En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L'iPhone, nouveau coach sportif ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 7 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 20 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 18 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 3 heures 42 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 14 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 4 heures 45 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 5 heures 52 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 59 min 16 sec
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 3 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 4 heures 35 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 5 heures 5 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 5 heures 42 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 7 heures 31 min
© Deviantart.com
Nos mots préférés peuvent nous trahir.
© Deviantart.com
Nos mots préférés peuvent nous trahir.
Paroles et paroles et paroles...

Pas besoin de la NSA : l’analyse de vos mots fétiches et autres tics de langage trahit déjà beaucoup la personne que vous êtes

Publié le 17 septembre 2014
Que ce soit une expression, un mot ou une intonation particulière, tous ces éléments en disent bien plus long sur nous qu'on pourrait le penser.
Thierry Bulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Bulot est sociolinguiste, et travaille essentiellement sur la diversité des langues urbaines, sur les faits de discriminations sociolinguistiques et à la professionnalisation de la recherche dans ce domaine  ; il a mené plusieurs recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que ce soit une expression, un mot ou une intonation particulière, tous ces éléments en disent bien plus long sur nous qu'on pourrait le penser.

Atlantico : La façon de s'exprimer de chacun est unique. Nous possédons tous et utilisons des mots signature, des marqueurs langagiers de notre identité. Notre volonté de diversification s'exprime à travers le choix de ces mots et ce jusque dans le choix de notre menu au restaurant. C'est ce qu'a révélé une recherche des professeurs Dan Airely et Jonathan Levay respectivement des universités de Duke et Stanford. Qu'est-ce qu'un marqueur ?

Thierry Bulot : La sociolinguistique a depuis longtemps montré qu’en ce qui concerne l'oralité, lorsqu'une personne, locuteur ou locutrice produit un énoncé, en même temps il ou elle produit des informations pour la personne qui l'écoute. Il met dans son discours des termes, des syntagmes, des locutions qui donnent de l’information mais aussi disent qui il est. Ainsi quand on achète du pain ou que l’on va chez le médecin, nous disons, dans l’interaction qui nous sommes, ce que nous sommes et ce que nous voulons que l’autre comprenne de cela Consciemment ou non, intentionnellement ou non, parfois inconsciemment, ça reflète notre appartenance au groupe social auquel on souhaite appartenir. Par exemple, on peut montrer sa connaissance des parlers jeunes  pour montrer qu'on est resté jeune ou qu’on l’a été et que l’on comprend l’identité jeune, mais ça ne veut pas dire qu’on y arrive. On montre aussi son identité de genre et on parle comme on pense que les hommes parlent ou que les femmes parlent selon que l’on souhaite montrer notre appartenance à tel ou tel genre.

A l'écrit, les choses sont identiques mais se compliquent à cause de  la problématique de l'orthographe. A l'oral comme la dimension de l'orthographe est exempte, l’insécurité linguistique peut être contournée mais comme l'écrit est beaucoup plus normé, les situations d’insécurité linguistique y sont plus stigmatisante encore.

D'où nous viennent nos tics de langage, nos mots marqueurs ?

Ils viennent des interactions sociales, des moments de socialisations langagières où nous avons appris et continuons d’apprendre à parler. Dans tous les cas, c’est toujours une façon de dire son identité face à l’autre, face à son altérité. Les marqueurs sont donc genrés, mais permettent aussi d'appréhender l'espace régional, l’espace urbain, la communauté linguistique. Si j'utilise l'expression "Oh dè, l'autre" devant des Havrais, ça veut dire, "je suis comme vous". Cela crée des inter-reconnaissance qui servent de marqueurs de reconnaissance ou de différenciation. Employer des mots en arabe même si on ne connaît pas la langue peut montrer seulement signifier qu'on appartient à une communauté. Ou alors, même si on se sent très insecure en anglais, on va essayer de montrer qu'on comprend la langue parce qu'aujourd'hui c'est important.

Cette identité elle est plurielle et dynamique : plurielle car on n'a pas forcément la même identité avec une personne avec qui on parle ou on écrit par exemple, et dynamique parce que ça peut changer, parce que cela change à chaque interaction.

Comment reprend-on des mots et des expressions aux autres, pourquoi ?

Cela relève de l'individuation sociolinguistique. Délibérément, on peut essayer de parler en reprenant les termes perçus chez d'autres comme des termes identitaires. Il y a un phénomène récurrent. La variété de langue se transmet de cette façon. Si on veut intégrer un groupe il faut apprendre à parler comme le groupe. C'est presque anthropologique. En ce moment, il y a un tic de verbal : "hop". Quand j'étais étudiant, c'était "cool".

C'est la même logique pour le langage argotique ou le lexique professionnel. Bien sûr cela est caricatural, mais si vous voulez être camionneur et vous intégrer au groupe professionnel des camionneurs, vous allez parler comme un camionneur. Pour continuer la caricature, si vous parlez à des gendarmes, ils sauront tout de suite si vous êtes gendarmes ou pas dans votre façon de vous exprimer. De même un nouvel étudiant à la recherche de la bibliothèque universitaire s'il demande la "BU (bu)" au lieu de la "B.U (prononcer Bé U)" sera tout de suite identifié comme nouveau. Cela reflète un phénomène d'individuation sociolinguistique.

Pourquoi cela nous énerve-t-il quand on reprend nos "mots marqueurs" ?

Avec les marqueurs, on estime que quelque chose fait partie de nous, on a également besoin d'être différent. Votre expression, c'est ce qui vous signe mais on ne peut pas empêcher les autres de la reprendre. L'identité se construit forcément par rapport à l'altérité. Si on perçoit chez l'autre nos marqueurs, c'est une tension que personne ne peut résoudre. Votre façon de parler est le résultat de l'imitation partagée interactionnelle entre les individus d'un groupe social. L'accent que vous avez en est le résultat par exemple. Vous parlez comme plein de gens. On a besoin de se sentir différent en tant qu'individu mais inconsciemment vous ressemblez à tous ceux qui vous ressemblent. Et il y en a pleins !

Existe-t-il des moyens de déceler nos "mots marqueurs" ? Peut-on retrouver à quel auteur un texte appartient en se basant sur sa façon d'écrire ?

Du point de vue de la recherche il y a des travaux d'analyse du discours sur le phénomène d'individuation sociolinguistique. On se rend compte de notre façon particulière de parler quand on rencontre des personnes qui parlent différemment. Si on a le sentiment qu'elle parle mieux, en lien avec un statut qui semble supérieur, on prend les tics de langage de cette personne, ce qui semble valorisant. Et inversement, si une personne semble inférieure, on va tenter de lui transmettre nos marqueurs, de survaloriser nos marqueurs. On peut penser au cas où on rencontre un étranger et qu'on commence à dire "en français on dit comme ça". On va vers notre façon de parler. C'est une manière de lui imposer notre façon de parler.

Je suis critique à propos des logiciels d'analyse automatique. Ils sont conçus avec des modèles d'analyse de langue très normés. On regarde si la langue est plus ou moins proche de la norme standard mais il y a autant de normes que de groupes sociologiques. On a plus tendance à mesurer la différence entre les représentations sociolinguistiques qu'ont les concepteurs et ceux qui ont écrit. L'école nous apprend que le standard, tout le monde le parle, on voit bien qu'en réalité ça ne marche pas comme ça.

Comment se fait-il qu'on ne supporte plus certains de nos mots marqueurs une fois qu'on nous a fait remarquer leur utilisation fréquente, que cela aille jusqu'à se contraindre à ne plus utiliser certains mots aussi régulièrement ?

Le fait que ces mots soient repérés signifie pour les autres personnes qu’on a un usage qu’ils perçoivent comme non standard, exagéré. C’est le pendant de l’individuation : on n’emploie plus ces termes pour ne plus être perçu comme différent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cremone
- 17/09/2014 - 23:39
Bravo
"la dimension de l'orthographe est exempte" : exempte de quoi ? Bravo le linguiste !