En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 16 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 17 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 19 heures 43 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 22 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 13 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 16 heures 34 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 22 heures 22 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 23 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 12 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 15 heures
© Reuters
La masse musculaire ne cesse de décroître à partir de 25 ans.
© Reuters
La masse musculaire ne cesse de décroître à partir de 25 ans.
Et hop

Papybuilder : comment entretenir ses muscles en vieillissant (et pourquoi c’est crucial)

Publié le 02 juillet 2014
Vous ne vous en rendez pas compte, mais votre masse musculaire ne cesse de décroître à partir de 25 ans. Une tendance que vous avez tout intérêt à inverser au plus tôt, et pas seulement pour pouvoir continuer à frimer sur les plages.
Christophe de Jaeger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vous ne vous en rendez pas compte, mais votre masse musculaire ne cesse de décroître à partir de 25 ans. Une tendance que vous avez tout intérêt à inverser au plus tôt, et pas seulement pour pouvoir continuer à frimer sur les plages.

Atlantico : A partir de quel âge notre masse musculaire diminue-t-elle ? En va-t-il de même pour les hommes et les femmes ?

Christophe de Jaeger : Le muscle a toujours été considéré comme un simple vecteur de performances sportives alors qu’il est au cœur de notre santé. La perte de la masse musculaire commence très tôt, dès 20-25 ans. Cette perte musculaire va s’accentuer autour de 50 – 60 ans, du fait d’une baisse accrue de l’activité physique, une majoration des déséquilibres hormonaux et des carences multiples qui s’installent dans l’organisme, pour aboutir, à la notion de « sarcopénie » (manque de muscle), qui est un syndrome gériatrique et le pendant de l’ostéoporose pour l’os, et qui correspond à une baisse pathologique à la fois de la masse musculaire, des performances musculaires et de la fonction musculaire.

La diminution de notre masse musculaire, hors vrais sportifs, est longtemps compensée par une infiltration compensatrice du muscle par la graisse et par nos réserves physiologiques qui compensent la diminution de la force musculaire. Ces différents mécanismes nous gardent dans l’illusion du maintien de nos muscles de 20 ans.

Les hommes sont un peu plus touchés que les femmes par cette réduction de la masse musculaire avec le vieillissement, qui je le rappelle commence dès la fin de l’adolescence, même si cette notion parait surprenante à la plupart des gens, car ils imaginent souvent que le vieillissement commence qu’à 50 ans. En fait, l’intérêt des chercheurs sur le muscle en tant que vecteur de santé est assez récent, puisque les premières descriptions de la sarcopénie (manque de muscle) datent de 1989 par Irwen Rosenberg.

Pourquoi nos muscles sont-ils si essentiels à notre longévité ? A mesure qu’ils faiblissent, à quels problèmes de santé nous exposons-nous ?

Nos muscles ne nous servent pas seulement à nous déplacer d’un point à un autre. Ils ont un rôle métabolique important. Ils vont par exemple, contribuer au maintien de l’équilibre de notre glycémie dans notre organisme. La glycémie ou concentration de sucre dans le sang se dégrade progressivement au cours de la vie pour aboutir à une intolérance au glucose ou à un diabète que l’on qualifiait avant de « diabète de la maturité ».

L’excès chronique de sucre va favoriser la prise de poids et altérer de nombreux systèmes et en particulier, le système artériel favorisant la survenue de maladies cardio-vasculaires (hypertension artérielle, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, etc…).  On retrouve ainsi un parallélisme certain entre la baisse de la masse musculaire, les troubles métaboliques et les maladies chroniques qui vont mener à la perte d’autonomie. Mais plus généralement, la diminution de notre masse musculaire signifie une diminution de nos réserves en protéines (le muscle est la principale réserve de protéines de l’organisme), une majoration de l’asthénie et de la fatigabilité, des troubles de la thermogenèse, de l’immunité, un risque accru d’ostéoporose, des troubles de l’équilibre, un risque accru de fracture en cas de chutes, une augmentation du risque de chute et une diminution des fonctions cognitives (mémoire)… Que cela soit directement ou indirectement, le muscle est un élément important de santé qu’il faut savoir ne pas négliger et entretenir régulièrement.

Notre société étant particulièrement sédentaire, sommes-nous davantage exposés à la diminution précoce de notre masse musculaire que nos ancêtres ?

 Il y a trois paramètres fondamentaux qui interviennent sur la masse musculaire : l’activité physique, les statuts hormonaux et nutritionnels. L’activité physique est le déclencheur de la synthèse protéique dans le muscle. On ne maintien ou on ne développe pas notre masse musculaire en n’ayant que peu ou pas d’activité physique (sédentaire).

C’est le problème de notre société qui fait tout pour diminuer l’effort physique de chacun. La seule façon d’échapper à cette tendance forte à la sédentarité et à l’excès calorique est de pratiquer un ou plusieurs sports. Or la pratique du sport nécessite un investissement en temps et, la plupart du temps, en argent (clubs, installations sportives) et enfin, cela demande un effort personnel… Nos ancêtres n’avaient pas le choix. Ils étaient obligés d’avoir une activité physique quotidienne beaucoup plus marquée que la nôtre pour vivre et en cela on peut penser qu’ils étaient moins exposés à la réduction de la masse musculaire.

En revanche, le facteur limitatif qui existait (plus ou moins marqué en fonction des époques) était un faible apport en protéines qui constituait en soi un facteur limitatif important à la synthèse de muscle. Aujourd’hui, nous avons la possibilité d’avoir facilement des apports importants quotidiens importants en protéines, mais également en sucres divers, favorisant la surcharge pondérale et les risques métaboliques.

Quelles sont les techniques et réflexes à adopter pour garder toute sa vie une musculature satisfaisante, qui nous protège ?

Trois facteurs interviennent sur notre masse musculaire : l’activité physique, les hormones, la nutrition. Si l’on souhaite être particulièrement efficace sur la gestion de ses muscles, il faut donc tenir compte de ces trois paramètres, nécessitant alors une prise en charge très spécialisée. En dehors de celle-ci, quelques conseils simples, de bon sens, peuvent nous aider à limiter les dégâts. Il faut alors toujours maintenir une bonne stimulation du muscle et le nourrir en conséquence.

L’idéal est d’associer un sport d’endurance (marche rapide, bicyclette, vélo elliptique, rameur…) un minimum de 30 minutes (idéal 45 minutes) trois fois par semaine et de la musculation au moins deux fois par semaine. Il faut toujours privilégier plusieurs séances dans la semaine, plutôt qu’une très longue séance le week end. Il faut également nourrir nos muscles. Les protéines sont en première place, quelle que soit leur origine (animal ou végétal). Faire du sport et ne pas permettre aux muscles de se développer du fait d’une alimentation carencée est évidemment un non-sens. Je rappelle également que la simple marche est un faux ami.

Elle ne consomme que très peu d’énergie et ne stimule quasiment pas les muscles. Enfin, l’idéal est tout de même à minima d’évaluer ce que l’on fait. Pour cela il faut mesurer sa masse musculaire. Plusieurs techniques sont disponibles : l’impédancemètrie que l’on retrouve maintenant sur de nombreux pèse-personnes du commerce et qui donne une première idée de la masse musculaire et de ses variations, mais surtout la DEXA qui est la technique de référence qui l’on trouve dans les centres spécialisés. Cette dernière technique permet d’entrer dans le monde du coaching moderne.

Des chercheurs tentent de développer un traitement consistant à inhiber une protéine naturelle appelée myostatine (voir ici), connue pour altérer la croissance des muscles. Des traitements pourraient-ils effectivement garantir la longévité de nos muscles ? Certains existent-ils déjà ?

La myostatine est une protéine destinée à réguler la croissance musculaire. L’entrainement physique va entrainer un développement du muscle qui sera limité physiologiquement par la myostatine. La myostatine n’altère donc pas la croissance des muscles. Elle participe à leur régulation. En inhibant pharmacologiquement l’activité de la myostatine, on va donc favoriser une certaine croissance du muscle au-delà de ce qu’elle devrait être. Cela pose un problème de physiologie. Supposons que vos muscles ne cessent de grossir.

Ou cela va-t-il vous conduire ? C’est en cela que votre question pose un problème fondamental. Faut il recourir hors maladie à des médicaments qui sous-entendent une action non physiologique, voire dangereuse pour la santé des individus à terme ? Pour moi, la réponse est en l’état clairement non !

Il existe actuellement des inhibiteurs de la myostatine en vente sur internet et qui sont principalement présents sur des sites de Bodybulders. Ces produits sont normalement destinés à un usage vétérinaire. D’autres pistes existent et en particulier la piste génétique, avec l’introduction dans le génome humain (chine, Mexique) de séquences pouvant partiellement inhiber la myostatine, manipulation difficilement détectable en terme sportif. Il me parait réellement pervers d’utiliser des substances naturelles pour juste améliorer une performance risquant à terme d’altérer le fonctionnement et donc la santé de l’organisme. Il est fondamental, hors maladie, de rester parfaitement physiologique dans toutes nos interventions sur le fonctionnement de notre corps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires