En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La bourse de New York mercredi 15 octobre : les titres ont souffert de leurs pertes les plus importantes cette année et le dollar s'est effondré.
Dans la tourmente

Coup de tabac sur les bourses mondiales : la preuve que la crise n’en a vraiment pas fini avec nous

Publié le 16 octobre 2014
L'Europe s'enfonce une nouvelle fois dans cette crise qui neutralise le continent depuis 6 ans. Grèce, Italie, Allemagne, Espagne : de multiples menaces surgissent à nouveau dans un contexte de quasi déflation sanctionné par les marchés financiers mercredi 15 octobre. A l'inverse, de l'autre côté de l'Atlantique, la réactivité des autorités est rapidement venue stabiliser la situation.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Europe s'enfonce une nouvelle fois dans cette crise qui neutralise le continent depuis 6 ans. Grèce, Italie, Allemagne, Espagne : de multiples menaces surgissent à nouveau dans un contexte de quasi déflation sanctionné par les marchés financiers mercredi 15 octobre. A l'inverse, de l'autre côté de l'Atlantique, la réactivité des autorités est rapidement venue stabiliser la situation.

Après les crises successives qui ont jalonné les six dernières années, 2014 n’échappe pas à la règle. Et cette journée boursière du 15 octobre 2014 offre un parfait résumé de cette situation. En Europe, l’ensemble des places financières accuse un sérieux coup de mou, -3.63% à Paris, -2.58% à Francfort, -4.44% à Milan, -3.59% à Madrid, ou encore -6.25% à Athènes (Concernant la Grèce, la baisse cumulée depuis le mois de juin 2014 dépasse les 30%). Une nouvelle journée noire à mettre au crédit de l’environnement économique européen, on ne change pas une équipe qui gagne.

Mais si les mouvements enregistrés sur les marchés actions peuvent impressionner, ils ne sont rien en comparaison des variations des taux d’intérêts au sein de la zone euro. Et c’est encore une fois la Grèce qui se retrouve en première ligne. Avec une hausse de 0.85 points de son taux d’intérêt en une seule séance, soit une progression de 12%, le taux auquel le pays emprunte à 10 ans atteint les 7.85%. Depuis le début du mois de septembre, cette hausse s’approche de 40%.

Taux emprunt d’état Grec 10 ans. Bloomberg

Bien évidemment, dans de telles conditions, aucun redressement de la situation du pays ne pourra voir le jour. C’est d’ailleurs le sentiment qui a pu être exprimé par le ministre des finances autrichien, Hans Jorg Schelling, le 13 octobre en évoquant "les doutes" que la Grèce inspirait aux différents ministres des finances de la zone euro. Une habile déclaration qui a précipité les mouvements de ces dernières heures. En cause, le souhait du pays de s’affranchir des contraintes fixées par son plan de "redressement" et sa volonté de retrouver une certaine autonomie dès la fin 2014, soit 18 mois avant le terme fixé initialement.

Car si la situation désastreuse du pays perdure depuis plusieurs années, la population semble commencer à vouloir changer de politique. C’est en tout cas le sens indiqué par les derniers sondages plaçant le parti d’Alexis Tsipras, Syriza, en tête des élections prévues au début 2015. Un parti qui souhaite "réviser" à la baisse le montant de la dette du pays, ce qui n’est pas tout à fait du gout des investisseurs.

Mais cette situation grecque a également des conséquences sur les autres pays. L’Espagne, l’Italie ou encore le Portugal ont rapidement pu constater les répercussions de cette nouvelle menace. Car les taux de chacun de ces pays ont enregistré une hausse conséquente en cette journée. Pour que la fête soit complète, le mouvement cinq étoiles de l’italien Beppe Grillo a également pu avancer sa proposition d’un référendum d’initiative populaire ayant pour objectif de sortir de l’euro. Il ne reste qu’à trouver les 3 millions de signature nécessaires pour que ce projet puisse voir le jour. Mais au regard du dernier sondage publié sur cette question, les probabilités ne sont pas nulles. En effet, en 2013, 49% des italiens étaient prêts à retrouver la Lire.

L’autre conséquence de cette nouvelle crise européenne est l’écrasement des taux des pays jugés les plus fiables. Car les montants retirés des pays du sud se sont vite fondus dans la dette des pays du nord. C’est ainsi que le taux allemand à 10 ans atteint 0.76%, c’est à dire son plus bas niveau historique. Il est intéressant de noter que la hausse de taux enregistrée par la Grèce en cette seule journée est supérieure au taux que paye l’Allemagne.

Taux emprunt d’état Allemand 10 ans. Bloomberg

Mais la baisse des taux allemands ne doit pas tout à la Grèce. Les récentes publications économiques du pays n’ont rien de rassurant, chute des exportations, baisse significative du sentiment des investisseurs, baisse de la production industrielle, autant d’éléments qui viennent conforter les anticipations de déflation pour l’ensemble de la zone euro. A 0.3%, l’inflation européenne n’est pas une source d’optimisme pour les marchés financiers. Pour finir, la rechute brutale des exportations espagnoles à un plus bas de cinq ans est venue clouer au pilori les annonces de sortie de crise d’un pays toujours en prise avec un taux de chômage largement supérieur à 20% de la population active.

Fidèles à leurs habitudes face à cet ensemble de menaces, les dirigeants européens ont jugé bons de ne pas réagir. Et Les marchés ont apprécié.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’ouverture des marchés n’offrait guère plus de certitudes. Suite à la publication de données décevantes ; la baisse des ventes au détail de 0.3%, Wall Street s’est rapidement et fortement ancrée dans le rouge. Le Dow Jones perdait près de 450 points après quelques heures de cotation. Les taux d’intérêts américains chutaient également de leur côté, passant de 2.20% à 1.85% en quelques minutes, dans un mouvement d’une rare violence.

En effet, alors que la réserve fédérale américaine s’apprête à en finir avec son plan de soutien à l’économie dès ce mois d’octobre, les marchés se trouvent être pris d’une grande frilosité. Sans soutien, la reprise est-elle durable ?

Mais quelques "fuites" vont permettre un rapide rétablissement de la situation. En cours de séance, des propos prêtés à la Présidente de la FED, Janet Yellen, vont venir rassurer les marchés. Cette dernière confirme sa confiance dans l’économie américaine et prévoit un retour de la croissance à un niveau de 3%, mais également un retour de l’inflation à 2%, soit une croissance nominale totale de 5%. C’est-à-dire une situation "normale" pour les Etats-Unis. Il n’en fallait pas plus pour que les marchés retrouvent leurs esprits après la panique de la première partie de séance.

C’est ainsi que le Dow Jones clôturait à -1.06%, retrouvant près de 300 points depuis son plus bas. Les taux revenaient à un niveau proche de l’ouverture à 2.15%, la tempête était passée. Les mots de Janet Yellen ne suffiront pas à apaiser les marchés dans la durée, et des actes sont désormais attendus.

Cette journée du 15 octobre est révélatrice des six dernières années. Entre une Europe incapable de faire face à la crise dans laquelle elle s’enfonce depuis 6 ans, et des autorités américaines très réactives face aux évènements, la différence est flagrante.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 

Et n'oubliez pas : le A-book de Nicolas Goetzmann, Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, est désormais disponible à la vente sur Atlantico éditions :

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 16/10/2014 - 20:20
J'espere qu'il ne va pas falloir une nouvelle fois recapitaliser
la Grèce. Plus ses taux d’intérêts augmenteront, plus ce sera malheureusement nécessaire. L’Allemagne le pourra, mais ne le voudra probablement pas, peut être que la France le voudra, mais je me demande si elle le pourra.
Haddock36
- 16/10/2014 - 11:31
Pas de panique
J'attends qu'AIR LIQUIDE soit redescendue à 85 et je renforce ma ligne. Autre opportunité: McPhy Energy qui est descendue au dessous du prix d'introduction; tout cela dans la perspective de la future révolution énergétique basée sur l'hydrogène.
Vipas
- 16/10/2014 - 11:16
US Go Home
And Stay there ! Tout cela à cause des sanctions contre la Russie imposées sous la pression des USA préférant risquer une aggravation de la "crise" à la perte de contrôle de leur "empire". L'EU - ou la zone € - devraient conclure un accord de libre échange avec la Russie, et la Chine dans le cadre d'un Eurasian Trade Partnership : ETP)