En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

07.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 6 min 18 sec
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 44 min 53 sec
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 19 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 20 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 22 heures 55 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 1 jour 3 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 1 jour 54 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 24 min 5 sec
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 1 heure 30 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 2 heures 21 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 19 heures 46 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 23 heures 47 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 1 jour 27 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
La peur d'Ebola contamine plusieurs pays.
© Reuters
La peur d'Ebola contamine plusieurs pays.
Le monde a peur

Psychose Ebola : les mécanismes par lesquels se transmet la peur (et comment la contenir)

Publié le 17 octobre 2014
Alors qu'un homme a été évacué d'un avion sur le tarmac de l'aéroport de Philadelphie après avoir fait croire qu'il était atteint d'Ebola, la psychose gagne du terrain et n'épargne aucun pays. Une peur contagieuse, elle aussi...
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Antoine Pelissolo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychiatre et chef de service au CHU Henri-Mondor à Créteil, spécialiste des troubles anxieux, des phobies et des TOC. Auteur notamment du livre "Les phobies : faut-il en avoir peur ?" (le Cavalier Bleu) et du blog "mediKpsy"
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'un homme a été évacué d'un avion sur le tarmac de l'aéroport de Philadelphie après avoir fait croire qu'il était atteint d'Ebola, la psychose gagne du terrain et n'épargne aucun pays. Une peur contagieuse, elle aussi...

Atlantico : Un cas suspect d’Ebola à l’hôpital Bichat à Paris s’est finalement avéré faux vendredi. Un peu plus tôt, une centaine de salariés se sont retrouvés confinés jeudi à Cergy-Pontoise pendant trois heures après un cas possible d’Ebola, alors qu’une personne de retour de Guinée présentait des symptômes suspects. Lundi, alors qu’elle avait prise des mesures de précaution après le retour d’un élève en provenance de Guinée, une école de Boulogne-Billancourt a vécu dans l’angoisse lorsque trois familles ont gardé leurs enfants à la maison. Par quels mécanismes se transmettent l’angoisse et la peur chez les individus ? En quoi peut-on dire que l’angoisse est une émotion qui se transmet facilement ?

Antoine Pelissolo : La peur est une des émotions fondamentales, normale car indispensable à la survie des individus et de l’espèce dans son ensemble. Ceci existe chez l’être humain mais également dans beaucoup d’espèces moins évoluées dotées du même "cerveau émotionnel". En dehors du signal d’alarme qu’elle constitue pour un individu potentiellement en danger, la peur est toujours communicative car elle sert également à prévenir les congénères d’une menace. C’est ainsi qu’une mère peut transmettre très automatiquement sa peur à son enfant ou qu’une personne peut la transmettre à un groupe. Cette transmission passe en général par des signaux évidents (mimique du visage, cris, agitation, discours, etc.) mais parfois aussi par des indices plus discrets, voire subtiles et non conscients, comme le tremblement de la voix ou un regard effrayé. Ceci explique les phénomènes de "contagion" émotionnelle, de la peur comme d’autres émotions (colères, fou-rires, etc.). En temps normal cependant, un individu est capable d’analyser consciemment la situation et de calmer sa peur si finalement le danger n’est pas réel ou est contrôlable. La panique survient quand les émotions sont trop fortes ou que la situation semble incontrôlable, et cela peut toucher une personne isolée (crise d’angoisse, attaque de panique) mais aussi un groupe. Il s’agit alors de paniques collectives dans lesquelles la peur de chaque sujet est nourrie par la peur des autres. 

Jean-Paul Mialet : Revenons aux origines. Un beau jour, l’enfant quitte le milieu confortable de l’utérus maternel pour venir au monde. Pour certains le premier cri que pousse le nourrisson à sa naissance est déjà un cri d’angoisse. Quoiqu’il en soit, il faut quitter la bienheureuse apesanteur d’un enveloppement liquide où sont satisfaits tous les besoins personnels en temps réel pour s’adapter à un monde froid et exigeant. Il faut apprendre à vivre dans l’insécurité. L’angoisse sera désormais la compagne d’une existence qui mesure sa précarité et se sait menacée. Pour ne pas vivre dans l’angoisse, l’individu développe des moyens de protection et se construit une sécurité en se rendant maître, par l’action et la pensée, de beaucoup de situations. Il apprend également à éviter de prêter trop d’attention à tout ce qui pourrait réveiller cette émotion. Mais elle reste tapie au fond de lui et se réveille en cas de nécessité : elle sert de signal d’alarme utile quand il se présente une situation dangereuse. Quand elle surgit à l’occasion d’une menace identifiée, elle se transforme en peur. « Je vois un ours, je tremble, j’ai peur » disait un grandpsychologue américain du XIX° siècle, William James. Il soulignait ainsi que l’angoisse précède la peur ; elle envahit et fait trembler avant toute prise de conscience de ce qui la détermine. La peur, quant à elle, relie cette émotion à une perception, et ce faisant, elle offre des possibilités d’action et de réflexion : la peur de l’ours inspire une stratégie adaptée, que ce soit par la fuite ou l’attaque. L’angoisse est ainsi une émotion crue, une émotion pénible, douloureuse - une panique, un effroi qui saisit et que l’on subit. En revanche, avec la peur, l’émotion devient liée à une cible et on retrouve le moyen d’agir. Emotion brute, l’angoisse est par nature irrationnelle alors que la peur peut se raisonner. A la différence de la peur qui se discute, cette émotion irrationnelle, dans un contexte approprié, se répand facilement par un partage empathique.

A lire aussi : Comment reconnaître les symptômes du virus Ebola

Plus généralement, comment expliquer cette psychose autour d’Ebola ?

Antoine Pelissolo : Le terme de psychose n’est pas vraiment approprié car il renvoie à d’autres types de maladies psychiques (schizophrénie), mais il est souvent employé dans le langage courant pour parler d’angoisses collectives et très excessives. Dans le cas d’Ebola, deux facteurs contribuent à déclencher ces peurs inadaptées : - une réalité sous-jacente qui est celle du risque vital liée à la maladie, toutes les angoisses profondes ayant un rapport plus ou moins direct avec la crainte insupportable de la mort ; - un sentiment d’impuissance dû à la nouveauté de la menace et à l’impression de n’avoir aucun moyen de s’en protéger, par méconnaissance. Une menace de mort violente associée à une absence de contrôle sur la situation conduit à une peur "dépassée". 

Jean-Paul Mialet : Ebola est le type même de situation favorable à l’angoisse. Un agent de transmission impalpable, invisible - un virus lointain, mal connu, provenant de terres obscures - qui peut à tout moment frapper et provoquer une mort rapide et imparable à l’issue d’une détresse organique totale impressionnante : on souffre, on s’étouffe, on se vide de son sang… Même le virus du Sida se montrait moins mystérieux et plus contrôlable : on connaissait les populations à risque, la nature de la transmission. Tous les éléments sont donc réunis pour que cette angoisse de précarité que nous abritons tous au fond de nous, mais contre laquelle nous luttons en temps ordinaire en nous appuyant sur des illusions rassurantes de maîtrise, soient réveillés.

Pourquoi le contexte social joue aussi un rôle important dans cette angoisse, alors que notre société a toujours été relativement protégée par rapport aux épidémies ? En quoi la rumeur et les médias sont aussi importants dans le développement de l’angoisse ?

Antoine Pelissolo : Il s’agit de phénomènes collectifs probablement inscrits dans la culture et l’histoire de la civilisation, même très ancienne. Le monde et notre pays ont connu de nombreuses épidémies dramatiques, dont il reste une trace dans la mémoire collective. De plus, les moyens de communication modernes et les médias actuels contribuent à diffuser les informations à une vitesse extrême, avec peu de filtres et d’explications, ce qui amplifie les réactions de peur, notamment quand des images violentes frappent les esprits.

Jean-Paul Mialet : Précisément parce que notre société a été protégée contre des épidémies grâce aux progrès des traitements et des vaccinations,l’individu contemporain cède volontiers à la paniqueface à une situation nouvelle qui ne devrait pas se produire. L’illusion de sécurité totale entretenuedans nos sociétés modernes qui cultivent le risque zéro et accordent à la science un crédit illimité – cette illusion rassurante s’effondre : ainsi, on n’aurait donc pas toute la maîtrise ? Et les médias en rajoutent en exploitant la sensation : « le poids des mots » et le « choc des photos » ont davantage pour objectif d’attirer l’attention du public en jouant sur ses émotions, ce qui assure une large participation, que de l’informer. De même, la rumeur se fonde un partage d’évènements à sensation qui donnent de l’importance à ceux qui la colportent. Or seule l’information – parler de l’ours, le décrire, en évaluer clairement les dangers – permet d’échapper à l’angoisse et d’en faire une peur utile.

A partir de quel moment une psychose collective peut-elle devenir incontrôlable ? Avec quelles conséquences ?

Antoine Pelissolo : Je ne crois pas du tout que nous en soyons là, mais le risque d’emballement commence quand les réactions de peurs au départ injustifiées contribuent en elles-mêmes à créer des dangers réels : panique de groupe où les individus piétinent les autres en voulant fuir, pénuries de ressources quand les habitants font des réserves par peur de manquer, etc. Un cercle vicieux se créé alors, soit à l’échelle d’un individu ("j’ai peur donc c’est dangereux, donc j’ai peur"), soit à l’échelle du groupe (la peur des uns entraine un danger chez les autres), avec un effet boule de neige. Dans le cas d’Ebola, les conséquences de la peur seraient au pire de provoquer un isolement des individus considérés comme contagieux ou de ceux craignant une contamination, mais sans entrainer a priori de perte de contrôle générale.

Jean-Paul Mialet : La peur est utile pour affronter la menace, alors que lapanique désorganise la pensée et empêche d’agir. Ce qui est vrai pour l’individu l’est encore plus pour les foules. Selon l’auteur de la psychologie des foules, Gustave Le Bon,ce qui caractérise une foule est son aptitude à oublier toute conscience et à agir en masse sur la base d’une communication purement émotionnelle : cette action irrationnelle peut prendre la forme de ce que l’on qualifie « d’hystérie collective ». L’angoisse d’un virus mortel représente sans doute, si la menace se met à peser très sérieusement, un risque de panique pouvant mener à des conduites de masse incohérentes et difficiles à raisonner.

Par quels moyens pourrait-on finalement contenir cette psychose ? Les pouvoirs publics sont-ils préparés ? Des protocoles spécifiques sont-ils mis en place ?

Antoine Pelissolo : Le meilleur remède reste l’information du public, avec des messages les plus précis et compréhensibles possibles. La peur ne peut être combattue que par des éléments rationnels, ce qui suppose à la fois de la pédagogie et des mesures de protections proportionnelles au danger réel. La France n’est pas le pays le plus performant en matière de prévention sur les phénomènes psychologiques, et l’exemple désastreux de la vaccination contre la grippe aviaire n’est pas très encourageant. Les décideurs ne doivent pas se laisser influencer par leurs peurs personnelles, en cherchant à se "couvrir" de manière finalement excessive et délétère. On peut espérer cependant que des enseignements ont été tirés de ces expériences passées, et certains professionnels disposent de compétences de gestion de crise pouvant être mises à profit par les pouvoirs publics (militaires, sauveteurs, etc.).

Jean-Paul Mialet : Encore une fois, seule l’information – une véritable information qui démystifie le mal sans le nier ni l’exagérer – peut aider à sortir de l’angoisse du virus Ebola pour la ramener à une peur légitime. Cette information doit s’acharner à décrire aussi bien que possible l’agent viral en l’objectivisant à traversles connaissances scientifiques qui peuvent en être fournies. Elle doit également indiquer les conséquences physiques de l’infection en employant des termes clairs et en évitant les images spectaculaires pour ne pas alimenter les constructions imaginaires. Elle doit enfin exposer des statistiques et les commenter aussi précisément que possible en les replaçant dans leur contexte. Dans l’idéal, cet effort d’information pourrait être piloté par un comité composé de spécialistes de la santé, de spécialistes des sciences humaines (sociologues et psychologues) et de spécialistes de la communication. Après tout, on a institué des cellules de crise pour soutenir des individus frappés par des traumatismes. N’y aurait-il pas lieu de réfléchir aux mesures à prendre pour qu’une collectivité ne cède pas à la panique face à certaines formes de terreurs ? Dans une époque devenue incertaine, après nous avoir exagérément rassurés, n’est-il pas temps de nous apprendre à vivre avec le risque et à côtoyer la peur sans tomber dans l’épouvante ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires