En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 11 heures 44 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 13 heures 13 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 14 heures 52 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 16 heures 10 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 17 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 19 heures 6 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 11 heures 22 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 12 heures 15 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 14 heures 19 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 15 heures 15 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 20 heures 42 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 22 heures 41 min
© Reuters
L'attentat contre l'héritier du trône austro-hongrois à Sarajevo, le 28 juin 1914, conduisit l'Europe puis le monde dans la Première guerre mondiale.
© Reuters
L'attentat contre l'héritier du trône austro-hongrois à Sarajevo, le 28 juin 1914, conduisit l'Europe puis le monde dans la Première guerre mondiale.
WWIII

100 ans après Sarajevo et le déclenchement de la Première guerre mondiale, un attentat pourrait-il provoquer un enchaînement similaire aujourd’hui ?

Publié le 30 juin 2014
Il y a 100 ans, l'héritier du trône austro-hongrois était assassiné à Sarajevo. Le mécanisme implacable d'alliances automatiques entre Etats s'est alors engagé, avec pour conséquence la première guerre mondiale.
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Giblin est géopoliticienne. Ancienne élève d’Yves Lacoste, elle a dirigé l’Institut français de géopolitique à l’université de Paris VIII.Elle est notamment l'auteure de "Les conflits dans le monde. Approche géopolitique" (Armand Colin, 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Béatrice Giblin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Giblin est géopoliticienne. Ancienne élève d’Yves Lacoste, elle a dirigé l’Institut français de géopolitique à l’université de Paris VIII.Elle est notamment l'auteure de "Les conflits dans le monde. Approche géopolitique" (Armand Colin, 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 100 ans, l'héritier du trône austro-hongrois était assassiné à Sarajevo. Le mécanisme implacable d'alliances automatiques entre Etats s'est alors engagé, avec pour conséquence la première guerre mondiale.

Atlantico : L'attentat contre l'héritier du trône austro-hongrois à Sarajevo, le 28 juin 1914, conduisit l'Europe puis le monde dans la Première guerre mondiale. Aujourd'hui, un attentat pourrait-il conduire à une escalade militaire similaire ?

 

Jean-Bernard Pinatel : Non, pour plusieurs raisons. La plus importante est l'apparition de l'arme nucléaire. Les grands acteurs mondiaux ne peuvent se lancer dans une escalade des extrêmes, car ils ont la certitude que les risques qu'ils courraient seraient supérieurs aux enjeux. C'est pour cela que nous avons eu une guerre froide au lieu d'une guerre chaude après la seconde guerre mondiale. L'arme nucléaire gèle l'escalade militaire.

 

La deuxième raison, c'est que le monde est interconnecté économiquement. En cas de guerre mondiale, il n'y aurait pas de vainqueur économique. S'il y avait une guerre entre la Chine et les Etats-Unis (pays qui est sorti renforcé de la seconde guerre mondiale), les deux perdraient.

 

La troisième raison est aussi de nature politique : on a aujourd'hui l'Onu, dont le rôle est de modérer les intentions des uns et des autres. Elle joue un rôle. Lors des crises entre le Pakistan et l'Inde, l'Onu a été un élément de mobilisation et a calmé le jeu.

 

La quatrième raison est que les peuples, grâce aux réseaux sociaux, ne se laisseront aujourd'hui pas engager dans n'importe quelle guerre n'importe comment. Les politiques n'ont plus le monopole de l'information. Prenons un exemple récent : François Hollande a voulu entraîner la France dans une guerre en Syrie. Au début, 70% des Français y étaient favorables. Au fur et à mesure que beaucoup de gens, dont moi, on expliqué que ça serait une bêtise, l'adhésion est tombée à 30%. Cameron et Obama ont connu la même chose.

 

Il reste une cinquième raison, encore valable pour quelques temps : les dirigeants les plus âgés ou ceux qui ont pris leur retraite se souviennent encore de l'holocauste qu'a été la seconde guerre mondiale. Mais ça ne sera plus vrai dans vingt ans.

 

 

Béatrice Giblin : Non, c'est impossible. D'abord parce que le souvenir des tragédies des deux guerres mondiales fait que les responsables politiques y regarderaient à deux fois avant de se lancer dans un engrenage qui conduirait à une guerre mondiale.

 

De plus, nous ne sommes plus dans des affrontements de grands empires. En 1914, la France comme la Grande-Bretagne sont encore des puissances impériales, avec la capacité de mobiliser des troupes – les fameux tirailleurs sénégalais pour la France – ce qu'on serait bien incapable de faire aujourd'hui, fort heureusement.

 

Troisièmement, nous avons aujourd'hui des armées de métier, il n'y aurait donc pas l'équivalent d'une tragédie avec des millions de morts. Sauf à utiliser les bombes atomiques, mais c'est une autre histoire. Il n'y aurait pas de chair à canon, comme lors de la première guerre mondiale.

 

Ce souvenir, et le changement des armes de la guerre, contribuent à ce que les décisions fassent qu'on ne parte pas la fleur au fusil. C'était le cas en 1914 !

 

Les logiques d'alliance entre les Etats ont-elles changé depuis la Première guerre mondiale ?

 

Jean-Bernard Pinatel : A l'époque, la logique d'alliances était automatique : quand un pays était attaqué, les autres avaient obligation de rentrer en guerre. Aujourd'hui, il y a toujours une logique d'alliances – l'Otan en est une – mais son utilisation est soumises aux chefs d'Etat et le secrétaire général de l'Otan ne peut pas déclencher une opération sans discussions. Il n'y a plus d'automaticité.

 

Béatrice Giblin : Absolument. D'abord, l'Onu a été créée après la Seconde guerre mondiale. C'est justement un lieu de consultation pour éviter l'engrenage. Il est difficile de passer outre le conseil de sécurité. On le voit aujourd'hui : quand la Russie dit "non", eh bien on ne bouge pas.
 

Au niveau mondial, on s'est donné des instruments de négociations. Ils ne sont pas parfaits, mais peuvent servir de garde-fous. Ca ne veut pas dire qu'il n'y aura plus jamais de guerres importantes, mais on y réfléchira à deux fois.

 

De plus, nous avons créé des organisations de défense comme celle de l'Otan, pour lesquelles il y a une réelle réflexion avant de s'engager. On ne part pas sans se dire qu'il y aura des conséquences. Ce qui s'est passé en Irak, où les Etats-Unis se sont embarqués essentiellement avec les Britanniques, donne à réfléchir, quand on voit le chaos aujourd'hui. Idem en Libye.

 

Quant aux alliances entre pays, comme l'organisation de Shanghai entre la Russie et la Chine, elles sont loin d'être aussi intégrées que l'Otan. Les Chinois sont prêts à montrer leur puissance impériale en Asie du sud-est, mais n'iraient pas s'embarquer dans n'importe quoi.

 

Qu'en est-il d'un possible attentat terroriste ? On se souvient que l'attentat du 11 septembre 2001 a eu des conséquences importantes, à commencer par l'entrée en guerre des Etats-Unis contre l'Afghanistan...

 

Jean-Bernard Pinatel : L'entrée en guerre des Etats-Unis en Afghanistan s'est faite avec le consensus du monde entier. Chaque Etat connait aujourd'hui des attentats terroristes : les Chinois avec les Ouïgours, la Russie a ses islamistes en Tchétchénie ou au Daguestan, nous avons les notres, les Etats-Unis ont été touchés... Chaque pays du monde est en lutte contre le terrorisme.

 

Même dans le cas de la Syrie, l'Arabie saoudite ou la Turquie ont armé les islamistes, mais ces derniers ont échappé à leurs sponsors. On aurait pu dire au début – et la Syrie l'a fait – qu'elle était attaquée par ces deux Etats par terroristes interposés, mais aujourd'hui, les islamistes ont pris leur autonomie. On le voit en Irak aujourd'hui.


Finalement, l'attentat de Sarajevo a-t-il vraiment eu l'importance qu'on lui porte ?

 

Jean-Bernard Pinatel : Les historiens pensent que c'est beaucoup plus tout ce qui se passait dans les Balkans qui a entraîné la guerre. D'ailleurs, l'attentat se passe en juin et l'entrée en guerre en septembre. L'escalade était plus liée à la situation des Balkans, au nationalisme, etc. Il y a aujourd'hui une grosse réévaluation de l'importance de l'attentat de Sarajevo.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hmrmon
- 30/06/2014 - 19:34
guerres mondiales
Triste à dire, mais s'il n'y avait pas eu ces 2 guerres, aurait -on fait autant de progrès et aussi rapidement, dans le domaine de la chirurgie, de la médecine, de l'aviation, de l'arme nucléaire qui empêche de nouveaux conflits et j'en passe...dont on profité les générations suivantes, dont nous-même?