En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 11 heures 14 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 12 heures 41 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 13 heures 13 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 15 heures 50 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 16 heures 37 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 19 heures 28 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 12 heures 57 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 13 heures 50 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 16 heures 7 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 17 heures 3 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 19 heures 14 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 19 heures 27 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 19 heures 28 min
© Reuters
Une étudiante à l'ENA.
© Reuters
Une étudiante à l'ENA.
Apprentissage

Le FT s’en prend aux grandes écoles françaises pour déficit de formations en relations humaines… Mais est-ce tellement mieux ailleurs ?

Publié le 08 septembre 2014
Dans un article du Financial Times, une enseignante de l'Edhec business school dresse un constat lapidaire des grandes écoles françaises. Selon elle, et contrairement aux étudiants anglo-saxons, les Français n'y seraient pas suffisamment formés aux relations inter-personnelles, à la réactivité dans le monde du travail ou encore à la connaissance de soi.
François Dubet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Dubet est sociologue spécialiste de l'éducation, professeur à l'Université Bordeaux II et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un article du Financial Times, une enseignante de l'Edhec business school dresse un constat lapidaire des grandes écoles françaises. Selon elle, et contrairement aux étudiants anglo-saxons, les Français n'y seraient pas suffisamment formés aux relations inter-personnelles, à la réactivité dans le monde du travail ou encore à la connaissance de soi.

Atlantico : Un article publié par le Financial Times se veut très critique quant aux grandes écoles françaises. Selon l'auteure, Monique Valcour, les grandes écoles formeraient plus de petits génies confinés à un domaine fixe que de personnes réactives et adaptables prisées par le monde du travail. Cette critique vous parait-elle fondée ? Y a-t-il réellement un décalage entre la formation des grandes écoles et la réalité du monde du travail?

François Dubet : La critique est ancienne, mais je crois qu'elle ne peut pas être formulée exactement en ces termes. Il n'est pas certain que les élèves des grandes écoles soient étrangers au monde du travail. En revanche, comme certains accèdent directement à des postes de responsabilité importants, ce système bloque la promotion interne dans le monde du travail puisque certains postes sont comme réservés aux élèves des grandes écoles. Au fond, nous croyons plus aux diplômes qu'aux qualités manifestées dans l'activité professionnelle elle-même et dans la formation professionnelle tout au long de la vie; le diplôme est un marqueur à vie qui pénalise ceux qui ne les ont pas atteints.  Il suffit de regarder la rubrique nécrologique d'un grand quotidien pour voir que le fait d'avoir fait polytechnique ou l'ENS il y a soixante ans semble plus important que l'activité professionnelle qui a suivi. 

Dans quelle optique forme-t-on les élèves dans les grandes écoles françaises relativement aux universités françaises mais aussi anglo-saxonnes ? 

Avec Eton puis Oxford et Cambridge, les Anglais n'ont rien à envier aux Français en termes de reproduction des élites. En revanche, il semble que les stratégies des entreprises soient un peu différentes puisqu'on y fait confiance aux compétences manifestées et pas au seul diplôme proprement dit; ainsi, le monde du travail paraît plus ouvert en Grande Bretagne qu'il ne l'est en France. Mais à la fin, les dirigeant les plus importants sortent "d'Oxbridge" et sont issus de familles qui ont fait "Oxbridge". Le même constat s'impose aux Etats-Unis où les grandes Université sont, en plus, extrêmement chères. 

Un recruteur anglais a publié sur Linkedin une annonce qui vante les qualités des Français notamment le cartésianisme. Monique Valcourt au contraire pointe du doigt l'accent mis sur la logique et les mathématiques au détriment  des qualités interpersonnelles. Vers quel avis vous rangez-vous et pourquoi ?

Cette discussion me semble largement convenue et porte sur des stéréotypes nationaux car on n'occupe pas un poste de dirigeant uniquement en fonction de ses qualités relationnelles où à cause de son niveau en mathématiques. De plus, aujourd'hui, les modes de formation des élites sont de plus en plus internationaux avec les stages dans les grandes organisations internationales, les "postdoc" à l'étranger... Mais il est vrai que la croyance française dans les diplômes conduit à valoriser les savoirs abstraits alors que d'autres systèmes ont des orientations plus pragmatiques et professionnelles. 

Le "formatage des grandes écoles" est-il un facteur d'uniformisation de la pensée? La cooptation des élites entraîne-t-elle également une uniformisation des élites dirigeantes et des modes de pensées?

Toutes les écoles, françaises ou étrangères,"formatent" et elles sont là pour ça: le formatage par les mathématiques n'est pas plus fort que le formatage par les relations humaines. En revanche, la sélection par la seule excellence dans les matières académiques joue sans doute un rôle dans la reproduction sociale des élites puisque les qualités attendues mobilisent des ressources familiales qui se manifestent précocement. Il semble que le meilleurs système, ou le moins injuste, consisterait à diversifier les voix d'accès aux postes de responsabilité, universités, grandes écoles, apprentissage, formations permanente... afin de diversifier un peu les publics et les compétences. Mais quand un seul système a une sorte de monopole, il induit un clonage intellectuel et social. 

Comment expliquer dans ce cas qu'elles soient si prisées ?  

Au-delà du prestige et de la qualité de la formation, les grandes écoles offrent l'avantage décisif de garantir l'accès à des emplois de haut niveau qui sont comme des emplois réservés. En même temps, les réseaux sociaux des grandes écoles favorisent les carrières. Même si ce système peut être critiqué en termes d'efficacité et de justice sociale, on comprend pourquoi chacun peut avoir intérêt à s'y glisser. Mais le problème majeur n'est pas là: en France il tient au fait que le mode de formation des élites commande le fonctionnement de l'ensemble du système scolaire et de l'enseignement supérieur. Dès lors, il convient moins de critiquer les grandes écoles que leurs effets sur le système (fort centralisé) et sur ceux qui n’accéderont jamais à ces écoles: orientation par l'échec, programmes inadaptés, faible mobilité professionnelle... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 08/09/2014 - 22:03
Y a-t-il réellement un décalage ?
Les grandes écoles produisent des rentiers.
"J'ai intégré donc j'ai droit à, pour les 40 années à venir" cela tue l'innovation et la capacité à se remettre en question. Le concours sélectif est magnifique mais crée une caste d'ayant droit. Dommage mais, so hopelessly French.