En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

06.

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 11 heures 16 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 13 heures 40 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 14 heures 54 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 17 heures 31 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 18 heures 30 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 19 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 19 heures 45 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 20 heures 9 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 20 heures 44 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 14 heures 5 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 16 heures 6 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 19 heures 9 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 19 heures 30 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 20 heures 2 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 20 heures 44 min
© Reuters
Angela Merkel à propos de la zone euro
© Reuters
Angela Merkel à propos de la zone euro
Comme une pierre attachée aux pieds

Et après avoir détourné la croissance européenne ces dernières années, l’Allemagne bien partie pour entraîner la zone euro vers le fond

Publié le 14 août 2014
Selon les premiers résultats de l'Insee publiés ce jeudi 14 août, pour le deuxième trimestre consécutif, la France affiche une croissance nulle. Parallèlement le Produit intérieur brut de l'Allemagne a reculé de 0,2%.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les premiers résultats de l'Insee publiés ce jeudi 14 août, pour le deuxième trimestre consécutif, la France affiche une croissance nulle. Parallèlement le Produit intérieur brut de l'Allemagne a reculé de 0,2%.

Lire également : Le grand hold-up : comment l’Allemagne a capté 89% de la croissance européenne sur les 5 dernières années (et pas seulement grâce à ses mérites)

Le 12 août était publié l’indicateur ZEW, établissant le sentiment économique en Allemagne. Une chute de 18 points en un seul mois, établissant un plus bas depuis juin 2012. Le communiqué décrit la situation :

"Le déclin du sentiment économique est probablement relié aux tensions géopolitiques qui ont affecté l'économie allemande. En particulier, les chiffres actuels de la production industrielle et des commandes entrantes suggèrent une activité nettement réduite sur le front de l'investissement de la part des entreprises allemandes, celles-ci étant confrontées à des perspectives de ventes incertaines. Etant donné que l'économie de la zone euro ne s'améliore pas, des signes montrent que la croissance économique en Allemagne sera plus faible que prévu en 2014."

L’Allemagne est confrontée à un problème sérieux. Sa dépendance aux marchés internationaux rend son modèle économique vulnérable aux tensions géopolitiques et aux politiques économiques menées dans le reste du monde. Une approche qui lui avait pourtant parfaitement réussi pour le moment.

Et c’est cette stratégie qui est aujourd’hui proposée à la zone euro dans son ensemble : Une faible demande intérieure qui permet de contenir la progression des salaires et une volonté d’aller vers plus de "compétitivité" pour prendre des parts de marché à l’export. Et à première vue, les résultats sont là. La balance commerciale de la zone euro s’améliore.

Balance commerciale en % de PIB. Zone Euro. 1999/2013

Pourtant, alors que son excédent commercial n’a jamais été aussi fort, l’économie européenne dans son ensemble n’a jamais été aussi faible. Une contradiction qui n’a pas l’air de beaucoup choquer. Et c’est bien là le nouveau problème auquel la zone euro se confronte aujourd’hui. En essayant vainement d’exporter sa récession, l’Europe se met en situation de totale vulnérabilité économique. Sur le modèle allemand. Et Comme pouvait l’indiquer le Wall Street Journal dès le mois de juillet :

"Bye Bye, l’histoire de la croissance allemande…

En moins d’une année, l’Allemagne qui était vantée comme étant le moteur de la croissance européenne, la puissance de la région etc. pourrait se retrouver face à une falaise de non croissance, et possiblement tirer le reste de l’Europe avec elle. L’industrie est faible, le chômage a l’air de vouloir remonter à nouveau et les données récentes montrent que les importations et les exportations ont chuté de façon inattendue en mai. La cerise sur le gâteau est que les indicateurs avancés de l’OCDE montrent une chute pour le troisième mois consécutif."

Une vulnérabilité qui se révèle en effet peu à peu au gré du contexte économique mondial et ce dans l’attente de la publication des chiffres de la croissance allemande pour le deuxième trimestre 2014. Une vision défendue par le Financial Times :

"Alors que l'économie allemande reste la plus forte de la région, les attentes formulées plus tôt cette année, indiquant qu'elle pourrait stimuler la croissance dans les régions les plus faibles de la zone monétaire, sont maintenant regardées de façon douteuse."

Car comme le montre l’indice ZEW, le monde n’est pas en forme en ce moment. Le parti communiste chinois est en train de revoir sa copie sur son modèle de croissance, la Russie n’est pas au mieux, le Brésil sombre…Quant aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, ils semblent avoir repris le rythme d’une croissance acceptable qui ne nécessiterait pas de nouveaux plans de relance nourris au stéroïdes.

Au mois de juin, la production industrielle allemande s’est ainsi tassée de 4.3% par rapport au même mois de l’année dernière. Les exportations ne progressent plus depuis bientôt deux ans. La demande adressée à l’Allemagne de la part des pays émergents se tasse. Dans de telles conditions, aller chercher la croissance en dehors de ses frontières devient un exercice périlleux. Une situation qui devrait être regardée attentivement par l’ensemble des membres de la zone euro qui souhaitent calquer leur modèle sur une vision mercantiliste.

Et pour pallier cette situation, pas la peine de compter sur la demande européenne. Celle-ci a été mise au piquet par la Banque centrale européenne. Ce que l’Europe est en train d’accomplir aujourd’hui correspond à une volonté d’appauvrissement de son marché intérieur afin d’essayer de gagner une plus grande part de croissance extérieure dont elle ne maîtrise rien. Elle lâche la proie pour l’ombre au prix d’un chômage record.

Le risque est d’autant plus important pour la zone euro aujourd’hui que les chiffres de l’inflation sont faibles. Car tout choc extérieur propulserait alors la zone euro dans les bras de la déflation.

Lire également : Le grand hold-up : comment l’Allemagne a capté 89% de la croissance européenne sur les 5 dernières années (et pas seulement grâce à ses mérites)

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (35)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 15/08/2014 - 19:25
mais non, mais non
Cher ami Ganesha (qui que vous soyez), mon problème n'est pas l'Allemagne ou Merkel ou Schutz ou Barroso, ni de trouver un media qui me titre quoi que ce soit.
C'est simplement que le "responsable du pôle économique" d'Atlantico se fasse passer pour un économiste sérieux.alors qu'il raisonne à l'envers (comme beaucoup de ses collègues il faut le reconnaître).
Ganesha
- 15/08/2014 - 11:56
Quatrième Reich Millénaire
La dernière victoire en date du courant qui voudrait que l'Europe continue à appliquer la politique désastreuse décidée par mme Angela Merkel et appliquée par la Commission Européenne de mr Barroso, c'est l'élection mr Juncker. Mais elle est due à un accord combinard pour redonner la présidence du Parlement Européen à mr Schulz. Dans les livres d'histoire, c'est ce que l'on appelle ''une victoire à la Pyrrhus''. Ce que fait tout simplement mr Goetzmann, c'est de prendre un tout petit peu d'avance sur la nouvelle gigantesque crise boursière, l'effondrement économique mondial qui est prévisible pour cet automne. Il pourra alors fanfaronner : ''Je vous l'avais bien dit''
Cher ami Elvin , je pense que vous allez rencontrer de plus en plus de difficultés, dans les prochains mois, pour trouver un média qui vous titre '' Tout va pour le mieux dans le Quatrième Reich Millénaire de Frau Merkel''
elvin
- 15/08/2014 - 11:05
..... Mélenchon, avec nous :
@Ganesha

exemple, pour bien me faire comprendre

Mélenchon a tout à fait le droit d'intervenir sur Atlantico, mais que diriez vous s'il était "responsable du pöle politique ?"