En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 10 heures 52 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 19 heures 40 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 19 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 21 heures 37 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 12 heures 4 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 16 heures 51 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 19 heures 13 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 19 heures 37 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 19 heures 47 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 20 heures 21 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 21 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 21 heures 15 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 21 heures 45 min
Puissances économiques mondiales

L’Europe s'efface au profit de l'Asie

Publié le 04 septembre 2011
L'émergence de l'Asie depuis la seconde partie du XXe siècle se confirme au XXIe, au détriment de l'Europe. Le Conseil économique de la Défense apporte son éclairage dans un livre "Un monde sans Europe ?". Extraits (2/2).
Christophe Jaffrelot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Jaffrelot est le directeur du CERI (Centre d'études et de recherches internationales).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'émergence de l'Asie depuis la seconde partie du XXe siècle se confirme au XXIe, au détriment de l'Europe. Le Conseil économique de la Défense apporte son éclairage dans un livre "Un monde sans Europe ?". Extraits (2/2).

Si le XIXe siècle a été celui de l’Europe et si le XXe a été dominé par les États-Unis, le centre de gravité du monde pourrait bien se situer sur le Pacifique au XXIe siècle, en raison de la capacité de résistance des États-Unis et, surtout, de l’émergence de l’Asie – un phénomène que les Asiatiques eux-mêmes qualifient volontiers de réémergence en soulignant que leur continent régnait sur l’économie mondiale au XVIIIe siècle.

Ayant fait le choix, dans cet ouvrage, de nous limiter à quelques coups de projecteur, nous considérons l’Asie du Pakistan au Japon, en excluant les pays d’Asie centrale et la zone du Pacifique, bien qu’elle s’intègre de plus en plus au reste du continent (en particulier l’Australie). Cette Asie du Pakistan au Japon est une aire de puissance (et de puissances !) en expansion rapide mais contrastée, voire divisée, tant au plan social qu’aux niveaux économique et politique.

Si la Chine et le Japon figurent respectivement au deuxième et au troisième rang des puissances économiques mondiales, l’Asie compte certains des pays les plus pauvres au monde comme la Birmanie, le Bangladesh et la Corée du Nord. Avec 3,4 milliards d’habitants, elle représente 56 % de la population de la planète.

Nous prendrons d’abord la mesure de la montée en puissance de l’Asie au plan économique et diplomaticostratégique, avant de centrer notre attention sur les forces et les faiblesses des deux principaux moteurs du continent que sont la Chine et l’Inde.

L’Asie abrite aujourd’hui 6 des 25 plus grandes économies mondiales. Le Pib combiné de ces six pays (14 673 milliards de dollars) représente 24 % du Pib mondial, c’est-à-dire autant que le Pib des États-Unis (14 745 milliards de dollars) et légèrement moins que le Pib de l’Union européenne (26 % du Pib mondial).

La stratégie de développement de l’Asie émergente, calquée sur le modèle japonais d’après-guerre, repose sur un processus bien connu : importation de produits, imitation, industrialisation rapide grâce à une main-d’oeuvre abondante et bon marché, protection du marché intérieur, essor des exportations, puis remontée progressive de la filière vers plus de valeur ajoutée, développement du marché intérieur pour « sanctuariser » la croissance, et enfin délocalisation pour faire baisser les coûts de production. Le Japon et les nouveaux pays industrialisés de la première génération (Hong Kong, Singapour, Taïwan, Corée du Sud) ont déjà achevé ou sont en train d’achever ce cycle. La Chine suit ce schéma : elle travaille à passer du statut d’usine du monde à celui de laboratoire du monde. L’évolution des pays de la région vers des industries à plus fort coefficient de matière grise se lit dans l’accroissement significatif de leurs dépenses en recherche et développement. La Chine consacre d’ores et déjà plus de moyens financiers à ce poste de dépenses que l’Union européenne [...].

Le dynamisme économique de l’Asie tient aussi à l’intégration de plus en plus grande des pays de la zone, dont témoignent les flux commerciaux. En 1970, 25 % du commerce extérieur de l’Asie était intrarégional. Ce chiffre est passé à 51,6 % en 2009. L’intégration régionale se fait notamment à travers la création de vastes zones de libre échange. C’est ainsi que la Chine a signé un accord de libre-échange avec l’Asean fin 2009.

L’Asie prend une part croissante dans le commerce international. Si elle ne représentait que 14 % de ce dernier en 1945, elle pèse aujourd’hui plus du double. Avec 30 % du total actuellement, la Chine et les Dragons asiatiques voient leurs poids relatifs croître alors que les positions du Japon s’érodent. Forte de sa façade maritime exceptionnelle, l’Asie s’affirme comme carrefour des échanges mondiaux et régionaux. Les plus grands ports du monde se situent maintenant en Asie : Shanghai, Hong Kong, Singapour, Kaohsiung…

Cette réussite commerciale donne à la région une puissance financière nouvelle. Plus de la moitié des réserves de change mondiales se trouvent en Asie. La direction que prennent ces réserves est devenue déterminante pour l’économie mondiale. La Chine finance aujourd’hui 70 % du déficit budgétaire américain (elle détient 1050 milliards de dollars en bons du Trésor américain). Elle a également investi dans des obligations en euros pour soutenir les économies des pays européens les plus fragiles (Grèce, Portugal, Irlande).

La crise économique a eu un effet accélérateur sur le rattrapage économique de l’Asie. Si elle a durement affecté l’Europe et les États-Unis, elle n’a pratiquement pas touché les pays émergents de la zone. Les économies les plus développées comme le Japon, Hong Kong, la Corée du Sud ou Taïwan ont connu une récession, mais la Chine et l’Inde n’ont connu qu’un recul temporaire de leur activité économique, rapidement suivi d’une vigoureuse reprise.

Christophe Jaffrelot

Philippe Esper

Christian de Boissieu

Pierre Delvolvé

___________________________________________________

Extrait de Un monde sans Europe ?, Fayard Conseil Économique de la Défense (2011)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Carcajou
- 05/09/2011 - 09:40
Apprenti sorcier
Nous jouons à l'apprenti sorcier. Pour du profit à court terme, nous produisons dans les pays "émergents" avec transfert de technologie. Nous perdons sur tous les tableaux: nous nous appauvrissons et la recherche aussi s'appauvrit dans nos contrées.
Nous sommes dans de nombreux domaines une civilisation décadente qui vit de son héritage.A Dieu vat!
Karamba
- 05/09/2011 - 03:05
Le fait d'entrer dans l'OMC
et ensuite de profiter des ses avantages sans en respecter les contraintes, ce n'est pas être une puissance émergente concernant la Chine, c'est juste arnaquer tout le monde en totale impunité.
fms
- 04/09/2011 - 22:50
à voir les autres trop beaux...
on ne croit plus en ses propres forces.
L'asie gagne certes en puissance, mais ce n'est pas un jeu à somme nulle. L'europe ne régresse pas, son PIB ne s'effondre pas, son niveau reste constant ou croit faiblement. Il reste supérieur à une grande partie du monde.
Nous intégrons juste un monde multipolaire : USA-Chine-Europe-Amérique du sud...