En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 34 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 17 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 45 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 29 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 36 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 59 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 34 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 52 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 58 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 28 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 49 sec
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 58 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 55 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 5 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 56 min
© Maxppp
Certains Français se retrouvent désemparés devant leur 3ème tiers d'impôts à payer.
© Maxppp
Certains Français se retrouvent désemparés devant leur 3ème tiers d'impôts à payer.
2ème effet kiss cool

Coup de massue fiscal : pourquoi l’économie française va payer cash l’augmentation violente des impôts de 10 millions de contribuables

Publié le 12 septembre 2014
Alors que cette année, les impôts sur le revenu de 10 millions de contribuables français ont augmenté au total de plus de quatre milliards d’euros, certains se retrouvent désemparés devant leur 3ème tiers. L'addition est salée et c'est au détriment de toute l'économie : les Français consomment moins et se tournent vers leur épargne de précaution.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que cette année, les impôts sur le revenu de 10 millions de contribuables français ont augmenté au total de plus de quatre milliards d’euros, certains se retrouvent désemparés devant leur 3ème tiers. L'addition est salée et c'est au détriment de toute l'économie : les Français consomment moins et se tournent vers leur épargne de précaution.

Atlantico : De nombreux contribuables ont eu un choc en recevant leur 3ème tiers d'impôt sur le revenu : ils ne s'attendaient pas à une telle augmentation. A tel point que les demandes d'étalement ont bondi. Etant donné le profil de ces contribuables, quelles conséquences peut-on attendre au plan économique de cette charge surprise dans leur budget ? 

Philippe Crevel : Avec la réduction du plafond du quotient familial à 1500 euros, avec celle du plafond des niches fiscales à 10 000 euros, avec la fiscalisation de la majoration de 10 % pour les retraités ayant eu trois enfants, avec l’assujettissement au barème de l’impôt sur le revenu des produits de l’épargne, avec la fiscalisation des complémentaires "santé", de nombreux contribuables doivent acquitter un dernier tiers en forte hausse. A la différence des contribuables mensualisés, les ménages ayant opté pour le paiement par tiers ne bénéficient pas d’un étalement du surcroît d’impôt sur plusieurs mois. Le Gouvernement conscient de l’impact négatif de cette augmentation a pris des mesures pour alléger l’impôt sur le revenu pour les contribuables les plus modestes. Ces mesures visent à neutraliser les effets du gel du barème intervenu de 2011 à 2013. Le poids de l’impôt sur le revenu est passé de 50 à 70 milliards d’euros de 2008 à 2014. Pour cette année, la majoration pourrait, être, en moyenne de 10 %. La hausse de l’impôt sur le revenu concerne potentiellement 14 millions des 19 millions de ménages qui l’acquittent. Plus de 4 millions de ménages devraient bénéficier des mesures d’allègement décidées par le Gouvernement. Parmi les 14 millions sujets à des majorations, ce sont les familles et les retraités qui seront en première ligne tout comme ceux se situant parmi les 10 % de ménages les plus aisés. Il ne faut pas oublier que près des trois quarts de l’impôt sur le revenu sont payés par 10 % des contribuables.
 
Par nature, toute hausse des prélèvements a un effet récessif. L’erreur des pouvoirs publics est de faire porter l’assainissement des finances publiques essentiellement sur la fiscalité. Les pays qui ont réussi à juguler leur déficit public ont opté pour des réductions fortes des dépenses et non pour des hausses massives des prélèvements. En France, nous passons notre temps à courir derrière le déficit avec une contraction de la masse imposable. Une inversion des priorités serait nécessaire pour générer un cycle de croissance vertueuse. 

>>> A lire sur Atlantico : EXCLUSIF - Le gouvernement promet de larges baisses d’impôt… dans la réalité 10 millions de Français vont payer 4 milliards d’euros en plus en 2014

Quel pourrait être l'impact de cette augmentation sur la consommation ? 

Depuis le début de l’année, la consommation est relativement étale. Cette situation devrait se poursuivre dans les prochains compte tenu de la stagnation des revenus et de la progression des impôts à la fois nationaux et locaux. Ces derniers devront être réglés au courant au cours du dernier trimestre. Avec l’augmentation des dépenses liées au logement et des dépenses pré-affectées (abonnements téléphone, Internet, eau, électricité, assurances…), les marges des Français se sont réduites. 

Et sur l'épargne ?

La hausse du taux d’épargne constatée au premier trimestre s’explique tant par la crainte qu’inspire le contexte économique aux Français que par la nécessité de mettre l’argent de côté pour faire face aux augmentations d’impôt. En période de relèvement des prélèvements obligatoires, le taux d’épargne a toujours tendance à augmenter. Néanmoins, il est fort probable que ce dernier baisse marginalement en septembre et en octobre. Pour faire face aux dépenses, les Français épargnent en laissant une part croissante de leur argent sur leurs comptes courants. Cette évolution est liée à la volonté de maintenir un fort volant d’épargne de précaution. Elle est aussi la conséquence de la baisse des taux de rendement de l’épargne.

Quels effets sur l'économie dans son ensemble ? Les bénéfices en termes budgétaires que le gouvernement attend de cette hausse d'impôt pourraient-ils être annulés par le fort recul de la demande qui contracterait la croissance ? 

La hausse continue des prélèvements semble avoir miné le moral de nombreux Français. Ils jugent peu lucratifs de travailler plus. Cela crée un climat dépressif.
 
Aujourd’hui, la séquence ou plutôt le cercle vicieux est d’une simplicité biblique, les augmentations d’impôt freinent la croissance, augmentent le chômage ce qui réduit d’autant l’assiette fiscale obligeant les pouvoirs publics à redonner un tour de vis. Avec des prélèvements obligatoires représentant 46 % du PIB et des dépenses publiques s’élevant à 56 % du PIB, il n’est guère possible d’imaginer une réduction de notre déficit public qui atteindra 4,4 % du PIB cette année soit plus que l’année dernière, en usant et abusant de la manette fiscale. 

Comment les entreprises risquent-elles d'en pâtir ? Cela remet-il en cause l'efficacité (déjà hypothétique) du Pacte de responsabilité ? 

Faute de demande et faute de perspectives, les entreprises réduisent leur effort d’investissement et reportent à plus tard leurs projets de modernisation ou de développement. Un tel contexte ne peut que peser sur l’emploi. De toute façon, il était économiquement irrationnel de lier baisses de cotisations sociales et créations d’emploi. Premièrement, les entreprises doivent restaurer leur taux de marge qui a été, en partie, amputé par une série d’augmentations des dites charges. La meilleure profitabilité des entreprises pourra les conduire, dans un deuxième temps, à investir plus fortement et cela d’autant plus que le cadre juridique et fiscal sera stable. La création d’emploi qui est toujours un pari ne peut venir qu’après. Vouloir tout, tout de suite, aboutit à ne rien avoir du tout….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 13/09/2014 - 07:42
L'épargne des Français, c'est le graal de l'état et des marchés.
C'est de l'argent qui dort que tout le monde voudrait recycler dans l'économie. Sarko voulait le faire avec son grand emprunt (un pseudo-impôt), Flamby pense que l'impôt vous forcera à piocher dans votre épargne pour maintenir votre train de vie. Les marchés nous prêtent à taux bas en partie grâce à cette épargne et parce qu'ils sont confiants dans la capacité de la France à lever l'impôt. Ah, encore un détail: l'eurogroupe avait voté à l'unanimité la ponction des économies chypriotes... Moscovici avait pris part au vote en tant que ministre des finances.
essentimo
- 12/09/2014 - 08:21
économies
jusqu'à ce que les épargnants retirent tout leur argent des comptes postaux, bancaires pour éviter qu'ils ne soient réquisitionnés au nom du salut public et de la patrie !