En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 26 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 27 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 18 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 35 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 56 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 30 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 50 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 53 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 21 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 19 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 56 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 53 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 48 min
© neuroperformance.fr
 au cours des vingt dernière années, l'émigration des entrepreneurs aurait coûté un million d'emplois à l'économie nationale.
© neuroperformance.fr
 au cours des vingt dernière années, l'émigration des entrepreneurs aurait coûté un million d'emplois à l'économie nationale.
Vous allez où ?

Alerte à la fuite des cerveaux : ce que nous coûte le nombre de départs grandissants des chercheurs et autres inventeurs formés par la France

Publié le 16 octobre 2014
La France est un pôle d'excellence qui a pour seul défaut de ne pas savoir garder chez elle ceux qu'elle a contribué à former. Par exemple, au cours des vingt dernière années, l'émigration des entrepreneurs aurait coûté un million d'emplois à l'économie nationale.
Julien Gonzalez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gonzalez est responsable des affaires économiques d'un syndicat professionnel. Il est l'auteur, pour la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol), de la note "Trop d'émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France" (mai...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France est un pôle d'excellence qui a pour seul défaut de ne pas savoir garder chez elle ceux qu'elle a contribué à former. Par exemple, au cours des vingt dernière années, l'émigration des entrepreneurs aurait coûté un million d'emplois à l'économie nationale.

Atlantico : Les rapports se succèdent et pointent toujours le même phénomène du doigt : les "inventeurs", diplômés à fort potentiel et entrepreneurs innovants continuent à s'expatrier, sans que la France n'attire le même type de profil. Pourquoi ce désamour durable ?

Julien Gonzalez : Répondre à cette question nécessite de bien distinguer les cas de figure. Plutôt que de parler d'expatriation, je préfère évoquer une "émigration", comme pendant de l'immigration, qui recouvre différents profils. 

Les entrepreneurs qui quittent la France le font pour des raisons fiscales (niveau d'imposition des revenus, taxation du capital), réglementaires (coût du travail, complexité administrative) mais également culturelles, avec un environnement national moins propice à la prise de risque et à l'enrichissement que dans d'autres pays. En résumé, tout ce qui concoure à façonner, en France, un écosystème moins favorable à l'entrepreneuriat que, par exemple, celui du Royaume-Uni.

Pour ce qui concerne les jeunes diplômés, les baromètres d'humeur et les enquêtes d'opinion évoquent de meilleures opportunités à l'étranger, qu'il s'agisse du niveau de rémunération ou des responsabilités confiées. Les déterminants négatifs (peur du chômage, salaire jugé trop faible) arrivent en tout cas devant les items positifs (volonté de découvrir un nouveau pays, apprentissage d'une langue, etc.). 

Que sait-on du coût en termes d'emploi ou de PIB de cette désaffection ? Dans une période de croissance nulle et de chômage élevé, en quoi ces indicateurs macroéconomiques sont-ils impactés par l'expatriation ?

Lorsque l'on étudie ce phénomène, on se heurte rapidement à un problème majeur : l'absence de comptabilité officielle et de données exhaustives sur les migrations affectant la France. Les informations les plus précises proviennent du Registre mondial des Français établis hors de France (du ministère des Affaires étrangères), mais l'inscription y est facultative. En 2013, 75 000 Français (sur les 1,6 million inscrits au registre) déclaraient être à la tête, à l'étranger, d'une entreprise d'au moins 10 salariés soit, a minima, 750 000 emplois créés hors de France par des compatriotes. Si l'on se fie aux travaux de la Fondation Concorde, l'émigration des entrepreneurs au cours des 20 dernières années aurait coûté à l'économie française un million d'emplois. Pour comprendre l'impact pour notre pays, il faut penser aux salaires versés, recettes fiscales, cotisations sociales et emplois induits dont nous nous privons.

Autre exemple, l'émigration patrimoniale avec, notamment, le départ de 12 000 ménages redevables à l'ISF lors des vingt dernières années (selon la DGFiP). D'après les économistes, environ 250 milliards de valeur patrimoniale seraient sortis du pays sur cette période. Comment croyez-vous que se répercute le manque à gagner pour les finances publiques ? Comme toujours sur les classes moyennes, via des augmentations constantes d'impôts, et sur les classes populaires, avec des coupes dans les dépenses sociales.  

L'éducation en France étant majoritairement supportée par la collectivité, et les profils s'expatriant étant plutôt fortement diplômés, à combien se montent les "investissements sur l'éducation" qui ne profitent pas à la France ?

Nous savons que la scolarité d'un étudiant d'une grande école de commerce ou d'ingénieur (de la maternelle à son entrée sur le marché du travail) coûte à la collectivité 240 000 euros. Rapporté au nombre d'étudiants effectuant leur début de carrière à l'étranger, cette émigration pourrait représenter une perte annuelle pour les caisses de l'Etat de 1,5 milliard d'euros. Là encore, ce chiffre ne prend pas en compte la création de richesses permise par ces talents et qui profite à des nations concurrentes.

Quelles leçons peut-on tirer de cette désertion qui dure maintenant depuis plus de dix ans ? 

La première priorité doit être de s'entendre sur le diagnostic, qui doit faire consensus au sein de la classe politique. Il est parfaitement normal que de plus en plus de Français vivent à l'étranger. La mondialisation, la construction européenne, Erasmus, les VIE, sont autant d'opportunités offertes par la modernité dont nos compatriotes doivent se saisir pour s'enrichir humainement et culturellement. 

Mais entendons les messages sous-jacents aux trop nombreux départs contraints ! Pour la plupart, le départ (décision ô combien lourde de sens !) est un appel à l'émancipation. La société française doit favoriser l'expression de tous ses talents, qu'ils soient économiques, techniques, scientifiques ou artistiques. Reconnaître la diversité des mérites (et non pas la seule réussite via les formations élitistes), lâcher la bride des "faiseurs", faciliter la prise de risques. 

Les conclusions du récent rapport Galut, qui ne voit "pas de motifs d'inquiétude" à la situation, sont en ce sens désespérantes de dogmatisme. Le rapport évoque l'expatriation comme une chance, et les Français vivant à l'étranger comme "des ambassadeurs" alors même que les études laissent apparaître un "French bashing"... de la part des Français émigrés ! Nous devons en finir avec ces postures et voir la réalité telle qu'elle est. Celle d'un pays qui a un besoin vital de réformes profondes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 17/10/2014 - 02:16
Comme au temps de la Révocation de l’Édit de Nantes
Je pense aux protestants qui formaient l’élite intellectuelle de la France et que les persécutions de Louis XIV ont contraints à fuir notre pays. J’ai lu qu’en 1700 les Huguenots constituaient le tiers de la population de Berlin et ils ont contribué à l’essor de la Prusse tandis que des protestants français sous les ordres du maréchal de Schomberg ont joué un rôle décisif dans la bataille de La Boyne gagnée par les Anglais contre les Français et les Irlandais. Et après cela il y a encore des gens pour parler du Grand Siècle et du Grand Roi… mais n’y a-t-il pas aussi des imbéciles pour admirer encore François Hollande ?
superliberal
- 16/10/2014 - 18:51
A partir du moment où les élites n'en sont plus...
On se rapproche dangereusement de 1789...l'Enarcocratie a pris la place de l'Aristocratie. Toujours aussi incompétents, aussi Jacobins, aussi arrogants...foutez mol ça dehors...
assougoudrel
- 16/10/2014 - 12:08
Ce sont ces cerveaux
qui auraient dû diriger le pays, au lieu d'un ramassis de moins que rien, parasites fonctionnarisés qui ne rapportent rien au pays et qui nous a mis dans une telle situation. Ils se paie grassement avec l'argent du contribuable et distribuent l'argent à tout va. Le Top des tronchus s'en vas, nous laissant des énarques imbéciles qui veulent monter sur leurs grands chevaux, alors qu'ils n'ont même pas de bourricots. On a un Prix Nobel en économie et qui on a comme ministre? Des Sapin et autres guignols. Les étrangers n'ont même pas besoin de payer des études à leurs jeunes, car ils ont du tout cuit avec la France, un peu comme avec nos footeux. Les centres d'instruction les forment, puis, ils partent à l'étranger. C'est à en pleurer.