En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

06.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

07.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Ultimes mystères
Affaire Benalla : le témoin-clé Chokri Wakrim met en cause des membres de l’Elysée sur la question de la disparition des coffres-forts
il y a 5 min
pépites > Politique
L'heure du bilan
69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022
il y a 3 heures 16 min
light > Culture
"Always look on the bright side of life"
Mort de Terry Jones, membre des Monty Python et réalisateur de "La Vie de Brian"
il y a 7 heures 28 min
pépites > Politique
Bataille de chiffres
L'Association des maires de France souhaite obtenir une modification de la "circulaire Castaner" pour les municipales
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Santé
Industrie pharmaceutique

Autorisation de médicaments : les consommateurs ont droit à la transparence

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Social
Surtout que Martinez ne se fâche pas !

CGT : Cancer Généralisé du Travail

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Social
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 14 heures 1 min
pépites > International
Soupçons
Piratage du téléphone de Jeff Bezos par l'Arabie saoudite : des experts de l'ONU réclament une enquête
il y a 2 heures 29 min
pépite vidéo > International
Tension
Incident entre Emmanuel Macron et des policiers israéliens au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" de Arnaud Viard : l'amour, la tendresse et la nostalgie en partage...

il y a 8 heures 21 min
pépite vidéo > Europe
Vigilance
Les images impressionnantes de la tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales et en Espagne
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Economie
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Social
France

Les cercles vicieux du modèle social français

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 13 heures 44 min
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 1 jour 4 heures
© Deviantart.com
Nos mots préférés peuvent nous trahir.
© Deviantart.com
Nos mots préférés peuvent nous trahir.
Paroles et paroles et paroles...

Pas besoin de la NSA : l’analyse de vos mots fétiches et autres tics de langage trahit déjà beaucoup la personne que vous êtes

Publié le 17 septembre 2014
Que ce soit une expression, un mot ou une intonation particulière, tous ces éléments en disent bien plus long sur nous qu'on pourrait le penser.
Thierry Bulot est sociolinguiste, et travaille essentiellement sur la diversité des langues urbaines, sur les faits de discriminations sociolinguistiques et à la professionnalisation de la recherche dans ce domaine  ; il a mené plusieurs recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Bulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Bulot est sociolinguiste, et travaille essentiellement sur la diversité des langues urbaines, sur les faits de discriminations sociolinguistiques et à la professionnalisation de la recherche dans ce domaine  ; il a mené plusieurs recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que ce soit une expression, un mot ou une intonation particulière, tous ces éléments en disent bien plus long sur nous qu'on pourrait le penser.

Atlantico : La façon de s'exprimer de chacun est unique. Nous possédons tous et utilisons des mots signature, des marqueurs langagiers de notre identité. Notre volonté de diversification s'exprime à travers le choix de ces mots et ce jusque dans le choix de notre menu au restaurant. C'est ce qu'a révélé une recherche des professeurs Dan Airely et Jonathan Levay respectivement des universités de Duke et Stanford. Qu'est-ce qu'un marqueur ?

Thierry Bulot : La sociolinguistique a depuis longtemps montré qu’en ce qui concerne l'oralité, lorsqu'une personne, locuteur ou locutrice produit un énoncé, en même temps il ou elle produit des informations pour la personne qui l'écoute. Il met dans son discours des termes, des syntagmes, des locutions qui donnent de l’information mais aussi disent qui il est. Ainsi quand on achète du pain ou que l’on va chez le médecin, nous disons, dans l’interaction qui nous sommes, ce que nous sommes et ce que nous voulons que l’autre comprenne de cela Consciemment ou non, intentionnellement ou non, parfois inconsciemment, ça reflète notre appartenance au groupe social auquel on souhaite appartenir. Par exemple, on peut montrer sa connaissance des parlers jeunes  pour montrer qu'on est resté jeune ou qu’on l’a été et que l’on comprend l’identité jeune, mais ça ne veut pas dire qu’on y arrive. On montre aussi son identité de genre et on parle comme on pense que les hommes parlent ou que les femmes parlent selon que l’on souhaite montrer notre appartenance à tel ou tel genre.

A l'écrit, les choses sont identiques mais se compliquent à cause de  la problématique de l'orthographe. A l'oral comme la dimension de l'orthographe est exempte, l’insécurité linguistique peut être contournée mais comme l'écrit est beaucoup plus normé, les situations d’insécurité linguistique y sont plus stigmatisante encore.

D'où nous viennent nos tics de langage, nos mots marqueurs ?

Ils viennent des interactions sociales, des moments de socialisations langagières où nous avons appris et continuons d’apprendre à parler. Dans tous les cas, c’est toujours une façon de dire son identité face à l’autre, face à son altérité. Les marqueurs sont donc genrés, mais permettent aussi d'appréhender l'espace régional, l’espace urbain, la communauté linguistique. Si j'utilise l'expression "Oh dè, l'autre" devant des Havrais, ça veut dire, "je suis comme vous". Cela crée des inter-reconnaissance qui servent de marqueurs de reconnaissance ou de différenciation. Employer des mots en arabe même si on ne connaît pas la langue peut montrer seulement signifier qu'on appartient à une communauté. Ou alors, même si on se sent très insecure en anglais, on va essayer de montrer qu'on comprend la langue parce qu'aujourd'hui c'est important.

Cette identité elle est plurielle et dynamique : plurielle car on n'a pas forcément la même identité avec une personne avec qui on parle ou on écrit par exemple, et dynamique parce que ça peut changer, parce que cela change à chaque interaction.

Comment reprend-on des mots et des expressions aux autres, pourquoi ?

Cela relève de l'individuation sociolinguistique. Délibérément, on peut essayer de parler en reprenant les termes perçus chez d'autres comme des termes identitaires. Il y a un phénomène récurrent. La variété de langue se transmet de cette façon. Si on veut intégrer un groupe il faut apprendre à parler comme le groupe. C'est presque anthropologique. En ce moment, il y a un tic de verbal : "hop". Quand j'étais étudiant, c'était "cool".

C'est la même logique pour le langage argotique ou le lexique professionnel. Bien sûr cela est caricatural, mais si vous voulez être camionneur et vous intégrer au groupe professionnel des camionneurs, vous allez parler comme un camionneur. Pour continuer la caricature, si vous parlez à des gendarmes, ils sauront tout de suite si vous êtes gendarmes ou pas dans votre façon de vous exprimer. De même un nouvel étudiant à la recherche de la bibliothèque universitaire s'il demande la "BU (bu)" au lieu de la "B.U (prononcer Bé U)" sera tout de suite identifié comme nouveau. Cela reflète un phénomène d'individuation sociolinguistique.

Pourquoi cela nous énerve-t-il quand on reprend nos "mots marqueurs" ?

Avec les marqueurs, on estime que quelque chose fait partie de nous, on a également besoin d'être différent. Votre expression, c'est ce qui vous signe mais on ne peut pas empêcher les autres de la reprendre. L'identité se construit forcément par rapport à l'altérité. Si on perçoit chez l'autre nos marqueurs, c'est une tension que personne ne peut résoudre. Votre façon de parler est le résultat de l'imitation partagée interactionnelle entre les individus d'un groupe social. L'accent que vous avez en est le résultat par exemple. Vous parlez comme plein de gens. On a besoin de se sentir différent en tant qu'individu mais inconsciemment vous ressemblez à tous ceux qui vous ressemblent. Et il y en a pleins !

Existe-t-il des moyens de déceler nos "mots marqueurs" ? Peut-on retrouver à quel auteur un texte appartient en se basant sur sa façon d'écrire ?

Du point de vue de la recherche il y a des travaux d'analyse du discours sur le phénomène d'individuation sociolinguistique. On se rend compte de notre façon particulière de parler quand on rencontre des personnes qui parlent différemment. Si on a le sentiment qu'elle parle mieux, en lien avec un statut qui semble supérieur, on prend les tics de langage de cette personne, ce qui semble valorisant. Et inversement, si une personne semble inférieure, on va tenter de lui transmettre nos marqueurs, de survaloriser nos marqueurs. On peut penser au cas où on rencontre un étranger et qu'on commence à dire "en français on dit comme ça". On va vers notre façon de parler. C'est une manière de lui imposer notre façon de parler.

Je suis critique à propos des logiciels d'analyse automatique. Ils sont conçus avec des modèles d'analyse de langue très normés. On regarde si la langue est plus ou moins proche de la norme standard mais il y a autant de normes que de groupes sociologiques. On a plus tendance à mesurer la différence entre les représentations sociolinguistiques qu'ont les concepteurs et ceux qui ont écrit. L'école nous apprend que le standard, tout le monde le parle, on voit bien qu'en réalité ça ne marche pas comme ça.

Comment se fait-il qu'on ne supporte plus certains de nos mots marqueurs une fois qu'on nous a fait remarquer leur utilisation fréquente, que cela aille jusqu'à se contraindre à ne plus utiliser certains mots aussi régulièrement ?

Le fait que ces mots soient repérés signifie pour les autres personnes qu’on a un usage qu’ils perçoivent comme non standard, exagéré. C’est le pendant de l’individuation : on n’emploie plus ces termes pour ne plus être perçu comme différent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

06.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

07.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cremone
- 17/09/2014 - 23:39
Bravo
"la dimension de l'orthographe est exempte" : exempte de quoi ? Bravo le linguiste !