En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Quora, la start-up à 1 milliard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 3 min 57 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 13 heures 45 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 41 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 12 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 25 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 19 heures 58 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 13 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 33 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 12 heures 35 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 13 heures 59 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 9 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 23 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 18 heures 55 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 2 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 20 heures 55 min
© Reuters
La garde des Sceaux aurait envie de démissionner de son ministère.
© Reuters
La garde des Sceaux aurait envie de démissionner de son ministère.
Rideau ?

Taubira, la diva qui cherchait l’occasion pour s’offrir une sortie du gouvernement spectaculaire

Publié le 05 septembre 2014
Selon Le Canard enchaîné du 2 août, la nomination d'Emmanuel Macron à l'Economie aurait donné l'idée à la Garde des Sceaux, ultime symbole de la gauche au gouvernement, de démissionner de son ministère. Mais c'était sans compter sur son ambition de trouver une sortie plus flamboyante, à défaut d'une meilleure politique en matière de Justice.
Charles Beigbeder
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président de sa holding industrielle et financière, Gravitation SAS, Charles Beigbeder est engagé dans plusieurs mouvements liés à l'entreprise et à la vie de la cité.Il est conseiller municipal du 8ème arrondissement de Paris.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Le Canard enchaîné du 2 août, la nomination d'Emmanuel Macron à l'Economie aurait donné l'idée à la Garde des Sceaux, ultime symbole de la gauche au gouvernement, de démissionner de son ministère. Mais c'était sans compter sur son ambition de trouver une sortie plus flamboyante, à défaut d'une meilleure politique en matière de Justice.

Christiane Taubira ne voulait pas participer au nouveau gouvernement de Manuel Valls, rapporte Le Canard enchaîné du 2 septembre dernier mais s’est laissé convaincre par François Hollande pour qui elle représente son "dernier marqueur de gauche" : "J'ai beaucoup hésité, je ne voulais pas rester au gouvernement, surtout après la nomination de Macron. Mais c'est Hollande qui me l'a demandé. Je n'ai pas pu le lui refuser".

Celle qui est surnommée "une diva incontrôlable" serait dans le viseur de Matignon qui n’a pas apprécié sa présence, samedi 30 août, à la réunion des "frondeurs" organisée en marge des universités d'été du PS à La Rochelle. "Qu’est-ce que ça veut dire de jouer perso comme elle le fait. Mardi, elle réaffirme devant moi son soutien à la politique du gouvernement et, quatre jours plus tard, elle n’est pas d’accord avec cette même politique! Elle tire trop sur l’élastique. Ce n’est pas admissible" se serait exprimé Manuel Valls.

De fait, la "diva" chercherait la première occasion pour quitter le gouvernement mais voudrait rester maître de son calendrier comme de la mise en scène théâtrale que l’icône de la gauche ne manquera pas de déployer, se drapant dans sa dignité de pasionaria indignée. 

Celle qui a fait perdre Lionel Jospin en 2002 restera, malgré d’incontestables talents oratoires, le symbole tant de la déliquescence de la justice que de la dénaturation du mariage et du communautarisme victimaire.

Déliquescence de la justice quand elle fait voter une loi mettant en danger la vie de nos concitoyens parce qu’elle prévoit la suppression des peines plancher pour les récidivistes (alors que Christiane Taubira a elle-même rappelé l’an dernier que le taux de récidive s’élevait à 57%), et aussi parce qu’elle instaure la contrainte pénale pour tous les délits (1), ce qui veut dire donner la possibilité au juge d’infliger à la place d’une peine de prison une sanction alternative en milieu ouvert. Selon une étude d’impact citée par le ministère de la justice, "8.000 à 20.000 contraintes pénales devraient être prononcées chaque année". Objectif inavoué : vider les prisons qui ne peuvent accueillir aujourd’hui la totalité des personnes condamnées (2). Il y a un an, Le Figaro affirmait qu’ "entre 80 000 et 100 000 peines de prison ferme sont actuellement "en attente d’exécution" ", ce qui signifie que les condamnés peuvent roder comme des prédateurs en toute liberté.

Plusieurs affaires donnent d’ailleurs une image déplorable de la justice de notre pays, à laquelle Christiane Taubira a malheureusement contribué. D’abord, en s’entourant de nombreux conseillers issus du syndicat de la magistrature, éclaboussé par l’affaire du "mur des cons" et dont la présidente a participé, en dépit du devoir de réserve des magistrats, à l’université d’été du parti de Gauche. Ensuite, lorsqu’on apprend par exemple qu’un magistrat relâche, en août 2013, trois voyous qui viennent d’être condamnés à une peine de prison ferme, au motif que la maison d’arrêt de Chartres est pleine. Indignation de Manuel Valls mais aucune réaction de la part de la Garde des Sceaux. Même indifférence lorsqu’en mars 2014, une jeune fille subit un viol collectif dans le parc d’Evry de la part de quatre mineurs (trois Turcs et un Marocain) dont trois récidivistes parmi lesquels l’un d’eux déjà condamné pour viol sans avoir purgé la totalité de sa peine. Mais le plus grave, c’est que les voyous avouent devant le juge le mobile raciste de leur crime. Dès lors, le silence de Christiane Taubira, pourtant si prompt à dénoncer le racisme qu’elle subirait au quotidien, donne l’apparence d’un "deux poids, deux mesures" dont seraient victime ceux qui n’ont pas la chance d’appartenir à la diversité. On pourrait multiplier les exemples à l’excès.

Certes, la Garde des Sceaux doit respecter la séparation des pouvoirs. Certes, elle n’a pas à intervenir directement dans le processus judiciaire. Mais comment accepter sans sourciller par exemple qu’une jeune femme soit victime d’un viol à Paris en juillet dernier dans le XXème arrondissement de la part d’un multirécidiviste guinéen, déféré quelques jours plus tôt pour deux tentatives de viol, placé en détention provisoire, puis relâché sous contrôle judiciaire au motif qu’il présentait des "garanties de représentation", en fait un simple justificatif de domicile ? À minima, on aurait attendu une enquête disciplinaire contre la décision de ce magistrat laxiste ou une saisine du Conseil supérieur de la magistrature. Mais on a l’impression que Christiane Taubira est plus préoccupée de soigner son image que de s’occuper de l’administration de la justice.

Elle laissera d’ailleurs à la postérité l’image d’une égérie du mariage homosexuel, faisant de cette promesse de campagne de François Hollande une affaire personnelle et se donnant la posture d’une pasionaria victime du racisme "nauséeux et meurtrier", comme elle le prétend dans son ouvrage Paroles de liberté où elle tacle "ceux qui se nomment les anti-mariages, et sont en réalité des antidémocrates [qui] ont rivalisé d'inventivité et d'acharnement pour exprimer leur hostilité à mon encontre, dans le même temps où ils s'exemptaient du civisme républicain en éructant injures et menaces homophobes". Procédés faciles qui rappellent la stratégie de SOS Racisme ou d’autres lobbys communautaristes, se retranchant derrière l’injure raciste ou homophobe pour éviter d’avoir à trancher un débat dans lequel ils ne sont pas forcément à l’aise. Car Christiane Taubira ne peut ignorer que sa circulaire visant à régulariser l’état civil des enfants issus d’une GPA est loin de faire l’unanimité à gauche, d’autant qu’une pétition de près d’une centaine de personnalités de gauche, emmenées par Sylviane Agacinski, a demandé au Président, au nom du féminisme et de la dignité de la femme, de ne pas s’engager dans cette voie. Elle ne peut, non plus, faire oublier son passé de militante indépendantiste en Guyane. Elle ne peut, enfin, s’exonérer d’un examen de conscience qui lui conduirait à reconnaître qu’elle a menti concernant sa supposée méconnaissance de la mise sur écoutes de Nicolas Sarkozy (3).

Oui, Taubira symbolise le naufrage d’une gauche libertaire, communautariste et donneuse de leçons, il est temps qu’elle fasse sa "diva" ! Les "Veilleurs debout" lui réserveront sûrement un sympathique pot de départ place Vendôme. 


(1) La contrainte pénale sera uniquement applicable aux délits passibles de 5 ans de prison puis, à partir du 1er  janvier 2017, elle sera élargie à l’ensemble des délits.

(2) Selon les statistiques de la Chancellerie, 68 295 personnes étaient incarcérées en France au 1er juillet 2014 pour une capacité d’accueil de 57 712 places, soit un manque de plus de 10 000 places que ne peut combler le plan actuel de construction qui ne prévoit que la création de 6 500 places d’ici 2017.

(3) Christiane Taubira a affirmé avoir été au courant des écoutes par la presse le 7 mars, alors que les documents qu’elle exhibait à l’appui de sa démonstration, prouvaient que son cabinet était renseigné dès le 26 février 2014. Selon Le Nouvel Observateur, il pourrait s’agir d’un problème interne au cabinet, sa directrice de cabinet, informée depuis le 26 février, ne lui ayant pas fait remonter à temps l'information.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 06/09/2014 - 09:04
LA CASSEROLE...
Quand Valls vire sans délai Montebourg pour avoir dit à peu de choses près ce que répètera quelques jours plus tard Taubira sans être virée, le quidam ne peut que s'interroger sur ce qui a brusquement transformé le Premier Ministre en homme sans autorité et sans cohérence. En tous les cas, la casserole est désormais attachée et tant que la ficelle ne sera pas coupée, elle risque de plomber longtemps et bruyamment l'image plongeante du chef du Gouvernement.
lexxis
- 06/09/2014 - 08:58
LE FN LUI DIT MERCI!
Le but objectif de la nomination et du maintien de Taubira était de faire monter le FN pour éliminer l'opposition de droite au premier tour de la prochaine présidentielle. Ce résultat est désormais atteint au-delà de toute espérance, avec un seul bémol mais de taille: au second tour MLP bat "Moi, Président,je" qui se croyait hors de portée. Alors, les pendules ainsi remises à l'heure, on va commencer à gauche à sérieusement réfléchir au poids de l'addition Taubira qui risque fort d'être électoralement salée. Mais, c'est bien connu: le pire n'est jamais sûr!
evy
- 06/09/2014 - 08:51
Madame Taubira
Elle est odieuse et vulgaire.Elle n'est pas une icône mais une vraie plaie.
Comment a-t-on pu lu donner la justice ? Est-ce pour faire plaisir aux magistrats dont 70% sont de gauche ? Pourtant la justice devrait être libre, libre de toute attache politique.