de conférences de science politique à l’IEP de Lyon. Co-fondateur de l’Université Populaire de Lyon et de l’Université Critique et Citoyenne de Nîmes, c’est un militant altermondialiste engagé à gauche qui tient un blog sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur fond de brouillages intellectuels à gauche, une rebellitude d’apparence est en train d’infecter insidieusement la critique sociale. Philippe Corcuff propose la première approche globale des pièges idéologiques qui sont en train de se refermer sur nous. Extrait de "Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard", publié chez Textuel (1/2).

Les années 30 reviennent d’une certaine façon, partiellement, pas seulement, de manière déplacée, avec des inclinations plus soft, associées à des traits inédits de la période actuelle. Pour mieux nourrir l’analogie historique, il m’est paru utile de revenir sur quelques recherches que la sociologie et l’histoire leur ont consacrées. Nous en tirerons des repères comparatifs qui nous aideront à éclairer les quatre parties suivantes, focalisées quant à elles sur notre présent immédiat. Des ressemblances et des dissemblances commenceront à se faire jour.

Chapitre 1 : Bourdieu et l’humeur idéologique « révolutionnaire conservatrice » de l’Allemagne de Weimar

Le livre que Pierre Bourdieu a consacré à L’ontologie politique de Martin Heidegger[1] est le premier à nous orienter vers les années 30, dans l’Allemagne de Weimar, c’est-à-dire la République démocratique en place entre 1918 et 1933. Le premier chapitre de cet ouvrage de Bourdieu est à recommander à tous ceux qui s’alarment de la situation actuelle et sont en quête d’outils de compréhension.

On y trouve tout d’abord des pistes quant à certaines ressemblances entre notre air du temps et celui de l’époque pré-nazie. Le plus frappant renvoie à la notion éclairante de « révolution conservatrice » afin de rendre compte des productions idéologiques décryptées par Bourdieu. Comme aujourd’hui en France, le conservatisme ne se présentait pas comme une défense pépère de l’ordre établi, un simple appel à la conservation de ce qui existait. Il se voulait au contraire « révolutionnaire », en butte avec l’ordre établi. Il s’agissait de retrouver et de restaurer des valeurs, des institutions et des sociabilités perdues, ou en crise, via un changement radical. Les « révolutionnaires conservateurs » occupaient alors le terrain de la critique du monde tel qu’il va. C’est pour souligner cette proximité que je parlerai pour la France d’aujourd’hui de néoconservatisme, et non pas simplement de conservatisme en un sens courant. On doit noter toutefois que l’accent « révolutionnaire » d’hier est affadi en rebellitude à double face (Alain Soral/Éric Zemmour) et mis en spectacle dans les médias (pourtant vitupérés !) et sur internet dans notre présent glauque.

Cependant, plus encore que sur le contenu de cette variante « révolutionnaire » du conservatisme, l’apport principal de Bourdieu consiste dans le décryptage des mécanismes de production de ce qu’il nomme une « humeur idéologique » ; humeur idéologique « völkisch » (ou justement « révolutionnaire conservatrice »)[2]. Bourdieu décrit un « discours confus, syncrétique », doté de « "sources" innombrables, qui jaillissent de toutes parts », dans la logique « d’une configuration idéologique faite de mots fonctionnant comme des exclamations d’extase ou d’indignation et de thèmes demi-savants réinterprétés, produits "spontanés" d’inventions individuelles objectivement orchestrées »[3]. Ces origines multiples apparaissent objectivement orchestrées sans coordination consciente et associées à un « accord affectif des phantasmes partagés qui donnent l’apparence à la fois de l’unité et de l’infinie originalité »[4]. Malgré les différences et les oppositions dans l’espace de production idéologique du « conservatisme révolutionnaire » - ce qu’il appelle sa « diversité kaléidoscopique »[5] -, le sociologue note « ces innombrables rencontres thématiques et lexicologiques qui sont autant de renforcements mutuels »[6] ; l’ensemble se tenant « comme un château de cartes »[7].

Cette galaxie diversifiée trouvait aussi des cohérences partielles dans l’opposition à ceux qu’elle avait pris pour cible dans la culture de Weimar :

« Elle se déduit, par simple inversion de signe, des propriétés de ses adversaires : francophiles, juifs, progressistes, démocrates, rationalistes, socialistes, cosmopolites, les intellectuels de gauche (dont Heine constitue le symbole) appellent en quelque sorte leur négation dans une idéologie nationaliste »[8].

Les cibles ont aujourd’hui, pour partie, changé – les « bobos de gauche », les antiracistes, les immigrés, les internationalistes, « la communauté homosexuelle », les journalistes,…encore les juifs pour certains (Alain Soral) ou les musulmans pour d’autres (Éric Zemmour)… -, mais les mécanismes restent similaires.

Une des hypothèses principales de ce livre pose l’existence de logiques analogues à celles décryptées par Bourdieu dans la France d’aujourd’hui (mais cela pourrait être étendu à l’Europe, avec des spécifications, des décalages, des bémols ou des contre-exemples en fonction de l’histoire des différents pays). Ainsi une humeur néoconservatrice à tonalités xénophobes-machistes-homophobes-nationalistes se consoliderait aujourd’hui dans l’espace public, à travers un double canal plus officiel, dans les grands médias, et plus underground sur internet.

Á la suite de Bourdieu, il ne s’agit pas de traiter le tissage en cours du néoconservatisme à la manière des théories du complot, c’est-à-dire comme le produit d’un plan concerté et caché de forces maléfiques. On doit plutôt l’envisager comme réalisé de manière éclatée dans différents secteurs de l’espace idéologique et politique, par des protagonistes qui peuvent être opposés entre eux, autant manipulés par les circonstances que manipulateurs. Ainsi pourrait être assurée la stabilisation de thèmes transversaux dans l’espace idéologique et politique, à travers des interférences entre droite et gauche, extrême droite et gauche radicale, nationalisme et anticapitalisme, sans que personne n’en ait organisé explicitement et consciemment la coordination, avec au mieux des protagonistes ayant une vision partielle du processus.

Cette humeur idéologique néoconservatrice est susceptible de devenir un terreau culturel et intellectuel favorable à l’installation politique d’un « postfascisme » sous la forme partisane du Front national. Il faut ici être précis sur les mots : terreau culturel et intellectuel ne signifie ni cause, ni motivation. Je m’inspire, ce faisant, d’indications méthodologiques fournies par l’historien Roger Chartier à propos d’une autre période, la Révolution française :

« Attribuer des "origines culturelles" à la Révolution n’est aucunement établir des causes, mais plutôt repérer certaines des conditions qui l’ont rendue possible, possible parce que pensable. »[9]

Les causes et les motivations des résultats électoraux du FN sont diverses et mobiles selon les analyses disponibles depuis sa première percée à Dreux en 1983[10]. Un terreau culturel et intellectuel, c’est davantage une condition qu’une cause, et cela participe au processus d’homogénéisation idéologique partielle d’un vote et d’un militantisme fort polyphoniques. Or, les analyses de Jean-Claude Kaufmann dans Identités, la bombe à retardement[11] montrent que nos sociétés individualistes-capitalistes à idéaux démocratiques, alors qu’elles sont affectées par une « crise de civilisation », sont particulièrement vulnérables à l’action politique d’entrepreneurs en identités collectives fermées, et notamment à celles porteuses de ce que le sociologue nomme « le national-racisme ».

[1] P. Bourdieu, L’ontologie politique de Martin Heidegger (version actualisée d’un article paru en 1975), Paris, Minuit, collection « Le sens commun », 1988.

[2] Ibid., p.16 ; « völkisch » vient de volk, peuple ou nation en un sens ethnique.

[3] Ibid., pp.16-17.

[4] Ibid., p.17.

[5] Ibid., p.36

[6] Ibid., p.24.

[7] Ibid., p.31.

[8] Ibid., p.33.

[9] R. Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, collection « L’Univers Historique », 1990, p.10.

[10] Pour une synthèse critique des travaux sociologiques et politologiques sur le Front national de Jean-Marie Le Pen, voir Jacques Le Bohec, Sociologie du phénomène Le Pen, Paris, La Découverte, collection « Repères », 2005.

[11] J.-C. Kaufmann, Identités, la bombe à retardement, Paris, Textuel, collection « Petite Encyclopédie Critique », 2014.

Extrait de "Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard", de Philippe Corcuff, publié chez Textuel. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 09/11/2014 - 14:53
Le marxisme est mort
et donc le fascisme, qui est un de ses avatars avec le léninisme aussi.
Fascisme et socialisme sont historiquement de la même famille, il suffit de voir d'ailleurs le parcours de Mussolini, professeur d'Histoire socialiste et rédacteur en chef du journal du Parti.
Les années 30 étaient marqués par l'affrontement entre les partis marxistes ou marxisants, désireux de changer la société en prenant, pour les communistes, comme modèle l'Union Soviétique, et les partis non-marxistes se raidissant face au danger révolutionnaire bien présent.
Je mets à part le national-socialisme qui a trois aspects: celui d'un parti d'anciens combattants résolument anti-communiste et, tout comme son concurrent des Casques d'Acier, anti-traité de Versailles et désireux de le rectifier drastiquement; enfin le caractère sectaire de ce parti fondé sur un ésotérisme que l'on qualifierait aujourd'hui de "New Age" (Thulé, les Grands Ancêtres, etc..). Par transposition, c'est un peu comme si les dirigeants du parti politique français participaient à des cérémonies druidiques en forêt de Brocéliande. C'est le marxisme léninisme qui a été la cause de l'atmosphère politique de l'entre deux guerres et après la guerre
vangog
- 09/11/2014 - 01:41
Analyse archaïque et vaine..
les sociologues et politologues biberonnés à la pensée unique feraient mieux d'analyser le phénomène des émeutes d'ultra- gauche et d'anarchistes actuels, très révélateur de la déliquescence d'un système de pensée qui les a longtemps fait vivre...ces groupuscules anar-écolo-régressifs utilisent de faux prétextes pour attaquer un faible pouvoir incapable de dissoudre ces factieux, pouvoir qui sera probablement la victime politique de quelques centaines de militants mieux organisés et plus convaincus que lui...Cette analyse vaut plus le coup que la énième tentative de diabolisation du FN , et l'invention de nouveaux stéréotypes et éléments de langage gauchistes qui s'avèrent être de plus en plus contre-productifs...hé, les politolo-sociologues! Réveillez-vous! Car la sauce ne prend plus...et elle commence à moisir!