En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 1 heure 59 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 6 heures 10 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 6 heures 48 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 8 heures 44 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 10 heures 1 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 12 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 14 heures 9 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 2 heures 14 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 6 heures 25 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 7 heures 52 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 9 heures 22 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 12 heures 25 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 12 heures 54 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 14 heures 32 min
© Reuters
Projection dans un institut de recherche contre le cancer.
© Reuters
Projection dans un institut de recherche contre le cancer.
Alternative

Cancer : le point sur les traitements génétiques qui pourraient remplacer la chimiothérapie

Publié le 08 août 2014
La chimiothérapie ne sera bientôt qu'un mauvais souvenir. Du moins, c'est ce qu’espèrent des scientifiques britanniques qui se penchent sur nos gènes afin de trouver un remède plus efficace. Un projet à plusieurs millions de livres, salué par le Premier ministre britannique, David Cameron.
Hagay Sobol est vice-président du Think tank Le Mouvement et est devenu Préisdent d'honneur du Centre Culturel Edmond Fleg. Il est professeur des Universités et médecin des Hôpitaux. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hagay Sobol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hagay Sobol est vice-président du Think tank Le Mouvement et est devenu Préisdent d'honneur du Centre Culturel Edmond Fleg. Il est professeur des Universités et médecin des Hôpitaux. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chimiothérapie ne sera bientôt qu'un mauvais souvenir. Du moins, c'est ce qu’espèrent des scientifiques britanniques qui se penchent sur nos gènes afin de trouver un remède plus efficace. Un projet à plusieurs millions de livres, salué par le Premier ministre britannique, David Cameron.

Atlantico : Des organismes de santé britanniques comme le département de la santé ou le conseil de recherche médicale ont lancé un projet qui permettrait d'isoler les gènes responsables du cancer et de certaines maladies rares. Quels seraient les avantages à utiliser des traitements génétiques dans les cas des cancers ? 

Hagay Sobol : Les traitements conventionnels des cancers, telles que les chimiothérapies, ne sont pas capables de cibler spécifiquement les cellules cancéreuses. Elles détruisent de manière indifférenciée les cellules à renouvellement rapide, dont les cellules cancéreuses, ce qui explique une partie des effets secondaires constatés. Comme le processus cancéreux résulte de l’acquisition de nouvelles caractéristiques, en particulier, au niveau génétique, l’objectif est d’identifier des altérations spécifiques des cellules tumorales afin de développer de nouvelles approches thérapeutiques et aboutir à ce qu’on appelle des traitements personnalisés. Le premier type de thérapie ciblée est relativement ancien puisqu’il s’agit de l’hormonothérapie. La présence de recteurs hormonaux aux oestrogènes à la surface des cellules cancéreuses mammaires, permet par exemple dans le cancer du sein, de donner un traitement anti-ostrogénique. Depuis grâce aux progrès de la génétique d’autres marqueurs spécifiques ont été identifiés, ce qui a enrichi notre arsenal thérapeutique. Mais cela reste encore limité et il reste encore beaucoup à faire.

David Cameron, le Premier ministre britannique a salué ce projet, expliquant que cela permettra de "déverrouiller le pouvoir de l'ADN" afin de délivrer aux patients de "meilleures analyses et de meilleurs médicaments". Se dirige t-on vers une médecine plus personnelle avec cette technologie ? 

Oui, le projet actuel est très ambitieux et vise à adapter les traitements en fonction non plus d’un nombre restreint d’altérations génétiques, mais d’une combinaison bien plus importante de paramètres basée sur l’étude de l’ensemble du génome tumoral. Les perspectives sont immenses.

Selon les scientifiques qui travaillent à ce projet censé se terminer en 2018, la chimiothérapie sera obsolète dans 20 ans grâce aux actions sur les gènes qui seront rendues possibles. Comment des traitements génétiques pourraient-ils remplacer les chimiothérapies ? 

L’avantage de cette approche est que l’on peut en théorie adapter le traitement en fonction de la situation et pour chaque personne. En réalité c’est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait et il y a plusieurs défis à relever. Tout d’abord interpréter les variations génétiques observées et déterminer si elles ont un rôle dans le processus cancéreux et si oui lequel. Ensuite être capable de prédire la résultante d’un très grand nombre d’altérations à l’échelle du génome tumoral dans son ensemble. Si les outils d’analyse de biologie moléculaire ont considérablement évolué, il nous manque encore les outils informatiques pour traiter les informations produites. Mais les choses évoluant tellement vite, il n’est pas impossible pour que d’ici 20 ans le traitement du cancer ne ressemblera plus à ce que nous connaissons aujourd’hui.

Le premier génome a été isolé et identifié en 2003 après 3 ans de travail qui ont coûté 2 milliards de livres. Aujourd'hui cette prouesse est réalisable en 2 jours pour 1 000 livres. Si le projet se révèle concluent, au bout de combien de temps pourra t-il être accessible aux plus grands nombres ? 

L’objectif scientifique est tout à fait réaliste et les résultats potentiellement utilisables en pratique clinique seront certainement disponibles d’ici quelques années. Le vrai problème est non pas au niveau des analyses, mais en ce qui concerne les traitements. Il faudra des années avant de concevoir les nouveaux médicaments à partir des données scientifiques et réaliser les essais cliniques indispensables avant la mise sur le marché pour s’assurer de leur efficacité et de leur innocuité. De plus se surajoute un problème d’ordre économique. Concevoir un traitement est très onéreux, et en regard, les industriels doivent avoir un marché pour rentabiliser leur investissement. Le risque du traitement personnalisé à l’extrême, est que la rentabilité économique ne soit pas au rendez-vous. Et dans certains cas, l’on risque de se retrouver dans la situation des maladies orphelines. Car il n’existe pas un cancer, mais des cancers !

Quelles sont les autres applications que pourrait trouver ce travail de recherche sur le génome de plusieurs centaines de patients ? Quels autres malades pourraient en bénéficier ? 

Le champ des possibles est très vaste, les maladies dégénératives, les maladies inflammatoires pour ne citer que quelques exemples. De plus il sera possible de combiner pour optimiser les traitements l’analyse génomique non seulement au niveau des tissus pathologiques, comme dans le cas du cancer, mais également à celui de l’individu lui-même. Bref, les généticiens risquent d’être forts occupés dans les années à venir… 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires