En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

03.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 12 heures 39 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 13 heures 40 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 19 heures 16 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 20 heures 22 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 20 heures 38 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 12 heures 58 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 16 heures 41 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 20 heures 53 min
© REUTERS/David Mdzinarishvili
Manifestation anti-Poutine à Kiev
© REUTERS/David Mdzinarishvili
Manifestation anti-Poutine à Kiev
Dissuasion vaine ?

"Les Ukrainiens et les Russes forment un seul peuple" : comment l'accumulation d'erreurs commises par les Européens a fini par aider Poutine à faire main basse sur l'Ukraine

Publié le 05 septembre 2014
L'OTAN l'a confirmé, les troupes séparatistes pro-russes sont appuyées par du matériel et des soldats russes, en violation de la souveraineté de l'Ukraine. Aussi condamnable soit-elle, une telle opération ne devrait pas surprendre les États européens, qui par leur mauvaise gestion du dossier ont leur part de responsabilité.
Béatrice Giblin est géopoliticienne. Ancienne élève d’Yves Lacoste, elle a dirigé l’Institut français de géopolitique à l’université de Paris VIII.Elle est notamment l'auteure de "Les conflits dans le monde. Approche géopolitique" (Armand Colin, 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Giblin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Giblin est géopoliticienne. Ancienne élève d’Yves Lacoste, elle a dirigé l’Institut français de géopolitique à l’université de Paris VIII.Elle est notamment l'auteure de "Les conflits dans le monde. Approche géopolitique" (Armand Colin, 2011).
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'OTAN l'a confirmé, les troupes séparatistes pro-russes sont appuyées par du matériel et des soldats russes, en violation de la souveraineté de l'Ukraine. Aussi condamnable soit-elle, une telle opération ne devrait pas surprendre les États européens, qui par leur mauvaise gestion du dossier ont leur part de responsabilité.

Atlantico : Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré qu’il était "désormais clair que des troupes et de l’équipement russe ont franchi la frontière [ukrainienne]", appelant la Russie "à arrêter ses actions militaires illégales." Au regard de la dynamique de rapprochement qui avait été enclenchée entre l’Union européenne et l’Ukraine, le fait que la Russie en vienne à l’action armée dans ce qu’elle considère comme son pré-carré est-il si surprenant ?

Béatrice Giblin : Qu'elle aille jusqu'à l'action armée est, si ce n'est surprenant car après l'annexion de la Crimée on pouvait s'attendre à une réaction forte et déterminée de la Russie décidée à défendre les Russophones - montre néanmoins que Vladimir Poutine est assuré de ne pas avoir à affronter une réaction armée des Occidentaux et en cela je crois qu'il a raison. Ce ne sont pas les sanctions occidentales qui vont réellement le dissuader de poursuivre cette offensive car les bénéfices politiques internes (immense popularité qui lui laisse le champ libre pour mettre avec les siens, la main sur les secteurs économiques les plus profitables, et régionaux (retour de l'hegemon de la Russie sur son étranger proche) qu'ils en tirent sont suffisants pour accepter de les supporter.

Florent Parmentier : La Russie est une grande puissance régionale qui entend le rester ; son complexe d’encerclement stratégique est bien réel, et suppose de repousser le plus loin possible les frontières de l’OTAN, considéré comme un ensemble hostile dans la doctrine de défense russe. Pour autant, cette tension, existante depuis la chute de l’URSS, ne devait pas nécessairement engendrer un conflit : lorsque Viktor Ianoukovitch a dû reculer face à la révolution orange en novembre – décembre 2004 (mouvement massif de protestation contre la fraude électorale), une table ronde a permis de négocier une solution acceptable pour les différents protagonistes. Après le temps du conflit, il faudra nécessairement en revenir à la diplomatie.  

L’évolution récente vient plutôt du fait que l’UE est désormais classée à la même enseigne que l’OTAN. Le modèle européen est considéré comme menaçant pour l’influence russe, sur le plan économique, mais également sur celui des valeurs.

Les Etats européens sont-ils aussi responsables d'avoir laissé croire à l'Ukraine qu'elle pourrait à terme rejoindre l'UE, et qu'elle lui assurerait un soutien indéfectible ?

Florent Parmentier : Il faut bien comprendre les motivations et les contraintes des différents acteurs. Au sein de l’Union européenne, il est évident que les partisans de l’élargissement sont moins nombreux qu’il y a quelques années, du fait de la crise économique, sociale et politique. Avant l’Ukraine, il faudra déjà "digérer" l’Europe du Sud-Est, qui absorbera des ressources européennes encore un moment. Sur le plan géopolitique, les Européens sont divisés entre ceux qui voudraient mettre davantage de moyens au Sud, suite au "Printemps arabe", et ceux pour lesquels il faudrait consacrer. Dans ce cadre, la priorité polonaise accordée à l’Ukraine contraste avec la relative indifférence d’un pays comme l’Espagne. On peut dire que les Européens ont même été très prudents ces dernières années, certains pays s’opposant virulemment à toute rhétorique concernant une éventuelle "perspective européenne" pour l’Ukraine. L’accord d’association proposé à Vilnius en novembre 2013 et désormais signé n’implique pas une adhésion à l’UE.

Du côté ukrainien, l’Union européenne a pu être perçue non comme une union politique et économique, mais comme un moyen de contrebalancer géopolitiquement la Russie, ou de rejeter toute influence russe. En réalité, l’Ukraine n’a pas les moyens d’effectuer un choix aussi clivant. Ainsi, depuis l’indépendance, les Présidents ukrainiens ont bien essayé par le passé de maintenir une ligne dite d’équidistance, persuadés que le pays ne sortirait de l’ambiguïté qu’à son détriment.

La prudence des Européens par rapport à l’Ukraine et aux autres pays du voisinage est toutefois contrebalancée par une attitude négligente vis-à-vis des intérêts russes.

Par quelles attitudes les Etats européens ont-ils contribué à aggraver la situation au point qu’une opposition armée impliquant l’OTAN devienne fortement envisageable ? Peut-on parler de déni de réalité vis-à-vis des prétentions géopolitiques de la Russie, qui sont pourtant bien connues ?

Béatrice Giblin : Une attitude trop arrogante les Européens ont oublié un peu vite que la Russie est un grand pays. Je ne crois pas que l'on puisse parler de prétentions géopolitiques, pour les Russes l'Ukraine c'est presque la Russie, ils peuvent  même considérer que l'origine  de la Russie commence à Kiev première capitale avant Moscou. Aussi lancer la politique de voisinage proposer un statut d'association avec l'UE était en quelque sorte agiter le chiffon rouge. Sans doute le rôle de la Pologne fut il grand dans cette politique de rapprochement d'avec l'UE soutenue aussi par les Etats Baltes.
Mais sommes nous pour autant à la veille d'une intervention armée de l'OTAN  je ne le pense pas en tous cas il faut vraiment l'éviter et tout faire pour que les Ukrainiens, les séparatistes, la Russie et l'UE prennent langue ensemble pour tenter de trouver les conditions d'un cessez le feu. Mais il ne faut pas sous estimer la responsabilité  qui est grande dans cette situation des autorités ukrainiennes. Par exemple quand elles ont déclaré que le Russe n'était plus une langue officielle de l'Ukraine, même si elles sont revenues rapidement sur cette faute politique, le mal était fait et V Poutine s'est précipité dans la brèche pour clamer sa défense des russophones en danger . Ceci étant dit les Ukrainiens ont parfaitement le droit de choisir leurs alliés mais il est aussi indispensable de rassurer les minorités russophones, ce qui n'a visiblement pas suffisamment été fait.

Les gouvernements occidentaux ont-ils également sous-estimé la capacité de Vladimir Poutine à ne pas tenir compte des pressions extérieures et des sanctions économiques ? Là aussi, ont-ils pêché par angélisme ?

Béatrice Giblin : Je crois avoir déjà répondu dans ma première réponse cependant on peut ajouter qu'il ne s'agit pas d'angélisme mais comme ils ne veulent pas être pris dans l'engrenage d'une riposte armée et ils ont raison que leur reste-t-il si ce n'est les sanctions économiques ?  Mais il n'est pas évident qu'elles soient rapidement efficaces

Florent Parmentier : Les sanctions économiques peuvent avoir des effets contradictoires ; pour être efficaces, elles doivent avoir des effets rapidement, et avoir un coût élevé pour la cible. A moyen terme, il existe des moyens de contourner la difficulté ; la betterave sucrière est par exemple ainsi née de l’impossibilité de se procurer du sucre de canne, pour des raisons liées à un blocus. Dans le cas contraire, elles peuvent avoir des coûts pour les pays concernés, tandis qu’elles peuvent fédérer des opinions publiques dans les pays cibles. "Je suis sanctionné, donc je suis", en quelque sorte.

Aussi, la vraie question est celle de l’acceptation de ces coûts par l’opinion publique et les élites dirigeants des pays ciblés. L’arme des sanctions doit donc être maniée avec précaution, elles peuvent envenimer une situation déjà tendue, rendant plus difficile un retour à la table de négociation.

Après l’OTAN dans les années 90 et le début des années 2000, l’Union européenne est-elle devenue le premier "ennemi" aux yeux des Russes ? L’adhésion populaire au tournant nationaliste et conservateur représenté par la réélection de Vladimir Poutine fin 2011 fournit-il une assise confortable au président russe pour mener des opérations en Ukraine ?

Béatrice Giblin : Non je ne crois pas car ce serait oublier que l'UE est un gros client des achats d'hydrocarbures russes et que ceux-ci représentent et de loin l'essentiel des revenus de la Russie et ce n'est pas le marché chinois pour des tas de raisons qui peut du jour au lendemain prendre la relève. Et quand vous dites les Russes ? Est-ce les dirigeants ? L'opinion publique ? Une partie d'entre elle ? Nous ne sommes pas revenus à la guerre froide mais il faut que les membres de l'UE arrivent à trouver une position commune face aux agissements du gouvernement russe en Ukraine et qu'ils poussent les uns et les autres à la table des négociations.

Florent Parmentier : Dans l’esprit des stratèges russes, l’OTAN reste la première menace, surtout après les déclarations des derniers jours ; certains experts russes n’hésitent pas à prévoir un effondrement de l’Union européenne d’ici quelques années et un retour du concert des Etats-nations. Le raisonnement vis-à-vis de l’OTAN est simple : si elle a pu intervenir au Kosovo contre un Etat souverain, alors la Russie peut se permettre de défendre les russophones dans sa zone d’influence.

Il est vrai que Vladimir Poutine s’appuie beaucoup moins sur les libéraux que par le passé : ceux-ci avaient pour fonction de faciliter les contacts avec les Européens et les Américains. Le dernier mandat de Poutine se fait donc autour des valeurs traditionnelles, conservatrices et nationalistes, prônant une intégration régionale plus poussée dont Moscou serait le centre. Paradoxalement pourtant, le Président russe n’apparaît pas comme le plus radical dans l’échiquier politique actuel. Il lui faut donc sauver la face par rapport à son opinion sur le plan intérieur.

Entre la Pologne qui s’identifie au sort ukrainien, l’Allemagne qui est fortement dépendante du gaz russe, ou encore la France qui elle ne l’est pas mais a conclu des contrats d’armements avec la Russie, dans quelle mesure les divergences d’intérêts entre les Etats européens ont-elles joué dans cette escalade de la violence ?

Béatrice Giblin : Ces positions différentes comme je viens de le dire affaiblissent le poids de l'UE dans les situations de tensions internationales, l'UE ne parle jamais d'une seule voix et les grands Etats de l'UE, comme la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni veulent préserver leur propre politique étrangère. V poutine que l'Europe n'a ni politique étrangère ni défense commune si c en'est l'OTAN, mais il sait aussi que Barack Obama a été élu pour sortir l'armée américaine des bourbiers onéreux en hommes et en finances où la politique de G W Bush et les néo-conservateurs l'ont entraînée donc il ne redoute pas sérieusement une intervention armée.

Florent Parmentier : Il faut tout d’abord observer que la Russie est aujourd’hui un sujet moins clivant qu’il y a quelques années parmi les acteurs européens ; certes, il existe toujours de grande différence de perception de ce pays entre la Lituanie et la Grèce, selon les pays. La crise ukrainienne a toutefois montré une Union européenne moins encline que les Etats-Unis à sanctionner la Russie dans un premier temps, mais néanmoins plus homogène que par le passé.

Les Européens doivent à présent repenser leur politique russe, dans la fermeté d’abord, puis dans l’ouverture ensuite ; elle peut par exemple prendre Vladimir Poutine au mot : s’il veut une zone de libre-échange de Lisbonne à Vladivostok, alors il deviendra évident que l’Ukraine, comme la Russie, doivent toutes deux se rapprocher ensemble vers l’Union européenne. Malheureusement, la période actuelle n’offre guère de possibilité de rapprochement, ni aucune vision de l’avenir autrement que par la tension.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

03.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 31/08/2014 - 11:59
Gérer les frontières du monde par " pôles d'attractivité" ou
"Communautés linguistique" constitue un redoutable facteur d'instabilité et de guerres, aujourd'hui et demain! Même si les russes tentent de faire disparaître leurs motivations, essentiellement, stratégiques et économiques, derrière ce type de considérations à vernis humaniste, ils ne parviennent à convaincre que les plus naïfs d'entre les occidentaux du bien-fondé de leurs attaques...
D'ailleurs, s'ils étaient si sûrs de leur bon droit "linguistique", pourquoi les russes détacheraient-ils les écussons de leurs treillis? pourquoi camoufleraient-ils leurs chars en chars des forces pro-russes? Pourquoi nieraient-ils la présence de leurs 3000 soldats aux côtés des pro-russes, pourquoi auraient-ils rapatrié précipitamment leurs batteries de missiles après le crash de l'avion MH17? Pourquoi chercheraient-ils désespérément à invoquer de fausses raisons humanitaires pour intervenir encore plus dans un conflit dont ils entretiennent savamment les braises? Ces comportements hypocrites sont le signe que les russes font la guerre pour de "mauvaises raisons", et les stay-Behind occidentaux ont beau s'égosiller " ils ont la même langue", ils ont la même culture", cela ne convainc personne...
Cerisier
- 31/08/2014 - 11:56
Russophones ? suite...
Il existe de nombreuses chaines de télévision ukraïnophones, les publicités, la signalisation, les documents administratifs sont en Ukrainien.
Il existe une volonté de promouvoir l'ukrainien dans la vie de tous les jours.
J'ai passé 10 jours en Crimée en 2013, une fois, nous avons surpris une conversation en ukrainien, ce qui a valu que nous en fassions la remarque.
A Kiev, nous nous sommes fait rabrouer par une serveuse car on ne s'adressait pas à elle en ukrainien, une fois aussi...
Eu égard à l'histoire entre le pouvoir russe et les populations de l'Ukraine (Guerre Civile, Holodomor et autres joyeusetés), on ne peut aussi que comprendre la tendance au rapprochement vers l'ouest.
Cerisier
- 31/08/2014 - 11:33
Russophones ?
D'après mon expérience de l'Ukraine, la réalité nationale et linguistique est la suivante : 100 % des Ukrainiens sont russophones, une partie de l'ouest parle Ukrainien, il faut différencier les générations, ceux qui sont allé à l'école en URSS parlent mal l'ukrainien, ils parlent en fait un patois mélant russe et ukrainien à la grammaire fautive. Depuis l'indépendance, l'ukrainien est bien enseigné.
Il existe des régions qui ont été majoritairement peuplées par des Russes, le sud et l'est depuis qu'elles ont été annexées par l'Empire Russe (par exemple les slaves de transnistrie en Moldavie réclament leur rattachement à la Russie pas à l'Ukraine)
Le territoire de L'Ukraine et les limites de la Russie ont de plus souvent bougé depuis 200 ans, entrainant mouvements de population.
La Russie et l'Ukraine sont culturellement et historiquement liées, je ne veux pas passer pour le défenseur de Poutine mais il faut rappeler cette réalité.
Le pole d'attraction culturel des Ukrainiens c'est la Russie, depuis toujours et encore maintenant. Les Ukrainiens peuvent voyager librement en Russie (pas en EU) y travailler, s'installer, etc...