En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 7 heures 34 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 11 heures 26 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 12 heures 32 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 13 heures 43 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 14 heures 34 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 16 heures 43 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 18 heures 30 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 11 heures 7 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 11 heures 59 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 13 heures 33 sec
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 14 heures 11 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 17 heures 42 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 18 heures 18 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 18 heures 55 min
© Reuters
Les pays occidentaux enverraient 30 milliards d’aide au développement par an à l'Afrique.
© Reuters
Les pays occidentaux enverraient 30 milliards d’aide au développement par an à l'Afrique.
Effet boomerang

Aide à l’Afrique : derrière la bonne conscience des pays riches, le pillage plus ou moins assumé

Publié le 18 juillet 2014
134 milliards de dollars qui entrent chaque année et 192 qui sortent, pour un résultat négatif de 58 milliards : telle est la situation de l'Afrique, selon un récent rapport publié par une quinzaine d'ONG. Le signe de relations rarement à l'avantage du continent.
Philippe Hugon est directeur de recherche à l'IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques), en charge de l'Afrique. Professeur émérite, agrégé de Sciences économiques à l'université Paris X, il vient de publier son dernier...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Hugon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Hugon est directeur de recherche à l'IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques), en charge de l'Afrique. Professeur émérite, agrégé de Sciences économiques à l'université Paris X, il vient de publier son dernier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
134 milliards de dollars qui entrent chaque année et 192 qui sortent, pour un résultat négatif de 58 milliards : telle est la situation de l'Afrique, selon un récent rapport publié par une quinzaine d'ONG. Le signe de relations rarement à l'avantage du continent.

Atlantico : Selon le rapport de 15 ONG rendu ce mardi 15 juillet,  Honest accounts ? The true story of Africa’s billion dollar losses, chaque année 134 milliards de dollars "entrent" en Afrique sous diverses formes et 192 milliards en "sortent", pour un résultat négatif de 58 milliards (voir ici). Derrière tous les discours sur le développement de l’Afrique, la situation économique et humaine du continent reste-t-elle tout de même critique ?

Philippe Hugon : L’heure est plutôt à la croissance économique, avec une moyenne de 5% environ depuis la fin du XXe siècle. Les inégalités sont très fortes, mais la classe moyenne est tout de même en train de monter. Celle-ci représente un tiers de la population si on la fait démarrer à un niveau au-dessus de 2 dollars par jour. La situation n’est pas critique, donc,  néanmoins elle n’est pas aussi euphorique que ce que veulent bien dire certains analystes. Les vulnérabilités restent considérables, les économies sont moins endettées qu’il  a quelques décennies mais restent dépendantes des matières premières. Elles exportent essentiellement des produits peu transformés dont les prix sont très volatiles. Certaines sont rendues vulnérables à cause de l’insécurité, comme celles de l’arc sahélo-saharien, de la Somalie ou d’une partie de l’Afrique centrale. Par contre les financements extérieurs ont été multipliés par trois depuis le début des années 2000, les investissements directs étrangers ont fortement crû, les transferts d’immigrants représentent des transferts importants, les possibilités de prêt des banques ont augmenté, et l’aide publique au développement, si elle stagne, constitue pour certains pays très pauvres un apport de capitaux.

L’Afrique est un lieu important d’entrées de capitaux, mais également de sorties, comme le précisent ces ONG. Les logiques des entreprises sont surtout court-termistes : l’Afrique a le taux de rentabilité le plus élevé du monde pour les filiales de multinationales, à cause de l’insécurité et de l’instabilité. Un certain nombre d’acteurs privés ou publics procèdent à un certain nombre de sorties de capitaux pour les placer à l’extérieur. Sans aller plus avant dans le détail des chiffres avancés par ces ONG, qui peuvent être discutés, il est certain que les entrées et les sorties sont massives, et pas toujours transparentes. les chiffres des organisations internationales ne sont pas exactement les mêmes, mais reflètent une réalité semblable.

Les pays occidentaux enverraient 30 milliards d’aide au développement par an. Ce chiffre vous semble-t-il pertinent ? Qu’en est-il dans les faits ?

A ma connaissance il s’agirait plutôt de 50 milliards, mais tout dépend de la façon dont on calcule l’aide. Il apparaît aujourd’hui que l’aide publique au développement joue un rôle de moins en moins important par rapport aux apports de capitaux privés. Ces capitaux, lorsqu’ils sont publics, proviennent de plus en plus des pays émergents d’Asie et des fonds souverains pétroliers. Donc qu’elle soit bilatérale (d’Etat à Etat) ou multilatérale (d’institutions à Etats), la part des aides publiques tend à diminuer. Le chiffre de 50 milliards peut être discuté, car tout dépend des modes de calcul de l’aide. Certains se font en trompe l’œil, en intégrant les frais d’études des étudiants africains, les frais de rapatriement des immigrés clandestins, les annulations de dettes en ajoutant au passage celle de l’Irak, etc. C’est ainsi qu’on parvient à gonfler le chiffre de l’aide. Les ONG, elles, ont sans doute supprimé les annulations de dette dans leur calcul.

Tout en versant des aides au développement, les Etats occidentaux appuient leurs entreprises exploitant les ressources africaines, mais beaucoup de populations locales ne retirent pas systématiquement les bénéfices de ces implantations. De fait, les aides servent-elles, au moins en partie, à masquer cette réalité ?

Il est évident que l’aide a en partie une fonction géopolitique, et n’a pas seulement pour objectif d’assurer le développement économique. Les pays occidentaux ont longtemps utilisé le système des aides pour accéder à l’exploitation de ressources naturelles, notamment lorsque la France défendait les intérêts d’Elf. Pour la Chine en revanche, l’aide est l’instrument de l’accès aux ressources naturelles. Les Occidentaux aujourd’hui passent essentiellement par des multinationales. Total peut dans certains cas être appuyé par l’Etat, mais globalement l’entreprise est présente dans les pays où l’aide française est absente ou très faible : Angola, Nigéria, Soudan du sud… Par contre autrefois Total était, par le biais d’Elf, très présent au Gabon et au Congo, où les liens entre les politiques et les stratégies des multinationales étaient évidents. Disons qu’aujourd’hui le lien ne peut plus être établi d’une manière aussi directe qu’avant.

Aujourd’hui les pays occidentaux ont besoin de sécuriser leurs approvisionnements en hydrocarbures, et il est évident que l’appui à certains pays est essentiel, notamment pour sécuriser les routes maritimes ou empêcher les actions terroristes.

 

Qu’en est-il des aides apportées par les Chinois ? Sur quelle base fonctionnent-elles, et avec quelles conséquences pour les populations concernées ?

En Chine le concept de l’aide n’existe pas, car les Chinois ne différencient les fonds des entreprises multinationales des actions de coopération. Dans cet apport globalisé, les Chinois fonctionnent avec le "package deal" : d’un côté des apports financiers sous la forme de routes, de barrage ou de palais présidentiels, pour avoir en contrepartie accès à des ressources naturelles stratégiques. Vu son taux de croissance, la Chine a absolument besoin de pétrole, de charbon, de gaz, ou encore de métaux.

De l’utilisation des fonds, il ressort souvent un phénomène de gaspillage. Le développement économique et le bien-être des populations n’est pas toujours au cœur des préoccupations. La RDC est un exemple parmi tant d’autres.

Lorsque les ressources naturelles sont exportées sans renouvellement, alors la rente représentée par celles-ci est maximisée le plus rapidement possible. Dans certains cas les Etats africains auraient intérêt à ne pas vendre leur pétrole et à le conserver en attendant que les prix augmentent. Le pillage est donc évident.

Le rapport met en avant le fait que bon nombre d’aides versées sous forme de prêts servent aux Etats africains pour rembourser leurs dettes, ce qui se traduit par un aller-retour de fonds. Dans quelle mesure peut-on qualifier ce système d’ubuesque ? Comment mettre un terme à ce cercle vicieux ?

Le système ubuesque a existé tant qu’on se trouvait dans le processus d’endettement permanent. Les pays ne pouvaient pas remplacer leurs dettes, qui n’étaient pas renégociables, et étaient obligés de s’endetter de nouveau à des taux d’intérêt croissants. Les aides ne servaient donc qu’à maintenir la machine, avec une croissance nulle ou négative. Le système a été cassé à partir de 1995, notamment sous la pression des ONG. Les seuls pays fortement endettés sont ceux qui ne respectent pas un minimum de droits ou de principes de bonne gouvernance. L’aide ne permet pas vraiment de rembourser la dette aujourd’hui, par contre l’annulation de la dette a été prise sur les fonds affectés à l’aide. C’est pourquoi cette dernière a diminué.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires