En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 5 heures 1 sec
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 6 heures 13 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 13 heures 46 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 5 heures 35 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 6 heures 53 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 12 heures 11 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 13 heures 49 sec
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 13 heures 50 min
© Reuters
Le jour de libération fiscale serait tombé cette année le 28 juillet, ce qui représente deux jours de plus que l'année dernière.
© Reuters
Le jour de libération fiscale serait tombé cette année le 28 juillet, ce qui représente deux jours de plus que l'année dernière.
Un peu d'air

Pression fiscale : et cela ne fait que deux jours que vous ne travaillez pas pour l’État en 2014

Publié le 30 juillet 2014
En 2014, le salarié moyen français a travaillé jusqu’au 28 juillet pour financer les dépenses publiques, soit 2 jours de plus que l’an passé. C'est ce qu'indique l'Institut économique Molinari dans la 5e édition de son étude sur le "fardeau social et fiscal de l'employé moyen au sein de l'Union européenne".
Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui vise à entreprendre et à stimuler l’approche économique dans l’analyse des politiques publiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui vise à entreprendre et à stimuler l’approche économique dans l’analyse des politiques publiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2014, le salarié moyen français a travaillé jusqu’au 28 juillet pour financer les dépenses publiques, soit 2 jours de plus que l’an passé. C'est ce qu'indique l'Institut économique Molinari dans la 5e édition de son étude sur le "fardeau social et fiscal de l'employé moyen au sein de l'Union européenne".

Atlantico : Lundi 28 juillet, l'étude sur le "fardeau social et fiscal de l'employé moyen au sein de l'Union européenne" a été publiée par l'Institut Molinari. Le jour de libération fiscale serait tombé cette année le 28 juillet, ce qui représente deux jours de plus que l'année dernière. Comment ce résultat a-t-il été calculé, et que traduit-il ?

Cécile Philippe : En effet, le jour de libération fiscale tombe cette année en France le 28 juillet d’après nos calculs. C’est  la 5ème édition de notre étude et nous procédons de la manière suivante : A partir du salaire brut moyen (données OCDE et Eurostat), Ernst&Young calcule les charges sociales patronales, les charges sociales salariales et l’impôt sur le revenu pour un salarié célibataire sans enfant. De notre côté, nous estimons la TVA et calculons le jour de libération fiscale et sociale du travailleur moyen de chaque Etat membre de l’Union européenne. Le résultat, cette année, traduit un alourdissement du fardeau fiscal de l’employé moyen en France qui doit travailler deux jours de plus que l’an passé pour financer les dépenses publiques. 

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en 2013, les prélèvements obligatoires en France étaient de 44, 2 % du PIB. Mais cette somme sert également à financer la redistribution. Dans quelles proportions le contribuable profite-t-il d'une certaine redistribution de la somme ?

Effectivement, l’OCDE est à l’origine de la notion de prélèvements obligatoires qu’elle définit comme l’ensemble des "versements effectifs opérés par tous les agents économiques au secteur des administrations publiques […] dès lors que ces versements résultent, non d’une décision de l’agent économique qui les acquitte, mais d’un processus collectif […] et que ces versements sont sans contrepartie directe". Ils ne recouvrent pas l'intégralité des prélèvements opérés sur les agents économiques ni l'ensemble des recettes des administrations publiques. Or, justement, dans notre étude, nous essayons de tenir compte de ce que chaque employé paie réellement de façon obligatoire. Bien sûr, que le contribuable en retire certaines prestations, et heureusement, compte tenu des sommes en jeu. Cependant, ce que nous essayons de calculer, c’est le coût de ces prestations, afin de voir ce qu’elles représentent et si l’argent public est bien utilisé.

Or, la France présente l’inconvénient pour le salarié de figurer à la fois dans la catégorie des pays les plus fiscalisés et celle des pays enregistrant les plus forts dérapages des comptes publics l’an passé. Pire encore, nous ne sommes pas sûrs que les dépenses publiques sont bien allouées. Par exemple, quand les Nations Unies calculent l’Indice de développement humain, elles positionnent la France 20ème sur 177 pays. C’est une position qui n’est pas à la hauteur de ses dépenses publiques. Des pays ayant une pression fiscale moindre sur l’employé moyen obtiennent un IDH proche du nôtre (Autriche, Finlande, Slovénie, Danemark) ou vraiment supérieur (Allemagne, Suède, Pays-Bas).

Au sein de l'Union européenne, 15 pays contribuent à l'augmentation des prélèvements obligatoires, tandis que 9 pays contribuent à la baisse. Qu'est-ce que cela signifie ? Quelles différences de politiques publiques entre ces pays ?

Effectivement, nous sommes à un tournant. Nombreux sont les pays à avoir joué la carte de l’augmentation de la fiscalité. Les ajustements faits dans plusieurs pays traditionnellement moins fiscalisés sont d’une ampleur inédite. Le jour de libération fiscale intervient 31 jours plus tard en Grèce par rapport à 2010, 27 jours plus tard en Espagne, 19 jours plus tard à Malte.

Il existe pourtant une autre solution qui est celle de se pencher sur l’ensemble des programmes publics et parapublics et tenter de mettre en place des réformes structurelles. Les exemples des Pays-Bas (gain de 12 jours de liberté fiscale en 4 ans), du Danemark (gain de 10 jours en 4 ans), de l’Allemagne (gain de 8 jours) ou de la Suède (gain de 7 jours) montre qu’il est possible de réduire les impôts pesant sur les salariés moyens, tout en arrivant à équilibrer les comptes publics ou à faire mieux que la France. Cela passe évidemment par des réformes structurelles adaptées à chaque pays.

Comment expliquez-vous que Contribuables associés, qui pourtant utilise la même méthode de calcul, propose pour sa part le 27 juillet, soit deux jours de moins que l'année dernière ?

Contribuables associés trouve une date légèrement différente car leur méthode diffère de la nôtre. Leur jour de libération est calculé à partir des dépenses publiques rapportées au PIB. Très utile, ce ratio repose sur des données chiffrées agrégeant la fiscalité pesant sur tous les agents économiques. Ce faisant, on ne peut pas déterminer clairement la part des revenus des salariés consacrée au financement des services publics et à la sécurité sociale obligatoire. Notre étude vise à surmonter cela, en comparant la pression fiscale et sociale réellement supportée par le salarié moyen dans chaque pays composant l’UE. Elle permet ainsi de mesurer le coût réel des services publics et de la sécurité sociale pour le salarié moyen. Les deux dates sont très proches et in fine complémentaires. La nôtre représente ce que paie réellement le salarié moyen, celle de Contribuables associés, celle que supportent les entreprises comme les contribuables. Au final, les résultats sont très proches.

De nombreux médias parlent d'un indicateur plus idéologique que réel et mettent en évidence de nombreux dysfonctionnements de calcul. Que répondez-vous à cela ?

Ce que certains médias n’apprécient pas, c’est le fait que nous utilisions le terme de libération fiscale. Or, ce terme, outre le fait qu’il facilite la communication, est un outil pertinent pour décrire la réalité. En effet, cette date indique une chose tout à fait réelle, à savoir que parmi les dépenses que nous faisons chaque année, certaines sont obligatoires et d’autres pas. C’est en quelque sorte un indicateur de liberté économique et sociale. Ne pas faire la différence entre les deux est absurde puisque cela a quantité d’effets économiques. Plus encore, c’est un outil de transparence. Les contribuables n’ont plus aucune vision globale des prélèvements obligatoires payés en leur nom, et ce depuis plusieurs décennies. Nous sommes dans le flou fiscal et social le plus complet et cet état de fait est totalement anormal. L’article 14 de la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 précise que "Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.". Notre étude vise, en partie, à combler ce manque.

Enfin, sur la méthode et les résultats, Les résultats de l’IEM se comparent parfaitement avec les études internationales. Ils sont notamment proches de ceux de l’étude annuelle Taxing Wages de l’OCDE, en dépit de deux différences de construction. En effet l’IEM (1) prend en compte la TVA, exclue de Taxing Wages et (2) s’appuie sur des taux de charges et d’impôts 2014, fournis par son partenaire Ernst & Young Belgique, là où l’OCDE prend en compte les taux de cotisations et charges et d’impôts constatés l’an passé.

L’IEM raisonne à partir d’un cas type, en prenant en compte le salarié moyen célibataire sans enfant de chaque pays de l’Union européenne. Toutes les assiettes sont adaptées à ces salariés moyens, ce qui garantit la cohérence des résultats.

L’IEM part du salaire complet, concept largement utilisé par les économistes. L’OCDE fait de même dans Taxing Wages en prenant en compte les charges patronales comme salariales comme l’impôt sur le revenu pour calculer un "fardeau fiscal" sur les revenus du travail. Précisons que l’administration française fait aussi fréquemment de même (par exemple Cahiers de la DG Trésor – n° 2012-02 disponible ici).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 30/07/2014 - 13:24
Il y a tellement d'impôts et taxes cachées
que l'on paie sans sans s'en rendre compte, comme la TVA que l'on ne se rend pas compte que nous ne travaillons même pas la moitié de notre temps pour nous, pour le reste l'état s'en charge sans nous demander notre avis, hier on donne qq millions d'€ au Hesbola, les français sont d'accords? On donne aux régimes spéciaux, aux roms, gens du voyage, aux immigrés, on donne à......la liste est trop longue. Au départ l'impôt n'avait pas été créé pour redistribuer mais pour le rôle régalien, c'était à dire la police, l'armée, l'éducation, pas pour faire des cadeaux.