En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 9 heures 47 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 11 heures 25 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 14 heures 18 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 16 heures 39 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 18 heures 21 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 18 heures 29 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 10 heures 26 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 15 heures 44 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 16 heures 16 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 18 heures 5 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 18 heures 29 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 18 heures 55 min
© Reuters
Les militants suivent des gens proches de leurs idées sur Twitter et lisent les sites d’information qui leur ressemblent.
© Reuters
Les militants suivent des gens proches de leurs idées sur Twitter et lisent les sites d’information qui leur ressemblent.
Le buzz du biz

Pourquoi les réseaux sociaux échouent à favoriser un débat public ouvert et pluraliste

Publié le 18 septembre 2014
Internet aurait pour effet de renforcer les tendances de "communautarisation" des sociétés, c’est-à-dire de rassemblement par liens affectifs et de solidarités choisies, selon une étude du Professeur Hampton (Rutgers, USA), relayée par le New York Times. Décryptage comme chaque semaine dans votre chronique "Le buzz du biz".
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Internet aurait pour effet de renforcer les tendances de "communautarisation" des sociétés, c’est-à-dire de rassemblement par liens affectifs et de solidarités choisies, selon une étude du Professeur Hampton (Rutgers, USA), relayée par le New York Times. Décryptage comme chaque semaine dans votre chronique "Le buzz du biz".

Avec l’explosion des nouveaux sites web d’information et de débats, média et forums en tous genre, chacun est porté à croire qu’Internet favorise la démocratie, l’expression publique, l’engagement politique sur clavier de smartphone. Il suffit d’ailleurs de voir comment les instruments numériques révolutionnent les techniques de campagne, de ce côté-ci de l’Atlantique comme aux Etats-Unis. Pour autant, une série d’analyses récentes conduisent à en douter fortement : internet aurait même l’effet inverse.

Une étude du Professeur Hampton (Rutgers, USA), relayée par le New York Times, s’est penchée sur la question. Elle montre que les réseaux sociaux ne sont pas particulièrement favorables au débat politique ouvert et pluraliste. D’abord, sur Twitter ou Facebook comme dans la vie réelle, les gens réticents à exprimer publiquement leurs positions politiques le restent : les timides dans la vie réelle le sont également dans le virtuel. Ensuite, les réseaux sociaux auraient pour effet de renforcer la communautarisation politique : les internautes auraient ainsi tendance à se rassembler par préférence politique. En clair, les militants suivent des gens proches de leurs idées sur Twitter et lisent les sites d’information qui leur ressemblent. Pour le journal américain, la conclusion n’est pas nuancée : les réseaux sociaux tuent le débat.

La conclusion est sévère. Elle ignore notamment que le numérique relance le business politique ! Aux Etats-Unis, comme le rapportait The Economist la semaine dernière, une application d’un genre nouveau vient d’être lancée : elle permet aux consommateurs de savoir quelles sont les préférences politiques des producteurs d’un produit qu’ils envisagent d’acheter (il faut dire qu’outre-Atlantique, les dons aux partis sont totalement transparents). En clair, si vous ne voulez plus financer un grand patron socialiste, vous le pourrez en évitant d’acheter sa production (l’objectif est qu’à terme, l’application puisse également vous donner des informations sur les pratiques sociales de l’entreprise).

Cette attirance politique n’est rien d’autre, finalement, qu’une préférence de consommation – ou de comportement social. C’est donc une opportunité de business également ! L’ancien conseiller politique du Premier ministre britannique David Cameron vient d’ailleurs de lancer une start-up qui permet aux consommateurs de repérer les candidats proches de leurs idées et de leur faire des dons (voir cet article du Financial Times). Crowdpac espère ainsi permettre aux citoyens de s’engager plus facilement et donc de renforcer la participation civiqueen faveur de leurs idées. En France, ces pratiques révolutionnaires seraient interdites, la loi préservant des pratiques désuètes issues d’une époque où le télégramme allait déjà trop vite pour l’administration.

En renforçant les affiliations par préférences politiques, les réseaux sociaux ont pour effet d’accroitre la polarisation de la société. Laquelle est toujours plus forte : aux Etats-Unis, une enquête du Pew Forum a montré que les Américains sont ainsi toujours plus séparés selon leurs opinions publiques… comme sur Twitter ou Facebook, en somme. Internet a donc probablement pour effet de renforcer ces tendances de "communautarisation", c’est-à-dire de rassemblement par liens affectifs et de solidarités choisies.

Alors qu’une grande partie des commentateurs s’extasient sur l’effervescence démocratique permise par Internet, le numérique aurait en fait des effets en partie inverses. La réalité est certainement plus nuancée : Internet est un moyen de communication nouveau, qui a pour effet d’accélérer les tendances et les pratiques ; mais il ne les crée pas. Le numérique n’est pas responsable de la fragmentation sociale en France ou aux Etats-Unis, il la révèle…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 19/09/2014 - 08:56
Café du Commerce Virtuel
D'après mon expérience sur Atlantico et quelques autres sites, sur chacun d'eux, les commentateurs ne forment qu'une toute petite communauté : à peine quelques dizaines de personnes. Et pour que cela fonctionne, il faut au moins que quelques uns viennent y jouer chaque jour un rôle bien établi : le ''réac'' ou le ''progressiste'', ou encore le ''papy Alzheimer'' qui répète sans arrêt le même ''copié-collé''. Ce qui est intéressant, ce sont les chiffres indiqués par ''Rue 89'' : on constate qu'il n'y a, en moyenne, qu'un commentateur pour cent ''clics'' de lecteurs. Et sur beaucoup de sujets, on constate souvent qu'un nombre élevé de commentaires correspond en fait à une conversation privée entre deux internautes, parfois totalement hors sujet... Il y a t'il des gens qui aiment tendre l'oreille à ces ''conversations de Café du Commerce'' qui se déroulent à une table à côté de la leur ?
Amouyal
- 18/09/2014 - 22:20
J ai essaye de nouer des dialogues sur facebook
C est strictement impssible, chacun se contentant d ennoncer des slogans ! C est dramatique mais c est la verité