En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 2 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 3 heures 43 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 7 heures 37 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 8 heures 41 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 9 heures 44 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 2 heures 1 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 3 heures 1 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 8 heures 8 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 8 heures 46 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 9 heures 16 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 10 heures 23 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 10 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 11 heures 26 min
© Reuters
Pour Jacques Myard, la seule solution valable pour préserver la zone euro serait que l'Allemagne retourne au mark.
© Reuters
Pour Jacques Myard, la seule solution valable pour préserver la zone euro serait que l'Allemagne retourne au mark.
Par ici la sortie

Jacques Myard : "Soit chacun retrouve sa monnaie, soit l’Allemagne décide de sortir de l’euro"

Publié le 22 septembre 2014
Selon le député UMP, la première puissance économique européenne fausse la capacité de la monnaie unique d'être un outil efficace. La seule solution valable pour préserver la zone euro serait que l'Allemagne retourne au mark.
Jacques Myard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Myard est député-maire UMP de Maisons-Laffitte (Yvelines).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le député UMP, la première puissance économique européenne fausse la capacité de la monnaie unique d'être un outil efficace. La seule solution valable pour préserver la zone euro serait que l'Allemagne retourne au mark.

Atlantico : Selon vous, la solution la plus plausible pour maintenir la zone euro serait que l'Allemagne en sorte. Mais la zone euro peut-elle avoir une pertinence sur la scène monétaire internationale sans sa principale puissance économique ?

Jacques Myard : Une union monétaire, c’est un ensemble d’économies gérées par la même monnaie. En l’occurrence la zone euro ne gère pas des économies ayant la même capacité, la même puissance. Dans ces conditions, une union monétaire qui n’est pas une zone économique optimale aboutit tôt ou tard, pour pouvoir survivre, à ce que l’on appelle une "union de transfert". Dans le cas de la zone euro, l’Allemagne est l’économie dominante et face au déficit de balance des paiements des autres pays de la zone, elle a imposé une purge budgétaire pour réduire les dépenses et rééquilibrer les comptes. Bruxelles, Francfort et Berlin ont confondu les causes et les conséquences. Le problème des pays de la zone euro n’est pas tant le déficit budgétaire, que la perte de compétitivité à l’international dans la zone et hors la zone. Aujourd’hui, refusant d’aider par des transferts les pays faibles, l’Allemagne se fonde sur le traité de stabilité budgétaire pour ne pas avoir à payer. Elle étrangle ainsi les économies du Sud, et même la France, ce qui ne peut pas durer.

L'Allemagne de son côté a-t-elle vraiment intérêt à retourner, seule, à sa monnaie nationale ? Qu'est-ce qui pourrait la convaincre de sortir de la zone euro ?

La zone euro a profité à l’Allemagne puisqu’elle vend ses produits avec une compétitivité supérieure. Mais cette période risque fort de se terminer car les pays de la zone euro vont diminuer leurs achats à l’économie allemande. On le constate déjà, il y a une baisse de la croissance et la déflation risque de gagner l’Allemagne. Si la zone euro a profité à l’Allemagne, cette dernière risque d’être confrontée aux difficultés des autres pays. Dans ces conditions, la seule solution pour avoir une politique monétaire adaptée est une baisse forte de l’euro (environ 20 à 25 %). Soit on démonte tout le système et chacun retrouve sa monnaie, soit l’Allemagne décide de sortir, ce qui réévaluera sa monnaie. Dans ce dernier cas on se retrouverait avec un mark et une zone euro. On aurait alors la même relation entre la France et la Grèce que celle qui existe entre l’Allemagne et le reste de la zone euro aujourd’hui.

En revanche, si par les moyens proposés par Mario Draghi, on obtient une baisse de l’euro dans le système actuel, certes la France va en bénéficier, mais l’Allemagne encore davantage. Plus l’euro baisse, plus l’Allemagne devient compétitive au niveau international. Ce n’est pas approprié car on revient à la case départ avec une Allemagne qui cumule les surplus… ce qui fera remonter l’euro.

Si l'Allemagne ne sort pas de l'euro, et si la zone euro continue sur sa dynamique, cela deviendra intenable pour des pays comme l'Espagne, la Grèce ou le Portugal. Mais pourquoi ne serait-ce pas plus efficace de faire sortir ces pays-là de la zone euro plutôt que l'Allemagne ?

De toute façon, à partir du moment où quelques Etats sortiront de la zone euro, cette zone sera en danger. Mais quand on pose la question politique de la sortie de l’Allemagne, on rappelle au moins à celle-ci qu’elle faillit sur ses responsabilités, et on lui dit très clairement que c’est elle qui actuellement est fautive en refusant les transferts pour les zones faibles.

Faire sortir l'Allemagne de la zone euro, n'est-ce pas l'aveu que la convergence des économies européennes est impossible ? Ne vaudrait-il pas mieux tendre vers cet objectif ?

C’est évident que la convergence est impossible ! La monnaie unique est un slogan politique et une aberration économique. La convergence est  devenue un dogme religieux. Or, on ne fait pas vivre dans une union monétaire des économies divergentes qui n’ont pas du tout le même potentiel. J’avais dit un jour à Jean-Claude Trichet à propos de l’euro qu’il s’agissait "d’une monnaie parfaite, pour un monde parfait qui n’existe pas". Avec la zone euro nous n’avons plus la maîtrise interne et externe du change et on a abandonné la maîtrise budgétaire au nom des critères de Maastricht, en interdisant aux banques centrales de faire des avances directes aux Etats, ce que font la FED. On a accru d’une manière gigantesque les dettes. Mario Draghi envisage maintenant l’assouplissement de la création monétaire pour les Etats par l’achat direct des OAT. Mais il est sans doute déjà trop tard. Il faudrait envisager aussi que les banques centrales puissent faire des avances directes pour l’investissement, chose impossible aujourd’hui compte tenu de la perte de compétitivité de nos entreprises et d’une fiscalité qui chasse l’épargne des Français. Ajoutez donc à cela une monnaie inadaptée et une absence de réciprocité dans les échanges européens, cela commence à faire beaucoup…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/09/2014 - 16:15
@Leucate j'aborde dans tout ce que
vous écrivez! Les naïfs confondent l'Euro actuel avec l'UE, croyant benoîtement que l'un ne va pas sans l'autre. Mais l'union économique fonctionnait plutôt bien, avant que l'Euro et toutes les lois absurdes (BCE, Bâle I, II puis III...bientôt IV...) qui ont accompagné cette construction bancale ne viennent l'achever! La construction Européenne avait bien debut, lorsqu'elle était faite par des politiciens compétents en Économie...puis sont venus les technocrates socio-démagogues, les Mitterrand-Delors-Lamy, et leurs copains Lobbyistes et financiers...puis l'UE à dérapé!
Leucate
- 23/09/2014 - 00:53
@hughes001001 - l'euro contre l'économie
L'euro, qui était la monnaie commune remplaçant l'ECU, n'aurait jamais du devenir monnaie unique en 2002. La décision de l'instituer fut politique, alors que la majorité des économistes étaient contre et ceux qui y étaient favorables du bout des lèvres en sont aujourd'hui revenus, sauf ceux payés pour dire du bien de l'euro.
Je reste néanmoins un peu épaté de la dévotion quasi religieuse qu'ont ici certains gogos pour une monnaie qui, en douze ans, c'est court, a montré sa nocivité. Ils la vénèrent comme s'il s'agissait de nos anciennes pièces d'or appelées napoléon et demi napoléon, nom usuellement donné au franc germinal (1803) qui dura jusqu'en 1926 (le franc Poincarré).
J'ai travaillé et été payé de 1967 à 2000 en francs et je me rappelle très bien combien je touchais sous de Gaulle et Pompidou pour avoir ma dernière paye sous Chirac-Jospin.
L'inflation n'a jamais empêché de vivre plutôt bien et d'économiser pour s'acheter une maison pour la retraite.
Simplement, ce que je touchais en tant qu'élève en formation initiale (1225 francs - le smig était à moins de 1000 francs), le même élève le touche aujourd'hui en euros (élève est le premier grade dans la FP, suivi de stagiaire)
Leucate
- 23/09/2014 - 00:37
@Hughes001001 - Deux ans et demi ?!!!
Cela fait plus de deux ans et demi que le pays va à vau-l'eau que ce soit avec des gouvernements PS, RPR ou UMP, incapables de prendre le problème à bras le corps parce qu'il faudrait réformer l'Etat de fonds en combles, ce que nos politiciens-fonctionnaires sont incapables de faire. Ils n'ont pas été formés pour cela, c'est au delà de leur entendement vu qu'ils n'ont jamais travaillé dans le privé et pour certains, aspirés dès leur sortie d'Ecole, ils n'ont jamais travaillé du tout.
Le constat est pourtant simple: nous sommes plombés par un Etat Patapouf qui engloutit les richesses du pays - je pense à la gravure de Gustave Doré illustrant le Gargantua de Rabelais - et qui impose à tout va sans que cela soit suffisant pour satisfaire sa gloutonnerie, d'où notre dette qui est une accumulation sur trois décennies. Le Français est le plus imposé des européens alors que son "net" est plus que médiocre
tandis que le "coût total employeur" est trop élevé http://www.contrepoints.org/2014/09/19/181292-impots-cotisations-la-tonte-des-moutons-et-ses-consequences?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
Seul un personnel politique issu de la société civile, non fonctionnaire, pourrait réformer