En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 9 heures 54 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 13 heures 13 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 16 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 21 heures 52 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 22 heures 33 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 14 heures 59 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 16 heures 25 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 17 heures 11 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 18 heures 6 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 22 heures 52 min
© Reuters
Michel Sapin veut mettre un terme à l'hégémonie du dollar.
© Reuters
Michel Sapin veut mettre un terme à l'hégémonie du dollar.
Euuuuuuh...

Contrer l’hégémonie du dollar en boostant l’euro, OK Michel, mais comment le faire concrètement avec les moyens de Bercy ?

Publié le 08 juillet 2014
Michel Sapin veut mettre un terme à l'hégémonie du dollar, mais il oublie que Bercy n'a aucune influence en la matière, et que de toute façon la tendance au rééquilibrage entre les devises est déjà amorcée.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Sapin veut mettre un terme à l'hégémonie du dollar, mais il oublie que Bercy n'a aucune influence en la matière, et que de toute façon la tendance au rééquilibrage entre les devises est déjà amorcée.

Atlantico : En marge des rencontres du Cercle des Economistes à Aix en Provence, le ministre des Finances à montré du doigt l’hégémonie du dollar dans les échanges internationaux, estimant qu’un rééquilibrage était "possible et nécessaire". Concrètement, comment procède-t-on à un tel rééquilibrage des devises ?

Alexandre Delaigue : Ce n’est pas si simple, car une transaction implique toujours deux intervenants, et si l’un des deux veut payer ou être payé en dollars, il faut bien "faire avec". Si le dollar est très utilisé dans les échanges internationaux, c’est parce que c’est un marché très liquide. Mais rien n’oblige personne à en utiliser, d’autant qu’il existe déjà des outils qui permettent de "contrer" la nécessité des paiements en dollars. C’est une obsession française vieille de 50 ans ; Valéry Giscard d’Estaing disait, lorsqu’il était ministre des finances du général de Gaulle, qu’il s’agissait du "privilège exorbitant du dollar".

Avec le dollar, l’extraterritorialité des lois américaines a permis de condamner BNP Paribas à payer une amende. C’est pourquoi cette obsession toute française est remise d’actualité. Mais il faut bien comprendre que la forte utilisation du dollar venait justement du fait que ce type d’affaire ne se produisait pas. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre : si vous invitez les acteurs économiques à effectuer des transactions dans votre devise et qu’ensuite vous leur infligez tout un tas d’impôts et de réglementations, ne vous attendez pas à ce qu’ils renouvellent l’expérience. C’est pourquoi jusqu’ici les pays avaient l’impression de bénéficier d’une certaine impunité.

Comment en est-on arrivé à ce que le dollar soit en position "hégémonique", comme le dit Michel Sapin ?

Initialement la Livre sterling était la première devise, et ce jusqu’en 1914, car Londres était la première place financière, et la Grande-Bretagne, la première économie du monde. Après la Première guerre mondiale l’Europe était affaiblie, et dans les années 1920 le dollar est devenu la première monnaie mondiale, puis a cessé de l’être en 1929 à cause de la crise de Wall Street. Beaucoup de pays ont renoncé à utiliser le dollar, puis la Seconde Guerre mondiale est passée par là, et les accords de Bretton Woods ont mis le dollar au centre des échanges économiques.

Les Etats-Unis sont la première économie mondiale, possèdent la première place financière avec New York et Chicago, ce qui leur confère la position de force qu’on leur connaît. Cependant l’historien de l’économie Barr Eichengreen l’a très bien montré dans son livre "Un privilège exorbitant" (Odile Jacob, 2011), cette position du dollar s’érode au fur et à mesure que d’autres économies grandissent, et que bon nombre de transactions n’ont pas besoin de passer par lui. Car l’usage du dollar répond à une commodité : comme tout le monde en utilise, si vous avez besoin, par exemple, de rands sud-africains, vous changerez d’abord votre monnaie en dollars, puis en rands, car on trouve toujours un marché relativement liquide à partir de la devise américaine. Ce qui n'est pas fircément le cas entre votre monnaie nationale et le rand sud-africain, pour poursuivre cet exemple.

Mais qu’est-ce qui vient contredire le discours du ministre des Finances ?

Cette position acquise du dollar a tendance à s’éroder, comme je le disais, car l’Europe a désormais une seule monnaie, ce qui génère automatiquement un effet de poids dans les transactions, et le yuan, quant à lui, commence à monter, devenant un peu plus une monnaie de réserve internationale.

De plus, dans le cas très actuel de l’Argentine, on voit une Cour américaine qui applique le droit américain sur une dette souveraine étrangère. L’Argentine en a pris acte, et procède aujourd’hui à des émissions dans sa monnaie nationale, et va de plus en plus le faire pour éviter de se retrouver de nouveau dans une telle situation. De même, la prochaine fois qu’un Nord-coréen cherchera une banque avec laquelle faire des affaires et avoir des devises, sans doute utilisera-t-il plus volontiers du yuan que du dollar, instruit qu’il est par ce qui est arrivé à BNP Paribas.

Mais c’est un processus très lent. Le passage de la Livre sterling au dollar comme première monnaie mondiale s’est fait de 1914 à 1945. Il a fallu passer par deux guerres mondiales, ce qui n’est pas rien. Les gens ont des habitudes, et il faut du temps pour en changer.

Si ce rééquilibrage entre les devises est effectivement en cours, comment faut-il alors interpréter la déclaration de Michel Sapin ? Celle-ci relève-t-elle simplement de la posture ?

On peut véritablement parler de posture. Si Bercy a été très sensible aux intérêts de BNP Paribas, c’est surtout pour des raisons qui ont à voir avec les "portes coulissantes" entre les grandes banques françaises et l’inspection des finances. Autrement dit, si le degré de défense apporté à BNP Paribas est aussi important, c’est parce que les très grandes banques occupent une place centrale dans le système politique français. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la déclaration de Michel Sapin. Et de toute façon un politique ne sera jamais contesté en France  pour avoir dit ce genre de chose.

La prévalence ou non du dollar dépend uniquement d’agents privés, les politiques publiques n’y peuvent rien. Les banques centrales sont indépendantes, de toute façon, et tout le monde a été très content pendant la crise du fait que la FED octroie une ligne de crédit quasi illimitée à la BCE pour fournir suffisamment de dollars aux banques qui en avaient besoin. Nous nous trouvons dans une logique coopérative qui a beaucoup plus d’importance que les rodomontades de quelques uns.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
yeneralobregone
- 08/07/2014 - 17:10
sapin veut contrer l'hégémonie du dollar !
s'il arrive déja à contrer l'hégémonie du noyer ...
vangog
- 08/07/2014 - 12:22
Ah! Quand les socialos cesseront-ils
de parler, parler, parler ( avec les syndicalistes ultra-gauchistes, on n'entend plus qu'eux sur les chaînes de la propagande...) et ne pas agir ensuite?
Ils devront apprendre que "le geste doit toujours précéder la parole", sinon celle-ci n'a aucun sens...