En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

06.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

07.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 10 min 12 sec
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 58 min 48 sec
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 1 heure 44 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 3 heures 11 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 3 heures 30 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 6 heures 54 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 7 heures 33 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 7 heures 56 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 7 heures 58 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 34 min 1 sec
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 1 heure 21 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 2 heures 36 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 7 heures 56 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 7 heures 59 min
© Reuters
Le mariage gay : une affaire d'Etat ?
© Reuters
Le mariage gay : une affaire d'Etat ?
Réponse

Contre le mariage homosexuel, au nom du libéralisme

Publié le 27 août 2011
Jan Laarman, du Parti Libéral Démocrate, répond à Aurélien Véron, président de ce parti. Ce dernier avait écrit, le 25 juillet, une tribune en faveur du mariage homosexuel.
Jan Laarman est menuisier et est conseiller national du Parti Libéral Démocrate.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jan Laarman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jan Laarman est menuisier et est conseiller national du Parti Libéral Démocrate.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jan Laarman, du Parti Libéral Démocrate, répond à Aurélien Véron, président de ce parti. Ce dernier avait écrit, le 25 juillet, une tribune en faveur du mariage homosexuel.

Cette histoire de mariage homosexuel présente bien des traits qui devraient déclencher l’anti-virus des logiciels libéraux.

Une fois de plus, les hommes de l’État cherchent à changer le sens des mots. Ils nous ont déjà fait le coup avec la monnaie, maintenant c’est avec le mariage. Le mariage, c’est le contrat conclu entre un homme et une femme pour unir leurs vies et tâcher d’élever des enfants. Je peux désirer partager (toute) la vie de mon meilleur ami : ça s’appelle de l’amitié, pas un mariage. Je peux même vouloir mettre les conditions de cette vie commune avec lui sur le papier d’un contrat, sans qu’il soit nécessaire de forcer le sens des mots. Le PACS, au moins, ne tombe pas dans ce travers.

Il y a une autre raison de se méfier : les libéraux ont horreur que les hommes de l’État bricolent avec des institutions humaines qui sont nées sans eux. Sous prétexte d’améliorer les progrès de la recherche, on nous a fait le CNRS. Pour avoir prétendu moderniser l’agriculture, on se retrouve avec la PAC sur les bras. Et voilà que pour rendre les homosexuels encore plus heureux, ils auraient le mariage? La société n’est pas un mécano. Les grands maîtres du libéralisme nous apprennent que la Grande Société est le résultat d’une évolution, d’une tradition. Personne ne peut dire par quel chemin historique nos ancêtres en sont venus à sélectionner telle ou telle règle de conduite. Pourquoi la monogamie plutôt que la polygamie? Pourquoi confier les enfants à leurs géniteurs plutôt qu’à une institution collective? Pourquoi contraindre les époux à la stabilité? On peut se mettre en quête de raisons parfois très ingénieuses pour expliquer comment ces règles assurent liberté et prospérité aux groupes humains qui les ont adoptées. Mais ce sont des raisons de convenance, trouvées a posteriori.

Un exemple : si on confie l’éducation des enfants aux parents et pas au gouvernement (contrairement à ce que recommande tout un courant collectiviste à la suite de Platon), ça a pour conséquence de susciter un espace privé, des savoirs, des valeurs et des histoires autonomes du gouvernement ; c’est même une condition du pluralisme scientifique. Mais ce principe a très probablement été inspiré par une règle religieuse (« tu honoreras ton père et ta mère »), et pas par des considérations épistémologiques. Cette loi des conséquences inattendues est très prisée par les libéraux quand ils contestent les prétentions des constructivistes étatiques ; je propose que nous nous en souvenions au moment de vouloir toucher à une institution de liberté aussi importante que le mariage.

L'argument le plus souvent avancé en faveur du mariage homosexuel est que le mariage est une affaire privée dont l’État ne devrait pas se mêler. C'est oublier que les libéraux ont bien une colossale méfiance de l’État, mais qu'ils ne sont pas anarchistes. Les libéraux ne pensent pas que l’ordre social dont l’État est le protecteur soit une nuisance. La recherche de l’excellence dans l’éducation ne se fait pas au détriment des ignorants. La propriété privée n’est pas là pour protéger les riches. La justice n’a pas pour soin de persécuter une classe sociale. La nation n’entretient pas la haine de l’immigré. Et réserver le mariage à un homme et une femme n’est pas l’obstacle à la félicité des homosexuels. Prenons donc garde aux séductions d’un certain progressisme tout à fait étranger à la tradition libérale.

Je vois ce qui peut énormément gêner : être contre le mariage homosexuel, ce serait faire preuve de conservatisme étriqué. Mais depuis que les libéraux ont vu leurs acquis s’effriter un par un pendant le XXème siècle, leur attitude a pris par nécessité un tour conservateur : il faut défendre les lois et les institutions en place, car elles garantissent l’ordre libre.

Il reste une raison capitale à mentionner. Modifier le mariage en l’ouvrant aux personnes de même sexe constitue une tentative de plus dans la destruction de la famille traditionnelle ou bourgeoise. Les libéraux se sont dans le passé alliés à la gauche pour dissoudre toutes les communautés naturelles qui opprimaient les forces individuelles : corporations, liens féodaux, censures, familles claniques. Mais aller à l’échelon inférieur et ajouter un clou dans le cercueil déjà bien fermé de la famille nucléaire, c’est de trop. Cette institution mérite un soin extrême de notre part. La destruction de la famille par les socialistes ne vise pas à libérer l’individu, mais à préparer son embrigadement dans les structures utopiques qui sont le but du socialisme. Détruire la famille, c’est détruire la personne libre, ce par quoi le libéralisme existe.

Le philosophe Philippe Nemo en résume les principales raisons.
D’abord, pour être libre il faut savoir observer la loi, donc avoir atteint la rationalité adulte. Sans maîtrise rationnelle de sa personnalité, l’enfant ne peut pas vivre dans l’état de droit, la société de liberté. Avant cela un enfant doit donc rester sous l’autorité stricte de ses parents.
Ensuite, c’est dans la famille que se construit la vraie personnalité psychologique. On y construit sa dignité durant les longues années de fréquentation confiante avec ceux pour qui on est unique et irremplaçable : parents, frères et sœurs. C’est de son père et de sa mère qu’on apprend ce qu’est être homme ou femme, d’où les réticences à accéder à une autre demande de ce débat : l’homoparentalité. Seul l’environnement familial permet cette délicate construction de l’individualité. Ajoutons que cela se poursuit quand on devient père ou mère, car c’est en ayant des enfants qu’on bâtit sa personnalité de parent.
De plus, seule la famille peut transmettre un patrimoine, matériel ou immatériel, ce qui nous permet de nous lancer dans la vie pour y réaliser les initiatives et les entreprises qui nous sont chères. Là aussi fleurit l’idée de propriété privée, mais plus largement celle d’espace privé. Personnalité et patrimoine forgent ce domaine hors d’atteinte de l’État, où prospèrent des légitimités qui échappent au groupe.

En dissolvant l’institution familiale, on fabrique des individus sans individualité, des électrons qui n’ont de cesse d’aller se fondre dans des masses informes aisément asservies par les hommes de l’État. C’est pour cela qu’il faut assumer les réalités juridiques propres à la famille et au mariage, comme la non-liberté de ses membres : le divorce doit être contraignant, les enfants ne doivent pas s’échapper de chez eux sans que le gendarme les y ramène ou que le juge soutienne l’autorité parentale, l’école ne doit pas imposer les programmes des syndicats, l’infirmière scolaire doit s’interdire toute intrusion dans l’éducation sexuelle familiale.



Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

06.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

07.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 31/08/2011 - 00:16
Nageons dans le bonheur
« […] réserver le mariage à un homme et une femme n’est pas l’obstacle à la félicité des homosexuels. »

Un peu comme réserver aux Blancs les places assises à l'avant des bus de Montgomery (Alabama, 1955) ne constituait aucunement un obstacle à la félicité des Noirs…

Qui pouvaient se réjouir de toutes les places assises disponibles à l'arrière.
ヒナゲシ
- 31/08/2011 - 00:11
Dictionnaires ?
Les dictionnaires évoluent avec le langage.

Le mot « voiture » n'a plus exactement le même sens que sous LOUIS XIV ; de nos jours un vaisseau peut être « spatial » ; une puce, une fenêtre, une souris ont acquis d'autres sens, inconnus il y a 40 ans.

Il en ira de même pour le « mariage », que l'on définira probablement — et naturellement — comme union de deux personnes, quel que soit leur sexe…
Silence Dogood
- 29/08/2011 - 00:28
Le problème c'est l'état...
le mariage devrait n'être qu'une affaire totalement privée, l'état n'ayant rien a voir avec le fait que deux personnes veuillent se lier par un contrat d'union. Le postulat de l'article est faux car il prend en compte l'état dans le processus du mariage. Notre ami est libéral conservateur, étant anarcap, j'ai beaucoup de mal à le comprendre...