En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 38 min 18 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 27 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 2 heures 56 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 14 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 34 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 43 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 2 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 12 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 33 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 5 heures 57 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 9 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 15 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 55 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 47 min
© Reuters
Deux frappes aériennes successives auraient été effectuées récemment par les Emirats Arabes Unis contre les islamistes en Libye.
© Reuters
Deux frappes aériennes successives auraient été effectuées récemment par les Emirats Arabes Unis contre les islamistes en Libye.
Double jeu

Chaos libyen et schizophrénie occidentale : ce que change l’offensive des Emirats arabes unis et de l’Egypte qui dérange tant les Etats-Unis

Publié le 29 août 2014
Alors que l'allergie de Barack Obama vis-à-vis d'une intervention militaire en Libye se fait sentir, la prise d'initiative de l'allié émirien aurait logiquement dû être soutenue par le bloc Otan. C'était sans compter sur le rapport bipolaire des Américains sur la région, qui souhaitent à la fois conserver leur main mise, tout en intervenant le moins possible.
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Voir la bio
Pierre Conesa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'allergie de Barack Obama vis-à-vis d'une intervention militaire en Libye se fait sentir, la prise d'initiative de l'allié émirien aurait logiquement dû être soutenue par le bloc Otan. C'était sans compter sur le rapport bipolaire des Américains sur la région, qui souhaitent à la fois conserver leur main mise, tout en intervenant le moins possible.

Atlantico : Selon une information parue dans le New York Times, deux frappes aériennes successives auraient été effectuées récemment par les Emirats Arabes Unis contre les islamistes en Libye. En réaction à cette nouvelle, les américains ont dénoncé ces attaques, en appelant à ne pas provoquer "d'interférences". Comment expliquer la réaction du bloc occidental, mené par les Américains ? Que craignent-ils concrètement ?

Frédéric Encel : D'abord ce ne sont que les Etats-Unis et non tout l'Occident qui a protesté. Ensuite, un puissant protecteur n'aime généralement pas que son protégé prenne des initiatives trop hardies dans une zone sensible. Enfin et surtout sur le fond de l'affaire, Obama a clairement renoncé depuis au moins quatre années à toute initiative militaire d'envergure ; il se le refuse à lui-même, et l'accepte donc mal de ses alliés. Qu'on se souvienne du soutien tiède et exclusivement logistique consenti par Washington aux Franco-Britanniques contre (déjà) la Libye de Kadhafi en 2011, puis à la France seule au Mali en 2013, et surtout du refus d'Obama de frapper Damas cette même année, alors que sa "ligne rouge" avait pourtant été franchie par Assad...

Pierre Conesa : Je ne comprends absolument pas la réaction des Occidentaux. Les interventions américaines en Irak, otanienne en Afghanistan et britannico-française en Lybie - toutes catastrophiques- devraient inciter au mutisme et à la prudence. Pour la première fois un pays arabe (qui plus est très proche des Occidentaux) tente d'interférer dans une crise d'un pays arabe, on devrait s'en féliciter. Je pense que les chancelleries occidentales ne se sont pas encore rendu compte que le monde multipolaire existait. C'est le syndrome de Pu Yi, le dernier empereur de Chine qui vivant dans la Cité interdite, ne savait pas que l'Empire avait été renversé par la Révolution et continuait à vivre en Empereur entouré par ses eunuques.

Alors qu'Obama fait preuve de frilosité à l'idée de s'engager dans la résolution militaire du conflit, cette intervention ne pourrait-elle pas au contraire les arranger ?

Frédéric Encel : En Irak, les chasseurs bombardiers américains sont déjà à l'œuvre militairement, tandis que l'Arabie saoudite l'est diplomatiquement et financièrement, pour contrer l'Etat islamique. Pour les Emirats, micro-Etat pétrolier souhaitant exister dans le concert des nations, la lointaine Libye offre un intéressant théâtre d'opérations. Rappelons que le régime a créé un service militaire obligatoire, fait sans précédent ! Autant le Qatar - géographiquement et démographiquement encore plus minuscule - compte exister en jouant de sa capacité de nuisance pro-islamiste un peu partout, autant les Emirats utilisent les avions achetés à grands frais en Occident ! On ne prend jamais assez la mesure des rivalités qui se jouent entre princes du pétrole des micro-monarchies du Golfe...

Pierre Conesa : Oui, Obama aurait du encourager les pays arabes à gérer certaines de crises du monde arabe. Peut être craint-il que l'Arabie saoudite ne lui fasse les gros yeux comme on l'avait vu avec G W Bush qui oubliait ce pays dans les Axes du Mal après les attentats du 11 septembre où étaient impliqués 11 saoudiens sur 14 terroristes. Peut être criant-il que les Iraniens, les anciens Axes du Mal, n'interviennent sans lui demander son avis en Irak ? Peut être craint-il une réaction inattendue des Saoudiens ?

Pourquoi les frappes armées ont-elles eu lieu en Libye, et non en Irak ? A quel point cela pourrait-il témoigner de l'ambition des émiriens de s'imposer dans un conflit délaissé par les occidentaux ?

Pierre Conesa : L'Irak est un trop gros morceau pour les EAU. La crise irakienne peut avoir un effet de déstabilisation fort sur les Emirats (terrorisme, opposition saoudienne et qatarie...); D'autre part les Emiriens étaient intervenus aux côtés des Occidentaux lors du renversement de Kadhafi. Il y a une sorte de continuité au moins géopolitique. On peut s'étonner que d'autres pays arabes qui en ont les moyens en armes et en hommes n'interviennent pas directement dans la crise irakienne. L'Arabie saoudite est le premier client des l'industrie française depuis 20 ans. Tous les moyens sont sur place pour aider l'une ou l'autre des partes au conflit en Irak. Mais Riyad craint les effets en retour (crise interne de succession, attentats terroristes, crise religieuse, conflit avec l'Iran...) et préfère donc que ce soit les Occidentaux qui interviennent militairement. C'est un piège dans lequel les capitales occidentales sont en train d'aller avec entrain

Ces frappes aériennes seraient-elles enfin le prémice d'une intervention militaire contre les djihadistes de l'EIIL ?

Pierre Conesa : J'ai peur qu'il n'y ait d'autre stratégie que les rivalités entre pays du Golfe. On l'a vu en Egypte où l'Arabie saoudite a soutenu les coups d'Etat militaire contre les Frères musulmans parce que ceux ci avaient soutenu Saddam Hussein lors de la Guerre du Golfe et aussi pour contrer le Qatar. Les Saoudiens se veulent les seuls maitres à penser de la péninsule. Ne pas oublier que lors de la constitution de la Fédération des Emirats arabes unis, Riyad avait tout fait pour que le Qatar ne réponde pas favorablement au projet lancé par Cheikh Zaiyed de Abou  Dhabi et reste indépendant. D'autres crises de rivalité vont probablement éclater.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires