En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 41 min 33 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 2 heures 21 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 2 heures 43 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 3 heures 54 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 21 heures 7 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 21 heures 56 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 22 heures 44 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 1 heure 42 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 3 heures 11 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 3 heures 54 min
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 20 heures 36 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 21 heures 34 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 22 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 23 heures 6 min
© Reuters
La surface de la banquise en Antarctique serait supérieure de 2.1 millions de kilomètres carrés aux prévisions de la période de l'année.
© Reuters
La surface de la banquise en Antarctique serait supérieure de 2.1 millions de kilomètres carrés aux prévisions de la période de l'année.
L'Âge de glace

Dérèglement climatique, le record qu’on n’attendait pas : la Terre n’a jamais eu autant de banquise qu’en ce moment… Que se passe-t-il ?

Publié le 11 juillet 2014
Le NSIDC, organisme fondé par la Nasa, dont la mission est d'observer jour après jour l'évolution des étendues glacées sur Terre, a récemment rapporté un phénomène pour le moins inattendu : ses satellites montrent que la banquise en Antarctique est de 2,1 millions de kilomètres carrés plus étendue que ce qu'avaient prédit les modèles de référence.
Jérôme Weiss est directeur de recherche du CNRS au laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’environnement (LGGE). Ingénieur de l’Ecole Normale Supérieure de Géologie (Nancy), il est spécialiste de complexité et lois d'échelle dans la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Weiss
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Weiss est directeur de recherche du CNRS au laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’environnement (LGGE). Ingénieur de l’Ecole Normale Supérieure de Géologie (Nancy), il est spécialiste de complexité et lois d'échelle dans la...
Voir la bio
Frédéric Decker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le NSIDC, organisme fondé par la Nasa, dont la mission est d'observer jour après jour l'évolution des étendues glacées sur Terre, a récemment rapporté un phénomène pour le moins inattendu : ses satellites montrent que la banquise en Antarctique est de 2,1 millions de kilomètres carrés plus étendue que ce qu'avaient prédit les modèles de référence.

Atlantico : Un récent rapport du National Snow and Ice Data Center (NSIDC, fondé par la Nasa) dévoile que la surface de la banquise en Antarctique serait supérieure de 2.1 millions de kilomètres carrés aux prévisions de la période de l'année. Comment expliquer un tel phénomène ?

Frédéric Decker : Les modèles climatiques ont leurs limites. Ils l’ont d’ailleurs déjà démontré en échouant sur l’accélération du réchauffement prévue pour la décennie 2000-2010 à l’échelle planétaire. Au lieu de cela, la température moyenne globale de notre planète a stagné, voire très légèrement augmenté. C’est aussi le cas dans les prévisions de comportement des banquises arctique et antarctique.

Le fait que la banquise antarctique progresse cette année n’est pas très étonnant. La variabilité naturelle du climat fait que ce type de fluctuation reste "normal". La Terre vient de connaître son deuxième printemps le plus chaud depuis la fin du 19e siècle, juste derrière le printemps 2010. Plus régionalement, l’Antarctique a connu des mois conformes aux moyennes de saison, voire un peu froid depuis ce début d’année.

Avec plus de 12 millions de km2 d’extension des glaces et de la neige, l’hémisphère Sud bat en effet un record de forte extension. D’ailleurs, en contradiction avec le réchauffement global, cette extension est régulière depuis les premières mesures en 1979, à l’inverse de l’hémisphère Nord et donc de la zone Arctique qui voit la couverture de neige et de glace réduire progressivement.

Jérôme Weiss : La NSIDC est un organisme qui effectue un suivi quasi journalier des étendues des glaces de mer à partir des données satellitaires depuis un peu plus d’une trentaine d’années, que ce soit pour l’Antarctique ou l’Arctique. Il faut rester prudent car il se trouve que contrairement à l’Arctique, la glace de mer de l’Antarctique est annuelle, c’est-à-dire qu’elle grossit en hiver (l’été pour nous) et disparaît quasiment en été. De ce fait, les variations entre les années sont très importantes, c’est ce qu’on appelle la variabilité interannuelle.

Malgré tout, il est vrai que depuis quelques années, il y a une tendance globale à l’augmentation des étendues glacées, et qui est suffisamment importante pour qu’elle remette en cause les modèles de simulation.

Pourtant, le programme de modélisation de l'évolution des banquises utilisé par les Nations-Unies prévoit une diminution de sa surface, et non une augmentation. Peut-on mettre en cause les paramètres qui le composent ?

Frédéric Décker : Les modèles climatiques échouent régulièrement, comme je le disais plus haut, plus encore sur les projections des précipitations à venir. Le cas de l’Antarctique est toutefois particulier : le réchauffement est peu marqué, et concerne essentiellement la frange littorale du continent glacé ; une grande partie intérieur de l’Antarctique stagne, voire se refroidit ! Ce léger réchauffement côtier s’accompagne de précipitations plus abondantes que dans un passé récent, augmentant donc la masse neigeuse près des côtes, neige qui se transforme en glace et donc en banquise lors des hivers extrêmement froids de cette partie du monde. Cette extension est donc logique, elle pourrait même perdurer dans les années, voire les décennies à venir avant, peut-être, un recul ultérieur. Les climatologues planchent régulièrement sur les modèles climatiques qui demandent fréquemment des réglages. Nul doute que les prévisions à long terme vont progresser, mais lentement en fonction de la meilleure compréhension de certaines interactions, notamment entre les océans et l’atmosphère.

Jérôme Weiss : Le paramétrage de ces modèles est extrêmement complexe. Il doit prendre en compte de nombreuses données, concernant les océans, les sols, les vents, le climat… Même pour l’Arctique, ces modèles n’ont pas été capables de modéliser la vitesse du déclin de la banquise. On le voit aujourd’hui pour la zone Antarctique.

A quel point ce phénomène remet-il les différents scénarios du dérèglement climatique en question ?

Frédéric Decker : Le climat terrestre est très complexe. Parler de dérèglement est d’ailleurs erroné puisque, par définition, le climat terrestre n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais linéaire, donc jamais "réglé". Réchauffements et refroidissements se succèdent depuis toujours, notre planète a d’ailleurs été beaucoup plus chaude qu’aujourd’hui il y a plusieurs millions d’années (mais la configuration géographique a changé depuis en raison de la dérive des continents).

Le réchauffement climatique, puisque c’est de cela qu’il s’agit notamment depuis les années 70, est mesuré et confirmé. Les tendances climatiques vont dans le sens de la poursuite de ce réchauffement, mais les modèles restent assez indécis sur la rapidité et l’intensité de ce réchauffement. Des phénomènes naturels sont d’ailleurs susceptibles de contrarier ce réchauffement…

Jérôme Weiss : Il faut effectivement prendre ces scénarios avec des pincettes. D’autant qu’il y a une carence en données scientifiques, pour l’épaisseur de ces banquises comme on le disait tout à l’heure par exemple. Il ne faut pas prendre ces modèles pour ce qu’ils ne sont pas, il faut intégrer l’idée qu’ils sont du domaine de la spéculation, au plus proche de la réalité, certes, mais imparfaits quand même.

On ne comprend pas vraiment l’origine des variations pour l’antarctique, mais il y a plusieurs possibilités de réponses. D’une part, le continent antarctique est une des régions du globe où le réchauffement climatique est le moins marqué. Il y a une circulation atmosphérique et océanique (40ème rugissants, 50ème hurlants) qui diminue sa sensibilité aux températures autour d’elle.

Il y aurait une autre explication, plus paradoxale, consistant à expliquer ce phénomène en tant qu’effet secondaire du réchauffement climatique. Le réchauffement provoquerait une augmentation de l’humidité, transformée en neige, et qui déposée sur la mer en masse provoquerait un gel de sa surface. Ce qui est sûr, c’est qu’au regard des statistiques qui montrent une augmentation des étendues de la banquise en antarctique depuis plusieurs années, la communauté scientifique se demande s’il n’y a pas quelque chose de significatif qui est en train de se produire et que l’on n’avait pas prévu.

De quoi est-on aujourd'hui sûr en ce qui concerne le dérèglement climatique, et son effet sur la diminution de la banquise ? 

Frédéric Decker : Justement, nous ne sommes sûrs de rien. Le climatologue ou le scientifique qui affirme être sûr de quoi que ce soit dans ce domaine est à côté de la plaque ! Le climat est complexe, certaines de ses subtilités nous échappent encore, et nous avons toujours à apprendre à ce sujet.

Bien sûr, le réchauffement actuel occasionne une diminution de la banquise Arctique qui se confirme depuis la fin des années 70 (début des mesures fiables). Mais  je rappelle que le climat arctique s’est brutalement refroidi entre la fin des années 40 et 1979 (d’où une extension de la banquise), avant de connaître un nouveau réchauffement (comme entre 1900 et 1945). La poursuite du réchauffement va donc probablement maintenir la fonte des glaces de l’hémisphère Nord. La situation plus complexe de l’Antarctique laisse à penser que son expansion pourrait perdurer ces prochaines années. Ce continent est si froid qu’un réchauffement d’un degré ou moins ne suffit pas à faire reculer sa banquise. Un réchauffement plus intense pourrait peut-être inverser cette tendance. Mais le conditionnel reste de rigueur…

Jérôme Weiss : On est sûr qu’il y a effectivement un réchauffement partiel, morcelé de la planète. En Arctique, la diminution de la banquise ne fait aucun doute. Mais on doit encore travailler à mieux comprendre ce phénomène, à mieux en établir l’impact.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 09/07/2014 - 21:42
Écologistes
De dangereux illuminés
ELLENEUQ
- 09/07/2014 - 19:56
C'est bien la preuve ...
Qu'on nous prend pour des cons !
vangog
- 09/07/2014 - 01:00
L'écologie est déjà une vieille demagogie
passée de mode, ayant fait moins de dégâts et de victimes que la social-démagogie, ayant duré moins longtemps aussi, mais véhiculée par les mêmes canaux, théorisée par les mêmes artisans de la décroissance, et mettant en jeu les mêmes réflexes de peur enfantine, le même angélisme malsain...
Les conférences écologistes des deux partis de l'UMPS sont issues du même faux constat, cet épouvantail pour serins que l'on nomme le " dérèglement climatique", pour aboutir à des conclusions tracées d'avance par des penseurs dogmatiques: abandon du nucléaire, principe de précaution, abandon de tout risque progressiste, de toute recherche novatrice, taxes et réglementations invasives etc...
Le résultat obtenu par ces apprenti-sorciers de la décroissance?
Un sabotage concerté de l'économie, à l'exemple de la très bête loi Dufflot et un fort dérèglement sociétal, dont la gauche est, fort heureusement, la première victime, mais qui n'épargne pas les Français lucides.
Le peuple de France devra mettre au rencard ces escrologues passéistes, avec tout le reste de la clique gauchiste, lorsque le FN lui aura rendu pouvoir et clairvoyance...