En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 14 heures 8 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 15 heures 29 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 16 heures 44 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 17 heures 21 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 19 heures 39 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 21 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 21 heures 50 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 14 heures 54 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 16 heures 3 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 17 heures 11 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 18 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 20 heures 17 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 20 heures 40 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 21 heures 51 min
© Reuters
Narendra Modi.
© Reuters
Narendra Modi.
Les Misérables

La naissance d’une étoile : Narendra Modi, le porte-voix des pauvres qui s’était affranchi du gauchisme

Publié le 01 octobre 2014
Le Premier ministre de l'Inde Narendra Modi élu en mai dernier défend des positions favorables aux classes les plus pauvres de son pays, comme Lula en son temps pour le Brésil.
Lucas Léger est chargé de mission à l'IREF, l'Institut de Recherches Economiques et Fiscales. Il a notamment beaucoup travaillé sur la fiscalité verte, ainsi que les emplois verts.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lucas Léger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lucas Léger est chargé de mission à l'IREF, l'Institut de Recherches Economiques et Fiscales. Il a notamment beaucoup travaillé sur la fiscalité verte, ainsi que les emplois verts.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre de l'Inde Narendra Modi élu en mai dernier défend des positions favorables aux classes les plus pauvres de son pays, comme Lula en son temps pour le Brésil.

Atlantico : L'ascension de Narendra Modi au sommet de la politique indienne a eu lieu en mai, lors de sa victoire écrasante et de son accession au poste de Premier ministre du pays. Il a notamment défendu des positions favorables aux classes indiennes les plus pauvres. Est-il pour autant un véritable chef de file dans la lutte contre la pauvreté, comme Lula en son temps pour le Brésil ?

Lucas Léger : Il est difficile d’anticiper les résultats de son parti après seulement un peu plus de cent jours au pouvoir. Néanmoins, son discours se démarquait déjà de ses concurrents lors de la campagne, qu’il a largement gagnée. Son manifeste présageait déjà d’un programme axé sur la lutte contre la pauvreté s’il était élu. Ainsi, "notre gouvernement sera un gouvernement représentant les plus démunis, les marginaux et les laissés pour compte. Chaque Indien a un droit sur tout ce que l’Inde possède comme richesses et ressources. Dès lors, chacun sera libre de rêver son avenir, pour que demain, il y ait autant de rêves que ce pays compte d’âmes. Nous ne nous contenterons pas de donner à chacun de nos concitoyens la possibilité de s’envisager un avenir, nous ferons en sorte que tous puissent enfin concrétiser leurs rêves. (…) La fin de l’extrême pauvreté et de la malnutrition seront les priorités de notre gouvernement."

Les similitudes avec Lula sont notables. Et ses premières actions depuis son accession au pouvoir semblent le confirmer. Modi a l’intention de renforcer le système de sécurité sociale, ce qui n’est pas sans rappeler le programme BolsaFamilia, lancé au Brésil. Pour réussir cette transition, Modi compte rationaliser les transferts sociaux et les subventions en s’appuyant sur des transferts financiers plutôt que des avantages en nature ou des prix administrés, qui ont par le passé fragilisé l’économie indienne et freiné son développement.

Cependant, le programme économique de Modi se démarque de celui de Lula, qui était beaucoup moins enclin à favoriser le développement du marché et de l’entreprise privée, ce qui avait déclenché l’ire des marchés financiers et la chute du Real peu après son élection. Dans son programme, Modi embrasse une certaine relance de l’économie par une politique de l’offre : discipline budgétaire, éloge de l’épargne et plus grande ouverture aux capitaux étrangers. Il a par ailleurs déjà lancé un vaste programme de modernisation de la fonction publique et vient d’abolir le commissariat au plan, vieille relique socialiste de l’ère Nehru. Cependant, bien que Lula fût longtemps opposé à la privatisation des entreprises nationales, cela ne l’a pas empêché, une fois élu, de libéraliser certains secteurs de l’économie brésilienne. Il faudra donc voir ce que propose concrètement Modi.

Au Madison square garden de New York, il a pourtant défendu des thématiques comme la diffusion de la démocratie, la lutte contre le terrorisme, la protection de l'environnement, et en encourageant les aspirations des peuples et pas seulement en Inde, mais partout dans le monde... 

Il s’agit en grande partie de rhétorique et ce n’est pas la première fois que Modi fait des propositions populistes. Sa réforme PradhanMantri Jan DhanYojana, consistant à ouvrir un compte bancaire aux plus démunis en est la preuve. Si l’accès aux services bancaires est fondamental dans une économie moderne, il ne suffit de parader devant les caméras et déclarer que tous ont désormais un compte (et ce qui est aujourd’hui encore loin d’être le cas) pour transformer l’économie indienne en un paradis de la microfinance et de l’entreprenariat.

En réalité, les grands chantiers sont devant lui et il va falloir qu’il prouve qu’il est capable de les mener à bien s’il veut avoir une quelconque influence internationale. Le Brésil avait certes des défis économiques et sociaux à relever, mais les problèmes internes ne semblent pas aussi nombreux qu’en Inde : une croissance économique en berne qui ne permet pas de créer suffisamment d’emplois, un manque flagrant d’infrastructures, un système éducatif qui ralentit la mobilité sociale, la condition des femmes qui est désastreuse, des conflits récurrents entre minorités, et surtout une corruption installée qui nuit au bon fonctionnement de la démocratie et de l’état de droit. Sur ce dernier point, les hommes politiques et représentants officiels du précédent gouvernement ont reconnus avoir reçu des pots-de-vin de l’ordre de 4 à 12 milliards de dollars sur une décennie. Les mauvais scores de l’Inde dans les différents classements internationaux (comme Doing Business ou Worldwide Governance Index) sont là pour le rappeler.

Peut-il jouir d'une aura internationale, encore une fois au même titre que Lula ? Et porter les intérêts des pays non occidentaux souvent ignorés ?

Il s’agit pour Modi de régler les problèmes internes avant de pouvoir prétendre aux honneurs de la communauté internationale. S’il a un assez bon bilan et une certaine aura dans la province qu’il a dirigée, répliquer les politiques qu’il a menées à l’échelle de l’Inde est une autre affaire. Pour ce faire, il faudra que Modi modère ses élans nationalistes et fasse preuve d’ouverture, notamment vis-à-vis de la communauté musulmane. Les émeutes de 2002 dans la province du Gujarat, lorsqu’il en était le gouverneur, avait fait plus de 1 000 morts. Cela ne plaide pas en sa faveur, alors même que les tensions entre musulmans et hindis sont toujours aussi présentes. En outre, la complexité et le manque d’unité de l’Inde ne lui rendront pas la tâche facile.

Il a d'ailleurs été très critique à l'égard des pays occidentaux, " Des milliards vivent sur ​​le bord de la pauvreté et que voulez-vous ? Les pays à peine capables de survivre à une tempête économique mondiale ?", suggérant par là la nécessité d'une réforme du Conseil de sécurité de l'ONU. Sa critique a également porté sur la Chine et son économie. Sans être cartomancien, a-t-il les compétences économiques et le charisme politique pour faire du 21e siècle, le siècle indien (et non chinois) ?

La rupture avec la Chine est déjà ancienne. C’est bien pour marquer sa différence que l’Inde se targue d’être la "plus grande démocratie du monde", avec ses 1,25 milliards citoyens. Et les tensions entre les deux pays ont longtemps fait craindre un conflit. Néanmoins, sur le plan économique, la Chine a déjà une longueur d’avance. Sur le plan social, l’objectif du gouvernement précédent était de mettre en place une "société harmonieuse". Ainsi, Hu Jintao et son Premier ministre Wen Jiabao tentaient de préserver la paix sociale, notamment en augmentant les salaires et en instaurant une sécurité sociale. Par ailleurs, la transition vers une société urbaine a déjà eu lieu en Chine. Le régime chinois et sa politique sociale ne peuvent bien évidemment pas être érigés en exemple, mais en comparaison avec l’Inde, la Chine a également opéré un tournant, mené tambour battant par son régime autoritaire.

Par ailleurs, le style autoritaire de Modi et sa tendance à centraliser le pouvoir, malgré son appel à la coalition au lendemain de son élection, le rapproche plus du style chinois que du démocrate. Il devra s’écarter de cet atavisme s’il veut réunir les peuples des pays en développement autour de lui. Un miracle économique et démocratique ne s’improvise pas.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires