En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 6 heures 52 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 8 heures 52 sec
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 9 heures 40 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 11 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 13 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 7 heures 16 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 8 heures 18 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 10 heures 13 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 12 heures 38 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
Les RoboBees pourraient remplacer les abeilles.
© Reuters
Les RoboBees pourraient remplacer les abeilles.
La nature rattrapée par la science

Sauvés ? Des robots pollinisateurs pourraient bientôt remplacer les abeilles

Publié le 07 août 2014
Menacées d'extinction, les abeilles retiennent toute l'attention des scientifiques, qui travaillent sur la mise au point des "RoboBees", des robots de 80 mg, semblables aux abeilles.
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Menacées d'extinction, les abeilles retiennent toute l'attention des scientifiques, qui travaillent sur la mise au point des "RoboBees", des robots de 80 mg, semblables aux abeilles.

Les abeilles sont les pollinisateurs les plus importants de la planète. Près de 30% de la nourriture que nous consommons est liée à la pollinisation de ces mêmes insectes. La pollinisation des fleurs est cruciale pour les arbres fruitiers et l'industrie agroalimentaire : sans les abeilles, les rendements seraient moindres et les fruits et légumes de moins bonne qualité.

Depuis quelques années, leur déclin n'a jamais été aussi fulgurant. Le nombre de ruches outre-Atlantique, par exemple, est passé de 6 millions en 1947 à 2,5 millions cette année. Une situation alarmante que l'organisation écologiste Greenpeace a récemment dénoncée dans une vidéo choc. Un nouveau rapport mené par l'ONG révèle également que "plus de deux-tiers des pollens prélevés dans des champs et ramenés à la ruche par les abeilles seraient contaminés" par au moins un pesticide. La disparition inquiétante des abeilles, touchées par le mystérieux syndrome d'effondrement des colonies, serait liée globalement aux pesticides, parasites et maladies.

Robobee Atlantico

Cette menace d'extinction est récemment devenue une priorité aux Etats-Unis. Afin de protéger les abeilles, le gouvernement américain a ordonné, le 20 juin dernier, aux agences fédérales, le réexamen des effets des pesticides sur la santé des abeilles et autres pollinisateurs. La Maison Blanche a demandé de prendre des mesures le cas échéant dans un délai de 180 jours. Dans un communiqué présidentiel, on apprend que 90 types de cultures dépendent directement de la pollinisation, générant 24 milliards de dollars pour l'économie nationale, dont 15 milliards grâce aux abeilles.

Robotics is the next Internet, says Robert Wood, creator of tiniest drone. http://t.co/WvnM6hXHiy #LetsExplore pic.twitter.com/xk1Pw90K1g

— NatGeo Explorers (@NatGeoExplorers) June 11, 2014

 

Les scientifiques, quant à eux, poursuivent leurs recherches sur les différents moyens technologiques de remplacer les abeilles au cas où elles disparaiteraient complètement. Pour l'instant, l'alternative aux abeilles la plus prometteuse prend la forme d'un robot. Lancé en 2009, le projet des RoboBees a été élaboré par des scientifiques de l'université de Harvard et des biologistes de la Northeastern University de Boston.

Robobee Atlantico

Animées par un muscle électronique, ces abeilles artificielles ont des ailes capables de battre 129 fois par secondes et disposent d'un matériau capable de faire fructifier les cultures. Les mouvements des ailes sont pilotés par un système de contrôle équilibré,  qui fait bouger chaque aile indépendamment, en temps réel.  Avec ses 3 cm de long, Robobee est le plus petit robot-insecte volant jamais construit.  

Les experts à l'origine du projet pensent que ces robots-abeilles pourraient artificiellement polliniser les récoltes d'ici à 2024. Même si les scientifiques restent optimistes, les Robobees n'offrent pas de solution à long terme. Les ingénieurs de Harvard ont même trouvé une faille principale à ce robot : son alimentation en électricité. Ces derniers travaillent désormais sur un système de pile miniature à combustible à oxyde solide. Autre difficulté : réussir à imiter le comportement de navigation des abeilles.

Robobee Atlantico

En France, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll s'est récemment prononcé pour la protection des abeilles. Une interdiction totale de l'épandage des pesticides en journée est notamment prévue par le gouvernement. 

Atlantico : A quoi est liée la disparition des abeilles ?

Bruno Parmentier : Les abeilles disparaissent à une vitesse telle qu’on a pu parler de "syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles"! Il en meurt actuellement environ 30 % chaque année ! Ce phénomène concerne presque toutes les 200 000 espèces d’insectes pollinisateurs : papillons (moitié moins qu’il y a 30 ans), bourdons, syrphes et autres mouches, etc. et, par voie de conséquence les populations d’hirondelles et autres oiseaux insectivores ont aussi diminué de moitié. Sans oublier les lombrics et autres animaux et micro-organismes du sol.

Avons-nous joué les apprentis sorciers et déclenché une catastrophe ? L’heure est effectivement grave, comme peuvent le constater de façon expérimentale cet été les vacanciers sur la route des plages. Leurs pare brises seront propres à l’arrivée, plus d’insectes pour s’y écraser ! Les causes sont multiples, mais il semble bien que les nouveaux insecticides "systémiques" massivement employés depuis les années 90 jouent un rôle majeur dans cette disparition. On trouve parfois de véritables tapis d’abeilles morte au pied des ruches. Les survivantes, devenues folles, ne savent plus s’orienter, ou bien, durablement affaiblies, surtout que la diversité de leur alimentation décroit fortement avec mes monocultures et l’absence de haies autour, attrapent toutes les maladies qui passent, et en particulier n’arrivent plus à résister au parasite acarien "Varroa destructor". Cerise sur le gâteau, le redoutable frelon asiatique passe massivement à l’attaque.

Il est plus qu’urgent de réagir : la plupart des plantes que nous mangeons (près de 85 %) ont besoin de cette pollinisation pour vivre : presque tous les fruits (pommes, abricots, cerises, fraises, framboises, etc.), les légumes (courgettes, tomates, salades, etc.), mais aussi les radis, les choux, les navets, les carottes, les oignons, les poireaux, le thym, l’huile de tournesol ou de colza, et même le café et le chocolat ! Sans pollinisateurs, pour faire bref, il ne nous restera plus que le blé, le maïs et le riz, des repas somme toute assez déprimants, et, accessoirement, plus grand-chose à mettre dans nos pots de fleurs.

Le Robobee est-il une solution fiable en soi ?

Quelle belle avancée technologique ! On peut évidemment la saluer. Mais de là à penser qu’elle va nous sauver la mise, quelle ingénuité, ou quelle arrogance ! On compte des dizaines de milliers d’ouvrières dans une seule ruche, qui peuvent chacune visiter 250 fleurs par heure. Une ruche peut traiter à elle seule jusqu’à 30 millions de fleurs en une journée. Et, malgré la crise très importante de la profession, il reste de l’ordre d’un million de ruches en France, ce qui n’est pas suffisant pour une pollinisation optimale. Qui va croire que des centaines de millions de robots vont faire à terme le même travail ?

Ça ressemble à un contre feu allumé par l’industrie chimique pour gagner du temps par rapport à l’inéluctable : l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes et d’une manière générale la très forte diminution des pesticides dans notre agriculture, qui en consomme beaucoup, beaucoup trop. On peut rapprocher cette annonce de celle qui a été faite il y a quelques mois, selon laquelle, en Chine, on en était arrivé à tenter de polliniser à la main, en grimpant dans les cerisiers et les poiriers avec des cotons-tiges ! Qui va croire que cela constitue de vraies solutions aux problèmes de l’agriculture mondiale ?

Quelles autres solutions existent-ils pour remplacer les abeilles si elles venaient à disparaître ?

Nous n’avons pas de solution alternative à la pollinisation par les insectes. Et nous ne sommes pas près d’en avoir ! La seule solution, c’est bien d’arrêter d’être irresponsable et de sauvegarder la nature tant qu’il est encore temps. Le glissement sémantique auquel nous assistons actuellement est significatif : nous disions que la voracité des insectes menaçait l’agriculture et qu’il fallait prendre des mesures pour les éradiquer pour pouvoir tous manger. Et maintenant nous nous apercevons que la disparition collatérale d’autres insectes constitue un danger encore plus grand pour l’agriculture, et l’alimentation mondiale ! L’homme réputé le plus puissant du monde (celui qui n’a pas réussi à empêcher la guerre à Gaza…) convoque la presse à la Maison Blanche pour alerter le monde sur ce danger mortel, la disparition des pollinisateurs… On peut, on doit espérer, qu’il sera à terme plus efficace face aux multiples lobbies de "l’ancienne agriculture".

Avant de se tourner vers la robotique et le remplacement des abeilles, ne devrions-nous pas plutôt nous pencher sur les solutions pour sauver les abeilles ? Quelles solutions avons-nous aujourd'hui ?

On a vraiment besoin de produire de la nourriture, énormément de nourriture, de plus en plus de nourriture sur terre. Il faut encore augmenter de 70 % la production agricole mondiale. Prendre le risque de baisser radicalement la production dans les régions du globe où l’agriculture est efficace sans savoir si les zones d’agriculture peu productives pourront augmenter leur production et prendre le relais, équivaut en fait à envisager une déstabilisation majeure de la paix dans le monde : émeutes de la faim, révolutions, guerres, terrorisme, extrémismes de tous bords.

Or les solutions existent pour passer d’une agriculture "chimiquement intensive" à une agriculture "écologiquement intensive", qui intensifie les processus écologiques au lieu d’intensifier les processus chimiques. Elles entrainent une nouvelle révolution agricole, au moins aussi importante que la précédente révolution verte, dont quelques principes sont : utiliser nos terres 365 jours par an (pratiquement plus de labour), cultiver dessus des mélanges de plantes complémentaires (pratiquement plus de monoculture), aller chercher les matières nutritives plus profondément en remettant des rangées d’arbres tous les 20 m (agroforesterie), et utiliser au mieux les auxiliaires de culture, abeilles, vers de terre, chouettes, chauve-souris, hirondelles, mésanges, carabes, etc., mais aussi bactéries, champignons, etc. Rechercher l’équilibre et la fertilité par des voies naturelles plutôt que de tenter d’éradiquer certaines espèces par des interventions mécaniques ou chimiques de plus en plus violentes, aux conséquences en chaine parfois imprévisibles. Produire autrement, comme le préconise le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, ou l’Association pour une agriculture écologiquement intensive par exemple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 07/08/2014 - 14:23
Robofuck ! La survie race est sauvée des moeurs inverties
Comme inventeur de Robofuck, robot hyper baiseur, les hommes hétéros ont du souci à ce faire. Les femmes en sont folles, les ultra phéromones les mettent dans un état proche de l'hystérie, nymphomanes ou pas. Avantage révolutionnaire un bouton "release - no release" permet de contrôler l'injection de sperme hyper activé durant l'action et sur le modèle super des boutons jaunes blancs noirs verts permettent de choisir la race et la religion ! Moyennant un supplément, sodomie voire double pénétration sont disponibles !
Un modèle "gay" est en préparation. Moins cher et très efficace aussi !