En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L'iPhone, nouveau coach sportif ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 4 min 32 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 17 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 15 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 3 heures 39 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 11 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 4 heures 42 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 5 heures 49 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 56 min 30 sec
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 3 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 4 heures 32 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 5 heures 3 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 5 heures 39 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 7 heures 28 min
© Reuters
L'attentat contre l'héritier du trône austro-hongrois à Sarajevo, le 28 juin 1914, conduisit l'Europe puis le monde dans la Première guerre mondiale.
© Reuters
L'attentat contre l'héritier du trône austro-hongrois à Sarajevo, le 28 juin 1914, conduisit l'Europe puis le monde dans la Première guerre mondiale.
WWIII

100 ans après Sarajevo et le déclenchement de la Première guerre mondiale, un attentat pourrait-il provoquer un enchaînement similaire aujourd’hui ?

Publié le 30 juin 2014
Il y a 100 ans, l'héritier du trône austro-hongrois était assassiné à Sarajevo. Le mécanisme implacable d'alliances automatiques entre Etats s'est alors engagé, avec pour conséquence la première guerre mondiale.
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Béatrice Giblin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Giblin est géopoliticienne. Ancienne élève d’Yves Lacoste, elle a dirigé l’Institut français de géopolitique à l’université de Paris VIII.Elle est notamment l'auteure de "Les conflits dans le monde. Approche géopolitique" (Armand Colin, 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 100 ans, l'héritier du trône austro-hongrois était assassiné à Sarajevo. Le mécanisme implacable d'alliances automatiques entre Etats s'est alors engagé, avec pour conséquence la première guerre mondiale.

Atlantico : L'attentat contre l'héritier du trône austro-hongrois à Sarajevo, le 28 juin 1914, conduisit l'Europe puis le monde dans la Première guerre mondiale. Aujourd'hui, un attentat pourrait-il conduire à une escalade militaire similaire ?

 

Jean-Bernard Pinatel : Non, pour plusieurs raisons. La plus importante est l'apparition de l'arme nucléaire. Les grands acteurs mondiaux ne peuvent se lancer dans une escalade des extrêmes, car ils ont la certitude que les risques qu'ils courraient seraient supérieurs aux enjeux. C'est pour cela que nous avons eu une guerre froide au lieu d'une guerre chaude après la seconde guerre mondiale. L'arme nucléaire gèle l'escalade militaire.

 

La deuxième raison, c'est que le monde est interconnecté économiquement. En cas de guerre mondiale, il n'y aurait pas de vainqueur économique. S'il y avait une guerre entre la Chine et les Etats-Unis (pays qui est sorti renforcé de la seconde guerre mondiale), les deux perdraient.

 

La troisième raison est aussi de nature politique : on a aujourd'hui l'Onu, dont le rôle est de modérer les intentions des uns et des autres. Elle joue un rôle. Lors des crises entre le Pakistan et l'Inde, l'Onu a été un élément de mobilisation et a calmé le jeu.

 

La quatrième raison est que les peuples, grâce aux réseaux sociaux, ne se laisseront aujourd'hui pas engager dans n'importe quelle guerre n'importe comment. Les politiques n'ont plus le monopole de l'information. Prenons un exemple récent : François Hollande a voulu entraîner la France dans une guerre en Syrie. Au début, 70% des Français y étaient favorables. Au fur et à mesure que beaucoup de gens, dont moi, on expliqué que ça serait une bêtise, l'adhésion est tombée à 30%. Cameron et Obama ont connu la même chose.

 

Il reste une cinquième raison, encore valable pour quelques temps : les dirigeants les plus âgés ou ceux qui ont pris leur retraite se souviennent encore de l'holocauste qu'a été la seconde guerre mondiale. Mais ça ne sera plus vrai dans vingt ans.

 

 

Béatrice Giblin : Non, c'est impossible. D'abord parce que le souvenir des tragédies des deux guerres mondiales fait que les responsables politiques y regarderaient à deux fois avant de se lancer dans un engrenage qui conduirait à une guerre mondiale.

 

De plus, nous ne sommes plus dans des affrontements de grands empires. En 1914, la France comme la Grande-Bretagne sont encore des puissances impériales, avec la capacité de mobiliser des troupes – les fameux tirailleurs sénégalais pour la France – ce qu'on serait bien incapable de faire aujourd'hui, fort heureusement.

 

Troisièmement, nous avons aujourd'hui des armées de métier, il n'y aurait donc pas l'équivalent d'une tragédie avec des millions de morts. Sauf à utiliser les bombes atomiques, mais c'est une autre histoire. Il n'y aurait pas de chair à canon, comme lors de la première guerre mondiale.

 

Ce souvenir, et le changement des armes de la guerre, contribuent à ce que les décisions fassent qu'on ne parte pas la fleur au fusil. C'était le cas en 1914 !

 

Les logiques d'alliance entre les Etats ont-elles changé depuis la Première guerre mondiale ?

 

Jean-Bernard Pinatel : A l'époque, la logique d'alliances était automatique : quand un pays était attaqué, les autres avaient obligation de rentrer en guerre. Aujourd'hui, il y a toujours une logique d'alliances – l'Otan en est une – mais son utilisation est soumises aux chefs d'Etat et le secrétaire général de l'Otan ne peut pas déclencher une opération sans discussions. Il n'y a plus d'automaticité.

 

Béatrice Giblin : Absolument. D'abord, l'Onu a été créée après la Seconde guerre mondiale. C'est justement un lieu de consultation pour éviter l'engrenage. Il est difficile de passer outre le conseil de sécurité. On le voit aujourd'hui : quand la Russie dit "non", eh bien on ne bouge pas.
 

Au niveau mondial, on s'est donné des instruments de négociations. Ils ne sont pas parfaits, mais peuvent servir de garde-fous. Ca ne veut pas dire qu'il n'y aura plus jamais de guerres importantes, mais on y réfléchira à deux fois.

 

De plus, nous avons créé des organisations de défense comme celle de l'Otan, pour lesquelles il y a une réelle réflexion avant de s'engager. On ne part pas sans se dire qu'il y aura des conséquences. Ce qui s'est passé en Irak, où les Etats-Unis se sont embarqués essentiellement avec les Britanniques, donne à réfléchir, quand on voit le chaos aujourd'hui. Idem en Libye.

 

Quant aux alliances entre pays, comme l'organisation de Shanghai entre la Russie et la Chine, elles sont loin d'être aussi intégrées que l'Otan. Les Chinois sont prêts à montrer leur puissance impériale en Asie du sud-est, mais n'iraient pas s'embarquer dans n'importe quoi.

 

Qu'en est-il d'un possible attentat terroriste ? On se souvient que l'attentat du 11 septembre 2001 a eu des conséquences importantes, à commencer par l'entrée en guerre des Etats-Unis contre l'Afghanistan...

 

Jean-Bernard Pinatel : L'entrée en guerre des Etats-Unis en Afghanistan s'est faite avec le consensus du monde entier. Chaque Etat connait aujourd'hui des attentats terroristes : les Chinois avec les Ouïgours, la Russie a ses islamistes en Tchétchénie ou au Daguestan, nous avons les notres, les Etats-Unis ont été touchés... Chaque pays du monde est en lutte contre le terrorisme.

 

Même dans le cas de la Syrie, l'Arabie saoudite ou la Turquie ont armé les islamistes, mais ces derniers ont échappé à leurs sponsors. On aurait pu dire au début – et la Syrie l'a fait – qu'elle était attaquée par ces deux Etats par terroristes interposés, mais aujourd'hui, les islamistes ont pris leur autonomie. On le voit en Irak aujourd'hui.


Finalement, l'attentat de Sarajevo a-t-il vraiment eu l'importance qu'on lui porte ?

 

Jean-Bernard Pinatel : Les historiens pensent que c'est beaucoup plus tout ce qui se passait dans les Balkans qui a entraîné la guerre. D'ailleurs, l'attentat se passe en juin et l'entrée en guerre en septembre. L'escalade était plus liée à la situation des Balkans, au nationalisme, etc. Il y a aujourd'hui une grosse réévaluation de l'importance de l'attentat de Sarajevo.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hmrmon
- 30/06/2014 - 19:34
guerres mondiales
Triste à dire, mais s'il n'y avait pas eu ces 2 guerres, aurait -on fait autant de progrès et aussi rapidement, dans le domaine de la chirurgie, de la médecine, de l'aviation, de l'arme nucléaire qui empêche de nouveaux conflits et j'en passe...dont on profité les générations suivantes, dont nous-même?